Category Archives: Internet

Les experts

Il y a un an, presque jour pour jour, je finissais un rapport que je remettais pour un litige qui devait passer devant un tribunal. J’avais été sollicité pour faire des simulations de scénarios, et étudier des lois de temps d’arrêt et des problèmes de probabilités de ruine. Bref, j’étais un peu devenu un expert. Peut-être pas exactement un expert judiciaire au sens strict, car j’étais sollicité par une des parties, et non pas pas un juge (est-ce toujours le cas ?). Et je n’ai pas non plus prêté (solennellement) le serment “Je jure d’apporter mon concours à la Justice, d’accomplir ma mission, de faire mon rapport, et de donner mon avis en mon honneur et en ma conscience”. Même si c’est ainsi que j’ai mené ma mission. Mais peu importe (pour des raisons de confidentialité, je n’en dirais pas plus sur cette mission). C’est toujours valorisant de se dire que les choses théoriques que l’on enseigne peuvent servir dans la vraie vie !

Hier, au détour d’une conversation avec mart1oeil, goulu ‏et tomroud, j’ai découvert zythom et son blog, http://zythom.blogspot.ca/, qui est le “blog d’un informaticien expert judiciaire“, comme l’indique l’entête. Et hier, zythom posait la question un expert judiciaire peut-il être mauvais dans votre domaine ? Je reviens sur son billet car le billet commence par une recherche de définition de ce que peut être un expert. Et comme toujours la page de Wikipédia consacrée à l’expert propose une lumière intéressante. “L’expert n’est pas simplement celui qui sait, sur un champ délimité de savoir. Son expérience reconnue lui permet d’apporter une réponse argumentée à une demande d’expertise. Il faut le différencier du savant et aussi du spécialiste.” Et zythom prend alors l’image du médecin de famille ou du médecine généraliste, en opposition au spécialiste. Bref, tout d’un coup, hier un monde s’est effondré ! Je suis probablement pas un expert !

Cela dit, j’aurais pu m’en douter plus tôt. En fait, je crois que je le savais depuis des années, mais que je me voilais la face.

Il y a quelques années maintenant, j’enseignais un cours de méthodes numériques en finance (j’avais même tapé des notes de cours). A un moment, on montre que le prix https://latex.codecogs.com/gif.latex?V vérifie une belle équation, qui permettra d’arriver à la formule de Black-Scholes, qui permet d’avoir le prix d’une option dite européenne. L’équation est de la forme

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\displaystyle%20\frac{\partial%20V}{\partial%20t}%20+%20\frac{1}{2}\sigma^2%20S^2\frac{\partial^2%20V}{\partial%20S^2}%20+%20rS\frac{\partial%20V}{\partial%20S}%20-%20rV%20=%200

En bricolant un peu (avec quelques changements de variables), on peut se ramener une équation de la forme

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\frac{\partial%20u(t,x)}{\partial%20t}-\kappa%20\frac{\partial%20^2%20u(t,x)}{\partial%20x^2}=f(t,x)

Tous ceux qui ont fait un peu de maths reconnaîtrons une équation classique (datant de plus de 200 ans) appelée équation de la chaleur (les plus curieux pourront aller voir les notes de cours de Nicolas Vandewalle sur le sujet, entre autres). Et dans mon cours, je montrais comment résoudre numériquement cette équation, avec différents schémas, comme un schéma explicite

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\frac{u_{i+1,j}-u_{i,j}}{\Delta%20t}-\kappa%20\frac{u_{i,j+1}-2%20u_{i,j}+u_{i,j-1}}{h^2}=f_{i,j},

en insistant sur les conditions numériques pour que la résolution n’explose pas (comme sur le dessin ci-dessous)

Il fallait pour cela que le ratio

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\lambda=\kappa\frac{\Delta%20t}{h^2}

soit inférieur à 1/2. Etc.

Bref, je suis capable de résoudre numériquement l’équation de la chaleur depuis des années, voire d’enseigner comment le faire. N’empêche que je lorsque je réchauffe mon lunch au micro-onde, tous les midis, je me brule, en ayant en même temps un morceau qui est encore congelé dans le plat ! C’est pénible ! Vivement que je devienne un expert !

Diary of an addict

After four days offline (at least off my blog, see the previous post for more details), I have to face the truth: I am a computer addict. For sure. Here is the diary of the last four days, that were supposed to be without touching my computer, at work and at home. I tried to keep tracks of everytime I had to go on my computer. At home, that was fine (I have decided a few weeks ago that I should not check my email at home, in the evening, and in the morning, so unless I want to read the news, check on Twitter what’s going on, or write a post on my blog, I do not usually spend much time on our computer). But at the office, that’s another story…

  • Tuesday, April 2nd

6:17 Wake up, first day of the challenge.

8:17 Time to check if the code used for datascraping (on some websites) did run… It’s not like using my computer. It was just fixing problems for a future research. One minute, just cheking. Well, there was a problem in my code, I have to fix it (it takes much longer than I thought) and then, I ran it again (in order to exact some figures out of almost 200,000 internet pages). One code has been scaping a website for almost a week (and it looks like I have only one third of the data), and the other one, I have to run it everyday, to backup some daily figures from several websites.

8:32 While going to get a coffee, JF shows me the web site of the Antartica Journal of Mathematics (where he was kindly invited to submit an article, and also to apply if he’s willing to join the board) and we go through Rob Hyndman’s warning on his blog, about junk journals. No offense to the webdesigner hired by this journal, but we had a lot of fun on that website… so… nineties.

8:47 I have to go online, on my email account to download a paper I have to review. I had a reminder by an editor this weekend. Print the article. While seeking for the email, I notice that I did receive during the night an invitation to give my opinion about another article, for another journal. Just go briefly through the paper. Even if my (personal) quota for 2013 is already exceeded, I decided to accept to write a referee report. Also check something with a co-author. Quickly. Also read four comments on the blog submited during the night, and approve all of them. Damned! one of them mentioned a preprint related so something discussed in a post. Try to avoid to read the preprint. Go offline. Definitively. Turn on the music. Sacred music, namely In Seculum Longum.

9:39 After alsmost 30 minutes reading articles, I give up. I open LaTeX to type corrections for a couple of chapters I have to write down (and send them as soon as possible, the deadline was last week). So far, no internet. I take a gum, I feel nervous…

9:44 Go online to check how to use enquote{} in latex (it looks like I have some damned babel problems !) Go on several forums. Spent the morning working on my LaTeX files.

12:54 Back from lunch, I turn off the sacred music, swith to Sandinista, by The Clash,

13:14 JF want to check with me the schedule for my graduate courses for Winter 2014 session, one on extreme values and copulas, and one on time series. Have to go on the website of the university, to find what has been planed. Spend also some time seeking for old emails, since the information is only partially online.

14:02 Have to go online, one more time, to buy a ticket for the French railway, for a colleague of mine.

14:17 Mathieu asks me go check the emails received this morning, and to send an email in order to confirm that I will join a meeting about the organisation of a workshop.

14:40 Discussion with Mathieu about resubmiting an article. We need to go on my email account to check several (interesting) comments from the referees.

15:03 This time, I have to launch the internet browser. I have to find out how to avoid fist names in a bibliography, using a bib file, and get only initials. Some more time on LaTeX forums.

15:08 Remember that I have to book a room for a colleague, visiting me this August. Need to check the price on the webiste, and send emails.

15:19 Wrote a recommendation for a former student of mine. Send it.

15:26 Discussion by email with two co-authors, since we did plan to work on a joint paper this month.

15:48 Time to work on slides for a conference at the end of this month, and write codes to produce some graphs. So, still on my computer. But not (really) online.

Finally, I went back home early, to cook, and spend some time with the kids.

  • Wednesday, April 3rd

Second day.

8:17 Check again my R code. Run again one of them. Looks like there was a problem.

8:50 Go to give my course. Until noon, I spent the morning producing codes, to show how to compute chain ladder estimates, and explain roots of bootstrap in regression models.

13:03 Buzy red light on my phone when I get back to my office: it looks like some people at the faculty tried to reach me. Usually I do not answer the phone. I hate my phone: you want to reach me, send me an email. OK, in my mailbox, there are a couple of emails from the faculty “please, call us back, regarding the conference you plan to organize”. Damned, how can I tell them I am on a mission, that I try to avoid using my email (and that I have to deal with my phone-phobia at the same time).

13:16 Go online to check code for an R package I want to use to produce nice graphs

13:30 Check quickly my emails, delete 90% of them, answer to one, postpone others. Decide to go to work in a coffee shop, the whole afternoon. While taking the elevator, I started to discuss with a colleague. Looks like I missed an email about a meeting that will take place in the afternoon. I want to work on my chapters. I go to the coffee shop. Nothing serious in the meeting, as far as I understood. I spent the afternoon reading, checking typos in chapters that should be sent soon, and articles on advanced methodes in finance, based on trees… No computer for a few hours ! I did it !

17:49 I have to go online at home, time to pay my HydroQuébec bill. Damned !

17:56 While I am about to log off, I received an email from a former student of mine, with a link to a nice article (entitled “l’informatique, ça s’apprend“) I really want to share it. But I can’t. Less than 36 hours after my mission, that would be a defeat ! Do not go on Twitter !

18:02 Cooking for the kids. Will miss the Montreal Hackathon organized by R users. Wednesdy evening is not a great day to join those social events (could geek meetings be called social ?). My wife has a late course in the evening, and I still try to see how deeply addicted I can be. I finally decided that I will check my emails twice a day. But just to remove spams (or messages like “I am a student in a engineering program from India and I would like to start a PhD with you“, or “the back door in one of the building will be locked during the week-end from 22:15 till 23:42 for security reasons“) and to see if there might be important ones. Probably have to answer some of them, but I’ll try to postpone for most of them.

18:41 started a game of kid audio with the girls. Almost became a pugilat when they started to argue about kettledrum and snare-drum, I wanted to show them on youtube, but finally I gave up (there is an old saying: never interfere in a girl-and-girl fight). Decided to ask the elder to read a story to the youngest, while I was washing the dishes (which is usually the perfect timing for a dvd). Meanwhile, it looks like my son went online, for his music assignment: his teacher is using online videos to help them practicing. Argggg.

  • Thursday, April 4th

Third day.

8:29 As usual, checking the code for datascraping… reload the one that did crash (again) during the night

Error in substr(html, 8, 12) :
  invalid multibyte input string at '<e9>lair,'

Damned. Moving around 200,000 pages without being caught is difficult. Have to play some music. Gonzales, piano solo.

8:47 Have to check quickly my emails. The problem is that, on average, per week day, I have a bit more than 100 emails (excluding official spam). If I do now scan them, I end up with on thousand emails very quickly… Need to moderate a comment on the blog.

8:50 Still online, checking my emails, bad news about fundings for a student of mine, have to send a couple of emails to find a backup solution.

8:54 Quick discussion by email about copyrights for a chapter in a book

8:54 Have to send also emails to book a room for a colleague who will visit me in August

8:55 Postpone a Skype discussion with a co-author, still trying to avoid unecessary use of my computer.

8:57 Answer an email to schudele a meeting because a student asked to get a grade revision, and an adhoc committee is necessary. Looks like I am part of it.

9:17 Start to write recommendation letters for a Christophe who’s applying for positions in several universities, in France.

9:34 Back on the slides and the R code. On my computer, but offline.

10:11 Email, brief answer to a former student of mine, who might be interesting to share some datasets, but it looks like there might some confidentiality issues. I wanted to work on those data with a student, in September. Have to find an alternative.

10:45 Discussion with student in master program (face to face this time). Have to go on Dropbox to download a pdf file he wrote, and to download a couple of paper to check the proofs.

13:05 Work with Amadou, my phd student, need to find a pdf version of a book, since the property is clearly given there, but the book is out of print (no way to get a paper copy). Also go online to find a reference on a complicated model.

14:40 Email from Fred, about a reserving technique that seems new, from a paper he just discovered.

15:03 Upload on slideshare some (old) slides that do the same thing that this new paper (aren’t there anyone checking before publishing papers that results are really new ?)

15:14 Play Rodrigo y Gabriela, need something punchy to finish my day

16:56 Received an email from the immigration department, and I have to go to their website to find a doctor for a medical examination of the whole family.

19:26 Request by email from financial services to get the exact amount (in Euros) taken from my credit card. Have to go on my bank account, online.

19:43 Disccussion by email with Frédéric about one year uncertainty and bootstrap with overdispersed Poisson models

  • Friday, April 5th

Last day of the test. Fourth day.

06:18 My daughter wakes up and tells me it is unfair to have snow for her birthday. Have to go on http://meteomedia.com/weather/… to check for weather forecasts. Hopefully, we should have nice weather this afternoon…

08:16 Once again, checking R codes, still running this time ! Great ! Time to play some music.  Air, Premiers Symptômes.

8:38 Email regarding next week jury, checking legal aspects

9:04 I have to print bank informations, that I did download yesterday, check orders placed on Amazon in the last 3 months, scan documents, send them to financial services.

9:13 Have to check for an account number with financial services

9:15 Brief email to some contributors of a book that I should edit this year.

9:21 Lauch Skype, have to discuss with coauthors in France.

11:54 Received an email about courses in September, looks like a quick answer is needed.

13:10 Update the syllabus for the course I will give in September. Decided to write that cellphone will not be allowed during the class.

14:12 Work with Ben, a master student, on a paper. Need to scan notes I have written down to send him by email (this time, we did work together without using my computer).

14:38 Finished my recommendation letters for Christophe (for positions in France, more than a dozen recommendations). Have to send them individualy by email. Have also to find some email adresses that I do not have.

14:49 Received an email claiming that I cannot give my (graduate) course on extreme value in 2014, not in the official programm. Have to spend some time checking why. It seems that it has been removed from the list, and that the code has changed (hopefully JF was online to check that information much more efficiently than I would).

14:59 Received an answer from one of the colleagues I just sent recommendation to. We used to be students at the same time, a few years ago. Write a short email back to give (personal) news.

16:19 Started to type sketches of what can be the final exam for my course on GLM for actuarial science. So far 5 questions. Need to find about 40…. Will take a while.

Mission aborted.

I finally left the office later on, to pick up my son and bring him to his fencing course (to prepare for the Jeux de Montréal that will take place tomorrow). Went back home, then, for a cake with candles for my daughter’s birthday. Later on, had to spend some time online, on the blog, for my students. And started to type this post. So, here was the story of the past four days. I have to admit that looking back at those four days is quite informative :

  1. I cannot work without a computer, I can hardly work offline. No only for my research, to get help from forums on R and LaTeX, or to seek articles (the time I spent in Paris at the library making photocopies of old articles is clearly over).
  2. I do not only need a computer to write R codes, and produce LaTeX slides and artices. I need a computer… for everything. To plan meetings, for social interactions with colleagues, to find some help, to find a theorem, to book an hotel, etc.
  3. I understand more clearly why I am so unproductive in terms of research ! it looks like I spend (I was about to say waste) a lot of time on administrative tasks. Small tasks. But adding a lot of small tasks, finally, it is difficult to have 4 or 5 consecutive hours to work exclusively on some research project.

Off for a couple of days

This morning, the elder kids start at school a program called ten days with screens off. Since we do not have a TV, they were wondering what would it change for them. Because they start to spend some time on our computer at home, they’re not supposed to use it for the next ten days. And to be consistent, I have decided to follow their tracks. The problem is that I do not think I can survive at work working offline for ten days. But I want to try. At least, no more computer for the next two days (except Wednesday morning since I have my class). If possible three. No emails (can we survive in the academic world without an internet connection for two days?), and no more posts on the blog (and activities related to the comments) for the next days…  I’ll be back in … a few days (if I do not – finally – find my blogging activity useless and meaningless).

“I am sorry to inform you…”

I just received another decision letter for a paper submitted.But this time, it was fast. In less than 24 hours, I received a notification by email (the name of the journal is hidden with xxxxx’s for obvious reasons):

Dear Professor Charpentier,

Thank you for submitting your paper to xxxxx.

In order to provide a quick reply to your submission, an automatic process, has been used according. The process is based on proximity measures between the article you submitted, and recent articles published in our journal.

1) The correlation between your keys words and standard keywords in xxxxx is rather high (0.926).

2) 66% of your keywords do match with the top 10 most cited papers in 2012 in xxxxx, so your paper has 90% chance of getting at least 4 citations in less than a year and at least 17 citations in less than 5 years.

3) The rate of references cited in your article that were published in xxxxx is high enough (37%) to consider a publication in xxxxx

The academic and citation based score is 0.857 which makes the paper suitable for publication. Nevertheless, before publishing the paper, major revisions are necessary,

1) Your style does not fit well with our journal: your sentenses have (on average) 13.3 words, while the standard in this journal is 16.2. We recommend that you use longer sentences or delete some periods in your text.

2) The words you use are not close enough to the scope of the journal: for example, estimator appears only twice  (the average is 4.34) and methodology appears only once (average 3.67).

3) The affiliation is not appropriate: this year, 12% of the articles received were from authors in Canada. In order to reinforce positive discrimination, it would be better if your affiliation were from the Eastern Europe (currently only 4% of the articles we receive are from Eastern Europe). We can provide you with a list of potential universities if necessary.

4) Your name is not valid for xxxxx:

  • For a single authored paper, the most common first letter in the last name of the first author is H not C and your name which contains 11 letters is too long (the average is 7.91 letters). Lastly, more than 62% authors have a middle name, we suggest that you add one,
  • For a paper with two authors, the most common first letter of the first author is D, hence C is fine, but your name is a bit too long since the average number of letters in the last name for the first author is 9.57.

Thus, we recommend either that you change your name (we can provide you with a list if necessary) or that you find another author to add on your paper and delete the last two letters of your last name.

For the reasons listed above, we have to ask for major revisions. When the paper is resubmitted, it will be send to a (human) referee for proofread,

Please note that we receive almost 1,000 submissions a year; our target acceptance rate is 10% and many good papers get rejected.

Thank you for giving us the opportunity to consider your work.

Sincerely,

(etc)

Damned ! That was close ! Let me find a co-author to add, and I resubmit it !

Le libre, et l’universitaire

On a pu lire ces derniers jours plusieurs articles sur le libre accès aux publications scientifique. Je pense à la tribune “qui a peur de l’open access publiée sur http://lemonde.fr/sciences/… . Etant hébergé par http://hypotheses.org/ qui milite en faveur du libre accès, et d’une plus vaste diffusion des travaux et de la culture scientifique, je n’y suis pas insensible. Sur les publications, la conférence des présidents d’université a aussi publié un document intéressant, intitulé “bien universel, par essence, l’article scientifique, n’est pas un bien comme les autres” en ligne sur http://cpu.fr/

En fait, le but de mon billet aujourd’hui était non pas de discuter sur le libre accès aux publications scientifiques, mais à revenir sur l’utilisation des logiciels libres dans le monde universitaire, et plus spécifiquement sur la place du logiciel libre dans l’enseignement.

En lisant Scott Wilson, qui a publié “open source in higher education: how far have we come?”,  sur http://guardian.co.uk/higher-education-network/… je l’ai trouvé un peu trop optimiste. Dans son article  il note que “universities are ahead of the curve in adopting open source, we should now lead the public sector in exploring its full potential“. Jusqu’à aujourd’hui (ou disons récemment pour être honnête), j’étais assez étranger au débat. Certes, j’utilise des logiciels libres, mais juste parce que je les trouve meilleurs. Ce n’était pas du militantisme, juste du pragmatisme. Et depuis quelque temps, je prends conscience que j’ai (ou que nous avons, en tant qu’universitaires) une responsabilité collective. Par exemple dans mes enseignements, j’utilise R (autant le nommer, ce n’est un secret pour personne que la moitié des billets sur mon blog contiennent du R). Mais quand j’étais étudiant, j’ai appris à manipuler des logiciels de statistiques payant (appelons les S pour utiliser une notation générique qui devrait m’éviter des procès pour diffamation). J’ai aussi utilisé S lorsque j’ai travaillé en tant qu’actuaire, car c’était installé sur nos machines, et parce que j’avais appris ce logiciel. Sans parler de premières amours, disons qu’on garde une forme d’attachement, ou de sécurité, à travailler avec les logiciels que l’on a vus (voire appris) durant nos études. On a peur de changer de logiciel, on aime la stabilité
(car admettons le, on est tous aussi nuls les uns que les autres avec l’informatique). C’est un peu ce que l’on peut lire dans un article paru il y a quelques jours dans http://ledevoir.com/politique/quebec/… où l’on apprend que “Québec adopte un autre décret pour la mise à jour de 76 000 postes de la fonction publique, sans appel d’offres, par des logiciels vendus par […]. La facture totale est de 30 millions, pour les licences seulement. Cette mesure d’exception vise à « assurer la sécurité de nos postes »” (c’est moi qui met en gras). Ce n’est pas de sécurité informatique face à du piratage dont on parle ici, mais de sécurité du personnel qui utilise lesdits logiciels (le confort en quelque sorte). On comprends ainsi que S (et je mets dans le même panier tous les logiciels commerciaux, ou presque) offre des licences gratuites aux étudiants. On retrouve là la logique des fabricants de cigarettes il y a quelques décennies (suis-je optimiste ?) lorsqu’ils essayaient d’attirer les adolescents vers leurs cigarettes, tenant compte ainsi de l’addiction qui se crée ?

Comme je le disais au début de mon paragraphe précédent c’est par pragmatisme que, pour ma recherche, je me suis tourné vers les logiciels libres. Mais pour mon enseignement, je n’avais jamais vraiment réfléchi de manière profonde (parce que je ne fais pas de cours d’informatique: si on utilise un langage c’est parce que l’outil informatique est indispensable pour faire de la modélisation). Par simplicité (ou par fainéantise), j’enseignais des langages que je connaissais. J’utilise R dans mes cours, mais parmi mes proches voisins de bureau, Jean-Philippe utilise S (pour faire des régressions avancées en assurance non-vie) et Mathieu utilise un tableur (que l’on pourrait appeler T, pour…. faire comprendre qu’un tableur suffit pour faire de l’actuariat ? que l’actuariat est plus proche de la comptabilité que de la modélisation statistique ?). Récemment, plusieurs petites phrases m’ont poussé à m’interroger. Je pense que ça a commencé quand un(e) étudiant(e) a écrit dans l’évaluation du cours de modèle de prévision que je donnais voilà quelque temps, que mon cours se résumait à”faire de la saisi de données dans un programme gratuit sur internet” (je passe le fait que dans les questions posées aux étudiants qui remplissent l’évaluation, il est demandé ce que les étudiants pensent des présentations faites avec le logiciel P, comme si faire des présentation en LaTeX n’était pas admissible). Il y a eu ce commentaire l’autre jour sur mon blog, où quelqu’un me demandait le code en S pour refaire ce que je faisais en R. Il y a eu ce questionnement l’autre jour : “est-ce gênant si les étudiants du baccalauréat en actuariat sortent de la formation sans connaître S ?” (que j’avais entendu à Rennes 1 lors des discussions du contenu des cours du Master de statistique et d’économie “il est bon que nos étudiants aient 20 heures de cours à S, ça leur permet de mieux se placer sur le marché du travail“).

Le modèle économique est assez incroyable quand on y pense : avec des fonds publics, l’université offre un service avant-vente à des entreprises qui vendent des logiciels commerciaux. Alors qu’il existe du libre qui fait mieux. Et qui continuera à faire mieux si la communauté d’utilisateurs est active. Je pense que les logiciels commerciaux n’ont pas leur place dans les formations universitaires, et qu’il serait temps que les universitaires prennent leur part de responsabilité dans ce qui s’est mis en place Je ne souhaite pas que les universitaires prennent leur part du profit même si ça serait la moindre des choses (il suffit de survoler la page comparison of statistical packages sur wikipedia pour apprendre que rendre accro un étudiant à un logiciel qu’il utilisera pendant 10 ans, c’est assurer entre 10,000 $ et 60,000 $ de licence (pour un utilisateur), sans parler des formations, des livres, etc). Je pense qu’il y va de notre responsabilité en tant qu’universitaire de promouvoir le logiciel libre. Cela permet déjà de comprendre ce qu’on utilise (je faisais un billet la semaine passée, suite à des soucis rencontrés sur le tableur – commercial – T), mais en plus, comme le notait Scott Wilson, “open source not only promotes creativity but helps make technology more democratic allowing a community to work together to solve common problems.” Et je pense qu’il a raison. Maintenant, je suis nul pour faire des tribunes, et je voulais juste que mes collègues prennent conscience de certains aspects d’un débat qui ne fera que gonfler dans les mois qui viennent…

Bloguer, et autres activités d’un enseignant-chercheur

J’avais promis un billet bloguer c’est nul dans mon dernier billet sur la recherche et l’activité de blogger. Il va devoir attendre un peu… Dans ce billet, j’avais fait un diagramme pour expliquer la vie et le partage du temps pour un enseignant-chercheur et blogger. Bien entendu, c’est plus compliqué ! Déjà pour un enseignant-chercheur normal, la vie se partage en

  • 50% recherche
  • 50% enseignement
  • 30% tâches administratives diverses

(et oui, c’est dur à représenter dans un diagramme, Tom Roud ou Mix la Malice avaient tenté un décompte du temps passé dans chacune des activités, je renvoie à leurs billets respectifs). Dans ces tâches divers, on retrouve dedans se trouvent les taches officielles, qui figurent sur le CV, comme faire partie du comité bibliothèque ou du comité de programme,voire être responsable d’une programme de maîtrise, mais surtout les tâches non-officielles (en tout cas que parfois on évitera de mettre sur son CV), comme mettre du scotch-tape sur ses factures et discuter avec les services financiers pour comprendre pourquoi le remboursement d’un repas lors d’une conférence est refusé alors que le sandwich à l’aéroport est remboursé ou remplir un sondage en ligne pendant 40 minutes, commandité par un organisme subventionnaire qui veut savoir si le financement de la recherche fonctionne bien (que vous faites car vous voulez expliquer qu’il faut continuer à financer la recherche, mais vous ne trouvez pas la section où vous voulez insister sur le fait que perdre 40 minutes à remplir un sondage ou 2 heures pour vous faire rembourser 6.37 dollars pour un sandwich, c’est un peu du temps pris sur le temps qu’on veut passer à faire de la recherche). Je ne vais pas passer des heures à constituer un bestiaires de ces activités diverses, je renvoie à http://laviedemix.over-blog.com/, le merveilleux blog de mixlamalice, qui fait cela très bien !

Une autre activité (que je compte dans ces tâches diverses) que j’ai pratiqué plusieurs années lorsque j’étais (co)responsable de Master 1 en France, c’est faire jouer les réseaux. Pour faire des recommandations pour des étudiant(e)s qui souhaitent partir dans des programmes plus sélectifs (j’utilise le terme recommandation car il n’y a pas que la lettre que l’on envoie, il y a aussi souvent le coup de fil – ou le courriel – que l’on passe si  on pense vraiment que l’étudiant(e) le mérite), ou pour aider un étudiant à avoir un stage. Et dans ce cas, avoir un réseau, et l’entretenir, ça sert. Pour les stages en entreprises, il y a les copains de promos (j’ai fait une école il y a quelques années), les anciens collègues (j’ai travaillé dans le privé), mais il y a aussi les formations professionnelles que l’on peut faire, les invitations à déjeuner (pour parler boulot, ou à prendre une bière ou deux si on veut en plus le faire sur un mode plus détendu). Dans le monde de la recherche, ce réseau se crée lors de conférences, lors de visites de collègues. Et c’est un peu là que l’on commence à dépasser les 100% de la vie professionnelle dans mon décompte introduisant ce billet: les bons réseaux sont constitués de collègues mais surtout d’ami(e)s. De collègues avec qui ont pourra passer des vacances, qui restent squatter à la maison quand on les invite parler au séminaire (voire faire une semaine de recherche). Ceux qui connaissent l’adresse du blog de mon fils verront dans les photos de vacances des responsables de master, des co-éditeurs de revues, des organisateurs de conférences (voire des moitiés de théorèmes), en maillot de bain ou en train de faire la cuisine… Mais je m’égare. Mon point était que les activité en ligne sont un bon outil pour avoir, ou entretenir, un réseau. Et n’ayant pas de page facebook, le blog est un outil merveilleux pour ça !

Petit exemple pas plus vieux que la semaine dernière. Ma femme (qui est une mathématicienne) recoit un courriel d’un ancien collègue: “j’ai un bon étudiant qui cherche un stage, de recherche, si possible au Canada“. Alors je vais dire un truc avec des pincettes pour éviter de froisser des collègues, mais au Canada, quand on demande un stage à un prof, c’est un peu comme faire la manche de le métro aux heures de pointe à Paris: “salut, j’ai été contactée par un étudiant qui cherche un stage et…“, “oh là là, ça va être dur, j’ai pas l’sous“. En France, ça serait “j’ai pas le temps” mais au  Canada, c’est les sous que l’on mentionne avant tout (cela dit, en France non plus les sous ne sont pas là , mais les règles sont claires et un(e) étudiant(e) qui fait un stage à l’université se doute bien qu’il n’aura rien). Bref, les prises de contact de ma femme n’ont pas été très concluantes… Comme j’évite de parler boulot avec ma femme, il a fallu un peu de temps pour qu’elle évoque cette histoire, en m’expliquant un peu les thèmes que voudraient aborder l’étudiant. Je n’insisterais pas sur le fait que ma première question a été “il a une page internet ?” (ma femme a du me rappeler que les gens normaux n’ont pas de page internet quand ils sont en maîtrise). Mais j’ai glissé “tu sais, il  y a un super prof à Vancouver qui bosse sur ces thèmes là… on se retweete l’un l’autre sur twitter, et il a un super blog… je peux lui envoyer un mot sur twitter, voir si ça l’intéresse…“. Bref, j’envoie un message (privé). Et vendredi, ma femme apprenait que l’étudiant avais pris contact, que le contact semblait bien passé, et donc il devrait être cet été face au Pacifique…

La morale de mon histoire ? L’étudiant avait un CV qui parlait pour lui, et je n’ai pas fait grand chose. Et sans moi, l’étudiant aurait probablement trouvé, malgré tout, un stage passionnant. Mais le blog permet d’entrer dans un réseau de blogueurs (ou de blogueurs-lecteurs de blogs), avec qui on peut discuter, qui permet d’entrer en contact avec des personnes peut-être plus ouvertes que d’autres enseignants-chercheurs. Peut-être est-ce une illusion, peut-être qu’à force de les lire, d’apprendre sur leur vie privée, on a l’illusion de les connaitre… Mais mes expériences ont toujours été bonnes… Les blogs permettent d’entrer en contact avec une communauté de gens passionnants. Les contacts restent souvent virtuels comme lorsque je discute avec David MonniauxBaptiste CoulmontGizmoAlexandre Delaigue, Joel Gombin ou Olivier Bouba-Olga (damned, je me rends compte que je vais en oublier un paquet) mais j’ai toujours du plaisir à aller manger avec Tom Roud, je dois toujours une bière à Reka, et un resto à Camille (entre autres afin de découvrir qui se cache derrière cette identité secrète, c’est mesquin, je sais, mais c’est pas moi qui ait commencé). Derrière les blogueurs se cachent souvent des gens curieux et passionnés (dans le meilleur des cas passionnants), et c’est pour  se rapprocher de cette communauté qu’il est intéressant de bloguer. Bon, j’en conviens, il y a aussi des blogueurs imbus d’eux-même et pénibles… Mais je ne vais pas commencer mon billet bloguer c’est nul aujourd’hui.

Chercher, et bloguer

Je vais tenter de poursuivre la discussion amorcée dans un précédant billet, intitulé enseigner, et bloguer. Car je suis à la fois enseignant et chercheur. Et comme tous les universitaires, je suis tiraillé entre ces deux activités

(comme je m’en suis expliqué à plusieurs reprises, j’en suis ravi, cela crée une espèce de balance, cf. /1240 par exemple, il y a quelques mois). Mais à ces deux activités s’ajoute l’activité de blogger. Ou peut-être pas, en fait. Car c’est peut-être là l’erreur de raisonnement (qui fait qu’à plusieurs reprises – depuis plusieurs années – on me demande comment j’ai le temps de tout faire): autant enseigner et chercher sont – je pense – deux activités relativement disjointes (j’enseigne finalement assez peu mes thèmes de recherche), autant – comme j’essayais de le montrer dans mon précédant billet – bloguer s’insère dans ces deux activités.

Par exemple, l’autre jour, j’avais besoin d’un test de comparaison de quantiles (sur plusieurs échantillons), alors que je travaillais sur un papier de recherche. Malheureusement, ce n’est pas un problème standard (la plupart des textbook de statistique n’évoquent pas le sujet). J’ai ouvert mon cahier, et j’ai pris des notes, de choses trouvées dans divers papiers (le principal ayant été publié cette année…). Puis quand j’ai commencé à coder (c’était un peu le but), j’ai fermé mon cahier, et j’ai commencé à écrire un billet sur le blog (qui sera bientôt en ligne, sur /4199). Une raison un peu personnelle est que cela me permet de garder une trace de ce code, et de clarifier un peu ce que j’ai pu glaner et lire (j’ai des milliers de fichiers de codes sur mon ordinateur, et j’avoue m’y perdre un peu). Une autre raison est que, quitte à passer une journée, autant rentabiliser ma “journée recherche” (oui, je réserve certaines de mes journées à la recherche, en me coupant un peu des activités administratives, et de la préparation de mes cours) un produisant du contenu publié (sous une forme moins conventionnelle et reconnue qu’une publication, mais en l’occurrence, mon gribouillage ne méritait pas un article académique). Rentabiliser n’est peut-être pas le mot correct toutefois. Mais il présente l’avantage de traduire le fait que mon employeur (et divers organismes subventionnaires) me payent pour produire de la recherche Ce qui signifie que je dois certes chercher, mais aussi transmettre, à un moment ou à un autre. Je n’apporte peut-être pas quelque chose de très novateur (au sens où je me suis contenté d’aller chercher des articles théoriques qui se penchaient sur un problème semblable, je l’ai codé, et j’ai tenté de l”illustrer). Mais… c’est un peu le processus de l’activité de recherche ça, non ?

En fait, à mes yeux, la grande différence entre ce que je publie sur mon blog et ce que je publie (ou que je tente – souvent désespérément – de faire publier) dans des revues académiques, c’est que j’estime que ce que je publie ici n’a pas la prétention d’une publication académique. Au sens où je ne perdrais pas de temps à essayer de faire croire que je vais révolutionner le monde (comme on doit tous essayer de le faire dans un article académique). Pour exprimer le fond de ma pensée, je ne me battrais pas pour qu’un billet de blog soit cité dans une revue académique. Si quelqu’un utilise mes codes dans un article de recherche, je trouve légitime d’avoir un citation (sinon je pense qu’on peut parler de plagiat) mais je ne me battrais pas sur ce terrain car je pense le combat vain. Soyons lucide: si j’ai vraiment l’impression qu’un billet mérite plus, j’en ferais une version que je mettrais en ligne sur arxiv.org.  Cela dit,  dit, arxiv est à peine mieux qu’un blog: on ne peut – malheureusement – pas de contenter de publier en ligne sur arxiv . Souvenez-vous (ça vous est arrivé forcément un jour ou l’autre): comme tout le monde, vous lisez un article sur arxiv  (ou sur n’importe quel site de dépot de preprints, comme hal ou ssrn) et vous le citez, dans un article que vous soumettez. Si l’article est accepté, lors de la relecture, on vous demande “et cet article il n’a pas été publié depuis ?“. Et comme tout le monde, vous mettez à jour la référence, en citant la version publiée. Sans vraiment le lire (à la rigueur, on vérifie que le théorème 2.4 porte toujours le même nom… si on est plus courageux, que les hypothèses mentionnées n’ont pas changé depuis). Oui, sur ce point, le monde des l’édition est d’une hypocrisie infinie. Dans un monde idéal, les blog et les preprints seraient cités, mais on ne vit pas dans le monde des Bisounours (ou Calinours comme on dit à l’ouest de l’océan Atlantique, c’était la minute culturelle du billet)…

Mais je m’égare. La différence fondamentale est qu’un billet n’est qu’une ébauche d’article. Je m’autorise à mettre en ligne des morceaux de réflexions non abouties, sans véritable conclusion. Bref, mon blog est un carnet. Un carnet de recherche, et d’enseignement (c’est probablement pour cela que j’ai été ravi de le publier sur la plateforme hypotheses.org qui propose de publier des carnets de recherche, avec en plus un conseil scientifique). Je renvois aux (nombreux) billets de Mélodie Faury qui a beaucoup écrit – sur son blog infusoir.hypotheses.org sur l’utilité des carnets de recherche, à plusieurs billets de  parus sur reflexivites.hypotheses.org ou de  sur penseedudiscours.hypotheses.org, ou à l’incroyable blog blog.homo-numericus.net tenu par Marin Dacos et Pierre Mounier.

Tous ceux qui m’ont côtoyé ces dernières années le savent: je remplis des carnets. Des carnets à la fois de recherche, et d’enseignement.

http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/03/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-03-08-a%CC%80-09.52.30-1024x647.png

(au risque de tuer un mythe, un chercheur 2.0 ça peut être ça: pas de téléphone cellulaire et un cahier pour faire des dessins)

Mais ces cahiers ne permettent de garder des traces que de réflexions, de lectures, de théorèmes, de notes prises pendant des exposés, mais pas de codes informatiques, peu d’algorithmes. Bref, le blog m’apporte un complément important à mes cahiers papiers. L’autre principale différence est que le blog est public, et mes cahiers (relativement) privés. Et le monde de la recherche ayant sa part de secrets et de mystères, j’avoue ne pas publier exactement c de billets exactement sur mes thèmes de recherche. Dans le billet sur les quantiles mentionné auparavant, je prends une illustration sur des séries de température, mais le papier de recherche (sur lequel je travaillais lorsque les questions sont apparus) porte sur un tout autre sujet. Oui, compte tenu de l’esprit de concurrence qui existe dans le milieu de la recherche, il convient de garder une part de secret. Mais on peut rester confidentiel sur ses activités de recherche tout en communiquant…

L’autre intérêt d’un blog est qu’il va plus loin qu’un carnet: si je recopie un article dans mon cahier, c’est une activité de recherche. Si je le recopie sur mon blog, c’est du plagiat. En fait, le blog oblige à restituer avec ses propres mots des choses lues ici ou là. Car il serait temps de l’avouer: si on blogue en tant qu’enseignant, on blogue pour ses élèves; alors que si on blogue en tant que chercheur, on blogue avant tout pour soi. Quand Djalil publie un billet intitulé Euclidean kernel random matrices in high dimension sur son (superbe) blog djalil.chafai.net, il ne blogue pour 100,000 lecteur. Enfin, je pense. Et lorsque je blogue sur des sujets pointus, je blogue pour moi. Pour me forcer à assimiler des notions, et à les réécrire. J’ai presque envie de dire que les lecteurs, je m’en fous: s’il y a des gens intéressés par mes billets, c’est tant mieux, mais si personne ne lit mes billets “de recherche”, ça ne changera pas grand chose…

Maintenant, pour revenir sur la confidentialité, si elle est de mise tant que le papier n’est pas fini, il convient de noter qu’une fois le papier fini, c’est le contraire: il faut le faire savoir, haut et fort. Et là aussi, je dois avouer que le blog a de grandes vertus. Il donne une exposition incroyable,et permet de faire connaître ses travaux. Par exemple, en 6 semaines, 710 ont lu l’article sur la température à Montréal sur  mon blog /2909. Sans compter ceux qui ont lu la version reprise par les agrégateurs, comme r-bloggers.com/… ou architects.dzone.com/… (plus de 1300 personnes l’ont vu sur ce dernier) ou via un flux RSS. Mais en plus des billets sur mon blog, j’ai l’impression que mes articles académiques sont aussi beaucoup consultés (dans un moindre mesure, bien sûr !). Je suis toujours surpris par mon h-index, qui me semble plus élevés que beaucoup de chercheurs biens meilleurs que moi. Et je pense que le blog aide. Je pense que des papiers sont cités par beaucoup de monde parce qu’ils apparaissent tôt dans les recherches sur Google, mes blogs ayant tous été très bien référencés. Une étude (http://arxiv.org/0212043 mentionnée sur http://washingtonmonthly.com/…) disait que les articles cités étaient souvent peu lus, et effectivement, pour être cité, il suffit d’être bien référencé. Aussi, alors que j’ai longtemps cru que tenir un blog actif était contre-productif pour mes activités de recherche (et effectivement, le temps passé à écrire dans le blog se fait parfois au détriment d’autres taches) j’en suis de moins en moins convaincu. Je pense que des papiers ont été cités parce qu’ils sont mentionnés sur le blog. Soit parce j’y mets les textes en ligne (même si je n’en avais pas vraiment le droit), soit parce qu’ils étaient – juste – bien référencés, soit – en étant moins cynique – parce que pour certains papiers, je mets de codes en ligne pour mettre en œuvre les techniques proposées (je pense au papier sur le lissage spatial, /2416, ou tous les billets qui ont entouré celui sur la modélisation de la canicule d’août 2003, tag/heatwave).

Je me suis aussi rendu compte que j’ai gagné du temps dans des papiers car j’aboutissais sur des concepts connexes que j’avais pu aborder sur mon blog (souvent pour m’amuser). Par exemple, dans nos travaux sur les tremblements de terres avec Mathieu, on manipule des shapefiles (/tag/binar). Et je suis très content d’avoir joué un temps sur mon blog sur des problèmes de pistolets à eaux, qui m’ont permis de manipuler certaines fonctions sur les polygones, cf /tag/water. Enfin, plusieurs invitations à des séminaires de rechercher ou des conférences académiques ont été faites parce que le blog donne une relative notoriété, et visibilité.

Histoire de conclure en faisant une boucle, mon billet sur l’enseignement (et l’activité de blogger) venait d’une demande spécifique de Robin. Or Robin avait fait parti d’un projet génial, à savoir le blog statisfaction.wordpress.com lancé il y a quelques années par des doctorants (et post-doctorants) en statistique, sur Paris. L’idée était géniale car elle leur donnait une visibilité incroyable dans la communauté scientifique, avec des informations sur les séminaires, les cours, et leurs activités de recherche. Il n’est pas étonnant de voir autant de blogs scientifiques tenus pas des doctorants – ou lancés alors qu’ils étaient doctorants – je pense par exemple à Corey à Montréal, bayesianbiologist.com ou a plusieurs blogs d’économie, comme le défunt (ou disons resté très longtemps inactif) ecopublix.eu ou mafeco.fr, par Emmeline et  Jean-Edouard, ou encore rationalitelimitee.wordpress.fr lancé par Cyril quand il était encore doctorant. Les doctorants étant les principaux producteurs de recherche, il est logique de les voir apparaître aussi clairement dans la communauté des bloggers tenant des blogs de recherche (pour ne pas dire des carnets de recherche).

Mais bon, il serait temps de clôturer la séries des billets bloguer, c’est génial (surtout que je me rend compte que mon billet part un peu dans tous les sens, et n’a pas la profondeur d’analyse que l’ont peut retrouver dans les blogs d’ hypotheses.org mentionnés auparavant) La prochaine fois, promis, un billet sur bloguer, c’est nul !

Enseigner, et bloguer

Petite introspection aujourd’hui, à la demande de Robin (et en français, car je pense que j’aurais déjà du mal dans une langue que je maitrise). Je n’ai jamais été très doué pour ce genre d’exercice, et je ne pense avoir aucune légitimité en la matière, mais si Robin me demande, je ne vois pas pourquoi refuser. La question était (je me permets de citer) “je me demandais si tu avais écris un billet “meta” sur ton utilisation du blog pour l’enseignement. Si non, ce serait très intéressant que tu en écrives un quand tu auras le temps” (Robin évoque ce point pour introduire son dernier billet, sur  http://robinryder.wordpress.com). Comme je n’ai publié aucun billet répondant à la question, je me lance.

Tout d’abord, mon blog n’est pas un blog de chercheur (comme peuvent l’être celui de Xi’an http://xianblog.wordpress.com/ ou de Djalil, http://djalil.chafai.net/blog/) pas un blog de point de vue sur l’enseignement supérieur et la recherche (comme celui de David http://david.monniaux.free.fr/, ou de Tom Roud http://tomroud.cafe-sciences.org/), pas un blog d’enseignement (euh, je ne sais pas s’il y en a, pour être sincère, ou alors je mettrais le blog improbable de Terry Tao, http://terrytao.wordpress.com/ mais ce qui est de l’enseignement pour lui ressemble à de la recherche pointue et novatrice….), ce n’est rien de tout ça. Ou c’est tout ça à la fois (et je crois que j’en tire une certaine fierté). Mais le fait est que ce blog (ou sa version primitive, https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/) est né via l’enseignement. Peut-être devrais-je revenir un peu en arrière, avant de faire un bilan après… bientôt cinq ans en tant que “blogger académique“.

  • la vie d’enseignant avant le blog

Oui, fut un temps ou j’enseignais sans tenir de blog en parallèle. Enfin, presque. Mon premier cours a été mon cours séries temporelles, théorie et applications aux masters Actuariat et Mathématiques de la Décision, en janvier 2002, à Dauphine.  Je m’en souviens, tout d’abord  car tous les profs se souviennent – je pense – de leur premier cours. Aussi parce qu’à l’époque je travaillais dans le privé comme on dit, et enseigner a été une révélation. Enfin, parce que ce cours aura été (je pense) à l’image de tous mes autres cours: j’étais enthousiaste, je préparais mes cours au dernier moment (en l’occurence, on m’a demandé avant les vacances de Noel si je pouvais assurer un cours de cinquième année au pied levé, au retour des vacances), et je me suis rendu compte que je ne pourrais jamais tout raconter dans un cours, et que je serais toujours affreusement brouillon.

A l’époque, je tapais des documents que je remettais toutes les semaines, qui ont pris la forme de notes de cours quelques années plus tard (qui sont d’ailleurs toujours en ligne sur le site http://193.51.89.161/st/, et que des générations d’étudiants auront cité, à mon grand étonnement). Et sur ma “page internet“, je mettais des liens pour aller plus loin, des liens vers des bases de données, etc. C’était le début d’internet, et on pouvait faire ce qu’on voulait. Je crois qu’à une époque, j’avais même mis une version pirate d’EViews sur la page, pour que les élèves l’installent sur leur PC. Bref, dès mon premier cours, je me souviens avoir pensé que le cours ne s’arrêterait pas aux trois heures de cours magistral, mais il me manquait un support informatique digne de nom.

Je me souviens aussi, pour mon cours de Chaines de Markov, avoir mis sur ma page perso (hébergé alors sur http://crest.fr/) des vidéos que j’utilisais dans mon cours pour montrer la convergence vers la loi limite. Là aussi, je m’étais dit que le polycopié de cours en pdf était un peu dépassé, qu’il manquait les animations que l’on pouvait mettre en ligne pour accompagner un cours (d’un point de vue technique, je suis constamment surpris d’ailleurs qu’on ne puisse insérer un gif animé dans un fichier pdf).

  • la vie d’enseignant qui découvre le blog

En 2008, j’ai rejoint Rennes 1, et le service informatique à l’époque poussait à créer des blogs, plus vivants que des pages persos. Sans être convaincu, je me suis lancé dans l’expérience. Si je n’y voyais aucun intérêt pour la recherche, je me souviens m’être dit que ce support pourrait justement me permettre d’éviter les pages statiques et brouillonnes que je pouvais avoir (je renvoie à la page de mon cours de séries temporelles, qui est encore en ligne sur cf http://193.51.89.161/st/).

Ma première motivation était de pouvoir mettre en ligne, après chaque cours, transparents, codes, bases de données, liens vers des ressources supplémentaires (en particulier je pouvais insister sur les aspects computationnels, que je ne peux aborder en cours, faute de temps, et souvent parce que ce n;est pas l’objet du cours). Bref, avoir sous le coude une espèce de carnet de route du cours. Et c’est comme ça que je voyais le blog, comme un carnet d’enseignant. En plus, j’ai longtemps eu tendance à improviser les cours en classe, au grès du vent, en navigant du tableau blanc à R, constamment ouvert pour illustrer tel ou tel point (je dois avouer que c’est à Bernard Ycart que j’ai emprunté le style, sans jamais réussir à l’égaler).

Ensuite, je me suis rendu compte que cela permettait d’éviter un problème qui m’agaçait depuis mon premier cours: beaucoup d’élèves n’osent pas prendre la parole en cours (ce que je comprends parfaitement, l’idée n’est aucunement de leur jeter la pierre), et un certain nombre venaient me voir à la pause, ou après le cours, pour me poser des questions. Pour les questions à la pause (je continue à fonctionner de cette manière), je les retiens, et je réponds collectivement lorsque le cours reprend, en partant du principe que si un élève ose poser une question, c’est que cinq se la posent aussi sans oser venir me voir. Donc la réponse intéresse tout le monde. Par contre, pour les questions de fin de cours, je trouvais que le blog permettait de répondre à ces questions, qui parfois étaient connexes à la matière vue en cours (je fais assez de digressions dans mon cours, inutile de rajouter de l’huile sur le feu).

Bref, le blog a permis de mettre en place une espèce de forum: quand je postais un billet, les élèves poursuivaient via les commentaires, ou par courriel pour les moins courageux, et le blog est devenu une espèce de forum. Avec le recul, je pense que cela tenait de l’incroyable dynamisme des étudiants que j’ai eu au master statistique et économétrie de Rennes, qui m’ont permis d’avoir un blog à la fois académique, mais un peu décalé, qui n’essayait pas de se prendre au sérieux. Je pense que si je suis devenu accro à mon blog, c’est à cause de cette promotion d’étudiants, qui arrivaient au début du master, en même temps que je prenais possession de mon poste à Rennes.

Avec un peu de recul, je pense qu’il fallait une sacré dose de naïveté pour penser que seuls les étudiants (et les copains) passeraient voir le blog. Car il y a une grande différence entre un forum lié à un cours et un blog ouvert sur le monde. Oui, il faut etre soit mégalo pour tenir un blog, soit oublier que le blog sera lu par plus de 60 utilisateurs (ce que j’appelais de la naïveté). Je me souviens que ça a été un choc de me rendre compte que le nombre de visiteurs n’était pas les 60 étudiants inscrits à mes cours, mais quelques centaines de millers de personnes, après quelques mois d’utilisation, que je ne connaissais pas.

Pour ceux qui veulent savoir dans quelle catégorie je suis, entre le mégalo et le naïf (car j’ai perdu ma naïveté) j’en rajouterais une troisième: il suffit d’être un vieil ours des cavernes, qui se contente de tenir un carnet de route de ses cours, tout en le mettant en accès ouvert, en espérant que ca aide quelqu’un, un jour.

  • un petit bilan avec plus de recul

Qu’en est-il avec cinq ans de recul ? J’avoue que je ne sais pas… Je ne sais pas si le blog est devenu trop sérieux, trop institutionnel (j’évite pourtant de le mettre dans les classements pour éviter de lui faire prendre plus d’importance qu’il ne mérite d’en avoir). J’ai aussi changé de type d’étudiants: en France, je n’ai jamais fait de cours en licence par exemple alors que je fais essentiellement des cours undergraduate à Montréal (mais c’est très lié aux différences fondamentales entre l’actuariat en Amérique du Nord et en Europe, il faudrait un billet entier sur le sujet). Mais force est de constater que ce n’est plus pareil…

L’enthousiasme que j’avais ressenti à Rennes a disparu. A la fin de la session d’automne, des élèves m’ont reproché de bloguer, et de ne pas utiliser moodle (“comme tous les profs“) et j’avoue ne pas avoir compris ce que cela signifiait.

Le dernier élève a avoir posté des commentaires sur le blog, je vais finir par lui proposer de l’encadrer pour son stage de maitrise… A croire que les étudiants sont intimidés par le blog. Cela dit, là encore je ne jetterais la pierre à personne car j’évite autant que possible de poster des commentaires sur les blogs des autres, essentiellement car je n’ai pas la main dessus. Je veux pouvoir effacer mes messages si j’en ai envie. Mais je suis surpris que les seules personnes qui me contactent par email (et ils sont nombreux) ne soient pas mes élèves…

Mais je m’égare. En fait, je tenais à dire qu’avec la migration de mon blog, je me pose beaucoup de questions sur le blog (surtout que Martin a transféré les messages en les mettant tous en pending: je dois rouvrir les billets pour demander à les remettre en ligne). A plusieurs reprises, je me suis demandé si je devais remettre en ligne des vieux billets de cours: le cours est fini, le billet n’intéresse (peut-être) plus personne. Je dois avouer que j’ai remis en ligne plusieurs vieux billets, pour une raison très simple: j’ai beau vieillir, les étudiants, eux, ne vieillissent pas, et me posent les mêmes questions que les étudiants qui avaient suivi le cours une ou deux sessions auparavant. Pour le cours que je donne cette session, il y a les billets que je mets en ligne, régulièrement, mais en plus, j’ai décidé, de rajouter avec le même code les billets passés. En fait – pour faire une petite remarque technique – je classais avant mes billets par un code cours-année. Je me rends compte que l’année ne sert à rien. Mieux vaut avoir une accumulation de billet pour un même cours.

Cela dit, ça semble perturber les étudiants. Là encore, je les comprends: comment s’y retrouver quand un prof demande de fouiller – mon fameux “va voir sur le blog, j’ai fait un billet sur le sujet au printemps 2009” – dans un blog avec plus de 1000 billets ? Ça peut intimider. Peut-être autant que la première fois que j’ai mis les pieds à la bibliothèque de maths de Jussieu (à l’époque) à Paris: on ne sais pas comment s’y retrouver. Ça prend du temps, et à la longue, on finit par s’y sentir comme chez soi, et par s’y retrouver. Et je pense que c’est pareil avec le blog. Il faut comprendre comment naviguer, entre les tags, les catégories, les pages.

Je me rends compte que mon billet a été plus long que prévu. Et que je ne crois pas avoir réussi à conclure. Je ne sais pas si bloguer sert à mes étudiants (si je ne blogue pas pour mes élèves, les courriels que je reçois me laissent croire que je blogue pour d’autres). Ce qui est clair, c’est que personnellement, bloguer me sert à préparer un cours, ça me permet de mieux m’organiser (c’est d’ailleurs un point que notait Simon dans son billet sur le sujet http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/…), de me laisser de la place pour ce que je n’ai pas le temps de faire au tableau (car oui, auparavant, je voulais tout dire au tableau, quitte à saturer les élèves). Mon blog, c’est la version électronique de mes cahiers, où je note tout. Je me souviens de tout ce que j’ai pu taper depuis 5 ans (je me souviens avoir été impressionné qu’Andrew Gelman se souvienne de billets écrits plusieurs mois auparavant sur son blog http://andrewgelman.com/, mais je dois avouer, avec le recul, qu’effectivement, on s’en souvient), et je sais que je peux y retrouver des choses, quand j’en ai besoin, pour un cours, par exemple. Maintenant, c’est vrai que c’est bordélique. Mais ceux qui trouvent mon blog mal rangé devraient un jour entrer dans mon bureau, ils changeraient d’avis !

Words are important (when dealing with statistics). But still.

In statistics, it might be difficult to know what a symbol stands for. For instance, https://latex.codecogs.com/gif.latex?\widehat{\theta} can either be a real value, i.e. the value taken by a statistics from a given sample. But it can also be a random variable, assuming that the sample is now a collection of i.i.d. random variables. We can usually distinguish https://latex.codecogs.com/gif.latex?x_i‘s (values from a given sample) and https://latex.codecogs.com/gif.latex?X_i‘s (the underlying random variables, i.e. https://latex.codecogs.com/gif.latex?x_i=X_i(\omega) for some https://latex.codecogs.com/gif.latex?\omega\in\Omega). But notations might confusing, and it is hard to distinguish random variables, and values taken by random variables (or realizations). But usually, if we look at the context, one can figure out what symbols stand for.

But sometimes, it is difficult to get a proper definition, not for some symbols, but for words. And most of the time common words. Recently, I wrote a short paper, claiming that it was difficult to model the number of bodily injuries related to car accident, since it is difficult to define death. Actually, the definition of dead did change a few years ago (as weird as it might sound), which did cause a rupture of some series.

I recently had a similar story, discussing with a pharmacist in Montréal who said to me “you French are known to be the world’s champion in terms of drug consumption“, see e.g.

  • The French are Europe’s champion medicine-takers” in http://economist.com/…, mentioning “heavy drug-consumption culture
  • The data show that drug consumption in France remains one of the largest in Europe” in http://bizcovering.com/…
  • France has one of the largest drug markets in the world and the drug consumption per capitahttp://ispor.org/… (among so many articles)

I do not think I am a drug addict (I might be – like most of my colleagues – a coffee addict, but as Paul Erdős  – or more probably Alfréd Rényi – said once, “a mathematician is a device for turning coffee into theorems“). The main problem here is the notion of “consumption“. The economics interpretation is simply that someone buys a product or a service (see http://dictionary.reference.com/…). There is also the food-related interpretation, where consuming means ingesting, i.e. eating or drinking (see http://dictionary.cambridge.org/…).

So pill and drug “consumption” is ambiguous: is it the number of pills purchased, or ingested (actually consumed), or prescribed? The first thing one should remember is that the Social Security in France refunds (almost) all medications prescribed by a doctor. So it is uncommon to leave the office of a doctor without a prescription, at least of aspirin: a visit to the doctor is usually, in France, the opportunity to stock some over-the-counter drugs. The second thing is that there is a major difference between France and North America when we go to the pharmacy. In Montréal for instance, if I have a prescription for 12 pills, then the pharmacist does give me exactly 12 pills (from a big pot). In France, pills are sold in prepackaged boxes, so if the box contains 10 pills, I will get 2 boxes, just to be sure I’ll get my 12 pills. From a medical point of view, I will consume my 12 pills, but from an economic perspective, I will consume 20. So comparing statistics is extremely difficult, not because the the maths, but because it is difficult to define (even simple) concepts.

Inglés ? Französisch ?

When I started to blog, I found it “natural” to blog in French. Not “natural” in the way Dominique Bouhours sees it: according to Bouhours, only the French language exactly reflects the natural way of thinking

La langue française est peut-être la seule qui suive exactement l’ordre naturel, et qui exprime les pensées en la manière qu’elles naissent dans l’esprit

as he wrote it). “Natural” in the sense that French is my mother language. And perhaps also because, as a French, I did not really see the interest of using another language… Yes, somehow, I still feel that we (French people) believe that Antoine de Rivarol was right when he said, in his Discours sur l’universalité de la langue française that French is innately superior to other languages: French has an element of probity attached to its genius, it is not the language of the French, it is the language of humanity

Dégagée de tous les protocoles que la bassesse invente pour la vanité et le pouvoir, elle en est plus faite pour la conversation, lien des hommes et charme de tous les âges, et puisqu’il faut le dire, elle est de toutes les langues la seule qui ait une probité attachée à son génie. Sûre, sociale, raisonnable, ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine

But I might be exaggerating here: if I can express more subtle things in French, it simply means that my English is too poor. I mean, in my work as a professor and a researcher, I do use English on a daily basis (reading textbooks, discussing with colleagues, or co-autors, writing research papers, etc). But blogging is just for fun… so at first, I started to blog in French.

Then, while I was giving a short course in Brazil, I understood that some students there actually did go to my blog. They were using online translation – which translated quite poorly by that time – and some asked me if I could write more posts in English. I did have also a request from Tal, the editor of http://r-bloggers.com/ who asked me to share my posts that contain R codes with the R community (i.e. non French-speaking people). So I decided to write more and more posts in English. Except perhaps posts related to my undergraduate courses.

I thought about all that recently because, while I was in Europe last week, some colleagues in Amsterdam mentioned my blog, claiming that there were (still) too many posts in French. While on the other hand, some French colleagues still ask me why I do not write only in French.

Somehow, I still find it more comfortable to write in French, especially on French related issues (e.g. politics and pools, or university related debates). But I still like the idea that my post may be interesting for students in Brazil, actuaries in the U.K. or researchers in Norway… So I guess I will try to write more posts in English. Which is not that complicated actually, since, as a French academician (or George Bernard Shaw, the source is not clear) once put it “English is a language that is relatively easy to speak poorly“. So, let’s do it….

Amsterdam, PhD defense

http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-01-21-a%CC%80-09.14.31.png

Last week, I was involved in the PhD defense of Julien Tomas, with Rob Kaas (promotor), Frédéric Planchet (co-promotor), Katrien AntonioMarc Goovaerts, Ann De Schepper and Michel Vellekoop. The PhD thesis – untitled quantifying biometric life insurance risks with non-parametric smoothing methods – can be dowloaded on http://dare.uva.nl/… and on http://tel.archives-ouvertes.fr/.

http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-01-21-a%CC%80-09.13.07.png

The R codes will be available soon on my blog (and on Julien’s new website http://www.likelihood.me/).

http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-01-21-a%CC%80-09.13.29.png http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-01-21-a%CC%80-09.15.01.png http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-01-21-a%CC%80-09.13.45.png

Museum experiences, in the City

This Saturday, we had two interesting museum experiences, with the kids. Kids are 10, 7 (and a half as she keeps saying) and 2 (and a half, too). In the morning, we went to the MoMaths (which is the pun which stands for Museum of Mathematics, and sounds like MoMA) see e.g. nytimes.com/2012/12/14/arts/…, which opened mid-December.

There were a lot of exhibitions, to illustrate all kinds of mathematical concepts (as described in http://businessinsider.com/…). From a design point of view, what I did prefer was undoubtly the packing problem table. You pick up -say – five disks, and you have to pack them in – say – a triangle (an equilateral one). When you move the disks, the computer locates them and instantaneouldy computed the area of the smallest triangle which contains all of them: you have your own area, as well as the smallest one (known, so far).

DSC04288_s DSC04296_s DSC04295_s

I wanted to see if kids had more intuition than I did, but even if we know the smalled area, unfortunately, we cannot see how to get it, in the museum. Of course, online, one can easily find it, e.g. for circles

for triangles,

or for squares

Nice and fun, isn’t it ? (pictures are from http://mathworld.wolfram.com/…)

About people around, you could hear two kinds of talks in the museum: “look, it’s fun, when you run, the ball is following you” (kids) or “oh, nice, as long as people move, the algorithm removes automatically nodes in the connected graphs” (former kids). Even some people decided to use sheets of paper to prove that they were correct,

And yes, everyone had fun, even my youngest daugther, who’s only 2 (and a half, I know).

We spent two hours at the MoMaths, and the kids did not want to leave. I have to admit that I was a bit relieved to leave, finally: visiting the museum was like those social events in conferences. Actually, people there were clearly people that I keep seing at work, and in conferences. But there were kids, too, so it was much more convivial. People were also drawing, like in real museums… or like during talks, in conferences. It was work, with fun (and the family). Like my blog, somehow…

Then, we went to the Guggenheim Museum. One has to admit that this is another experience. The building itself is amazing.

Guggenheim

But here, it was a more standard museum experience… Except perhaps while we where visiting the Gabriel Orozco exhibition (which was, actually, extremely interesting and reminded me Francis Alÿs ‘s work presented at MoMA last year,  http://francisalys.com/…)

http://freakonometrics.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/253/files/2013/01/gugg.png

There was a guard, in a corner, and when we got too close, he asked us to move back. Trying to understand what was going on, we saw a small stone, behind him (of course “no picture, please“). The guard was waiting for a museum conservator to assess if the stone was from a shoe of a visitor, or a part of the exhibition… The conservator came look clearly at the stone, as well as others, trying to choose (if possible with conviction) whether this was a piece of art (part of the exhibition), or just a vulgar stone. True story…

DSC04339_s DSC04340_s

We finally left after one hour (my daughter had finished her kids activity, i.e. drawing like Picasso, comparing Picasso and Velasquez’s Meninas, and counting nuances of grays). Now, let us compare those two experiences. For instance, the visitors. At MoMaths, it was half kids, half math professors (from a personal guess), while at Guggenheim, it was more like one third tourists (with their NY Yankees cap, just to pretend they aren’t tourists… which is exactly what I do), and two third retired upper-class New Yorkers (including some much youger models in the arms of golden boys). At MoMaths, most of them were English speakers (and they had to, beacuse it was quite difficult to get information in another language, unfortunately), but at Guggenheim, I heard a lot of French, Italian, even Dutch… The public in those two museums were completely different.

When discussing with kids afterwards, we wanted to know which museum they did prefer. Without any doubts, the answer was MoMaths. And when we asked them in which museum the freakiest people were, they both said the Guggenheim museum. Maybe I am not really a freak, after all, at least in my kids eyes…

The D.I.Y. strategy, and why academics should blog !

Last week, I went to the Econometrics seminar of Montréal, at UdM, where Alfred Galichon was giving a great talk on marriage market. Alfred is a former colleague (from France), a co-author, an amazing researcher, and above all, a friend of mine. And he has always be supportive about my blogging activities. So while we were having lunch, after the seminar, Alfred mentioned my blogging activity to the other researchers. I should say researchers in Econometrics (yes, with a capital E, since it is a Science, as mention in an old paper by David Hendry by the end of the 70’s). Usually, when I am involved in this kind of meeting, I start with some apologies, explaining that I do like theoretical econometrics (if not, I would not come to the seminar), but I do like my freakonometrics activity. I do like to use econometrics (or statistical techniques) to figure out (at least to try) why some things works the way they do. I try to find data, and then try to briefly analyze them to answer some simple questions. Or sometime, I just run simulations to answer more theoretical questions (or at least to give clues).

But above all, I like the fact that blogging gives me the opportunity to interact with people I would never meet without this activity. For instance, last May, I was discussing (on Twitter) with @coulmont, @joelgombin and @imparibus about elections in France. Then @coulmont asked me “yes, everyone knows that there should be some ecological fallacies behind my interpretation, but I am not so sure since I have data with a small granularity. As an econometrician, what do you think ?” Usually, I hate having a label, like “… I ask you since you’re a mathematician“, or “as an economist, what do you think of…“. Usually, when people ask me economic questions, I just claim being a mathematician, and vice-versa. But here, I even put on the front of my blog the word “econometrics” (more or less). So here, I could not escape… And the truth is, that while I was a student, I never heard anything about this “ecological fallacy“. Neither did I as a researcher (even if I have been reading hundreds of econometric articles, theoretical and applied). Neither did I as a professor (even if I have been teaching econometrics for almost ten years, and I have read dozens textbooks to write notes and handouts). How comes ? How come researchers in sociology and in political sciences know things in econometrics that I have never heard about ?

The main reason – from my understanding – is the following: if everyone talks about “interdisciplinarity” no one (perhaps a few) is really willing to pay the price of working on different (not to say many) areas. I tried, and trust me, I found it difficult. It is difficult to publish a paper in a climate journal when you’re not specialist in climate (and you just want to give your opinion as a statistician). It is difficult to assume that you might waste weeks (not to say months) reading articles in geophysics if you want to know more about earthquakes risks, going to seminars, etc. Research is clearly a club (“club as defined in Buchanan (1965)) story.

This week, I planned to go to some journal club in biology and physics, at McGill (kindly, a colleague there invited me, but we got a time misunderstanding)… this has nothing to do with my teaching, nor with my research activities. But I might learn something ! Yes, I do claim that I am paid just to have fun, to read stuff that I do find interesting, trying to understand the details of a proof, trying to understand how data were obtained. In most cases, it might (and should) be a complete waste of time, since I will not publish anything (anything serious, published in some peer reviewed journal) on that topic… but should I really care ? As I explained earlier (in French), I do also claim that I have a moral obligation to return everything I have seen, heard, read. And since I am not a big fan of lectures (and that I do not think I have skills for that) I cannot give my opinion, neither on economics facts (as @adelaigue or @obouba might do on their blogs) or on science results (as @tomroud does). But I think I can help on modeling and computational issues. My point being: never trust what you read (even on my blog) but please, try to do it yourself! You read that “90% of French executive think about expatriation” (as mentioned here)? Then try to find some data that should confront that statement. And see if you come up with the same conclusion… And since it might be a bit technical sometimes, here are some lines of code, to do it on your own… Academics have a legitimacy when they give their opinions on technical issues. At least they can provide with a list of reference everyone should read to get an overview of the topic. But academics can also help people read graphs, or data. To give them “numeracy” (or a culture in numbers) necessary to understand complex issues.

To conclude, I should mention that I understood what this “ecological fallacy” was from  Thomsen (1987) and many more documents could be found on Soren Thomsen’s page http://www.mit.ps.au.dk/srt/. But I got most of the information I was looking for from a great statistician, who happens to be also an amazing blogger: Andrew Gelman (see http://andrewgelman.com/). I will probably write a post someday about this, since I found the question extremely interesting, and important.

Quel trajet minimal pour récupérer le maximum de bonbons à l’Halloween ? (partie 2)

Continuons la discussion de ce matin, avec l’exemple des capitales américaines. On peut trouver une telle liste liste en ligne sur wikipedia,

> capital=read.table(
+ "http://freakonometrics.free.fr/US-capital.csv",
+ header=TRUE,sep=";")
> capital=capital[-c(2,11),]

On va enlever Hawaï et l’Alaska, qui forcent à faire de trop grands détours. Dans TSP, sous R, il y a des listes de villes américaines, avec les coordonnées. En bricolant un peu, on va récupérer les coordonnées de la plupart des capitales,

> library(maps)
> library(maptools)
> library(sp)
> library(TSP)
> Lcap=paste(as.character(capital[,1]),
+ as.character(capital[,2]),sep=", ")
> M=as.matrix(USCA312)
> L=labels(M)[[1]]
> Lcap=Lcap[which(Lcap%in%L)]
> k=which(L%in%Lcap)
> M=M[k,]
> M=M[,k]
> listeUSA=TSP(M,L[k])

Et cette fois on est prêt,

> tour=solve_TSP(listeUSA, method = "nn")

on a lancé l’algorithme, et on peut faire un dessin,

> COORD=data.frame(USCA312_coords[k,])
> COORD=COORD[as.numeric(tour),] 
> map('state',fill=TRUE,col="yellow")
> lines(COORD$coords.x1,COORD$coords.x2,
+ lwd=3,col="blue")
> points(COORD$coords.x1,COORD$coords.x2,
+ pch = 19, cex = 1.2, col = "red")

pas mal, n’est pas ? Bon, mais comme d’habitude, rien ne garantie que l’on ait trouvé le trajet optimal… En fait, le soucis est que si on relance l’algorithme, on retombe sur un autre trajet,

voire encore un autre si on lancer une nouvelle fois l’algorithme,

C’est pénible, n’est ce pas ? En fait, si on lance 1,000 fois l’algorithme on obtient la distribution (des distances optimales) suivante

autrement dit, on a encore beaucoup de variabilité, avec une distance optimale qui peut varier d’environ 10% entre deux boucles d’algorithmes. Cela dit, cela reste faible par rapport à un trajet au hasard,

Et d’ailleurs, si on compare la distance obtenue en tirant les villes au hasard, on arrive à un taux de l’ordre de 27% (qui peut être comparé à ce que nous avions obtenu en tirant au hasard dans le carré unité)

>  HAZARD=OPTIMAL=RATIO=rep(NA,500)
>  for(s in 1:500){
+   HAZARD[s]=tsp.longueur(M,sample(1:nrow(M)))
+   tour=solve_TSP(listeUSA, method = "nn")
+   OPTIMAL[s]=tsp.longueur(M,as.numeric(tour))
+   RATIO[s]=HAZARD[s]/
+            OPTIMAL[s]
+ }

Bref, compte tenu de la (grande) dispersion des résultats optimaux obtenu, on pourrait dire que cet algorithme est assez mauvais. Même s’il est très rapide. Un autre avantage est que l’on peut spécifier la ville de départ, par exemple. Ici, si on souhaite partir de Floride, on peut obtenir le trajet suivant

> tour=solve_TSP(listeUSA, method = "nn",
+ control=list(start=41))

Passionnant n’est-ce pas ? Et encore, ça ne va pas m’aider à trouver le parcours optimal pour les enfants, car pour les enfants, il faut spécifier le point de départ (voire le point d’arrivée), il faut en plus rester sur la route (voire traverser aux passages pour piétons). On peut aussi vouloir faire une pause pipi au milieu de la promenade…. Bref, on a pas mal de contraintes ! Mais tout est expliqué dans le livre fabuleux de William Cook, In Pursuit of the Traveling Salesman, qui reprend toute l’histoire des algorithmes les plus fins pour résoudre ce joli problème de maths…