Somewhere else, part 84

Some writings worth reading

F.P. Ramsey has some claim to be the greatest philosopher of the twentieth century. In Cambridge in the 1920s, he single handedly forged a range of ideas that have since come to define the philosophical landscape. Contemporary debates about truth, meaning, knowledge, logic and the structure of scientific theories all take off from positions first defined by Ramsey. Equally importantly, he figured out the principles governing subjective probability, and so opened the way to decision theory, game theory and much work in the foundations of economics. His fertile mind could not help bubbling over into other subjects. An incidental theorem he proved in a logic paper initiated the branch of mathematics known as Ramsey theory, while two articles in the Economic Journal pioneered the mathematical analysis of taxation and saving. [to be continued…]

Students who acquire large debts putting themselves through school are unlikely to think about changing society, Chomsky suggested. “When you trap people in a system of debt . they can’t afford the time to think.” Tuition fee increases are a “disciplinary technique,” and, by the time students graduate, they are not only loaded with debt, but have also internalized the “disciplinarian culture.” This makes them efficient components of the consumer economy.

et un tout petit peu de lecture en français ces dernieres jours

Comme la radio est devenue, pour des raisons pratiques, le média privilégié de la circulation automobile, les journaux papier sont de plus en plus des objets de consommation ponctuelle, dans des situations de déconnexion, particulièrement les transports en commun. Alors que les kiosques à journaux périclitent, les gares ou les aéroports comptent parmi les derniers endroits où le commerce de l’information reste vivace. Pourtant, l’autre jour, en rentrant de voyage, je suis ressorti les mains vides de la librairie, malgré la perspective d’un long trajet en RER. Ce n’est pas la première fois que la ribambelle des Unes échoue à éveiller mon désir. Si cette offre ne me tente pas, c’est parce que mes propres outils de sélection des sources m’éloignent des récits médiatiques les plus courants, qui perdent de leur pertinence à mes yeux. J’ai donc passé mon trajet à lire et à commenter mes flux Facebook et Twitter. Une activité moins confortable que la lecture d’un magazine, compte tenu de l’étroitesse de l’écran de mon smartphone et d’une connexion 3G parfois fluctuante, mais néanmoins plus satisfaisante que la consommation d’un support d’information non interactif. La raison de cette désaffection n’est pas évidente pour tout le monde. Selon Bernard Guetta, prix Albert-Londres et éditorialiste vedette à France-Inter, «la crise de la presse occidentale est avant tout celle des grands courants de pensée européens et américains (…), la conséquence de la panne d’idées occidentale». Si l’expert en géopolitique lisait un peu moins ses organes favoris, et un peu plus internet, il serait étonné de la diversité et de la richesse de pensée qui s’y exprime, très loin de la “panne d’idées”. On pourrait plus opportunément pointer la frilosité et le conformisme du filtre médiatique, que ses contraintes économiques poussent vers un lectorat de plus en plus âgé et nanti. Construits par le jeu des affinités et par tests d’essai/erreur, les bouquets informationnels des réseaux sociaux proposent par définition un ciblage plus fin et plus adapté que n’importe quel média de masse. Mais ce n’est pas la seule raison qui les impose comme l’alternative définitive à la consommation de la presse. [a suivre…]

Did I miss something?


One thought on “Somewhere else, part 84”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.