Tag Archives: UQAM

Les Arbres de Classification

J’animerai une formation lundi 28 de 14:00 à 16:00 au local N-6320 de l’UQAM sur le thème introduction aux arbres de classification. Cette formation est organisée dans le cadre des séminaires en méthodes d’analyses quantitatives et qualitatives qui se tiennent régulièrement depuis un peu plus d’un mois. animé par le collectif pour le développement et les applications en mesure et évaluation (Cdame). Les slides sont disponibles en pdf (il y a quelques animations, qui ne passent qu’avec Acrobat)

La base utilisée tout au long des exposés est la suivante
> MYOCARDE=read.table("http://freakonometrics.free.fr/saporta.csv",head=TRUE,sep=";")

Dernières cartes du pôle nord

Une fois n’est pas coutume, je vais mettre quelques cartes que je n’ai pas générées, pour illustrer le débat de demain soir. Une première carte datant de 1906,

et une autre datant de 1950,

Pour rappel,  Robert Peary aurait été le premier homme à atteindre le pôle Nord en avril 1909 (en traîneau à chiens, lors de sa huitième expédition).  Mais beaucoup de monde semble en douter.  Roald Amundsen et Umberto Nobile l’ont surovlé en dirigeable en 1926, alors qu’Ivan Papanine s’y est posé, en avion, en 1937. Il faudra attendre l’expédition de Wally Herbert en 1969 pour qu’un explorateur l’atteigne à pieds (en l’occurence, en traîneau à chiens). Je retiendrais aussi la carte d’Aleksandra et Daniel Mizielinski,

Pour revenir au débat de la soirée (à qui appartient le pôle nord), je pourrais mettre quelques cartes (en plus de celle de mon précédant billet) sur le partage possible de la zone arctique, allant d’un découpages simpliste

à d’autres plus complexes,

L’idée (envisagé comme un solution plausible) serait de diviser le pôle Nord entre tous les pays limitrophes, reliant la zone limitrophe au territoire de l’Arctique, jusqu’au pôle Nord.

 

Car le débat est intense… Par exemple, l’expédition danoise de 2012, à bord du LOMROG avait pour but d’étudier la dorsale de Lomonossov  – Хребет Ломоносова – afin d’établir que la faille ne relie pas le pôle à la russie, mais au Groenland. En effet, la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) établit qu’un pays peut demander à rattacher un terroitoire à sa zone économique exclusive (EEZ) de 200 milles nautique dans le cas où le territoire se trouve sur une extension de son plateau continental. Depuis 2008, dispose d’un passage, libre de glace, permettant un passage est-ouest, rendant possible pour le trafic maritime

Maintenant, on se doute que si certains se disputent la région, ce n’est pas (uniquement) à cause du Père Noël (on pourra d’ailleurs relire Canada issues Santa Claus a passport à ce sujet), mais à cause des ressources en gaz et en pétrole,

Le USGS estimait ainsi que  13% du pétrole brut, et 30% du gaz naturel non découvert (et récupérable) se situait en Arctique. La suite du débat aura lieu demain soir

On retourne au pôle nord ?

Depuis plusieurs jours, j’essaye de me préparer autant que possible au débat de mardi soir, et plus j’avance dans mes lectures, plus je trouve que la question “à qui appartient le pôle nord” est complexe. Un autre exemple récent de “revendication” d’une région par d’autres pourrait être celui de l’Ukraine. Pour simplifier outrageusement un débat (là aussi), j’ai l’impression qu’une partie de l’Ukraine se sent européenne, et une autre se sent russe. Un outil pour visualiser cette appartenance peut être d’utiliser des données de langue, par exemple.

File:Ukraine cencus 2001 Ukrainian.svg

Avec des données et une visualisation sur une carte, on peut tenter d’éclairer un peu. Mais dans le cas du pôle nord, on ne peut pas vraiment utiliser de données de ce genre (pas à ma connaissance, malheureusement). Cela dit, on peut apprendre des choses passionnantes dans un ancien numéro de Courrier International sur cette même question :

Dans mon précédant billet, j’avais parlé de la discussion que j’avais eu, rapidement, avec ma fille. En emmenant mon fils à l’escrime vendredi soir, je lui expliquais la problématique du débat, et sa réponse a été sans ambiguïté: le pôle nord appartient à celui qui a mis son premier un drapeau dessus ! On retrouve là la visualisation graphique de l’affiche du débat. Maintenant je dois avouer que ce genre de revendication me gêne un peu. La symbolique de la pose du drapeau est troublante quand on y pense. Une des images à laquelle on pense immédiatement est d’ailleurs le drapeau américain, posé sur la lune (en écho au drapeau hissé lors de la bataille d’Iwo Jima, 硫黄島, en février et mars 1945). A l’époque du drapeau américain sur la lune, il avait d’ailleurs été précisé « this act is intended as a symbolic gesture of national pride in achievement and is not to be construed as a declaration of national appropriation by claim of sovereignty » dans un texte adopté par le Sénat. Donc peut être que cette réponse est trop rapide ! Je voulais donc revenir sur deux éléments clés du débat : les pays qui pourraient revendiquer le pôle nord, et le pôle nord, en tant que tel.

  • les pays autour du pôle nord

Pour l’instant, j’avais fait quelques cartes pour visualiser le pôle, par rapport aux pays qui l’entourent (essentiellement le Canada, la Russie et le Groenland). J’avais retenu comme contour pour mes cartes les limites terrestres des pays, tels que définis sur les cartes. Mais on peut aller plus loin, comme l’évoquent certains, en tenant compte de la zone de 200 milles maritimes (la notion d’Exclusive Economic Zone).

La (petite) région au centre est celle qui est découpée dans la carte de Courrier International, en début de billet. Comme on le voit sur la carte ci-dessus, en rajoutant ces zones, effectivement, nos trois nations sont très proches du pôle (le contour de glace est celui observé pendant les 12 mois de 2013),

Pour moi, l’avantage de ces zones est que c’est plus simple de regarder l’intersection entre la zone de glace, et ces zones économiques (et de calculer l’aire) que de mesurer la longueur de frontière entre un pays et la zone de glace. On va essayer en fin de billet de regarder quelle proportion de la zone de glace chevauchait une zone exclusive (je passe ici sous silence la difficulté technique de calcul d’une aire d’une région contenant le pôle nord… étrangement, c’est complexe, d’un point de vue computationel. Les plus curieux iront voir le billet dédié).

Cela dit, certains pourraient critiquer l’idée de tenir compte de cette extension (horizontale) du territoire, en tenant compte de ces zones économiques. C’est quoi la prochaine étape ? Une appropriation verticale, afin de prendre possession des nuages. Cela dit, je plaisante à peine car la possession verticale de l’espace existe, avec les espaces aériens… D’ailleurs les russes ont évoqués une appropriation verticale, mais sous terre, car la dorsale de Lomonossov  – Хребет Ломоносова – relirait le pôle directement au territoire russe.

Mais je vais arrêter là ma discussion sur les pays.

  • quel pôle nord ?

J’avais un peu laissé de côté la question, mais je pense qu’il serait quand même intéressant d’en parler au moins 2 minutes. De quoi parle-t-on quand on parle du pôle nord ? Pour l’instant, j’avais utilisé la définition usuelle du pôle nord, correspondant au point le plus septentrional de la terre (ce qui, j’en conviens, est un peu tautologique comme définition). En terme de coordonnées, il s’agit du point à 90° de latitude Nord. Il n’a pas de longitude, car c’est précisément le point au nord où tous les méridiens (et tous les fuseaux horaires) se coupent. J’avais aussi dit, dans mon précédant billet qu’il s’agissait du point de la surface terrestre, de l’hémisphère nord, situé sur l’axe de rotation de la terre. Ce point géographique n’est malheureusement pas fixe à la surface de la Terre, car l’axe de rotation de la terre varie (très faiblement).

Mais il existe un autre pôle, le pôle nord magnétique, qui est l’unique sur la surface de la terre où le champ magnétique (terrestre) pointe vers le centre de la terre (et orthogonal à la surface de la terre, s’il pointe vers le haut, c’est le pôle sud). A priori, on pourrait se dire que ce point n’aura pas grand intérêt dans la discussion, car s’approprier un point mouvant serait surprenant. Car il bouge beaucoup, en témoigne la carte ci-dessous (les coordonnées sont facilement accessibles, sur http://ngdc.noaa.gov/geomag/data/poles/ par exemple)

Un utilisant ces champs, on peut d’ailleurs définir un pôle nord gravitationnel (je me permets d’inventer le mot, par analogie au pôle nord magnétique), à l’aide non pas du champ magnétique, mais du champ gravitationnel. En anglais, on parle de polar wander. Pour faire simple, ce pôle nord sera lié à la répartition de la masse, sur terre, et des mouvements d’eau, en particulier (le reste étant assez stable à côté). Or comme l’ont montré récemment Chen, Wilson, Ries et Tapley, dans Rapid ice melting drives Earth’s pole to the east (article remarqué par Richard Lovett, en mai 2013, dans Nature) le pôle nord semble se déplace plus rapidement que prévu, à cause du réchauffement climatique.

Mais je pense que cette discussion (quoi que potentiellement passionnante) nous éloigne de ce qui devrait être évoqué mardi soir. En fait, mon point serait que, plutôt que de visualiser le pôle nord, en tant que point, il est plus intéressant de visualiser une région. Et plutôt que de considérer une région au delà du cercle polaire (j’avais utilisé des cercles dans mon précédant billet), on peut davantage utiliser la zone glacée, comme le montre la carte

Encore une fois, le soucis est que cette zone glacée varie énormément ! On observe qu’entre la moitié et les deux-tiers de la surface de la glace se situe dans les zones économiques des trois principaux pays limitrophes, la Russie et le Canada.

Et si on y regarde de plus près, on observe d’ailleurs que les surfaces occupées respectivement par la Russie et le Canada sont comparables,

avec toutefois un comportement cyclique, la présence canadienne étant au plus faible à l’automne,

J’ai l’impression que je pourrais passer des heures sur ces cartes. Mais je vais probablement m’arrêter là pour ma préparation du débat. Et même si ces débats ne laissent que peu de temps pour la prise de notes, j’essayerais de prendre un peu de temps pour revenir sur ce qui s’est dit, en milieu de semaine, sur le blog, ou sur Twitter.

Data, Datum

Ce soir, je quitte ma cabane d’ermite pour intervenir dans la conférence Big Data: Big Brother organisé au Cœur des Sciences, où un peu plus de trois cent personnes se sont inscrites en quelques heures.

On va parler de data. Et depuis, je me prépare autant que possible. Comme le rappelle l’article Data is data, or are they?,

Data emerged in 1646 as the plural of the Latin datum, which according to the Oxford English Dictionary was the past participle of dare (“give”) and meant “a thing given or granted; a thing known or assumed as a fact, and made the basis of reasoning or calculation; a fixed starting point for a series of measurements etc.” Datum remains standard and retains the general meaning of “a unit of information”, though it tends to appear mostly in academic and specialist disciplines such as philosophy, surveying, geodesy, topography, technical drawing, and cartography. The meaning of the derived plural data has changed somewhat over the centuries. The OED definition from the late 19th century (“Facts, esp. numerical facts, collected together for reference or information”) seems to testify to the broadening influence of the hard sciences. In the 20th century, the rapidly expanding fields of information technology incorporated the word into a huge variety of IT- and computer-related compound nouns, such as database, data entry, data flow, data mining, data processing, data protection, and data stream. The plural data is used in many scientific, technical, academic and other formal contexts, though different practices prevail in different places. In computing jargon, social sciences, and everyday use, data is often treated as an abstract mass noun, like information. It has the general meaning “mass of information”

Ce n’est pas dans mes habitudes de parler devant autant de monde, pour une discussion ouverte selon les termes de Sophie. J’ai quand même préparer deux images pour illustrer ce qu’est le big data, en ppt. La suite ce soir (ou dans un prochain billet si j’arrive à prendre suffisamment de notes au fur et à mesure des interventions).