Tag Archives: science

Blogues de Sciences Francophones ?

Allez, je me lance… je vais rompre avec la règle d’or que connaît tout chercheur vivant dans le monde académique : ne jamais parler de ses échecs. Il est en effet de bon ton de dire “j’ai un financement du NSERC” mais pas de dire “sur mes cinq demandes de financement, toutes ont été rejetées. Sauf Une.” On peut raconter une anecdote sur les papiers rejetés, autour d’un café, mais mieux vaut éviter de dire qu’on a eu plus de lettres de rejet que de lettres d’acceptation dans sa boîte de messagerie. Et surtout, ne jamais l’écrire à l’encre indélébile. Oups.

A deux reprises la semaine passée, je discutais avec des blogueurs, chercheurs comme moi pendant leur temps libre (ou le contraire, je finis par me perdre), et les deux m’ont dit “tiens, on ne t’a pas vu dans la compilation des blogues de sciences francophones“. Eh oui, je crois que je ne suis pas dedans, effectivement. Cela dit, comme tout bon chercheur, j’ai bien entendu une explication ! Voire plusieurs !

☐ “mon travail est trop avant-gardiste pour être comparé aux autres
☐ “c’est un complot, les gens derrières ce classement ne m’aiment pas
☐ “ce que je fais, c’est plus que de la science, c’est de l’art, tu sais
☑ “c’est nul de mettre les gens dans des cases, et je ne suis pas exclusivement francophone

On l’occurrence, j’aime effectivement prendre comme (piètre) excuse la langue. Car je suis militant – voire activiste – en faveur des blogs de sciences. Ce qui rend vexant de ne pas être retenu comme blogueur de sciences. En revanche, la langue m’indiffère! Comme mon blog est professionnel, j’ai tendance à bloguer en anglais, mais quand il faut écrire de manière un peu plus subtile, pour éviter les malentendus, je recours à ma langue maternelle. Si je blogue à l’occasion en anglais, c’est que c’est plus simple: tout ce que je lis ou presque est en anglais.

Maintenant, comme tous les chercheurs, j’ai aussi un amour propre (et un égo) démesuré, et comme toujours les échecs, ça touche un peu. Car, ami lecteur, derrière ce blog que tu consultes régulièrement (si ce n’est pas encore le cas, il va falloir changer tes habitudes !) il y a du travail (mine de rien). Et sentir son travail un peu valorisé, ça fait toujours plaisir. Il y a quelques semaines, j’avais invité Pascal Lapointe (a.k.a. @paslap, qui a justement dirigé la publication du livre compilant les blogs) pour un café, car je voulais discuter de vulgarisation et de blogs de sciences justement. Et il m’expliquait qu’il ne comprenait pas le sens academic blogging, que j’avais pris l’habitude d’utiliser (par exemple en mettant en avant le blog de Paul Krugman : sous prétexte qu’il est académique, peut-on dire que son blog est un blog académique ? et je pense qu’il a raison, ce qui m’a fait reprendre le terme utilisé par hypotheses.org, carnet de sciences ouvert). Mais je persiste sur l’importance de donner un nom à cet activité que nous exerçons, pour savoir comment la positionner. Puis-je parler de mon blog dans mes demandes de subventions (mon blog peut donner une forte exposition à mes travaux) ? Puis-je financer avec mes fonds de recherche des livres que j’achète pour faire un billet sur mon blog, et pas un article de recherche (pour l’instant je finance avec mes sous personnels, ce sont des cadeaux en moins pour mes enfants à Noël) ? Puis-je héberger des travaux de mes élèves sur mon blog, comme billets invités ? On avait lancé le débat dans les commentaires d’un vieux billet, et je pense que j’essayerais de le poursuivre car je pense qu’il est important.

Maintenant, pour revenir à cette compilation, la petite histoire est que l’an passé, plusieurs personnes m’avaient sollicité. Des gens qui lançaient la compilation, mais aussi les éditeurs de mon blog. Pour le premier, la logique est simple : un recensement n’a de sens que si l’éventail est large; pour les second, être présent dans ces compilations donne une grande visibilité. Les démarches étaient simples (de mémoire) : il fallait envoyer deux posts qui pourraient être les ambassadeurs du blog. J’avoue ne plus trop savoir ce que j’ai retenu, et ne pas avoir compris non plus ce à quoi je participais… Si je l’ai fait, c’est parce que j’avais cru comprendre qu’il s’agirait d’une espèce de recensement, avec une liste aussi complète que possible (plusieurs personnes le font, et c’est probablement très intéressant, je pense au particulier à l’initiative visant à recenser des blogs de sciences féminins). Mais ex-post, j’ai l’impression qu’il s’agissait d’une espèce de concours (car il semble qu’il y ait un jury qui a fait une sélection). Dans ce cas, autant mettre les choses au clair : je veux bien que mon blog se retrouve cité dans des listes diverses et variées, mais je ne vais pas l’inscrire à des concours de beauté ! La raison est simple : je passe mon temps à me faire évaluer, et à évaluer les autres1 . J’ai toujours revendiqué mon blog comme un espace de liberté au sein du monde académique. L’humiliation, je garde ça pour mon travail d’enseignant et de chercheur (ça fait partie de la vie de touts les jours) par contre, je ne garde que les bons côtés du monde académique pour mon blog. J’écris sur les sujets que je veux, je me fais plaisir en essayant de répondre à des questions que je me pose, ou dans le meilleur des cas, qu’on me pose… Mais ne me demandez plus, s’il vous plait, de l’inscrire de nouveau à un concours de beauté !

Voilà, c’est dit.

1 rédaction de dossier pour des demandes de financement (où je dois faire croire que je suis le meilleur et que ma recherche va sauver l’humanité), lecture des évaluations des cours par mes élèves (qui adorent les profs sympas qui font des blagues et qui mettent des bonnes notes), réception de rapports de relecture par des pairs (qui n’ont pas aimé mon papier et qui me demande au moins de citer 3 papiers écrits par la même personne sans grand rapport avec mes travaux), évaluation de rapports de collègues (qui veulent des financements que je me suis fait refuser l’an passé), élaboration d’un projet de demande de financement pour un étudiant de maîtrise, etc.

2 les images sont tirées de l’excellent Little Miss Sunshine.

Πάντες ἄνθρωποι τοῦ εἰδέναι ὀρέγονται φύσει

J’essaye continuellement de me convaincre qu’Aristote avait raison lorsqu’il affirmait que tous les hommes désiraient naturellement savoir. C’est cette motivation qui fait que j’aime toujours enseigner, et partager des choses que j’ai pu apprendre, sur mon blog. Ces dernières semaines, j’ai été amené à plusieurs reprises à repenser mon activité de blogger, après qu’un ami qui suivait la blogosphère depuis plusieurs années me disait qu’il allait se lancer (sur son propre blog) et m’interrogeait sur ma pratique, qu’un autre qui bloguait sous un pseudo allait tenter de bloguer aussi sous son vrai nom, ou après quelques discussions sur Twitter sur une tentative de définition du terme “blogs scientifiques“. Ayant promis de revenir un peu sur ma conception des blogs académiques et scientifiques, j’ai lu tout ce qui me passait sous la main, afin de réfléchir encore un peu sur ma pratique, et sur ma position vis à vis de la vulgarisation. Comme toujours, c’est un peu brouillon, mais c’est le principe de mon blog.

Lorsque j’ai migré mon blog sur la plateforme d’hypotheses.org, j’aimais l’idée d’avoir un carnet de recherche ouvert. Car mon blog n’est rien d’autre que cela. Et mon blog est à l’image de mes cahiers, dans lequel je note des idées que je peux avoir dans le métro en allant chercher ma fille chez sa gardienne, des preuves que je dois faire en cours, des idées de visualisation glanées dans des exposés, ou dans des articles, etc. Il n’a aucune autre prétention. Ou au contraire, ce blog a une prétention incroyable: celui de redonner la possibilité, à tous ceux qui le souhaitent, de s’approprier des outils et des techniques d’ordinaire laissés aux mains des “experts”. Comme disait Gustave Flaubert, dans Bouvard et Pécuchet, “la science est un monopole aux mains des riches. Elle exclut le peuple…“. J’espère que ce blog aidera a réparer cela.

  • Définir le terme “vulgarisation

Comme le notait Marcel Thouin, “selon la définition usuelle, qui est peut-être illusoire, la vulgarisation scientifique consiste à rendre la connaissance scientifique accessible“. Il ne s’agit pourtant pas d’open-access, mais plus précisément, selon  Marcel Thouin (rappelant la définition du dictionnaire) la vulgarisation consiste à “adapter un ensemble de connaissances scientifiques et techniques de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste” (on retrouvera des propos similaire chez Henri Canonge). Mais le terme “lecteur non spécialiste” est vague. Pablo Jensen parle lui du “citoyen” mais sans forcément poser de définition claire des termes (pour sa défense, l’article mentionné est un article de vulgarisation). Patrice Cohen-Seat (cité par Roger Clausse et repris dans la thèse de Baudouin Jurdant) disait que vulgariser, c’est “transposer à l’usage de tous ce qui a été conçu et élaboré dans le langage de quelques uns“. Cela dit, Maurice Mashaal par exemple donne un sens plus large au terme “vulgariser“, en autorisant “tous” à être assez restreint. Selon lui, “les chercheurs ne vulgarisent pas uniquement en direction du grand public. Tout d’abord, ils sont généralement curieux et aiment savoir ce qui se passe dans d’autres spécialités que la leur“. On voit alors une catégorie un peu distincte, entre le “grand public” et les lecteurs spécialistes, éventuellement dans d’autres spécialités que la personne qui transmet le message. Cette classification est retenue très clairement dans le rapport Kunth, qui retient trois formes de communication scientifique:

  • la diffusion de l’information scientifique spécialisée (qui se fait dans les conférences spécialisées, les séminaires, et le publication académique pointues, traditionnelle)
  • la diffusion scientifique interdisciplinaire
  • la vulgarisation scientifique (diffusion de la culture scientifique et technique, s’adressant au grand public ou aux jeunes).

Avec cette classification, je ne classerais pas mon blog dans la catégorie des blogs de vulgarisation. J’aime l’idée de cette catégorie un peu intermédiaire. Cela dit, dans Communicating Science, Professional, Popular, Literary, Nicholas Russell rappelle que Nature et Science sont depuis toujours des revues de vulgarisation. On peut donc vulgariser tout en visant un public qui n’est pas forcément “tout le monde“, et qui autorise l’utilisation d’un jargon technique. Autrement dit, la seconde catégorie serait de la vulgarisation. Il va donc falloir creuser un peu plus pour comprendre si j’ai un blog de vulgarisation, ou pas.

  • Un espace entre la recherche et l’enseignement

J’ai toujours revendiqué le fait d’être à la fois un chercheur et un enseignant, un “savant” et un “pédagogue” pour reprendre les termes de Dider Moreau (justement pour caractériser la vulgarisation). Et mon blog est précisément un espace entre la recherche et l’enseignement. Mais ce n’est ni l’un, ni l’autre. Et quelque part, l’activité de vulgarisation se situe aussi dans cet espace. Pour reprendre un point noté par Baudouin Jurdant, “la relation pédagogique instaurée par la vulgarisation se distingue en outre de celle en jeu dans l’enseignement par le fait qu’elle se développe dans un espace social ouvert, non marqué, abstrait. En bénéficiant de lieux institutionnellement marqués, clos par rapport à l’espace de la chose publique, et concrets, l’enseignement assure une certaine signifiance à l’économie de sa relation pédagogique. La vulgarisation au contraire, est un propos public. Son espace est celui de la société toute entière, abstrait puisqu’il est ouvert à tous et par là, impénétrable“. Daniel Jacobi, Bernard Schiele et Marie-France Cyr parlent d’ailleurs d'”éducation non-formelle” pour définir l’activité de vulgarisation. Mais le blog s’inscrit aussi dans cet dimension, avec un espace ouvert, et un discours plus informel.

Mais il ne s’agit pas non plus de recherche. Comme l’écrivaient Renaud Dulong et Werner Ackermann, “le scientifique et le vulgarisateur ne répondent pas en fait aux mêmes interrogations et le discours de vulgarisation ne peut donc être uniquement (que) le reflet appauvri des concepts élaborés par le scientifique.” Mais mon blog ne cherche pas à simplifier. Il n’y a aucun enrobage, au contraire. Il s’agit d’enlever l’enrobage des articles académiques, en expliquant peut être davantage des pistes qui n’aboutissent pas, des conjectures, en n’essayant pas d’impressionner la galerie. Une autre différence est que le langage utilisé dans un blog est beaucoup plus vulgaire que celui utilisé dans un article scientifique. Cela dit, comme le rappelle Florine Vital-Durant, en 1632, lorsque Galilée publie ses dialogues (dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo), il les publie en italien, et pas en latin. L’idée d’écrire de la science dans un langage plus ordinaire, plus quotidien, sans pour autant faire de la vulgarisation ne date pas d’hier !

  • Quelle différence entre un blog académique et la vulgarisation ?

Même si certains me reprochent l’utilisation du terme blog académique, je continue à revendiquer ce terme. Car mon statut d’académique, ou d’enseignant et de chercheur me donne une légitimité que n’a pas un vulgarisateur. D’ailleurs, dans carrière scientifique, morale scientifique et vulgarisation, Luc Boltanski et Pascale Maldidier remettraient presque en cause l’idée de journalistes faisant de la vulgarisation, lorsqu’ils notent que “la vulgarisation, devrait perdre toute légitimité lorsqu’elle est l’activité spécifique d’un groupe totalement extérieur à la cité savante“. Et on retrouve cette idée chez Daniel Jacobi, Bernard Schiele et Marie-France Cyr lorsqu’ils parlent des “usurpateurs“. En fait, Luc Boltanski et Pascale Maldidier vont même plus loin, lorsqu’ils affirment que “le monde des vulgarisateurs ne peut pas être considéré comme un univers autonome possédant un principe de légitimité propre et qu’il ne peut être saisi indépendamment du monde savant défini et dominé par l’institution universitaire. Il s’ensuit que les attitudes des vulgarisateurs et que les représentations qu’ils ont de leur propre pratique sont déterminées par la position marginale qu’ils occupent dans ce champ hiérarchisé et qu’elles se définissent essentiellement par rapport à la définition sociale de la vulgarisation comme activité illégitime qu’engendré, selon les mécanismes précédemment décrits, la communauté scientifique“. Mon blog est un blog de science tenu par un scientifique reconnu par ses pairs, et on retrouve ici la distinction que faisait Tom Roud sur son blog, commentant l’annonce de l’arrivée de blogs scientifiques hébergés par Le Monde.

Bref, je continue de croire que mon blog n’est pas un blog de vulgarisation, et que les blogs académiques, n’en déplaisent à certains, ont une réelle légitimité. Je revendique l’idée d’avoir un carnet de recherche ouvert à tous, comme le souhaitait hypotheses.org. Si un jour je fais un billet sur les modèles causaux, ce ne sera  pas par soucis de vulgariser un sujet pour un lectorat (qui me semble infiniment lointain), mais juste pour moi. Au lieu de noter dans un cahier, je posterais sur mon blog. Avec des illustrations, des codes, des données (bref, des choses qui tiennent mal dans un cahier peut être).

  • Rendre public, ou viser un public ?

Bloguer permet d’être public (et éventuellement, d’avoir un lectorat régulier, ou pas) sans jamais rencontrer son public. Et pour moi qui suis un vieil ours, c’est idéal. Contrairement aux vulgarisateurs qui ont besoin d’un public, mon blog n’en a pas besoin. Lorsque je l’ai lancé, il existait avec 4 lecteurs, et il continuera d’exister même si la moitié ne me lit plus ! Peu importe, ce n’est pas sa finalité. Cela dit, la semaine passée, j’étais en Europe, j’ai fait plusieurs exposés, et plusieurs fois, j’ai entendu le “je suis un fidèle lecteur de votre blog”. Et c’est toujours une réflexion qui me surprend. J’ai toujours l’impression d’être un obscur professeur de statistique, ou d’économétrie, qui emploie tellement de jargon que personne ne devrait suivre (c’est en tous cas assez contradictoire avec certains propos tenus par des journalistes scientifiques, sur la vulgarisation). D’ailleurs, mardi dernier, j’ai vécu une aventure amusante. J’ai été contacté par un étudiant qui cherchait des données pour construire un modèle (en l’occurrence des informations climatiques, par département – en France – et sur plusieurs années). J’ai posé la question sur Twitter. En quelques secondes, le message a été relayé intensivement, et au bout de quelques minutes, j’avais des suggestions de trois sites. Comme me le disait ma femme, ce n’est pas la magie de Twitter, c’est que j’ai un réseau incroyable de followers actifs. Au delà des discours nauséabonds des CM qui expliquent que 6000 followers c’est fabuleux pour se faire connaître et assurer une notoriété en ligne, avoir 6000 followers, c’est surtout génial pour trouver de l’aide sur à peu près n’importe quel sujet. Au risque de paraître schizophrène, ami lecteur, je dois confesser que je ne blogue pas pour toi. Mais je te suis reconnaissant d’avoir accepté de m’intégrer dans une communauté aussi active, disponible et curieuse. Merci.

Computational Actuarial Science

Last week, we’ve been through the book, completely, one last time, before sending it back to the publisher, with some comments and remarks, before publication ! So, this is it, the book will finally appear soon ! It was schedule for this week actually, but… you know. It should appear sometime by the end of May, or beginning of June. I will keep you posted on this blog.

A few months ago, we published with Christophe Dutang an ebook on the same topic, in French, online on cran.r-project.org/doc/contrib/. This contribution was based on lecture notes we had. When I’ve been asked to publish an English version, by John Kimmel, I was honored, but I thought it would be some kind of fraud if I write a book on that topic. I do know a bit of actuarial science, and a bit of R, but most of the advanced computations rely on others packages. Because I am extremely lazy, I did not try (so far) to edit my own package. I frequently publish some lines of codes on my blog, but nothing too serious.

So, for this book, I decided to ask those who actually did publish a package used in actuarial computations (or who did work previously on packages comparison for instance) to write a chapter, in this book. I am usually not a big fan of books with twenty contributors, because there is no coherence. So here, my task was to link all those chapters together, to make sure that notations are coherent, etc. Over 700 pages, that was difficult. And I asked all of them not only to illustrate actuarial concepts with some R code, but also give – if possible – some self written function, to understand the algorithm, but also some built-in functions. The goal was to explain the core of the algorithm. Some codes might not be efficient, but they help to understand how it could be possible to compute some actuarial quantities.

The first chapter is an Introduction (to the R language) I wrote with Rob Kaas (everyone in the actuarial community knows Rob ! not only as the Editor of Insurance: Mathematics & Economics. but also as a prolific author, including the popular textbook Modern Actuarial Risk Theory – Using R). The aim is to help those who might use another language for actuarial computation to understand the basics of the grammar, to read and write in R. I will probably publish a longer post, to explain the structure of that chapter. And show some codes.

  • Methodology 

The first section is a very general methodology section. It starts with Standard Statistical Inference by Christophe Dutang (Christophe is extremely active in the R community, as the maintainer of the Distributions task view page, for instance).Then, Ben Escoto (Ben works in the insurance industry, and launched the actuarial vignettes in R a few years ago) and myself, wrote a chapter which can be seen as an introduction to the Bayesian Philosophy for actuaries (I will give a talk on that topic at the R in Insurance conference this summer, so additional material will be online soon). With Stéphane Tufféry, we Statistical Learning (Stéphane published a Data Mining and Statistics for Decision Making a few years ago). Then, I wanted a chapter dedicated to Spatial Analysis. I did ask Renato Assunção, Marcelo Azevedo Costa, Marcos Oliveira Prates, and Luís Gustavo Silva e Silva to write that chapter (I met them a few years ago while I was visiting Renato in Belo Horizonte, while that started to work on spatial aspects of actuarial science). And finally, Eric Gilleland and Mathieu Ribatet wrote the chapter on Reinsurance and Extremal Events (both of them work on climate and extreme values, and they did publish a very interesting software review for extreme value analysis a few years ago).

  • Life Insurance

For the section on life insurance, I asked Giorgio Spedicato to write the chapter on Life Contingencies (Giorgio is the author of the lifecontingencies package). Then Heather Booth, Rob J. Hyndman, and Leonie Tickle agreed to write the chapter on Prospective Life Tables (here we have a great match, with a demographer, an actuary, and… Rob. Every one who studied time series knows Rob. He is the author of the amazing forecast package, as well as the demography package, among many others. And he has a great blog too). To go further, Julien Tomas and Frédéric Planchet wrote the chapter on Prospective Mortality Tables and Portfolio Experience (both of them published the ELT – experience life tables – package a few months ago). And finally, there is a chapter on Survival Analysis by Frédéric Planchet  and Pierre-E. Thérond (they did publish a book – in French – on survival analysis for actuarial science, with examples in R).

  • Finance

For the section on financial computations, Yohan Chalabi and Diethelm Würtz wrote two chapters, one on Stock Prices and Time Series and one on Portfolio Allocation (both of them have worked on the Rmetrics project, with the timeSeriesfArmafGarchfPortfolio packages). And Sergio S. Guirreri wrote a chapter on Yield Curves and Interest Rates Models (Sergio is the author of the YieldCurve package).

  • Non-Life Insurance

Last, but not least, there is a section on non-life insuranceJean-Philippe Boucher (who published several articles on counts models) and myself, wrote the chapter on General Insurance Pricing. Then, I asked Katrien Antonio, Peng Shi, and Frank van Berkum to go further, with a chapter on Longitudinal Data and Experience Rating (I know Katrien from my PhD, and she was already working on that topic by that time… she did publish great surveys on that topic). And finally, Claims Reserving and IBNR is a chapter I wanted to write, because it’s a topic I love, but I asked Markus Gesmann to write it (Markus is known not only for his googleVis package, but also for the ChainLadder package – not to mention his awesome blog).

I will try to post some additional material on this blog, with R code (of course), graphs, and slides. And probably some pdfs with answers for the exercises. And all the datasets will be available in a CASdatasets package (online soon).

Des tablettes… aux blogs ?

 Je viens de finir ‘du scribe au savant‘ d’Yves Gingras, Peter Keating et Camille Limoges. Il m’aura fallu du temps car j’ai l’impression d’avoir de moins en moins de temps pour lire ces temps ci (ou alors des articles ou des rapports qu’il faut évaluer). Pourtant le livre est tout petit quand on y pense. Je veux dire par là qu’on part de la Mésopotamie à l’histoire récente (disons, jusqu’à 1850 environ), en parcourant l’histoire des maths, de la médecine, des sciences naturelles, etc. Forcément, c’est sobre et court, alors quand une section nous intéresse moins, on prend sur soi une page (ou deux maximum), et quand au contraire on se passionne, on reste un peu sur sa faim. J’y ai trouvé une porte ouverte vers plein d’ouvrages même s’il a fallu que je trouve des références par moi-mêmes: à la fin de chaque paragraphe, on attend une référence pour aller plus loin ! C’est un peu ce qui est fait dans le chapitre sur les romains (ce n’est pas le chapitre que j’ai préféré), mais les références sont plus sommaires dans les autres chapitres. J’ai adoré le premier chapitre, qui met en parallèle l’Égypte et de la Mésopotamie, et j’ai vraiment appris plein de choses. J’ai beaucoup aimé l’idée de mettre le scribe (spécialiste de l’écriture et attaché aux inventaires administratifs du royaume) à l’origine de la naissance de la science. Ce qui met un peu l’actuaire à l’origine de la connaissance et du savoir, « actuarius: scribe chargé de la rédaction des procès-verbaux », et j’aime quand on essaye de me raconter une histoire qui me caresse dans le sens du poil. J’ai adoré lire une page (voire deux) sur l’importance de la connaissance des régimes des vents (en fonction des saisons, et des hémisphères) pour les grandes explorations (point dont je n’avais jamais pris conscience, avant de le lire). Ou sur la naissance des universités en Europe (beaucoup moins religieuses que je ne le croyais, mais là encore, à peine deux références…). En plus les schémas sont sobres, et clairs. Ce livre parle du savoir, et de sa transmission (essentiellement en occident, là aussi je suis resté un peu sur ma fin, mai si le livre avait été plus gros, je pense que j’aurais eu peur). J’attends la suite – même si ça ne serait plus réellement un liste d’histoire – qui devrait arriver sur les modes contemporains de transmission du savoir. Avoir un point de vue d’historiens des sciences enrichirait la discussion. Bref, pendant 3 semaines, j’ai appris des choses, tous les jours, et j’avoue qu’on y prend gout !

OGM, ABC et mythologie scientifique

Une tentative de billet en cette fin de semaine pour revenir sur deux événements scientifiques récents, que certains pourraient trouver surprenant de rapprocher. Mais les deux événements sont liés à des publications (voire des prépublications) qui ont su faire le buzz, ces dernières semaines. Et si je les rapproche, c’est aussi probablement pour mieux les opposer.

  • d’un coté, l’exclusivité du Nouvel Observateur sur les OGM, et sur l’article de Séralini et al. (2012). Pour reprendre les premières phrases de l’article, “c’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine “Food and Chemical Toxicology” – une référence en matière de toxicologie alimentaire – en publiant les résultats…” Je ne reviendrais pas sur l’article que je n’ai pas compris (y compris la partie statistique, et je renvoie aux articles parus dans Le Monde ou Libération sur le décryptage) mais sur la perception médiatique de la recherche scientifique… On gardera aussi en mémoire dans le titre de Rue89, “Les OGM dangereux pour la santé : l’étude qui le prouve” (mais les deux sites appartiennent à la même boutique, c’est probablement normal d’y lire la même chose).
  • de l’autre, les articles sur la conjecture d’Oesterlé-Masser, dite ABC, que Shinichi Mochizuki aurait démontré, dans Mochizuki (2012). Peu de journaux semblent en avoir parlé en France, mais le New York Times, par exemple, en parle, “with no fanfare, Shinichi Mochizuki, a mathematician at Kyoto University in Japan, dropped onto the Internet four papers.The papers, encompassing 500 pages and four years of effort, claim to solve an important problem in number theory known as the abc conjecture.” Après les précautions d’usage de journalistes qui ne cherchent pas un scoop, on apprend qu’un chercheur aurait résolu (ou prétend avoir résolu) un important problème mathématique. Certains sites comme Business Insider ne s’embarrassent pas trop de précautions, et titrent “World’s Most Complex Mathematical Theory ‘Cracked‘”. Si les éditeurs de ce site lisaient le Nouvel Obs, ils auraient peut-être écrit que “c’est une véritable bombe que lance” Shinichi Mochizuki.
Les deux évènements sont radicalement opposés selon moi. L’un étant avec et l’autre sans fanfare, comme le note le New York Times. Mais ce qui me dérange dans ces deux événements, c’est le mythe entretenu par certains journalistes sur le fonctionnement de la recherche. On se cache (autant que possible), et quand on est prêt (ou quand on pense l’être), on lance une “bombe” !
Je dois avouer que je rêve moi aussi d’écrire un article qui révolutionnerait le monde ! ou au moins mon monde, mon tout petit monde (pour reprendre le titre du livre de David Lodge)… Mais non, ce que je fais n’intéresse personne…
Et je ne crois pas non plus en la culture du secret, au contraire: dès que j’écris un truc, que je le présente dans une conférence, que ma grand mère en parle à une de ses amies au téléphone, j’en parle sur mon blog, et je mets les documents (y compris les codes pour les reproduire) sur mon blog. Car je ne me fais même plus d’illusion sur la portée de mes recherches. 24 articles ont cité des travaux que j’avais fait sur les comportements limites des copules Archimédiennes (dans la queue inférieure), mais 1 seul cite ceux sur les mesures d’inégalité et de pauvreté.
Ce qui est désolant, c’est cette vision du monde de la recherche; avec d’un coté, les chercheurs qui lancent des bombes, et de l’autre, ben…. les chercheurs qui admirent leurs collègues? qui les jalousent? qui se tournent les pouces? Ce n’est pas si simple que ça…. Par exemple, pour les travaux sur les OGM (ou sur le Roundup car je n’ai toujours pas compris si l’étude portait sur un OGM, ou sur un désherbant), les “les chercheurs français” ne sont probablement pas les seuls à publier sur le sujet !
Dans le cas d’ABC, Slate explique clairement les choses: “la démonstration du Japonais est détaillée dans quatre articles scientifiques (repris sur le site de Nature) qui reposent chacun sur d’autres longs articles“. Oui, ce n’est pas un chercheur tout seul qui a fait la découverte. Shinichi Mochizuki s’appuie “sur d’autres longs articles”, publiés par des chercheurs qui n’auront jamais leur heure de gloire, que l’histoire (y compris l’histoire des sciences) oubliera probablement… Mais ce n’est pas grave, car peu, très peu cherchent la gloire. Et tous fuient la médiatisation comme la peste !
Fort justement, The Telegraph posait l’autre jour la question suivante “How many scientists does it take to make a discovery?”. Intéressante question, n’est-ce-pas ? (et j’ai été déçu que l’article soit aussi court). Car oui, derrière les articles qui font du buzz, il y a des chercheurs qui cherchent… L’article note d’ailleurs dès le début que “the era of the lone genius, as epitomised by Albert Einstein, has long gone“… “long gone” ? Pas si sûr quand on voit la mythologie véhiculée par certains journalistes…. Il serait temps que ça change.