Tag Archives: retraite

De la pérennité des systèmes de retraites

Exposé au R.I.S.K. Symposium à la Caisse des Dépôts à Paris, sur le fonctionnement des systèmes de retraites, dans une table ronde sur “Conditions de pérennité du système des retraites“.

J’étais invité à une table ronde avec David Adam (de la Banque de France) et Frédéric Planchet (de Winter et associés). Je continue à m’interroger sur ma légitimité dans un tel débat (face à des interlocuteurs qui connaissent mille fois mieux le sujet que moi), mais il y a bien un ou deux points sur lesquels je devrais pouvoir rebondir. Enfin j’espère. En tous les cas, mes slides sont ici.

Le thème de la journée (qui s’articulera autour de quatre tables rondes) sera la “résilience” (comme le montre le flyer que j’ai reproduit en haut). Pour ceux qui ne connaissent pas ce mot (j’en faisait partie jusqu’à ce qu’on me demande de participer à des exposés sur ce sujet), il s’agit de “la capacité des sociétés, des institutions et de l’opinion à encaisser des chocs et à rétablir un fonctionnement normal de la vie courante“, pour reprendre les termes de Jean Claude Mallet dans un livre blanc sur la sécurité et la défense nationale, publié en 2008.

En fait, ce qui m’a surpris en tant qu’économiste (je ne reviendrais pas sur le débat initié sur certains blogs pour savoir si oui ou non j’étais un économiste), c’est le parallèle tellement simple que l’on peut faire entre les interrogations sur les systèmes de retraites, et le débat qui a lieu ces jours-ci sur le réchauffement climatique. Ou comment piloter sur du très long terme quand on a du mal à faire des prévisions à un tel horizon. D’ailleurs sur le climat, je renvoie en particulier vers le rapport Stern (ici ou ) sur la problématique de l’actualisation (qui se retrouve à l’identique dans la problématique du pilotage des systèmes de retraites).
Bref, pour ceux qui veulent ces choses intelligentes sur le sujet, rien ne sert de venir m’écouter parler, mais je renvoie vers le très beau livre que je pourrais citer comme Charpentier (2009) dans ma bibliographie. Mais je ne pourrais pas faire illusion longtemps: il s’agit d’un travail remarquable (je trouve) de François Charpentier – avec qui je ne crois pas avoir de lien de parenté (proches en tous les cas).

Repousser l’âge de la retraite ?

Le débat est relancé sans cesse… J’avais déjà parlé d’un ancien rapport du COR (ici), et je ne rajouterai pas une couche aujourd’hui. En fait, je voulais étudier une partie de la population qui a vocation à se prononcer intelligemment sur le sujet, à savoir nos députés. J’ai découvert récemment la base Sycomoe (ici) qui recense tous les députés depuis 1789. Je ne remontrais pas aussi tard, mais juste après guerre, pour voir un peu l’évolution de l’âge de nos députés en exercice (pour ceux qui veulent des études statistiques sur le très long terme, je renvoie à un papier de Vincent Loonis sur le sujet, ici).

On peut regarder (graphiques ci-dessous) l’évolution de la densité de l’âge de nos députés, avec les courbes de niveaux des fonctions de répartitions,

Pour y voir un peu plus clair, on peut faire des coupes, avec 4 années entre 1948 et 2008,On obtient d’ailleurs les boxplot suivants

On observe bien un vieillissement de nos députés, mais si on compare à septembre 1974, par exemple, les députés sont en moyenne plus âgés, mais il y a moins de personnes très âgées, et nettement moins de jeunes également. Et si on se focalise sur les personnes qui devraient prendre leur retraite, on note que la proportion des plus de 65 ans ne cesse d’augmenter…

Bref, pour une fois que nos représentants mettent (eux-même) en application des mesures qu’ils prônent, je me disais que le fait méritait d’être souligné !

Expliquer l’assurance vie et la retraite

En fouillant un peu dans mes cartons, j’ai enfin remis la main sur un article qui avait trôné dans mon bureau à l’ENSAE pendant plusieurs mois. De mémoire, je croyais qu’il s’agissait d’un article du Monde, mais après quelques recherches, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un article paru fin 2003 dans le Canard Enchaîné, hebdomadaire pour lequel j’ai une immense admiration pour les informations (et surtout les jeux de mots), mais pour une fois, je serai assez critique.

En particulier, le petit encadré en bas à gauche m’avait interpellé,

Cet article parle du calcul des retraites – sujet ô combien important – et s’étonne, ou s’insurge, que le calcul d’une retraite soit “insensé” (c’est à dire selon mon dictionnaire “qui a perdu le sens“). Or précisément cette formule a du sens (tout du moins si l’on remplace x – qui est l’inconnue révélatrice de l’incompréhension face aux formules mathématiques dans l’imaginaire collectif – par un signe de multiplication). Les rapports des L sont les probabilités d’être en vie – et donc de pouvoir toucher effectivement une retraire, et on retrouve les facteurs d’actualisation devant. Bref, on retrouve une formule qui s’interprète “simplement” comme valeur actuelle probable des flux futurs. Le document initial peut se trouver ici (merci à Benoit Bellone pour la référence), il s’agit de la section 8.3 (“Garantir le niveau des retraites: Les conséquences financières pour les futurs retraités”) du Rapport économique, social et financier, Tome I  Perspectives économiques 2003-2004 et évolution des finances publiques. Une partie explique en détail la “neutralité financière d’un régime de retraite“, et ce sont ces formules qui semblent avoir inspiré l’article du Canard,

Je pense que cet article (pourtant paru dans un journal dont le lectorat est majoritairement de la classe supérieure élevée) est assez symptomatique du manque de culture scientifique des journalistes. Sans vouloir faire offense à l’esprit anticlérical du Canard, cet article m’a rappelé une réflexion du philosophe Calvin (ami de Hobbes, le tigre)