Tag Archives: Québec

Elections Sans Bipartisme

Hier, sur Twitter, @JF_Godbout partageait un joli graphique relatif aux élections québécoises, avec les nombres de votes obtenus (ici en pourcentage des votes totaux) et le pourcentage de sièges que cela donne,

Il faut dire qu’hier, c’était jour d’élection. Ce sont des élections à un tour, avec plusieurs partis (disons 4 grands partis si on se limite aux élections les plus récentes). Jusqu’à lundi, le PQ (Parti Québécois) avait une majorité (relative), et depuis lundi, le PLQ (Parti Libéral) est revenu au pouvoir. Et il y a à côté de ces deux grands partis d’autres partis, que l’on va regrouper. @JF_Godbout m’ayant envoyé ses données, j’ai pu reproduire les graphiques.

La grande différence ici, entre nos approches est – je pense – la méthode de lissage: alors que  @JF_Godbout faisait des régressions locales, j’ai opté pour des splines.

reg=glm(Seat~bs(Election),data=d,family=binomial)
yp=predict(reg,newdata=data.frame(Election=1970:2015),type="response")

J’utilise des splines parce que ça se généralise facilement à d’autres lois, et qu’on peut aussi les utiliser quand on régresse sur plusieurs variables continues. Si on rajoute les résultats de l’élection de lundi, on obtient le graphique suivant

Ce qui me gêne dans cette modélisation, c’est qu’on considère nos trois dernières régressions comme indépendantes…. alors que ce n’est pas le cas: on a trois modalités possibles, et la somme doit forcément faire 1. D’ailleurs, quand on somme les prédictions, on dépasse 1.

Avec deux partis, notre régression logistique nous garantie d’avoir une somme à un, mais plus ici. A moins d’utiliser un modèle multinomial. Si on oublie le lissage, l’idée est d’écrire

qui est tout simplement l’extension du modèle logistique. La difficulté technique est que, sous R, quand on fait une régression logistique, la variable d’intérêt doit être une variable prenant trois facteurs, et non pas un vecteur de probabilités. Au lieu d’utiliser des taux, ou des pourcentages, je devrais utiliser des nombres d’observations de chaque modalités. On va donc crééer une fausse base

> vote=data.frame(
+ plq=plq$Vote,
+ pq=pq$Vote,
+ autre=autre$Vote,
+ Election=pq$Election)
> vote
      plq     pq  autre Election
1  0.5465 0.3022 0.1513     1972
2  0.3378 0.4137 0.2485     1976
3  0.4608 0.4926 0.0466     1981
4  0.5599 0.3869 0.0532     1985
5  0.4995 0.4016 0.0989     1989
6  0.4440 0.4475 0.1085     1994
7  0.4355 0.4287 0.1358     1998
8  0.4599 0.3324 0.2077     2003
9  0.3308 0.2835 0.3857     2007
10 0.4208 0.3517 0.2275     2008
11 0.3120 0.3195 0.3685     2012
12 0.4140 0.2538 0.3312     2014
> M=t(round(vote[,1:3]*1000))
> M
      [,1] [,2] [,3] [,4] [,5] [,6] [,7] [,8] [,9] [,10] [,11] [,12]
plq    546  338  461  560  500  444  436  460  331   421   312   414
pq     302  414  493  387  402  448  429  332  284   352   320   254
autre  151  249   47   53   99  108  136  208  386   227   368   331

On réplique alors autant de fois le nom du parti qu’on a de (pseudo) votes

> Y=X=NULL
> for(i in 1:3){
+ for(j in 1:ncol(M)){
+ Y=c(Y,rep(c("PLQ","PQ","Autre")[i],M[i,j]))
+ X=c(X,rep(pq$Election[j],M[i,j]))
+ }}
> basev=data.frame(Y=as.factor(Y),X=X)

C’est un peu artificiel, j’en conviens, mais ça marche… On peut alors faire la régression

> library(nnet)
> regv=multinom(Y~bs(X),data=basev)
# weights:  15 (8 variable)
initial  value 13186.643301 
iter  10 value 12241.931805
final  value 12221.591172 
converged

et des prévisions

> ypv=predict(regv,newdata=
+ data.frame(X=1973:2014),type="probs")
> ypv
        Autre       PLQ        PQ
1  0.18426281 0.4705415 0.3451957
2  0.16051060 0.4767408 0.3627486
3  0.14149153 0.4805514 0.3779571
4  0.12631826 0.4826100 0.3910718
5  0.11426236 0.4834165 0.4023212
6  0.10474046 0.4833543 0.4119053
7  0.09729304 0.4827117 0.4199953
8  0.09156246 0.4817016 0.4267360
9  0.08727323 0.4804776 0.4322491
10 0.08421535 0.4791477 0.4366370
11 0.08223095 0.4777835 0.4399855
12 0.08120364 0.4764292 0.4423672
13 0.08105030 0.4751066 0.4438431
14 0.08171457 0.4738203 0.4444651

Et on notera que cette fois, nos prévisions somment à un.

Cela dit, visuellement, on obtient des choses proches de ce qu’on avait auparavant,

mais intellectuellement, je trouve plus logique d’utiliser autre chose que des régressions logistiques quand on est dans une élection où plusieurs partis sont en compétition.

Paul et le Québec

En mai 2004, j’étais à Québec pour une grosse conférence. Je me souviens avoir flâné dans les librairies, à la recherche de productions locales, en musique, et en bande dessinées. Le premier EP d’Arcade Fire était sorti, et (l’incroyable) Funeral allait sortir quelques mois plus tard, mais il allait falloir attendre la naissance de ma fille pour que j’achète les deux albums (étrangement, j’ai beaucoup écouté Arcade Fire à la naissance de ma fille, et je ne peux m’empêcher d’associer les deux). J’avais en revanche ramené dans mes valises Yanqui U.X.O. de Godspeed You! Black Emperor (je ne pouvais me douter que ça serait un tel choc, et aussi un sujet de discussion presque sans fin avec celui qui a été plusieurs années mon voisin, à Montréal). Mais je m’égare…. En 2004, j’avais ramené pas mal de titres des 400 coups et de La Pastèque, dont Paul en appartement qui venait de sortir. J’ai dévoré le titre pendant la conférence (pas pendant les exposés, c’était une de ces conférences incroyables où j’étais absorbé du premier au dernier exposé, où j’en rencontré beaucoup de monde, dont plusieurs futurs collaborateurs), et j’ai acheté dans la foulée les deux premiers, Paul à la campagne (sorti en 1998) et Paul a un travail d’été (en 2002). Il m’aura fallu plusieurs séjours au Québec pour comprendre certaines subtilités (dont un certain nombre d’expressions), mais j’ai fini par devenir un inconditionnel. Et justement, pour les fêtes, et pour célébrer les 15 ans du titre, une version format géant, et colorié de Paul à la campagne est sorti (il semble qu’en France, seul l’édition en noir et blanc soit disponible). Et ma femme l’a eut pour Noël… Une fois qu’elle l’avais lu, je me suis permis de lui emprunter. Pour faire simple et rapide, j’adore cette version couleur. On a l’impression de livre une BD de style BD belge telle que je l’adore, genre Yves Challand. Mais du Challand très québécois ! Avec beaucoup de nostalgie en plus… Ce n’est pas du même ordre qu’Approximativement, qui reste un gros choc de lecture (pseudo) autobiographique. J’étais peut-être aussi content de trouver une forme de relève à Monsieur Jean, que j’avais beaucoup aimé. En y repensant, la lecture de Paul est indissociable (dans ma mémoire) de la lecture du pavé Blankets de Craig Thompson (que j’ai du découvrir à la même époque, en français tout d’abord, avant de le lire enfin en version originale quelques années plus tard). Ce n’est pas comme relire les vieux Astérix ou écouter Patchanka (où je repense immanquablement aux lectures de mon enfance, chez mes grands-parents pour les premiers, ou sur mon walkman dans la voiture pour aller chez mes grands-parents, justement, pour le dernier). Je revois ici des situations pour lesquelles je ne peux m’empêcher de faire des parallèles avec d’autres que j’ai vécues. Et c’est une forme de nostalgie très agréable… Bref, cette version en couleur m’a enchanté ! et les enfants ont aussi beaucoup aimé, pour mon plus grand plaisir… Et comme le titre ne semble pouvoir se trouver qu’au Canada, je ne peux qu’encourager tous les français (de France) à venir faire un tour au Québec pour l’acheter…

Prévision des vente de voitures au Québec

Après discussion, la date limite pour me renvoyer le second devoir est fixée à vendredi 5 octobre midi, par courriel. Je veux un fichier pdf par équipe, avec une page de garde indiquant le nom des membres du groupe, et le mot clé retenu.

Maintenant, je vais en profiter pour mettre en ligne le code tapé de matin, en cours. On avait travaillé sur la modélisation de la série des ventesde voiture, au Québec. La série est en ligne,

X=read.table(
"http://freakonometrics.blog.free.fr/public/
data/car-sales-quebec.csv",
header=TRUE,sep=";",nrows=108)
Xt=ts(X[,2],start=c(1960,1),frequency=12)

On peut regarder l’évolution de cette série temporelles (car les dessins, et la visualisation, c’est important),

plot(Xt)

On note une tendance linéaire (ou qu’on pourrait supposer linéaire), que l’on va estimer,

X=as.numeric(Xt)
temps=1:length(X)
base=data.frame(temps,X)
reg=lm(X~temps)

et que l’on pourra représenter

plot(temps,X,type="l",xlim=c(0,120))
abline(reg,col="red")

Si on veut une série stationnaire (et c’est effectivement ce que l’on cherche), on va retrancher cette tendance à notre série, et travailler sur la série résiduelle.

La série résiduelle est ici

Y=X-predict(reg)
plot(temps,Y,type="l")

que l’on devrait pouvoir supposer stationnaire. Classiquement, on regarde les autocorrélations,

acf(Y,36,lwd=4)

où on repère un beau cycle annuel, mais on va surtout utiliser les autocorrélations partielles pour identifier l’ordre de la composante autorégressive.

pacf(Y,36,lwd=4)

La 12ème est non-nulle, et tous les autres ensuite sont significativement nulles (ou presque). On va donc tenter un https://latex.codecogs.com/gif.latex?AR(12).

> fit.ar12=arima(Y,order=c(12,0,0))
> fit.ar12
Series: Y
ARIMA(12,0,0) with non-zero mean

Coefficients:
ar1     ar2      ar3      ar4     ar5      ar6     ar7
      0.1975  0.0832  -0.1062  -0.1212  0.1437  -0.1051  0.0319
s.e.  0.0838  0.0809   0.0826   0.0843  0.0850   0.0833  0.0854
ar9     ar10    ar11    ar12  intercept
      -0.0332  -0.0616  0.2635  0.4913  -148.3180
s.e.   0.0853   0.0840  0.0840  0.0841   384.5095

sigma^2 estimated as 2177974:  log likelihood=-946.75
AIC=1921.51   AICc=1926.03   BIC=1959.06

La douzième composante https://latex.codecogs.com/gif.latex?\phi_{12} semble significative, si on repense au test de Student,

u=seq(-6,6,by=.1)
plot(u,dnorm(u),type="l")
points(0.4913/0.0841,0,pch=19,col="red")

En revanche, la huitième https://latex.codecogs.com/gif.latex?\phi_{8} ne l’est pas

points(-0.1018/0.0847,0,pch=19,col="blue")

(voilà pour le petit retour sur la lecture des tests). Vérifions maintenant que le bruit résiduel est bien blanc… Si on regarde les autocorrélations

acf(residuals(fit.ar12),36,lwd=4)

Mais ce n’est pas un test de bruit blanc. En particulier, si une autocorrélation semblerait significative, on pourrait accepter que – globalement – les autocorrélations soient très proches de 0. On va alors faire des tests de Box-Pierce

> Box.test(residuals(fit.ar12),lag=12,
+  type='Box-Pierce')

Box-Pierce test

data:  residuals(fit.ar12)
X-squared = 7.7883, df = 12, p-value = 0.8014

Pour l’interpétation du test, c’est toujours pareil: on a une statistique de l’ordre de 7, et la loi sous-jacente (la somme des carrés des 12 premières autocorrélations du bruit) est une loi du chi-deux, à 12 degrés de liberté,

u=seq(0,30,by=.1)
plot(u,dchisq(u,df=12),type="l")
points(7.7883,0,pch=19,
col="red")

On accepte l’hypothèse que les 12 premières autocorrélations soient nulles. Si on va un peu plus loin,

> Box.test(residuals(fit.ar12),lag=18,
+  type='Box-Pierce')

Box-Pierce test

data:  residuals(fit.ar12)
X-squared = 20.3861, df = 18, p-value = 0.3115

on a la même conclusion,

Pour rappels, on peut retrouver à la main la p-value,

> 1-pchisq(20.3861,df=18)
[1] 0.3115071

Faisons notre petite dessin de toutes les p-value, pour s’assurer que le bruit est bien un bruit blanc,

 BP=function(h) Box.test(residuals(fit.ar12),lag=h,
type='Box-Pierce')$p.value
plot(1:24,Vectorize(BP)(1:24),type='b',
ylim=c(0,1),col="red")
abline(h=.05,lty=2,col="blue")

Cette fois c’est bon, on tient notre premier modèle, un https://latex.codecogs.com/gif.latex?AR(12). Si on veut aller plus loin, on peut regarder ce que donnerait de la sélection automatique,

> library(caschrono)
> armaselect(Y,nbmod=5)
p q      sbc
[1,] 14 1 1635.214
[2,] 12 1 1635.645
[3,] 15 1 1638.178
[4,] 12 3 1638.297
[5,] 12 4 1639.232

On peut être tenté d’aller voir ce qui se passerait en rajoutant une composante moyenne mobile à notre modèle précédant,

> fit.arma12.1=arima(Y,order=c(12,0,1))
> fit.arma12.1
Series: Y
ARIMA(12,0,1) with non-zero mean

Coefficients:
ar1     ar2      ar3      ar4     ar5      ar6     ar7
      0.0301  0.1558  -0.0941  -0.1461  0.1063  -0.0688  -0.002
s.e.  0.1235  0.0854   0.0757   0.0784  0.0807   0.0774   0.080
ar9     ar10    ar11    ar12     ma1  intercept
      -0.0646  -0.0798  0.2538  0.5786  0.2231  -131.3495
s.e.   0.0802   0.0766  0.0751  0.0861  0.1393   368.8156

sigma^2 estimated as 2127759:  log likelihood=-945.65
AIC=1921.31   AICc=1926.52   BIC=1961.54

Le nouveau coefficient, https://latex.codecogs.com/gif.latex?\theta_1 est à peine significatif. Éventuellement avec un seuil à 10%… Pourquoi pas? Si on regarde les résidus, sans grande surprise, on a toujours un bruit blanc, encore plus blanc qu’auparavant (en violet sur le dessin ci-dessous)

BP=function(h) Box.test(
residuals(fit.arma12.1),lag=h,
type='Box-Pierce')$p.value
plot(1:24,Vectorize(BP)(1:24),type='b',
ylim=c(0,1),col="red")
abline(h=.05,lty=2,col="blue")

BP=function(h) Box.test(residuals(fit.ar12),lag=h,
type='Ljung-Box')$p.value
lines(1:24,Vectorize(BP)(1:24),col="purple",
type="b")

On peut aussi aller voir parmi les modèles proposés, en particulier le modèle https://latex.codecogs.com/gif.latex?AR(14).

> fit.ar14=
+ arima(Y,order=c(14,0,0),method="CSS")
> fit.ar14
Series: Y
ARIMA(14,0,0) with non-zero mean

Coefficients:
ar1     ar2      ar3      ar4     ar5      ar6     ar7
      0.2495  0.2105  -0.0584  -0.1569  0.1282  -0.1152  0.0268
s.e.  0.0956  0.0972   0.0854   0.0830  0.0838   0.0840  0.0847
ar9     ar10    ar11    ar12     ar13     ar14  intercept
      -0.0327  -0.1116  0.2649  0.5887  -0.1575  -0.1572    80.5
s.e.   0.0855   0.0851  0.0853  0.0886   0.1031   0.0999   338.9

sigma^2 estimated as 2218612:  part log likelihood=-942.31

C’est un peu tiré par les cheveux, mais on pourrait accepter l’hypothèse que https://latex.codecogs.com/gif.latex?\phi_{14}soit significativement non-nuls. Mais on est encore limite…  Allez, on l’accepte aussi dans notre gang de modèle.

On a finalement trois modèles. Si on fait un peu de backtesting, sur les 12 derniers mois,

T=length(Y)
backtest=12
subY=Y[-((T-backtest+1):T)]
subtemps=1:(T-backtest)
plot(temps,Y,type="l")
lines(subtemps,subY,lwd=4)
fit.ar12.s=arima(subY,
order=c(p=12,d=0,q=0),method="CSS")
fit.arma12.1.s=arima(subY,
order=c(p=12,d=0,q=1),method="CSS")
fit.ar14.s=arima(subY,
order=c(p=14,d=0,q=0),method="CSS")
p.ar12=predict(fit.ar12.s,12)
pred.ar12=as.numeric(p.ar12$pred)
p.arma12.1=predict(fit.arma12.1.s,12)
pred.arma12.1=as.numeric(p.arma12.1$pred)
p.ar14=predict(fit.ar14.s,12)
pred.ar14=as.numeric(p.ar14$pred)

on obtient les prévisions suivantes (avec les valeurs observées dans la première colonne)

> (M=cbind(observé=Y[((T-backtest+1):T)],
+  modèle1=pred.ar12,
+  modèle2=pred.arma12.1,
+  modèle3=pred.ar14))
observé    modèle1    modèle2    modèle3
97  -4836.2174 -5689.3331 -5885.4486 -6364.2471
98  -3876.4199 -4274.0391 -4287.2193 -4773.8116
99   1930.3776  1817.8411  2127.9915  2290.1460
100  3435.1751  4089.3598  3736.1110  4039.4150
101  7727.9726  6998.9829  7391.6694  7281.4797
102  2631.7701  3456.8819  3397.5478  4230.5324
103  -509.4324 -2128.6315 -2268.9672 -2258.7216
104 -1892.6349 -3877.7609 -3694.9409 -3620.4798
105 -4310.8374 -3384.0905 -3430.4090 -2881.4942
106  2564.9600  -504.6883  -242.5018   183.2891
107 -1678.2425 -1540.9904 -1607.5996  -855.7677
108 -4362.4450 -3927.4772 -3928.0626 -3718.3922
>  sum((M[,1]-M[,2])^2)
[1] 19590931
>  sum((M[,1]-M[,3])^2)
[1] 17293716
>  sum((M[,1]-M[,4])^2)
[1] 21242230

I.e. on aurait envie de retenir le second modèle, https://latex.codecogs.com/gif.latex?ARMA(12,1). On va maintenant l’utiliser pour faire un peu de prévision,

library(forecast)
fit.arma12.1=
arima(Y,order=c(12,0,1))
fit.arma12.1
PREDARMA=forecast(fit.arma12.1,12)
plot(Y,xlim=c(1,120),type="l")
temps=T+1:12
polygon(c(temps,rev(temps)),c(PREDARMA$lower[,2],
rev(PREDARMA$upper[,2])),col="yellow",border=NA)
polygon(c(temps,rev(temps)),c(PREDARMA$lower[,1],
rev(PREDARMA$upper[,1])),col="orange",border=NA)
lines(temps,PREDARMA$mean,col="red")

Cela dit, on peut aussi aller beaucoup plus loin dans la prévision,

PREDARMA=forecast(fit.arma12.1,120)
plot(Y,xlim=c(1,210),type="l")
temps=T+1:120
polygon(c(temps,rev(temps)),c(PREDARMA$lower[,2],
rev(PREDARMA$upper[,2])),col="yellow",border=NA)
polygon(c(temps,rev(temps)),c(PREDARMA$lower[,1],
rev(PREDARMA$upper[,1])),col="orange",border=NA)
lines(temps,PREDARMA$mean,col="red")

Bon, on y est presque, car on a modélisé https://latex.codecogs.com/gif.latex?(Y_t), la série obtenue en enlevant la tendance linéaire. Pour remonter sur https://latex.codecogs.com/gif.latex?(X_t), on va rajouter la tendance à la prévision faite auparavant,

X=as.numeric(Xt)
temps=1:length(X)
plot(temps,X,type="l",xlim=c(0,210),
ylim=c(5000,30000))
base=data.frame(temps,X)
reg=lm(X~temps)
abline(reg,col="red")
PREDTENDANCE=predict(reg,newdata=
data.frame(temps=T+1:120))
temps=T+1:120
polygon(c(temps,rev(temps)),c(PREDTENDANCE+
PREDARMA$lower[,2],rev(PREDTENDANCE+PREDARMA$upper[,2])),
col="yellow",border=NA)
polygon(c(temps,rev(temps)),c(PREDTENDANCE+
PREDARMA$lower[,1],rev(PREDTENDANCE+PREDARMA$upper[,1])),
col="orange",border=NA)
lines(temps,PREDTENDANCE+PREDARMA$mean,col="red")

Maudits français

Tous les malouins le savent, Jacques Cartier est parti de Saint Malo pour découvrir le Canada en 1536 (si l’on considère son second voyage, c’est à dire celui où il a vraiment pénétré le royaume de Kanata en voguant sur le Saint Laurent). Il y a d’ailleurs un musée du Québec dans les remparts. Et comme s’en vente le musée, les québécois viennent de Saint-Malo.

Or, pour ceux qui ne connaissent pas Saint-Malo, c’est à deux pas du Mont Saint Michel, et du Couesnon qui sépare la Bretagne et la Normandie. Étant né en Normandie, avant de venir vivre à Rennes,  j’étais convaincu que j’avais des racines communes avec les Québécois*. Mais j’ai été surpris en voyant les noms de famille des copines de classe de ma fille: les noms ne m’étaient pas du tout familiers… Pourtant, si nous avons des racines communes, il ne serait pas surprenant que les noms de familles se retrouvent (c’est le principe de base de la généalogie, si j’ai bien tout suivi). Aussi j’ai voulu creuser davantage….

  • Que disent les experts en généalogie ?
http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso3/aunis.gifhttp://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso3/bretagne.gifhttp://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso3/Saintonge.gifhttp://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso3/Normandie.gifhttp://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso3/anjou.gif

On peut trouver des éléments de réponse ici ou là. Parmi les 3800 Français qui ont immigré (ou émigrer, ça dépend du point de vue) entre 1608 et 1700 :

  • La Normandie a fourni 1 pionnier sur 5.
  • Le Poitou, l’Aunis et la Saintonge ont, ensemble, donné 1 pionnier sur 4.
  • Paris et l’Ile-de-France, 1 pionnier sur 7.
  • La Bretagne, un peu plus de 3 pionniers sur 100.
  • L’Anjou, 3 pionniers sur 100.
  • La Champagne, presque 3 pionniers sur 100.
  • La Picardie, un peu plus de 2 pionniers sur 100.

 

Entre 1700 et 1765, près de 5000 autres hommes, femmes et enfants originaires de France viennent s’établir au Canada, mais “très peu proviennent de la Bretagne et des régions baignées par la mer“. Ce sont d’ailleurs les ordres de grandeur que j’ai pu avoir dans l’ouvrage de Michel Lambert (qui n’est pas un livre de généalogie à proprement parler mais qui est incroyablement intéressant, même s’il ne donne pas de source – ou de détails sur le sens – pour ces chiffres),

  • Normandie, 22.6%
  • Aunis, 16.4%
  • Perche, 11.4%
  • Ile de France (région parisienne) 10.5%
  • Poitou, 7.5%
  • Maine, 5.2%
  • Saintonge 5.2%
  • Bretagne 3.5%

Moralité, même si Jacques Cartier est parti de Bretagne, rares semblent être les bretons qui ont émigrés au Québec.

  • Calculs de probabilités conditionnelles à partir des noms de famille

Il existe des sites qui donnent les “classements” des noms de familles, au Québec par exemple (ici, avec les 1000 noms les plus portés, avec les proportions respectives), ou dans les régions françaises (, où j’ai pris à chaque fois les 2000 noms les plus portés avec les proportions respectives, en changeant de région). Les données peuvent être récupérées avec le code suivant

quebec=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-quebec2.txt",   
                   header=TRUE,dec=",")
bretagne=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-bretagne.txt",
                    header=TRUE,dec=",",sep="\t")
poitou=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-poitou.txt",
                  header=TRUE,dec=",",sep="\t")
normandie=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-basse-normandie.txt",
                     header=TRUE,dec=",",sep="\t")
aquitaine=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-aquitaine.txt",
                     header=TRUE,dec=",",sep="\t")
alsace=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-alsace.txt",  
                  header=TRUE,dec=",",sep="\t")
loire=read.table("http://freakonometrics.free.fr/nom-loire.txt",
                 header=TRUE,dec=",",sep="\t")

J’ai retenu 6 régions françaises, et j’ai calculé la proportions de québécois dont le nom de famille était dans le top 2000 d’une région donnée, i.e.

> head(quebec)
  Rang Nomdefamille Pourcentage
1    1     Tremblay       1.076
2    2       Gagnon       0.790
3    3          Roy       0.753
4    4         Cote       0.692
5    5     Bouchard       0.530
6    6     Gauthier       0.522

> minquebec=tolower(quebec$Nomdefamille)
> rangquebec=quebec$Rang
> pctquebec=quebec$Pourcentage/sum(quebec$Pourcentage)
> head(bretagne)
  Rang Patronyme Naissances
1    1   LE GALL      18126
2    2   LE GOFF      16093
3    3   LE ROUX      15905
4    4    THOMAS      15705
5    5    MARTIN      12094
6    6    TANGUY      12045

> minbretagne=tolower(bretagne$Patronyme)
> rangbretagne=bretagne$Rang
> pctbretagne=bretagne$Naissances/sum(bretagne$Naissances)
> I=minquebec%in%minbretagne
> sum(pctquebec[I])/sum(pctquebec)
[1] 0.2579641
Région Proportion
Bretagne 23,39%
Normandie 31,07%
Loire 32,83%
Aquitaine 27,65%
Poitou 32,50%
Alsace 9,71%

Si on retrouve peu de noms alsacien au Québec, on peut être un peu “surpris” que les régions qui ressortent le plus sont la Loire et le Poitou et pas la Bretagne et la Normandie…. Bon, j’en conviens, je travaille sur les noms de familles bruts, c’est à dire que je ne tiens pas compte du fait que certains noms se sont déformés. Il s’agit de la version simple… on peut bien entendu aller plus loin, par exemple en utilisant des modèles de mélange par exemple… à suivre donc…

*en fait, mes origines sont davantage bourguignonnes, de part mes quatre grands parents, comme le savent tous ceux qui m’ont déjà payé un verre de vin… mais ayant passé toute mon enfance en Normandie, je peux me considérer un peu comme normand. Et adorant la galette saucisse, je suis définitivement breton….

Uncertainty in claims reserving (WIM)

I will be talking on Friday, at the 1st Québec-Ontario Workshop on Insurance Mathematics (so called WIN, already mentioned here). The program is now online here. My talk will be on Solvency II requirements in claims reserving (slides can be found here). Even if Canada will not adapt the Solvency II European capital test, it looks like Solvency II will matter to Canadian insurance companies (as mentioned here).