Tag Archives: prédire

Prédire ou Prévoir, réflexions (probablement) personnelles

Il y a quelques années, j’avais fait un billet où je m’énervais contre une phrase que j’avais entendu (“l’homme qui avait prédit la crise). Le point de départ était surtout un énervement lié au fait que beaucoup de journalistes vivent avec des oeillères (par exemple en associant “économiste” à “type à la télé qui parle d’économie“), et ne connaissent pas la diversité de la communauté des économistes (surtout que la pluralité n’est pas vraiment une vertue présente dans les grands médias, la manière dont sont présentés les différents candidats à la future élection présidentielle peut en être une illustration). Mais je m’écarte…. en fait, un de mes points portait sur l’utilisation du terme “prédit“.

Avec un peu de recul, je ne sais pas si la langue française à changé depuis, mais j’aurais envie de revenir sur ma distinction entre “prévoir” et “prédire“. Prévoir et prédire ont deux racines latines distinctes, prévoir venant du latin praevidere, et prédire de praedicere. Beaucoup notent que “prédire” a longtemps eu le sens de “prophétiser“, où l’annonce (de ce qui doit arriver) est souvent d’inspiration divine. En anglais, c’est presque plus compliqué (car il y a plus de synonymes) mais la même confusion existe. On peut retrouver “foretell” construit sur “fore” et “tell” (qui est à relier à une notion de prémonition), “forespell” construit sur “fore” et “spell” (on retroue la notion de sort, proche du néerlandais “voorspellen”), “foresee” construit sur “fore” et “see”, ou encore  “forecast“, dont on reparlera très bientôt. A côté de ces mots, construits sur le préfixe “fore”, il existe le mot “predict“, tiré du latin praedicere, construit sur “prae” ‎(avant, que l’on retrouvé dans “pré” en français) et “dicere” ‎(dire). Comme le note le dictionnaire, “predicted” a un sens proche de “foretold” mais “without the mystical flavour”. Bref, “prédit” a longtemps eu une connotation mystique, divine.

Pourtant, les deux semblent parfois être interchangeables. Au point que fin 2006, Le Devoir écrivait « parce que cette administration n’a pas su prévoir ce qui était prévisible, nous en sommes rendus à siéger à 6 h un lundi matin! ». “prévoir ce qui était prévisible” vaste programme, non ?

Si on reste sur l’anglais, on peut tenter une distinction. Par exemple “forecast“, c’est à dire “prévoir“, est associé aux ouvrages suivants, sur amazon.com

Autrement dit, “forecast” (ou “prévision“) correspond à un aspect temporel. On cherche à prévoir, à un instant donné https://latex.codecogs.com/gif.latex?t la valeur d’une variable https://latex.codecogs.com/gif.latex?x à une date ultérieur, disons https://latex.codecogs.com/gif.latex?t+h. Classiquement, on cherche (et ça sera notre “prévision”)

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\mathbb{E}_t[X_{t+h}]=\mathbb{E}[X_{t+h}|x_t,x_{t-1},\cdots]

C’est pour cela que bon nombre de cours de séries temporelles, ou séries chronologiques sont des cours de “modèles de prévision“.

Mais on commence à voir arriver des ouvrages de “méthodes prédictives“, “predictive modeling“, proposant des “prédictions

Si on regarde de plus près, ces techniques sont utilisées non pas dans un contexte de séries temporelles, mais de données individuelles. Ici, on cherche à prévoir une variable d’intérêt https://latex.codecogs.com/gif.latex?y à l’aide de covariables (variables dites explicatives https://latex.codecogs.com/gif.latex?x_1,\cdots,x_k. La prédiction sera classiquement

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\mathbb{E}_{\boldsymbol{x}}[Y]=\mathbb{E}[Y|x_1,\cdots,x_k]

« l’homme qui avait prédit la crise »

Je vais ressortir un peu ma casquette de schtroumpf grognon aujourd’hui, au risque de me faire encore taxer d’anti-journaliste primaire. Mais j’ai été agacé en lisant dans un article (journalistique, pas académique) qu’un personnage était présenté comme « l’homme qui avait prédit la crise ». En sept mots, le journaliste a réussi a utiliser trois clichés qui m’agacent.

Commençons par la fin, à savoir « la crise ». Sans vouloir jouer le schtroumpf grognon, je n’aime pas ce mot, abondamment utilisé par les journalistes… C’est quoi « la crise » ? Surtout que quand on pose la question, la réponse est toujours « allons, tu sais bien… la crise, quoi ». A la rigueur, «la crise financière »… mais laquelle ? « allons, arrête de faire du mauvais esprit… la crise de la dette, tu sais… ».  Mais de quoi on parle là ? Des états européens sur-endettés qui risquent de se faire downgrader par les agences de notation ? Des dettes des particuliers qui explosent ? Des endettements des étudiants qui doivent faire face à la hausse des frais d’inscription ? Bref, je n’aime pas ce mot fourre tout qui ne peut être défini de manière univoque. Mais ce n’est pas ce qui m’agace le plus…

Il y a ensuite le mot « prédit ». Car c’est le mot qui est le plus utilisé par les journalistes, en France. Étrangement, le mot « prévu » n’est pas utilisé. Car «prédire » n’est pas « prévoir ». Certes, les deux se rapportent à l’avenir, de part le préfixe pré- qui exprime l’antériorité dans le temps. Le verbe « prédire » est souvent employé pour des pronostics, qui relèvent de l’intuition, d’un sentiment prémonitoire, voire d’une expérience surnaturelle: les voyantes « prédisent » l’avenir. Par contre, il existe des instituts de « prévision », ainsi que des cours de méthodes de « prévision » (ou encore des ouvrages, sur le sujet). On fait des « prévisions » météo, ou budgétaires. Bref, « prédire » relève de la foi, alors que « prévoir » relève davantage de la science. Il y a deux ans, j’avais déjà parlé des prédicateurs dans un billet suite au tremblement de terre qui avait eu lieu en mars 2009 en Italie (et je me permets de reprendre – plus ou moins – l’image extraite du plus formidable des albums de Tintin – d’où est aussi tiré l’image qui figure sur mon blog, et à laquelle je me suis pleinement identifiée). Et ce qui m’agace c’est que les journalistes préfèrent écouter les prédicateurs aux prévisionnistes… Et je ne parle pas des nombreux articles sur Paul le poulpe

Enfin, il y a l’utilisation du terme « l’homme », ou plus précisément l’emploi du «l’», qui laisse entendre qu’il y a unicité: une seule personne aurait annoncé la crise. Vu de loin, c’est d’ailleurs amusant de noter que chaque journaliste a « son homme » qui aurait annoncé la crise. C’est Paul Jorion pour Rue89 (et France Culture), Nouriel Roubini pour le New York Times (et d’autres médias en France) mais certains pensent à Robert ShillerGeorges MagnusMelchior PalyiVictor MaslovRaghuram Rajan, etc. Manifestement, il n’y a pas unicité, et pourtant tous les journalistes aiment utiliser ce pronom « l’ ». En fait, souvent les journalistes omettent de dire que cet homme est « l’homme » au sein des personnes faisant parti du réseau de personnes qu’ils lisent, et qui font partie de leur cercle médiatique. Ce qui est agaçant, c’est que les journalistes ne prennent pas la peine de lire les articles écrits par les économistes dans les revues d’économie. Malheureusement, dans un article académique, on ne prédit pas des crises, mais il y a de nombreuses analyses critiques qui permettent d’éclairer, et pas seulement ex-post. Mais lire des articles théoriques demande du temps, et des compétences…