Tag Archives: predict

Prédire ou Prévoir, réflexions (probablement) personnelles

Il y a quelques années, j’avais fait un billet où je m’énervais contre une phrase que j’avais entendu (“l’homme qui avait prédit la crise). Le point de départ était surtout un énervement lié au fait que beaucoup de journalistes vivent avec des oeillères (par exemple en associant “économiste” à “type à la télé qui parle d’économie“), et ne connaissent pas la diversité de la communauté des économistes (surtout que la pluralité n’est pas vraiment une vertue présente dans les grands médias, la manière dont sont présentés les différents candidats à la future élection présidentielle peut en être une illustration). Mais je m’écarte…. en fait, un de mes points portait sur l’utilisation du terme “prédit“.

Avec un peu de recul, je ne sais pas si la langue française à changé depuis, mais j’aurais envie de revenir sur ma distinction entre “prévoir” et “prédire“. Prévoir et prédire ont deux racines latines distinctes, prévoir venant du latin praevidere, et prédire de praedicere. Beaucoup notent que “prédire” a longtemps eu le sens de “prophétiser“, où l’annonce (de ce qui doit arriver) est souvent d’inspiration divine. En anglais, c’est presque plus compliqué (car il y a plus de synonymes) mais la même confusion existe. On peut retrouver “foretell” construit sur “fore” et “tell” (qui est à relier à une notion de prémonition), “forespell” construit sur “fore” et “spell” (on retroue la notion de sort, proche du néerlandais “voorspellen”), “foresee” construit sur “fore” et “see”, ou encore  “forecast“, dont on reparlera très bientôt. A côté de ces mots, construits sur le préfixe “fore”, il existe le mot “predict“, tiré du latin praedicere, construit sur “prae” ‎(avant, que l’on retrouvé dans “pré” en français) et “dicere” ‎(dire). Comme le note le dictionnaire, “predicted” a un sens proche de “foretold” mais “without the mystical flavour”. Bref, “prédit” a longtemps eu une connotation mystique, divine.

Pourtant, les deux semblent parfois être interchangeables. Au point que fin 2006, Le Devoir écrivait « parce que cette administration n’a pas su prévoir ce qui était prévisible, nous en sommes rendus à siéger à 6 h un lundi matin! ». “prévoir ce qui était prévisible” vaste programme, non ?

Si on reste sur l’anglais, on peut tenter une distinction. Par exemple “forecast“, c’est à dire “prévoir“, est associé aux ouvrages suivants, sur amazon.com

Autrement dit, “forecast” (ou “prévision“) correspond à un aspect temporel. On cherche à prévoir, à un instant donné https://latex.codecogs.com/gif.latex?t la valeur d’une variable https://latex.codecogs.com/gif.latex?x à une date ultérieur, disons https://latex.codecogs.com/gif.latex?t+h. Classiquement, on cherche (et ça sera notre “prévision”)

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\mathbb{E}_t[X_{t+h}]=\mathbb{E}[X_{t+h}|x_t,x_{t-1},\cdots]

C’est pour cela que bon nombre de cours de séries temporelles, ou séries chronologiques sont des cours de “modèles de prévision“.

Mais on commence à voir arriver des ouvrages de “méthodes prédictives“, “predictive modeling“, proposant des “prédictions

Si on regarde de plus près, ces techniques sont utilisées non pas dans un contexte de séries temporelles, mais de données individuelles. Ici, on cherche à prévoir une variable d’intérêt https://latex.codecogs.com/gif.latex?y à l’aide de covariables (variables dites explicatives https://latex.codecogs.com/gif.latex?x_1,\cdots,x_k. La prédiction sera classiquement

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\mathbb{E}_{\boldsymbol{x}}[Y]=\mathbb{E}[Y|x_1,\cdots,x_k]