Tag Archives: IA

Data science pour actuaire

Je vais relayer ici un peu d’information. A Paris, l’Institut du Risk Management va proposer une formation Data science pour actuaire qui débutera durant le 1er semestre 2015. Il s’agit d’une formation de 170 heures (à raison de 2 jours et demi par mois), pour 20-25 actuaires, qui sera sanctionnée par un examen, et qui donnera accès au diplôme data scientist de l’Institut du Risk Management. Au programme, l’environnement Big Data (30 h), méthodologie statistique (50 h), mise en oeuvre informatique (50 h) et études de cas (40 h). Pour plus d’info, il faut envoyer un message à datascience@institutdesactuaires.com. J’essayerais de poster des informations au fur et à mesure ! A suivre donc…

Big Data, à Paris

Mercredi maitin, après une dernière réunion à Bruxelles, je prends le train pour être à Paris à l’heure du repas du midi pour faire une (rapide) intervention sur le big data, pour le groupe de travail big data de l’Institut des Actuaires. Je crois que l’intervention est prévue à 12:30, chez Optimind, rue de la Boëtie. J’ai essayé de mettre quelques éléments de réflexion dans des transparents, histoire de lancer des débats !

Je passerais la soirée à Paris (après quelques réunions l’après-midi), avant de redécoller jeudi matin.

Short (but Buzy) Trip in Europe

I will flight tomorrow evening to go to Belgium. I will attend a PhD defense this Monday, at Louvain-la-Neuve. On Tuesday, I will give a crash course on risk measures, for PhD Students, in Louvain-la-Neuve. Then, Wednesday morning, I have a meeting with some friends in an insurance company, in Brussels, and I will be around noon in Paris, to give a talk on Big Data, for the Big Data Task Force of the (French) Institute of Actuaries. I will then have some meetings in the afternoon. I should flight back on Thursday, and give my lecture on Predictive Modeling in the evening…

I guess that Saturday will be a mix between two very different activities, enjoying some time with the kids (and watch the game), and trying to finalize my slides…

Actuariat, le rêve américain

Ce billet (sous une forme proche) devrait proposé sous forme d’article dans les semaines à venir pour publication dans Variances, le journal des anciens ENSAE. En attendant, les commentaires sont ouverts, et je serais ravi d’accueillir des points de vue !

  • L’actuariat et les actuaires

Dans un ‘conte Persan‘ inventé par Claude Bébéar, l’actuariat était défini comme suit :

Il était une fois un assureur sur la vie fort intelligent, éminent et respecté. Il était considéré par tous comme un grand technicien, voire un savant, qui n’avait pas son pareil pour estimer la prime à demander aux assurés et la valeur des engagements pris par l’assureur. Mais parfois, un doute le taraudait : sa science était-elle vraiment estimée ? Le vulgaire ne risquait-il pas de s’en saisir, montrer qu’il n’y avait là rien d’admirable et détruire une réputation bâtie à force de patience ? Vite, il fallait se protéger. Et c’est ainsi que notre assureur éminent, respecté et fort intelligent, inventa un langage ésotérique qu’il appela “actuariat”. Et grâce à lui, des générations d’actuaires heureux vécurent et vivent encore à l’abri des critiques, adulés de tous. Chaque année, aidés par des comptables pleins de respect, ils mettent au point un rapport annuel fort savant qu’assurés, actionnaires et contrôleurs en tous genres contemplent sans trop comprendre et sans oser poser de questions, de peur de passer pour des sots. Le système était parfait.”

Comme le montrent les divers classements des métiers qui placent le métier d’actuaire régulièrement en tête depuis une dizaine d’années, en Amérique du Nord, l’actuariat fait rêver. Mais personne ne sait trop ce qu’est l’actuariat….

  • L’actuariat: entre pratique et théorie

Avant de commencer à comparer l’actuariat vu des deux côtés de l’Atlantique, rappelons que le terme “actuariat” n’existe pas dans la langue anglaise. Il existe une “science actuarielle” – enseignée dans quelques universités – et une “pratique actuarielledésignant le travail fait par les actuaires, au quotidien. Cette première subtilité linguistique est importante pour comprendre ce qu’est l’actuariat, au sens français, de ce côté-ci de l’Atlantique. Une connaissance (relative) du premier permet de prétendre au statut d’associé d’une organisation professionnelle, alors que l’exercice du second est essentiel pour prétendre au titre de Fellow. Mais revenons un instant en arrière, sur le système d’éducation en Amérique du nord (on exclura pour l’instant le Québec, qui est un peu particulier). A l’âge où les étudiants français passent leur bac, les étudiants américains terminent leur High School, pour ensuite rejoindre un College ou une université pour une formation de quatre ans, leur permettant de préparer un Bachelor Degree. S’ils le souhaitent, ils peuvent ensuite poursuivre par un Master Degree, qu’ils prépareront sur deux ans.

Les programmes d’actuariat dans les universités nord américaines sont essentiellement des programmes de type Bachelor, qui proposent de former à la science actuarielle, sur un programme de quatre ans (et pas cinq, comme en France). Si en théorie, la mission d’une université est d’enseigner la science actuarielle, bien souvent, les Bachelor programs en science actuarielle proposent de préparer la première série d’examens professionnels, appelés examens préliminaires.

  • Le système des examens professionnels

Tous ceux qui ont travaillé en tant qu’actuaires en dehors de l’Europe le savent : l’actuariat n’existe pas en dehors de la SOA. Cette corporation de plus de 20,000 membres est omniprésente, pas seulement aux Etats-Unis (où se trouve son siège) mais aussi en Asie. Même si l’Association Actuarielle Internationale tente de faire reconnaître les divers instituts, le titre de FSA (Fellow of the Society of Actuaries) est, dans les faits, le seul qui jouisse d’un réel prestige international.

Pour devenir actuaire, en Amérique du Nord, il faut passer au travers des examens professionnels. Ces examens, organisés par les organisations professionnelles (SOA, Society of Actuaries, CAS, Causality Actuarial Society ou CIA, Canadian Institute of Actuaries) sont de trois types :

  • les examens à choix multiples en probabilités (P), mathématiques financières (FM), mathématiques actuarielles (MLC), économie financière (MFE), évaluation de modèles actuarielles (C)
  • les VEE : cours approuvés, en économie, finance et statistique
  • les modules : des ateliers de pratique actuarielle

Par exemple, pour valider l’examen P de probabilité, il faut ainsi réussir au moins 20 questions sur 30 (environ, le pourcentage dépend de la difficulté des questions, il faut un taux d’admission de l’ordre de 35%) en 3 heures. Il est inutile de comprendre la subtilité de la construction de l’espérance conditionnelle, l’objectif est davantage de maîtriser le calcul des probabilités. Certains exercices sont loin d’être triviaux, mais il ne s’agit pas de trouver le truc qui permet d’établir la preuve, davantage de comprendre comment formaliser un problème concret en termes probabilistes. Ce qui est – a priori – parfait pour pratiquer par la suite le métier d’actuaire. Laissons les plus sceptiques tenter de résoudre les exercices posés dans les sample exams sur le site de la SOA. La critique fondamentale que l’on pourrait faire est que le calcul des probabilités n’est pas vraiment une fin en soi : pour comprendre la notion de “martingale,” centrale en valorisation financière, ou celle de “prévision” (en predictive modeling) il convient de comprendre non pas comment calculer une espérance conditionnelle, mais de savoir ce qu’est cet objet mathématique.

Une fois Associé, il est possible de devenir Fellow, en passant de nouveaux examens

  • les examens avancés (écrit, à développement, par opposition aux choix multiples)
  • les modules (suivant le domaine de pratique)
  • les séminaires

Ces examens dont plus exigeants en terme de préparation, avec environ 400 h de préparation étalés sur les trois mois précédant l’examen (à concilier avec une vie professionnelle, et une vie de famille). Dans les entreprises d’assurance en Amérique du Nord, le titre de Fellow est largement valorisé, d’où une  forte incitation en interne à passer (et réussir) ces examens.

  • Les relations entre la communauté actuarielle et le monde académique

En France, l’Institut des Actuaires a eu pour stratégie d’accréditer certaines formations, dans des écoles ou dans des universités. Dans tous les cas, il s’agit d’une formation avancée, de type Master. Les stages permettent de garder un lien entre le monde académique, et la communauté actuarielle. Et c’est la grande force du système français. Outre Atlantique, les étudiants effectuaient une formation poussée en mathématique et en gestion des risques, et les examens professionnels sanctionnaient les étudiants qui les passaient. Mais les examens sont aujourd’hui une fin en soi, la plupart des formations en actuariat devenant de véritables prépas à examens professionnels.

Comme le disait Charles Goodhart, “lorsqu’une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une mesure“. Les étudiants en actuariat n’apprennent plus les concepts de valorisation par réplication, ou des raisonnements bayésiens pour mettre à jour des primes, mais uniquement des recettes de cuisine permettant de réussir des examens.

Cela dit, le vent semble tourner, au moins au Canada. En effet, l’Institut Canadien des Actuaires a signé plusieurs programmes d’agréments universitaires, donnant des dispenses d’examen pour les étudiants qui réussissent certains cours (reconnus par l’agrément). Cette idée d’une reconnaissance de la qualité de certaines formations universitaires est loin de faire l’unanimité outre Atlantique, même si la SOA a également fait un pas vers le monde académique voilà quelques années, avec les labels de “Center of Excellence” (mais qui n’apporte pas grand chose aux étudiants, malheureusement).

  • La culture actuarielle en France, et à l’extérieur

Si l’Institut des Actuaires Français est très ancien (on peut remonter en 1890 pour voir le premier institut), il comptait très peu de membres avant les années 1980. L’organisation des systèmes de retraites en France (reposant peu sur les fonds de pension) explique probablement cette différence culturelle importante. Cela dit, de nombreux ouvrages insistent sur l’importance de la science actuarielle sur l’histoire des probabilités par exemple (on repensera au chapitre dédié à Arthur Bailey dans The Theory That Would Not Die de Sharon McGrayne, ou les nombreuses références à la construction des tables de mortalité aux Pays-Bas ou en Angleterre dans The Emergence of Probability de Ian Hacking), et les travaux sur les premium principles sont aujourd’hui reconnus comme précurseurs des travaux récents en mathématique financières sur l’axiomatique des mesures de risque.

Il est d’ailleurs surprenant que les actuaires, en France, aient été aussi peu consultés lors des réflexions sur les constructions des tables de mortalité (contrairement à ce qui peut se passer en Amérique du Nord). Combien d’actuaires y-a-t-il parmi les membres du Conseil d’Orientation des Retraites ? Peut-être parce que les organisations actuarielles ont ici un réel pouvoir, il serait inimaginable de voir un débat sur les retraites se tenir sans la présence de plusieurs actuaires reconnus.

Une autre forte différence culturelle existe quand on regarde les thèmes des séminaires et autres conférences en France. Ces dernières années, les actuaires ont énormément travaillé sur la mise en place de Solvabilité II, et sur la réflexion autour des normes comptables relatives à la solvabilité des compagnies d’assurance. La solvabilité est devenue le cœur de la réflexion actuarielle, en Europe. Mais les Etats-Unis et les Canada n’ont pas adopté les normes comptables préconisées en Europe. Et le mot “solvency” ne figure toujours pas au syllabus des examens préliminaires : un actuaire nord américain peut ne jamais avoir entendu prononcer ce mot (s’il n’a pas traversé l’océan Atlantique)

  • La reconnaissance des actuaires formés en France

Le jeu n’est pas symétrique, loin de là: l’Institut des Actuaires (en France) reconnaît le statut de FSA. Mais la réciproque est fausse: les actuaires formés en France, qui souhaitent exercer la profession d’actuaire doivent passer les examens professionnels de la SOA.

Faudrait-il alors que les étudiants français passent des examens professionnels pendant leur formation pour développer leur attractivité internationale ? Faut-il signer des partenariats avec des universités en Amérique du Nord (comme le font certaines formations) ? Les expériences tentées récemment montrent qu’il est délicat de faire valider des cours de première année d’université (préparant à des examens professionnels) comme des cours de niveau fin de Master. Compte tenu de cette profonde différence, les partenariats seront difficiles à monter. Néanmoins, la formation d’actuariat en France donne les bases parfaites pour préparer la majorité des examens préliminaires, la seule difficulté est de s’entraîner un minimum pour ne pas être déstabilisé par la forme de l’examen à choix multiple.

SOA (Society of Actuaries), fondée en 1949 de la fusion de l’ASA (Actuarial Society of America, 1889) et de l’AIA (American Institute of Actuaires, 1909), située dans la banlieue de Chicago, Illinois. Environ 800 fellows de plus, par an, 22,500 membres en 2014.http://soa.org/
CAS (Casualy Actuarial Society), fondée en 1914 (sous le nom Casualty Actuarial and Statistical Society of America), située en Virginie. 5,500 membres en 2014.http://www.casact.org/
ICA (Institut Canadien des Actuaires, CIA en anglais), fondée en 1965, localisée à Ottawa, Ontario, 4,300 membres en 2014.https://www.cia-ica.ca/
IA (Institut des Actuaires), fondé en 1890, comptant environ 3,000 membres en 2012. A ne pas confondre avec IA (Institute of Actuaries), fondé à Londres en 1848, revendiquant plus de 15,700 membres. Le terme FIA désigne les Fellows of the Institute of Actuaries.http://institutdesactuaires.com/

Étant régulièrement contacté par des français, souhaitant s’installer en Amérique du Nord, ou simplement “devenir Fellow“, j’ai longtemps eu envie de revenir sur l’actuariat, vu d’ici, histoire de clarifier certains points. Pour préciser mon point de vue (à la fois sur l’actuariat en Amérique du Nord, et en France) je pourrais rappeler que j’ai travaillé à Hong Kong – en tant qu’actuaire – en 1999 et 2000, et que c’est en Asie que j’ai pris conscience de l’importance de la SOA dans le monde des assurances. En France, j’avais été en charge de la formation d’actuariat de l’ENSAE, ait fait partie du jury de l’institut des actuaires (à l’ISUP et à Dauphine), ait été secrétaire de la Commission Scientifique (à une lointaine époque, où on donnait des équivalences à des membres d’organisations actuarielles étrangères, et où on tentait de réfléchir au syllabus des formations), suis membre du jury du prix SCOR depuis plusieurs années, ai écrit des livres (en français) et édite dans les semaines à venir un livre d’actuariat (computational actuarial science), qui se veut au delà des particularités culturelles (comme j’ai pu en prendre conscience lors de la rédaction, le gouffre entre académiques et professionnels, ou entre Européens et Américains n’est pas simple à combler). Et j’enseigne depuis 3 ans dans un center of excellence de la SOA, qui bénéficie d’un programme d’agrément universitaire de l’ICA (j’ai ainsi enseigné le cours préparatoire à l’examen P, ainsi que le VEE de statistique et prévision). J’ai d’ailleurs participé à la Task Force de la SOA qui avait pour mission de monter un syllabus pour l’examen de modélisation du nouveau General Insurance Track.

Pour aller plus loin, je suggèrerais la lecture de Sibley, A. (2006). Nos collègues français, The Actuary, November 2006, p. 34-35 (pour une vision plus britannique cette fois).

Formation ERM de l’Institut des Actuaires

Intervention jeudi après midi dans le cadre de la formation ERM (Enterprise Risk Management) de l’Institut des Actuaires, sur le thème “everything you wanted to ask about tail dependence in risk management and you’re afraid to ask“.
Comme Anne-Laure Fougères est déjà intervenue sur les extrêmes, et que Stéphane Loisel ont présenté les copules, le cours sera une discussion autour des diverses recommandations du Groupe Consultatif, des documents du CEIOPS, et de divers documents qui circulent sur le calcul du SCR (Solvency Capital Requierment) de l’agrégation des risques. Ou “everything you wanted to ask about tail dependence in risk management and you’re afraid to ask“… Les slides sont en ligne ici, et ne contienent que les éléments illustratifs du cours.