Tag Archives: élections

Visualiser les résultats du premier tour

Juste quelques lignes de code, pour visualiser les résultats du premier tour en France. L’idée est de faire une carte assez minimaliste, avec des cercles centrés sur les centroïdes des départements. On commence par récupérer les données pour le fond de carte, un fichier 7z sur le site de l’ign.

download.file("https://wxs-telechargement.ign.fr/oikr5jryiph0iwhw36053ptm/telechargement/inspire/GEOFLA_THEME-DEPARTEMENTS_2016$GEOFLA_2-2_DEPARTEMENT_SHP_LAMB93_FXX_2016-06-28/file/GEOFLA_2-2_DEPARTEMENT_SHP_LAMB93_FXX_2016-06-28.7z",destfile = "dpt.7z")

On a dans ce fichier des informations sur les centroïdes

library(maptools)
library(maps)
departements<-readShapeSpatial("DEPARTEMENT.SHP")
plot(departements)
points(departements@data$X_CENTROID,departements@data$Y_CENTROID,pch=19,col="red")

Comme ça ne marche pas très bien, on va le refaire à la main, par exemple pour l’Ille-et-Vilaine,

pos=which(departements@data[,"CODE_DEPT"]==35)
Poly_35=departements[pos,]
plot(departements)
plot(Poly_35,col="yellow",add=TRUE)
departements@data[pos,c("X_CENTROID","Y_CENTROID")]
points(departements@data[pos,c("X_CENTROID","Y_CENTROID")],pch=19,col="red")
library(rgeos)
(ctd=gCentroid(Poly_35,byid=TRUE))
points(ctd,pch=19,col="blue")

Comme ça marche mieux, on va utiliser ces centroïdes.

ctd=as.data.frame(gCentroid(departements,byid=TRUE))
plot(departements)
points(ctd,pch=19,col="blue")

Maintenant, il nous faut les résultats des élections, par département. On peut aller scraper le site du ministère d’ intérieur. On a une page par département, donc c’est facile de parcourir. Par contre, dans l’adresse url, il faut le code région. Comme je suis un peu fainéant, au lieu de faire une table de correspondance, on teste tout, jusqu’à ce que ça marche. L’idée est d’aller cherche le nombre de voix obtenues par un des candidats.

candidat="M. Emmanuel MACRON"
library(XML)
voix=function(no=35){
testurl=FALSE
i=1
vect_reg=c("084","027","053","024","094","044","032","028","075","076","052",
"093","011","001","002","003","004")
region=NA
while((testurl==FALSE)&(i<=20)){
reg=vect_reg[i]
nodpt=paste("0",no,sep="")
# if(!is.na(as.numeric(no))){if(as.numeric(no)<10) nodpt=paste("00",no,sep="")}
url=paste("http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/",reg,"/",nodpt,"/index.html",sep="")
test=try(htmlParse(url),silent =TRUE)
if(!inherits(test, "try-error")){testurl=TRUE
region=reg}
i=i+1
}
tabs tab=tabs[[2]]
nb=tab[tab[,1]==candidat,"Voix"]
a<-unlist(strsplit(as.character(nb)," "))
as.numeric(paste(a,collapse=""))}

On peut alors tester

> voix(35)
[1] 84648

Comme ça semble marcher, on le fait pour tous les départements

liste_dpt=departements@data$CODE_DEPT
nbvoix=Vectorize(voix)(liste_dpt)

On peut alors visualiser sur une carte.

plot(departements,border=NA)
points(ctd,pch=19,col=rgb(1,0,0,.25),cex=nbvoix/50000)

Et on peut aussi tenter pour une autre candidate,

candidat="Mme Marine LE PEN"

et on obtient la carte suivante

plot(departements,border=NA)
points(ctd,pch=19,col=rgb(0,0,1,.25),cex=nbvoix/50000)

Sondages, intentions de vote et “vote utile”

Il y a plusieurs semaines, Ashley Kirk et Patrick Scott publiaient French presidential election: How the polls are shaping up in the race to become president. Force est de constater qu’ils avaient raison: les sondages prennent une place essentielle dans cette période électorale.

Avant, une précaution d’usage s’impose, je pense. Les instituts de sondages le rappellent sans cesse, et ils ont raison : leur métier n’est pas véritablement de faire des sondages d’intention de vote. L’essentiel de leurs revenus vient des études de marché,
et d’opinion, généralement pour le compte d’entreprises privées. Néanmoins, les élections sont une fabuleuse vitrine publicitaire. On peut alors imaginer que l’institut qui aura “prédit” le scrutin avec la plus grande précision devrait s’assurer une rente pour les mois – voire les années – à venir. Cette vitrine publicitaire serait importante car elle empêcherait aux instituts de prendre parti : ils ont intérêt à prédire aussi précisément que possible, probablement plus que chercher à influencer les votes. Mais est-ce aussi simple ?

Depuis une quizaine d’années, on voit régulièrement ressurgir le concept de « vote utile ». Ce concept est particulièrement important en France, pour les élections présidentielles, compte tenu du système de vote : un vote en deux tours, avec seulement les deux meilleurs au second tour. Qui dit “meilleur” dit positionnement relatif, et donc importance du vote des autres. Quelque part, mon vote est important, mais celui des autres l’est tout autant (sinon plus). Pour voter de manière rationnelle, il faut savoir comment les autres vont voter. Et comme souvent dans un jeu statégique – et les élections en sont – l’information joue un rôle essentiel.

Lorsqu’un élécteur ne sait pas quel sera le vote des autres, il aura – a priori – intérêt à voter pour son candidat préféré, Mais si ce même électeur a des croyances quant au vote des autres, il peut avoir intérêt à modifier stratégiquement son choix, en votant pour son second, voire son troisième choix : on parlera alors de « vote utile ». Sans information sur les choix des autres (ou leurs stratégie), il ne peut pas y avoir de comportement stratégique. Et force est de constater que les “sondages” (terme générique pour désigner les estimations d’intension de vote) sont devenus des instruments essentiels pour déterminer justement quel sera le choix des autres électeurs.

Les sondages sont devenus l’élément central du vote stratégique, surtout s’ils sont présenté comme fournissant une information précise, voire “statistiquement rigoureuse” des intentions de vote. Les sondages deviennent alors auto-réalisateurs s’ils poussent à voter pour des candidats qui affichent le plus de chances de gagner, ce qu’on appelle communément le « vote utile ». Mais on peut aussi imaginer des stratégies inverses : si mon candidat préféré a 40% d’intention de votes, dans les derniers sondages, a-t-il vraiment besoin de ma voix ? Ne pourrais-je pas éviter de perdre du temps en allant voter ?

Bref, j’ai encore du mal à comprendre le rôle exact des sondages dans les élections, mais ils sont loin d’être neutres. Et j’ai l’impression que comprendre ce mécanisme est plus important pour quantifier les “marges d’erreurs” que toutes les méthodes statistiques que l’on peut imaginer (dont je parlais dans un précédent billet). Et les sondages en période électorale semblent relever davantage de la théorie des jeux que des problèmes d’inférence statistique.

Clusters of (French) Regions

For the data scienec course of tomorrow, I just wanted to post some functions to illustrate cluster analysis. Consider the dataset of the French 2012 elections

> elections2012=read.table(
"http://freakonometrics.free.fr/elections_2012_T1.csv",sep=";",dec=",",header=TRUE)
> voix=which(substr(names(
+ elections2012),1,11)=="X..Voix.Exp")
> elections2012=elections2012[1:96,]
> X=as.matrix(elections2012[,voix])
> colnames(X)=c("JOLY","LE PEN","SARKOZY","MÉLENCHON","POUTOU","ARTHAUD","CHEMINADE","BAYROU","DUPONT-AIGNAN","HOLLANDE")
> rownames(X)=elections2012[,1]

The hierarchical cluster analysis is obtained using

> cah=hclust(dist(X))
> plot(cah,cex=.6)

To get five groups, we have to prune the tree

> rect.hclust(cah,k=5)
> groups.5 <- cutree(cah,5)

We have to zoom-in to visualize the French regions,

It is also possible to use

> library(dendroextras)
> plot(colour_clusters(cah,k=5))

And again, if we zoom-in, we get

The interpretation of the clusters can be obtained using

> aggregate(X,list(groups.5),mean)
  Group.1     JOLY   LE PEN  SARKOZY
1       1 2.185000 18.00042 28.74042
2       2 1.943824 23.22324 25.78029
3       3 2.240667 15.34267 23.45933
4       4 2.620000 21.90600 34.32200
5       5 3.140000  9.05000 33.80000

It is also possible to visualize those clusters on a map, using

> library(RColorBrewer)
> CL=brewer.pal(8,"Set3")
> carte_classe <- function(groupes){
+ library(stringr)
+ elections2012$dep <- elections2012[,2]
+ elections2012$dep <- tolower(elections2012$dep)
+ elections2012$dep <- str_replace_all(elections2012$dep, pattern = " |-|'|/", replacement = "")
+ library(maps)
+ france<-map(database="france")
+ france$dep <- france$names
+ france$dep <- tolower(france$dep)
+ france$dep <- str_replace_all(france$dep, pattern = " |-|'|/", replacement = "")
+ corresp_noms <- elections2012[, c(1,2, ncol(elections2012))]
+ corresp_noms$dep[which(corresp_noms$dep %in% "corsesud")] <- "corsedusud"
+ col2001<-groupes+1
+ names(col2001) <- corresp_noms$dep[match(names(col2001), corresp_noms[,1])]
+ color <- col2001[match(france$dep, names(col2001))]
+ map(database="france", fill=TRUE, col=CL[color])
+ }
> carte_classe(cutree(cah,5))

or, if we simply want 4 clusters

> carte_classe(cutree(cah,4))

 

Elections Sans Bipartisme

Hier, sur Twitter, @JF_Godbout partageait un joli graphique relatif aux élections québécoises, avec les nombres de votes obtenus (ici en pourcentage des votes totaux) et le pourcentage de sièges que cela donne,

Il faut dire qu’hier, c’était jour d’élection. Ce sont des élections à un tour, avec plusieurs partis (disons 4 grands partis si on se limite aux élections les plus récentes). Jusqu’à lundi, le PQ (Parti Québécois) avait une majorité (relative), et depuis lundi, le PLQ (Parti Libéral) est revenu au pouvoir. Et il y a à côté de ces deux grands partis d’autres partis, que l’on va regrouper. @JF_Godbout m’ayant envoyé ses données, j’ai pu reproduire les graphiques.

La grande différence ici, entre nos approches est – je pense – la méthode de lissage: alors que  @JF_Godbout faisait des régressions locales, j’ai opté pour des splines.

reg=glm(Seat~bs(Election),data=d,family=binomial)
yp=predict(reg,newdata=data.frame(Election=1970:2015),type="response")

J’utilise des splines parce que ça se généralise facilement à d’autres lois, et qu’on peut aussi les utiliser quand on régresse sur plusieurs variables continues. Si on rajoute les résultats de l’élection de lundi, on obtient le graphique suivant

Ce qui me gêne dans cette modélisation, c’est qu’on considère nos trois dernières régressions comme indépendantes…. alors que ce n’est pas le cas: on a trois modalités possibles, et la somme doit forcément faire 1. D’ailleurs, quand on somme les prédictions, on dépasse 1.

Avec deux partis, notre régression logistique nous garantie d’avoir une somme à un, mais plus ici. A moins d’utiliser un modèle multinomial. Si on oublie le lissage, l’idée est d’écrire

qui est tout simplement l’extension du modèle logistique. La difficulté technique est que, sous R, quand on fait une régression logistique, la variable d’intérêt doit être une variable prenant trois facteurs, et non pas un vecteur de probabilités. Au lieu d’utiliser des taux, ou des pourcentages, je devrais utiliser des nombres d’observations de chaque modalités. On va donc crééer une fausse base

> vote=data.frame(
+ plq=plq$Vote,
+ pq=pq$Vote,
+ autre=autre$Vote,
+ Election=pq$Election)
> vote
      plq     pq  autre Election
1  0.5465 0.3022 0.1513     1972
2  0.3378 0.4137 0.2485     1976
3  0.4608 0.4926 0.0466     1981
4  0.5599 0.3869 0.0532     1985
5  0.4995 0.4016 0.0989     1989
6  0.4440 0.4475 0.1085     1994
7  0.4355 0.4287 0.1358     1998
8  0.4599 0.3324 0.2077     2003
9  0.3308 0.2835 0.3857     2007
10 0.4208 0.3517 0.2275     2008
11 0.3120 0.3195 0.3685     2012
12 0.4140 0.2538 0.3312     2014
> M=t(round(vote[,1:3]*1000))
> M
      [,1] [,2] [,3] [,4] [,5] [,6] [,7] [,8] [,9] [,10] [,11] [,12]
plq    546  338  461  560  500  444  436  460  331   421   312   414
pq     302  414  493  387  402  448  429  332  284   352   320   254
autre  151  249   47   53   99  108  136  208  386   227   368   331

On réplique alors autant de fois le nom du parti qu’on a de (pseudo) votes

> Y=X=NULL
> for(i in 1:3){
+ for(j in 1:ncol(M)){
+ Y=c(Y,rep(c("PLQ","PQ","Autre")[i],M[i,j]))
+ X=c(X,rep(pq$Election[j],M[i,j]))
+ }}
> basev=data.frame(Y=as.factor(Y),X=X)

C’est un peu artificiel, j’en conviens, mais ça marche… On peut alors faire la régression

> library(nnet)
> regv=multinom(Y~bs(X),data=basev)
# weights:  15 (8 variable)
initial  value 13186.643301 
iter  10 value 12241.931805
final  value 12221.591172 
converged

et des prévisions

> ypv=predict(regv,newdata=
+ data.frame(X=1973:2014),type="probs")
> ypv
        Autre       PLQ        PQ
1  0.18426281 0.4705415 0.3451957
2  0.16051060 0.4767408 0.3627486
3  0.14149153 0.4805514 0.3779571
4  0.12631826 0.4826100 0.3910718
5  0.11426236 0.4834165 0.4023212
6  0.10474046 0.4833543 0.4119053
7  0.09729304 0.4827117 0.4199953
8  0.09156246 0.4817016 0.4267360
9  0.08727323 0.4804776 0.4322491
10 0.08421535 0.4791477 0.4366370
11 0.08223095 0.4777835 0.4399855
12 0.08120364 0.4764292 0.4423672
13 0.08105030 0.4751066 0.4438431
14 0.08171457 0.4738203 0.4444651

Et on notera que cette fois, nos prévisions somment à un.

Cela dit, visuellement, on obtient des choses proches de ce qu’on avait auparavant,

mais intellectuellement, je trouve plus logique d’utiliser autre chose que des régressions logistiques quand on est dans une élection où plusieurs partis sont en compétition.