Tag Archives: Denuit

Mutualisation et Segmentation en Assurance

L’article Segmentation et Mutualisation, les deux faces d’une même pièce, coécrit avec Michel Denuit et Romuald Elie paraîtra dans les jours à venir, dans un numéro autour du big data en assurance, avec des articles de Patrick Thourot, sur la tarification du pay as you drive, de Lucie Taleyson, sur la tarification dans les assurances collectives, et tout plein d’articles passionnants, signés François-Xavier Hay ou encore Arnaud Chaput.

L’article (disponible en pdf) présente l’impact de la segmentation dans un environnement concurrentiel. Il d’un exemple simple, pour ne pas dire simpliste. Il sera perfectionné avec le pricing game organisé mi novembre. A suivre donc…

Segmentation et Mutualisation, les deux faces d’une même pièce ?

Ce billet est co-écrit avec Michel Denuit et Romuald Elie. Il s’agit de la version préliminaire d’un article qui sera bientôt soumis pour publication.

L’assurance repose fondamentalement sur l’idée que la mutualisation des risques entre des assurés est possible. Cette mutualisation, qui peut être vue comme une relecture actuarielle de la loi des grands nombres, n’ayant de sens qu’au sein d’une population de risques « homogènes » (Charpentier [2011]). Cette condition (actuarielle) impose aux assureurs de segmenter, ce que confirment plusieurs travaux économiques. Avec l’explosion du nombre de données, et donc de possibles variables tarifaires, certains assureurs évoquent l’idée d’un tarif individuel, semblant remettre en cause l’idée même de mutualisation des risques. Entre cette force qui pousse à segmenter et la force de rappel qui tend (pour des raisons sociales mais aussi actuarielles – ou au moins de robustesse statistique[1]) à imposer une solidarité minimale entre les assurés, quel équilibre va en résulter, dans un contexte de concurrence fort entre les compagnies d’assurance ?

Continue reading Segmentation et Mutualisation, les deux faces d’une même pièce ?

Mathématiques de l’Assurance Non-Vie (2)

« Dans ce contexte d’incertitude, il est particulièrement réconfortant de revenir aux sources, aux fondamentaux, c’est-à-dire aux mathématiques et de rappeler que le risque naît de l’aléa et s’appréhende grâce aux développements les plus avancés du calcul des probabilités. » (Claude Bébéar, dans la préface du tome 1)

Après avoir été épuisé plusieurs semaines (voire plusieurs mois ?), une nouvelle impression du tome 2 de Mathématiques de l’Assurance Non-Vie, coécrit avec Michel Denuit, est de nouveau disponible. J’ai été surpris quand on nous a dit – en début d’année – que le second tome serait bientôt épuisé, et que plus d’un millier d’exemplaires avaient été vendus (ou donnés, ou volés… peu importe). Surpris qu’autant de monde pouvait être intéressé par un gros pavé (les deux tomes doivent faire plus de mille pages, au total) aussi sérieux. Comme le notait Gilles Bénéplanc dans la revue Risques, « s’ils sont riches et rigoureux (le titre présente l’avantage ne pas être trompeur quant au contenu), ces deux volumes d’actuariat se lisent toujours avec intérêt et même souvent avec plaisir ». Car effectivement, on a passé du temps à choisir le titre, et on est vite tombé d’accord sur le fait qu’il fallait insister sur le fait qu’il s’agissait de livre de Mathématiques (avant tout). Pour la petite anecdote, j’étais allé le chercher chez Gibert (juste après la publication du premier tome… après avoir fait un détour par les rayons de bandes dessinées, bien sûr). En vain. Là, un vendeur m’a expliqué que le livre était considéré comme traitant d’assurance, et que l’assurance était rangé dans les rayons de droit. Bref, notre livre vert était perdu au milieu des livres de Dalloz (alors que les livres de mathématiques financières se trouvaient dans la section mathématiques). Mais c’est un détail, tant qu’en le cherchant, on le trouve…

Je dois aussi dire que je suis très fier du livre. Très fier que des étudiants et des praticiens me disent le lire. Très fier d’apprendre que des étudiants au Brésil avaient photocopié (et traduit) l’introduction aux modèles de ruine (que l’on introduit avec l’approche de de Finetti, beaucoup plus intuitive je trouve…). Très fier quand des chercheurs que j’admire me disent avoir trouvé un petit résultat qu’ils cherchaient pour un papier de recherche (je pense a des discussions avec Alain, à Paris 1, sur la transformée d’Esscher). Je trouve aussi dangereux qu’autant de monde le lisent, car il est truffé d’erreurs. Mais après près de 6 mois de relecture complète, presque tous les jours, on fini par ne plus rien voir. Et malgré le travail incroyable de Christian, éditeur de la collection, il reste des coquilles (des coquillettes j’espère). Mais si on devait attendre que les livres soient parfaits avant de les publier, rien ne sortirait. Après presque dix ans, je pense que je réécrirais des paragraphes d’une autre manière, ou que je mettrais plus d’aspects algorithmiques. Mais ce qui est fait est fait, et j’en suis encore assez fier. OK, très fier.

Lorsque l’on a été contacté, on nous a demandé s’il fallait un  nouveau tirage, ou si une seconde édition (revue et corrigée) serait nécessaire. Soyons réalistes. Le livre n’est plus forcément à jour, et comme je l’ai dit, il reste beaucoup de coquilles, voire de fautes (il faudrait que l’on prenne le temps de les recenser). Mais une nouvelle édition ferait probablement doubler la taille du livre, et prendrait beaucoup de temps ! Sur les deux premiers chapitres, Michel a publié un livre complet sur les données de comptage en assurance. Sur les aspects computationnels, je vais éditer un livre à venir. Et s’il y a 10 ans, il y a avait encore peu de livres sur le sujet, plusieurs permettent maintenant de rentrer plus en détails sur certains aspects. Je pense au livre de Mario Wüthrich et Michael Merz sur le provisionnement (plus clair que le chapitre de notre livre, et plus complet). Pareil pour les chapitres de micro économie de l’assurance, ou sur les valeurs extrêmes ! On avait mis ensemble nos notes de cours, et on a pris plaisir à travailler ensemble sur ce projet. Et le livre reste pertinent pour nos cours. Il faudra juste aller voir ailleurs pour aller plus loin sur certains aspects ! Donc toutes nos excuses d’avoir juste demandé un retirage du livre, et de ne pas avoir pris le temps de faire une révision complète du livre…