Tag Archives: data

Supprimer des données ?

Il y a une dizaine de jours, je participais à la conférence Sciences XXL, à l’INED, où nous parlions des utilisations des données massives en Sciences Sociales, et au même moment, j’ai découvert – en discutant avec plusieurs assureurs – qu’ils envisageaient de supprimer des données, de manière également massive. Quand on veut faire de l’économétrie de la finance, on peut utiliser des données de cours boursiers, qu’on peut trouver en ligne, ou – pour une granularité plus faible – acheter à des fournisseurs de données. Mais quand on fait de l’économétrie de l’assurance, avoir des données est plus compliqué. Dans mon tout premier cours d’assurance dommage, j’enseignais la théorie, faute de données. Depuis, j’ai réussi à récupérer des données. On a mis ces données dans un package R (casdatasets), et mieux: avec des jeux de données (prêtées par des assureurs) on a pu lancer notre troisième pricing game, qui devrait nous permettre de mieux comprendre la dynamique des marchés d’assurance.

Bref, j’ai été particulièrement surpris d’apprendre que des assureurs envisageaient de détruire des données (individuelles). J’avais entendu de tels propos lors qu’avec Arnaud on commencé à travaillé sur le risque de catastrophes naturelles, et qu’on essayait de mieux comprendre l’impact des tempêtes Lothar et Martin, en décembre 2009. En particulier, au commencement de nos recherches, nous voulions avoir un ordre de grandeur du nombre de polices d’assurance (multirisques habitation) dans un portefeuille, ou plutôt le taux de polices touchées, si possible avec une granularité spatiale assez faible. Des assureurs ont pu nous aider à avoir des ordres de grandeur, par département

mais d’autres nous ont dit qu’il serait difficile de retrouver les données, qui remontent à près de 20 ans. Voire impossible. Et c’est là qu’on a commencé à entendre parler de suppression de données personnelles. Et si les données n’ont pas été agrégées au niveau que l’on souhaite, c’est impossible de faire la requête, 20 ans après.

Continue reading Supprimer des données ?

Droit et Données Individuelles, à Amiens

Lundi et mardi prochains, une conférence sera organisée au centre de droit privé et de sciences criminelles d’Amiens, sur le thème droit des données personnelles. En particulier, mardi matin, une séance sera dédiée aux données personnelles dans les secteurs de la banque et de l’assurance. Je n’aurais pas de slides, mais j’essayerais de faire un compte tendu rapidement…

Weapons of Math Destruction: How Big Data Increases Inequality

Weapons of Math Destruction est un livre passionnant, qui, comme le sous-titre l’indique parle de “big data”. Beaucoup de livres parus ces jours-ci parlent de big data. Le point de vue est celui de Cathy, ancienne professeur de mathématiques (après des études à Berkeley, elle a obtenu un doctorat à Harvard et enseigné au MIT lors de son postdoc), qui a travaillé sur les marchés financiers au moment de la crise de 2008 dans un hedge fund, avant de rejoindre RiskMetrics en 2009, comprenant qu’il était important de modéliser les risques financiers. Après avoir côtoyé le mouvement Occupy Wall Street, elle décide reprendre sa vie en main, en devenant Data Scientist. Elle a ainsi dirigé un des cursus de l’école de journalisme de Columbia tout en étant consultante en Data Science.

Son point de vue est particulièrement intéressant, car elle met en avant le lien entre la gestion des risques et le monde qui s’ouvre, autour du big data. Le premier est que les deux ont attiré massivement l’élite des étudiants, la finance entre 1995 et 2010, le monde de la donnée ensuite. Pour les deux, le “vrai monde” semble déconnecté de ce qu’ils manipulent: “the real world, with all its messiness, sits apart“. Ce qui pose la question centrale du livre, qu’est-ce qui sera l’analogue de la crise du crédit dans le monde de la donnée? Et pour Cathy, la réponse est simple. Dans la dystopie que nous promet le Big Data, les inégalités sont augmenter.

Il y a déjà les inégalités du côté des plateformes, avec des compagnies qui finissent par occuper des positions monopolistiques. Comme le note Cathy, il n’y a rien d’incroyablement intelligent dans le fonctionnement de Google, ou Facebook. Ces compagnies sont énormes parce qu’elles ont été là, au bon moment, mais le danger est leur voracité insatiable. Car à l’heure actuelle, la même entreprise gère nos courriers électroniques, nos recherches (de voyage, de musique, etc), nos réseaux sociaux, et peut ainsi évaluer, mais également contrôler notre monde.

Et au delà des plateformes, ce sont surtout les inégalités au sein de la population qui vont exploser. Cathy O’Neil illustre sa thèse à l’aide d’exemples particulièrement bien choisis. Par exemple la publicité ciblée permet à des publicitaires prédateurs d’atteindre de manière encore plus efficace les personnes les plus vulnérables à l’escroquerie. Les algorithmes utilisés par les ressources humaines créent des discriminations pires que celles qui pouvaient déjà exister. Et c’est exactement le même phénomène que l’on observe avec les police prédictive, où l’égalité devant la loi n’a plus de sens dans la réalité quotidienne.

La logique de ces algorithmes prédictifs est simple: les gagnants vont gagner, et les perdants vont perdre. Mais de manière sournoise, car invisible. Il n’y a pas de volonté délibérée et affichée, il n’y a plus forcément de policier raciste, ou de recruteur misogyne. Les inégalités se créent sans que personne ne s’en rende vraiment compte. Considérons une RH qui veuille définir un score de “succès” pour proposer des promotions, peut être basé sur un historique de succès observés dans les années précédentes. Si les données ne contiennent que peu de femmes (car peu avaient, historiquement, des postes à responsabilité) l’algorithme pénalisera les femmes. Et la spirale va commencer. Il y en aura de moins en moins dans la base, et elles seront de facto davantage pénalisées. Le livre foisonne de petits exemples qui illustrent parfaitement son propos, car ce phénomène existe partout. Les programmes visant à réduire la criminalité font en fait augmenter la criminalité dans les régions les plus pauvres. Si les quartiers pauvres ont plus de crimes, il y a aura davantage de policiers, qui feront alors davantage d’arrestation, etc. Les inégalités sont exacerbées, car les modèles manquent de boucles de rétroactions.

Une fois posés tous ces problèmes, on est en attente de solutions. Et le tableau que dresse Cathy n’est pas très réjouissant. On retrouve le phénomène décrit par la loi de Goodhart, “quand une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une mesure”. Les plus malins comprennent la logique de l’algorithme, et finissent par pervertir l’évaluation. C’est le cas des évaluations des élèves dans les écoles américaines, où les instituteurs sont incités (par l’algorithme) à tricher pour aider leurs élèves à avoir des bonnes notes, pour faire remonter l’école dans le classement. Mais il n’est pas surprenant qu’il n’y ait pas de recette miracle, car le problème est profond. Comme le note Cathy O’Neil, “the model is optimized for efficiency and profitability, not for justice or the good of the ‘team.’ This is, of course, the nature of capitalism“.

A la lecture du livre, on comprend la logique dans le parcours de Cathy, sa logique de rejoindre Occupy après avoir vécu de l’intérieur la crise du crédit. On y entend un appel à la conscience des Data Scientist. Leur rappelant que la construction d’un “bon” modèle ne doit pas se faire sur des critères statistiques, mais doit aussi tenir compte d’une notion d’équité. Ce qui rejoint les débats que nous avons au sein de la chaire, lorsque nous essayons de réintégrer la notion de mutualisation lorsque les actuaires font de la segmentation tarifaire. Bref, ce livre est indéniablement le livre qu’il convient de lire en cette rentrée.

Partager la donnée : une question de confiance ?

Demain, les Rendez-vous Parlementaires de Bretagne sur l’Economie Numérique vont se poursuivre l’après midi, à partir de 14H dans les locaux de la French Tech Rennes-Saint Malo. Un groupe de travail autour de Partager la donnée : une question de confiance ? sera organisé, animé par Simon, avec une trentaine de participants venus du monde de l’entreprise mais aussi de la recherche, du milieu associatif et bien sur des élus de Rennes Métropole. A suivre donc….

La donnée, pierre angulaire de notre économie

Jeudi, je participerais aux Rendez-vous Parlementaires de Bretagne sur l’Economie Numérique,

où on m’a demandé de parler de données. Je dois avoir une quinzaine de minutes, mais comme toujours j’ai prévu pour 2 heures d’exposé. Les slides sont maintenant en ligne, et je me suis dis que je pourrais faire un billet pour détailler le fond de mon propos,

Continue reading La donnée, pierre angulaire de notre économie

Breizh Camp, Economics with Computers

I have been invited, as keynote speaker, at the 6th BreizhCamp, organized in Rennes, from March 23rd till March 25th, “la conférence des développeurs du grand ouest” as they call it. I am deeply honored, since it is a huge conference… The organizing committee asked me to give a (brief) talk on data, and big data. But data is just the visible tip of the iceberg, and I cannot talk about data without mentioning algorithms. So I will try to talk about algorithmics, econometrics, machine learning, and data (and big data, of course).

Slides are now online… More to come in the next days…

Pricing Game

In November, with Romuald Elie and Jérémie Jakubowicz, we will organize a session during the 100% Actuaires day, in Paris, based on a “pricing game“. We provide two datasets, (motor insurance, third party claims), with 2  years of experience, and 100,000 policies. Each ‘team’ has to submit premium proposal for 36,000 potential insured for the third year (third party, material + bodily injury).

We will work as a ‘price aggergator’ with all the teams, with simple matching rules (the cheapest is chosen, or more complex rules, based on random selection among cheap insurers). The complete description is available on line.

R codes to read the datasets are

> training <- read.csv2(
+ "http://freakonometrics.free.fr/training.csv")
> dim(training)
[1] 100021     20
> pricing <- read.csv2(
+ "http://freakonometrics.free.fr/pricing.csv")
> dim(pricing)
[1] 36311    15

Everyone is invited to play! The more, the merrier….

“Raw Data” is an Oxymoron

Cette semaine, j’ai pris le temps pour parcourir un livre que j’avais reçu à la rentrée, “Raw Data”  is an Oxymoron, collection de textes édité par Lisa Gitelman en 2013, aux MIT Press. Une lecture critique avait été faite l’an passé sur les blogs impactofsocialsciences de la LSE et infofutures de la bibliothèque de NYU. J’avais alors eu envie de parcourir ce (petit) livre, et j’ai été ravi qu’on me l’envoie cet été. Je noterais aussi que j’ai été surpris de voir autant d’auteures femmes sur ce sujet, où d’ordinaire, on lit beaucoup le point de vue d’hommes. Et c’est passionnant. Je ne vais pas faire une lecture critique du livre, mais plutôt rappeler que mon blog est un carnet de recherche ouvert, où je garde mes notes de lectures, entre autres ici certains passages du livre que j’ai surligné lors de ma lecture. Continue reading “Raw Data” is an Oxymoron