Tag Archives: blogs

Histoire et analyse de la blogosphère économique francophone

Ce billet est cosigné avec Thomas Renault, aka @captaineco_fr

Les blogs économiques prennent aujourd’hui une place centrale dans le débat et l’analyse économique, comme le notait Alex Tabarrok. Mais si la blogosphère économique francophone est encore relativement modeste, elle n’en est pas moins active, et pourrait connaître le même succès que les blogs anglophones dans les années à venir.

La genèse de la blogosphère économie

Au début de l’année 2005, Bernard Salanié – alors professeur à l’Université de Columbia (New York) – publiait le premier billet de son blog « L’économie sans tabou », dans la continuité d’un ouvrage éponyme publié l’année précédente. A la même époque, Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia – tous deux anciens étudiants de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan et respectivement enseignants en école militaire et au secondaire – lançaient un blog “éconoclaste“, avec une vocation de vulgarisation assez proche de celle de Stephen Dubner et Steven Levitt, les auteurs du best-seller Freakonomics.

Ce mouvement en France faisait écho à celui qui se développait aux Etats-Unis, où des économistes de renom comme Bradford DeLong, (« Grasping Reality »), Tyler Cowen (« Marginal Revolution ») ou encore Gary Becker et Richard Posner (« The Becker-Posner blog ») commençaient à bloguer. Pour reprendre les propos de Gary Becker, prix Nobel d’économie, la blogosphère avait alors le pouvoir de remplacer le marché dans l’optimisation du processus de partage de connaissance entre les individus.

Blogging is a major new social, political, and economic phenomenon. It is a fresh and striking exemplification of Friedrich Hayek’s thesis that knowledge is widely distributed among people and that the challenge to society is to create mechanisms for pooling that knowledge. The powerful mechanism that was the focus of Hayek’s work, as as of economists generally, is the price system (the market). The newest mechanism is the « blogosphere »

Continue reading Histoire et analyse de la blogosphère économique francophone

Journalisme Scientifique

Il y a quelques jours, Passeur de Sciences a annoncé que le site du Monde.fr allait abriter plusieurs nouveaux blogs de science. Mon voisin @tomroud a parfaitement résumé la situation en 140 caractères, “plus de blogs sur les sciences sur le monde.fr http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/…. Mais toujours pas (vraiment) de blogs de scientifiques” (il ajoutait quelques minutes plus tard “il semble donc que l’avenir du blog sur les sciences soit le journalisme scientifique. Pas sûr que ce soit un progrès…“), et @marc_rr a poursuivi la discussion sur son blog – tout se passe comme si – avec un long débat passionnant. N’ayant pas l’habitude de poster des commentaires, je vais plutôt mettre un billet sur mon blog, car je plussoie à la vision de @tomroud !

Je suis en train de finaliser depuis quelques jours un article sur les blogs académiques, et à plusieurs reprises, je me suis interrogé sur la distinction entre l’activité de bloggeur académique, et l’activité de journaliste scientifique. Et le débat des derniers jours (je devrais dire des derniers heures) m’a beaucoup éclairé. Je pourrais faire beaucoup de reproches à @passeursciences (et je l’avais déjà fait une fois, dans Martingale et Journalisme Scientifique, suite à la publication d’un article qui, en quelques lignes, avait balayé le travail de centaines de scientifiques, dont deux chercheurs qui auraient un prix Nobel quelques mois plus tard pour ces travaux, justement). Et beaucoup de compliments (j’adore la chronique “Improbablologie“, même si j’ai pris l’habitude de la lire en la version originale sur http://www.improbable.com/, car j’adore l’humour de @marcabrahams). Et dans un commentaire sur le blog de @marc_rr, j’ai eu l’impression que le débat se simplifiait, et que la distinction entre scientifiques et journaliste devenait plus claire,

“Les chercheurs-blogueurs : vous allez sans doute me trouver sévère mais si je dis que j’ai du mal à trouver des chercheurs qui bloguent a/ très régulièrement (au moins une ou deux fois par semaine) b/ en français et sans fautes c/ avec un excellent niveau de vulgarisation (donc sans s’adresser en jargon aux happy few) et d/ sur l’actualité, c’est parce que cela correspond à la réalité. Mais c’est aussi sans doute parce que mes critères sont trop élevés ou trop journalistiques” (a continuer…)

Le problème du jargon scientifique est un vieux problème, qui semble atrocement gêner les journalistes, car ils semblent ne pas le maîtriser. Mais je me suis toujours énervé contre cette tentative de nivellement par le bas (ce qui fait que je prend le clavier aujourd’hui). Cette distanciation forcée enlève beaucoup, et fait rapidement perdre toute crédibilité. Dans son Histoire de la Lecture, Alberto Manguel citait un poète gaulois, Ausone, qui écrivait

Tu as acheté des livres et rempli des rayons, ô amoureux des Muses.
Cela signifie-t-il que tu es désormais savant ?
Si tu achètes aujourd’hui des instruments à cordes, plectre et lyre :
Crois-tu que demain le royaume de la musique t’appartiendra ?

Effectivement, je pense qu’un passionné d’astronomie ne se contente pas de lire Ciel et Espace, il va s’acheter un télescope, et essayer de voir les étoiles par lui même. Et celui qui s’intéresse aux mathématiques ira lire Choux Romanesco etc, avec tout le jargon qui va avec, et voudra aller plus loin. Lorsqu’on a vu les figures d’Esscher, avec les enfants, on a essayé de comprendre pourquoi ça marche ! Alors on a pris nos crayons, nos compas, et on s’est lancé. La science, ça se vit. Je pense que c’est la grande distinction entre les journalistes scientifiques et les bloggers académiques. Dans un vieux billet, sur l’importance du do-it-yourself, j’avais justement expliqué qu’il était important que les gens mettent les mains à la pâte. Je peux citer, par exemple, un autre billet (né d’une discussion avec @imparibus) à l’époque des élections présidentielles. J’avais mis en ligne des graphiques et des codes informatiques pour faire un peu de prévision. Au lieu d’attendre que quelqu’un d’autre le fasse. Dans quelques jours, je dois participer a une discussion (dite grand public) sur le big data. Et un de mes points est qu’il est important de comprendre ce qui se passe, comment fonctionnent les algorithmes qui, soit disant, nous gouvernent. L’affiche de la conférence (j’en reparlerais bientôt sur le blog) associe big data et big brother, et je pense que cette association est (partiellement) fausse : on pense à Big Brother si on se sent dépossédé, et je ne pense pas que ce soit le cas. A condition de comprendre ce qui peut se faire avec du big data, et ce qui reste de l’utopie… Il faut se lancer, et s’approprier le jargon, au contraire ! Je trouve cette démission face à la difficulté incroyable !

Quant à parler de happy-few, c’est tellement méprisant ! Au risque de choquer, il y a du monde qui veut des choses techniques, avec du jargon dedans ! Dans l’article mentionné au début, @passeursciences se félicitait d’avoir 20 millions de pages vues en un peu plus de décembre 2011 (et pas lues comme le dit l’article, malheureusement, on ne saura jamais trop ce que les gens font quand ils arrivent sur nos pages). Je l’en félicite. Personnellement, je suis loin derrière, car depuis décembre 2012 (j’ai fait ma migration assez tardivement) j’en totalise à peine 2 millions. Étant statisticien, je serais le premier à éviter de donner trop de poids à ces chiffres (surtout que je publie, à l’occasion, en anglais, ce qui peut faire augmenter le nombre de lecteurs, et beaucoup de mes articles sont resyndiqués sur des blogs comme , r-bloggers, architects.dzone ou statsblogs – parmi ceux que je connais – ce qui fait baisser le nombre de lecteurs), mais quand on regarde rapidement, ça veut dire que j’ai juste 5 fois moins de pages vues qu’un blog hébergé par le plus grand quotidien français !? En mettant des maths et des formules de codes dans presque tous mes billets ?! J’ai du mal a comprendre l’idée de happy-few, je suis désolé… Cela dit, j’espère que ceux qui viennent sont effectivement happy

PS: sur le français sans faute, je suis malheureusement tout seul sur mon blog, et j’ai beaucoup de mal à me relire moi-même. Mais promis, un jour je me payerais le luxe d’avoir quelqu’un pour relire mes articles avant que je ne les mette en ligne ! Ah ah ah, on peut toujours rêver…

Somewhere else, part 100

For the 100th post in this category (where I try to share what I read somewhere else, on the internet, bookmarked using my twitter account – I will get back on my ‘academic’ use of Twitter after the holidays) instead of sharing writings worth reading, I will mention today 100 blogs and websites worth following. There is no order here, I just tried to divide according to simple and basic categories.

For blogs on economics,

on statistics, probability, R and data analysis

on graphs, maps and visualization

on sciences

on other interesting topics

on more generally on academia

With (extremely) high probability, I forgot a lot of awesome blogs, and I am sorry for that (but comments are open, and I’d be glad to discover new blogs).

Somewhere else, part 2

A series of posts (on blogs) elsewhere,

ou en francais,