Tag Archives: blog

Dix ans…

Bon, ca devait arriver… cet automne, je vais célébrer mes dix ans de blog (académique). Les plateformes ont changé à plusieurs reprises, mais avant la fin 2007, je me lancais sur mon premier vrai blog. Certes, il y a 15 ans, je donnais mon premier cours, et j’avais déjà besoin d’une page internet, pour compléter le cours, avec des liens vers d’autres cours, des codes, des graphiques, etc. J’ai donc eu une page assez longue, hébergée à Dauphine, pour compléter le cours, avec des données, des codes, des liens… c’était un immense bazar que je mettais à jour assez (trop) régulièrement.

Et puis il y a environ 10 ans, le blog a été lancé. Je m’en souviens parce que c’est l’année où j’ai eu mon poste de maître de conférences. Mon premier blog était hébergé par l’université (le blog d’Arthur Charpentier) puis j’ai voulu en avoir un où je serais un peu plus caché (ou disons sans le nom dans le titre…). A part ce détail, le second était une copie conforme du premier, hébergé chez free (qui utilisait aussi dotclear). Mais c’était lourd, et je me suis fait piraté, avec des popups qui apparaissaient (trop) régulièrement. J’ai fini par migrer une dernière fois chez hypotheses.org, où j’étais content d’avoir une vraie équipe pour aider sur les aspects logistiques (même si la migration sous wordpress a été douloureuse, de nombreux billets en souffrent encore, surtout que j’ai écrasé le précédant blog, sans faire de sauvegarde propre… plusieurs images ont dont disparu à jamais, y compris des images de fomules de maths, ou des graphiques). Bref, me voilà aujourd’hui 10 ans après et je découvre au passage que ce blog est un des plus visités sur la plateforme d’hypotheses.org.

10 ans après, j’avoue être toujours surpris d’apprendre que du monde passe sur ce blog. S’il n’y a pas vraiment de fil rouge, si j’essaye de ne m’imposer aucun sujet, il faut reconnaître que certains sujets prédominent, autour de la donnée, du risque, de la visualisation, de problèmes d’économie, de statistique, d’assurance, de finance. Avec comme point de départ un phrase dite dans mon cours, une discussion avec un collègue, un livre ou un article lu. Mais il faut admettre que je suis un très mauvais vulgarisateur, j’aime le jargon parce qu’il permet d’être précis, j’aime les notations symboliques parce qu’elles permettent d’être clair. Bref, ce blog n’aurait du toucher qu’un public (très) restreint. Je ne dirais pas que c’était la cible, il n’y a pas de cible. J’écris essentiellement pour moi, pour garder des traces de réflexions et de codes. Ce qui m’a plu dans les premiers échanges que j’ai pu avoir avec Marin qui “dirigeait” hypotheses.org c’était cette idée de “carnet de recherche ouvert”, qui correspondait exactement à ce que je cherchais.

Je ne vends rien sur ce blog, tout est gratuit, en libre service, et tout est souvent reproductible. Certes, il y a aussi pas mal de coquilles mais en réfléchissant un peu, tout peut se reproduire. En remettant en forme un code, j’oublie de définir une constante. Mais l’heuristique du code, de l’algorithme reste compréhensible.

Je me souviens de presque tout ce que j’ai pu mettre en ligne, et je vois qu’il me reste toujours des choses à raconter. Je me dis qu’un jour ca s’arrêtera peut être, mais pour l’instant, j’ai toujours des choses que je veux tester, qui ne méritent pas un article de recherche, et ce blog, mon blog, est l’endroit où je pourrais garder une trace. Ou alors un premier jet avant un article qui mériterait publication, avec un comité de lecture. Car ici je fais tout tout seul. C’est de l’artisanat ce blog !

Une des choses étranges avec cette popularité, c’est que beaucoup de monde a l’impression de me connaître… Et c’est troublant, parce que j’ai l’impression que beaucoup de monde qui passe sur ce blog me voit à l’exact opposé de ce que je suis dans la (vraie) vie. Sur mon blog (mais aussi sur twitter) je la ramène pour un oui ou pour un non, alors que dans la vraie vie, je suis un ours plutôt taciturne (en dehors de mes cours et de mes exposés, où mon rôle est de parler, donc je joue ce rôle). Dans la vraie vie, je n’aborde jamais les inconnus, je fais toujours profil bas… J’ai écrit beaucoup de billets en mettant en scène des anecdotes familiales, mais j’ai toujours essayé de maintenir une relative distance. Autant il peut exister beaucoup de passerelles entre ma vie professionnelle et ma vie privée (comme beaucoup d’enseignants chercheurs), autant mes vies on-line et off-line sont beaucoup plus séparées. Je peux sans trop de difficultés lire ou travailler pendant que ma fille prend son bain, ou être vautré dans le sofa pour arbitrer un article de recherche à côté de mon fils qui lit le tome 81724 de One Piece. Mais pour écrire un billet, j’ai besoin de rentrer dans ma bulle, de me couper du reste du monde. Après je pourrais aller voir si ma fille a bien rangé sa chambre, mais là je tape un billet.

Avoir un blog aura été l’occasion de rencontrer plein de gens passionnants, dans des disciplines connexes aux miennes. Ces gens qui m’ont contacté pour discuter d’un problème d’inférence statistique, ou juste pour prendre un café (j’aurais toujours en mémoire ce message de Reka “salut j’adore ton blog, je suis à Montréal pour deux jours, on prend un café ensemble ?”), pour me faire découvrir une référence que je ne connaissais pas (suite à un billet que j’ai pu mettre en ligne) ou me proposer de venir faire un exposé (ou un cours). A chaque fois, je rencontre des gens en me disant “hummm c’est donc toi qui vient lire mon blog…”, en me disant que je la chance de rencontrer des gens aussi intéressants que tous ceux que j’ai pu croiser en 10 ans…

Bref, en 10 ans j’ai beaucoup grandi, j’ai un peu appris à écrire, je suis ravi de voir autant d’universitaires bloguer, et j’ai encore l’impression que le meilleur est à venir… Et on se retrouve dans 10 ans pour les 20 ans du blog !

Popularité, ou reconnaissance ?

Assez souvent, quand on est enseignant/chercheur, on remplit des demandes de financements, ou de promotions, on nous demande de parler de l’impact de nos travaux et de notre reconnaissance. La première fois que j’ai fait face à cette question, c’était il y a 5 ans, à Montréal, pour une demande de financement auprès du NSERC, au niveau fédéral. Sur le moment, la question m’a déstabilisé. Non pas qu’elle n’ait pas de sens, mais qu’on me la pose à moi. Qui suis-je pour savoir si ce que je fais a le moindre impact ?

Classiquement, l’impact, on le mesure avec les citations par exemple. On peut alors utiliser l’indice synthétique de Hirsch. Ces citations, elles commencent à figurer sur nos CV, ou tout du moins sur les CV en ligne que sont google scholarorcidresearch gateacademia,  etc. Un autre endroit où on retrouve la reconnaissance, et c’est probablement lié aux citations, ce sont les invitations en séminaire ou en conférence, les demandes pour faire partie de jurys, etc. Je devrais préciser que vu de l’extérieur, ce qu’on voit, ce sont les invitations “acceptées”. Les invitations en conférence sont probablement une information importante, mais là par exemple – pour des raisons personnelles – je me retrouve à décliner des invitations. Mon activité va baisser, mais comment l’interpréter ? Dans la liste, on devrait peut être rajouter les invitations pour arbitrer des publications d’articles dans des journaux et revues. On est alors très clairement identifié comme un pair sur un thème précis.

Mais pour comprendre en quoi nous avons un quelconque impact, il est toujours agréable quand on nous informe sur la raison qui a motivé une invitation. Malgré tout, c’est assez rare. Je pourrais toutefois noter quelques cas, où on nous invite pour présenter un papier particulier dans une conférence, ou quand l’éditeur explique brièvement la raison de la sollicitation, lors d’une demande d’arbitrage. Un exemple récent que je pourrais mentionner (histoire d’illustrer un peu mon billet) est l’invitation que j’avais reçu, en début d’année, pour aller parler à la Bank of England,

Plus précisément, comme le dit l’invitation (je reprends)

The Chief Economists Workshop is an annual forum that we host to facilitate high-level discussion between the Chief Economists from around thirty-five of the major central banks in the world, and academic and professional experts. The format is a mixture of presentations, discussion and debate. As such it offers a great opportunity for you to interact with and influence leading policymakers. There is no media presence. I attach a copy of the programmes from the previous two years to give you an idea of the format.

Many of us in the Bank of England are avid followers of your Twitter feed, and your ability to offer multi-disciplinary insights to current policy problems. I would like to invite you to give a talk along these lines – for example on actuarial and statistical insights into Big Data. It is not necessary to have a formal paper. The idea is more to discuss the issues and generate debate. We would be looking for a presentation of about 45 minutes followed by 45 minutes of Q and A and can schedule your talk to fit in with your commitments.

J’ai eu le plaisir d’être invité avec Andrew Gelman (NYU) et Andrew Lo (MIT). J’ai l’impression qu’un universitaire devrait être humilié de recevoir une telle lettre d’invitation (même si mon compte twitter est l’occasion de partager des informations en lien avec les thèmes de recherche qui m’intéressent – la statistique, l’économie, l’assurance, les risques, le climat, etc). Mais si on y pense deux minutes, la raison invoquée a l’avantage d’être honnête, et finalement flatteuse (on m’invite pour mon côté polymathe, ce qui me fait infiniment plaisir). Je doute que beaucoup de monde lise mes papiers (vu le prix qu’il faut payer pour y accéder, ça se comprendrait presque), et j’ai l’impression que quand on me demande de venir parler dans une conférence, c’est pour partager des connaissances, donner mon point de vue sur tel ou tel point, sur lequel j’ai pu réfléchir au cours de mes travaux de recherche.

Plus récemment, l’autre jour, j’étais particulièrement fier d’être dans les 10 scientifiques (médecins et scientifiques au sens large) les plus populaires sur Twitter, selon Science & Avenir,

D’autant plus que je n’avais rien demandé. Il y a plusieurs mois, j’avais dit – peut être un peu maladroitement – que je ne participerais plus à ces concours, à ces classements (en l’occurrence on nous invitait à participer à un répertoire des meilleurs blogs de sciences). Mais c’est toujours valorisant d’apprendre qu’on est “populaire”. Comme tous les chercheurs, on marche à la carotte, et avoir une médaille est une forme de reconnaissance qui fait forcément plaisir.

Ce n’est certes pas une reconnaissance par mes pairs, mais c’est malgré tout une forme de reconnaissance. Qui permet d’être interrogé (et cité) dans une enquête qui revient sur le financement de la couverture des catastrophes naturelles en France, une chronique sur les cat bonds, ou sur les investissements en un super-calculateur sur le climat. Cette reconnaissance en dehors du cercle classique (et très restreint) d’experts de sa propre discipline a du bon. Pour élargir son champ de vision tout d’abord et avoir un point de vue très différent. Mais aussi parfois rencontrer des gens en dehors du monde académique. Qui ne s’embarrassent pas à payer des éditeurs scientifiques pour avoir accès aux articles, mais qui sont d’avides lecteurs des blogs, qui ont souvent des données, ou des problèmes intéressants à nous soumettre. En revenant sur le financement du régime cat’nat en France pour les besoins de l’entrevue, on a commencé avec des collègues à retravailler sur la prévention. Personnellement, ce sont toujours ces discussions qui me permettent de trouver des thèmes de recherche (en plus de la lecture d’articles académiques finissant par un “tiens, il devrait être possible de regarder…” ou un “personnellement, j’aurais plus fait…”). Et j’adore ça ! peut être parce que c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.

Πάντες ἄνθρωποι τοῦ εἰδέναι ὀρέγονται φύσει

J’essaye continuellement de me convaincre qu’Aristote avait raison lorsqu’il affirmait que tous les hommes désiraient naturellement savoir. C’est cette motivation qui fait que j’aime toujours enseigner, et partager des choses que j’ai pu apprendre, sur mon blog. Ces dernières semaines, j’ai été amené à plusieurs reprises à repenser mon activité de blogger, après qu’un ami qui suivait la blogosphère depuis plusieurs années me disait qu’il allait se lancer (sur son propre blog) et m’interrogeait sur ma pratique, qu’un autre qui bloguait sous un pseudo allait tenter de bloguer aussi sous son vrai nom, ou après quelques discussions sur Twitter sur une tentative de définition du terme “blogs scientifiques“. Ayant promis de revenir un peu sur ma conception des blogs académiques et scientifiques, j’ai lu tout ce qui me passait sous la main, afin de réfléchir encore un peu sur ma pratique, et sur ma position vis à vis de la vulgarisation. Comme toujours, c’est un peu brouillon, mais c’est le principe de mon blog.

Lorsque j’ai migré mon blog sur la plateforme d’hypotheses.org, j’aimais l’idée d’avoir un carnet de recherche ouvert. Car mon blog n’est rien d’autre que cela. Et mon blog est à l’image de mes cahiers, dans lequel je note des idées que je peux avoir dans le métro en allant chercher ma fille chez sa gardienne, des preuves que je dois faire en cours, des idées de visualisation glanées dans des exposés, ou dans des articles, etc. Il n’a aucune autre prétention. Ou au contraire, ce blog a une prétention incroyable: celui de redonner la possibilité, à tous ceux qui le souhaitent, de s’approprier des outils et des techniques d’ordinaire laissés aux mains des “experts”. Comme disait Gustave Flaubert, dans Bouvard et Pécuchet, “la science est un monopole aux mains des riches. Elle exclut le peuple…“. J’espère que ce blog aidera a réparer cela.

  • Définir le terme “vulgarisation

Comme le notait Marcel Thouin, “selon la définition usuelle, qui est peut-être illusoire, la vulgarisation scientifique consiste à rendre la connaissance scientifique accessible“. Il ne s’agit pourtant pas d’open-access, mais plus précisément, selon  Marcel Thouin (rappelant la définition du dictionnaire) la vulgarisation consiste à “adapter un ensemble de connaissances scientifiques et techniques de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste” (on retrouvera des propos similaire chez Henri Canonge). Mais le terme “lecteur non spécialiste” est vague. Pablo Jensen parle lui du “citoyen” mais sans forcément poser de définition claire des termes (pour sa défense, l’article mentionné est un article de vulgarisation). Patrice Cohen-Seat (cité par Roger Clausse et repris dans la thèse de Baudouin Jurdant) disait que vulgariser, c’est “transposer à l’usage de tous ce qui a été conçu et élaboré dans le langage de quelques uns“. Cela dit, Maurice Mashaal par exemple donne un sens plus large au terme “vulgariser“, en autorisant “tous” à être assez restreint. Selon lui, “les chercheurs ne vulgarisent pas uniquement en direction du grand public. Tout d’abord, ils sont généralement curieux et aiment savoir ce qui se passe dans d’autres spécialités que la leur“. On voit alors une catégorie un peu distincte, entre le “grand public” et les lecteurs spécialistes, éventuellement dans d’autres spécialités que la personne qui transmet le message. Cette classification est retenue très clairement dans le rapport Kunth, qui retient trois formes de communication scientifique:

  • la diffusion de l’information scientifique spécialisée (qui se fait dans les conférences spécialisées, les séminaires, et le publication académique pointues, traditionnelle)
  • la diffusion scientifique interdisciplinaire
  • la vulgarisation scientifique (diffusion de la culture scientifique et technique, s’adressant au grand public ou aux jeunes).

Avec cette classification, je ne classerais pas mon blog dans la catégorie des blogs de vulgarisation. J’aime l’idée de cette catégorie un peu intermédiaire. Cela dit, dans Communicating Science, Professional, Popular, Literary, Nicholas Russell rappelle que Nature et Science sont depuis toujours des revues de vulgarisation. On peut donc vulgariser tout en visant un public qui n’est pas forcément “tout le monde“, et qui autorise l’utilisation d’un jargon technique. Autrement dit, la seconde catégorie serait de la vulgarisation. Il va donc falloir creuser un peu plus pour comprendre si j’ai un blog de vulgarisation, ou pas.

  • Un espace entre la recherche et l’enseignement

J’ai toujours revendiqué le fait d’être à la fois un chercheur et un enseignant, un “savant” et un “pédagogue” pour reprendre les termes de Dider Moreau (justement pour caractériser la vulgarisation). Et mon blog est précisément un espace entre la recherche et l’enseignement. Mais ce n’est ni l’un, ni l’autre. Et quelque part, l’activité de vulgarisation se situe aussi dans cet espace. Pour reprendre un point noté par Baudouin Jurdant, “la relation pédagogique instaurée par la vulgarisation se distingue en outre de celle en jeu dans l’enseignement par le fait qu’elle se développe dans un espace social ouvert, non marqué, abstrait. En bénéficiant de lieux institutionnellement marqués, clos par rapport à l’espace de la chose publique, et concrets, l’enseignement assure une certaine signifiance à l’économie de sa relation pédagogique. La vulgarisation au contraire, est un propos public. Son espace est celui de la société toute entière, abstrait puisqu’il est ouvert à tous et par là, impénétrable“. Daniel Jacobi, Bernard Schiele et Marie-France Cyr parlent d’ailleurs d'”éducation non-formelle” pour définir l’activité de vulgarisation. Mais le blog s’inscrit aussi dans cet dimension, avec un espace ouvert, et un discours plus informel.

Mais il ne s’agit pas non plus de recherche. Comme l’écrivaient Renaud Dulong et Werner Ackermann, “le scientifique et le vulgarisateur ne répondent pas en fait aux mêmes interrogations et le discours de vulgarisation ne peut donc être uniquement (que) le reflet appauvri des concepts élaborés par le scientifique.” Mais mon blog ne cherche pas à simplifier. Il n’y a aucun enrobage, au contraire. Il s’agit d’enlever l’enrobage des articles académiques, en expliquant peut être davantage des pistes qui n’aboutissent pas, des conjectures, en n’essayant pas d’impressionner la galerie. Une autre différence est que le langage utilisé dans un blog est beaucoup plus vulgaire que celui utilisé dans un article scientifique. Cela dit, comme le rappelle Florine Vital-Durant, en 1632, lorsque Galilée publie ses dialogues (dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo), il les publie en italien, et pas en latin. L’idée d’écrire de la science dans un langage plus ordinaire, plus quotidien, sans pour autant faire de la vulgarisation ne date pas d’hier !

  • Quelle différence entre un blog académique et la vulgarisation ?

Même si certains me reprochent l’utilisation du terme blog académique, je continue à revendiquer ce terme. Car mon statut d’académique, ou d’enseignant et de chercheur me donne une légitimité que n’a pas un vulgarisateur. D’ailleurs, dans carrière scientifique, morale scientifique et vulgarisation, Luc Boltanski et Pascale Maldidier remettraient presque en cause l’idée de journalistes faisant de la vulgarisation, lorsqu’ils notent que “la vulgarisation, devrait perdre toute légitimité lorsqu’elle est l’activité spécifique d’un groupe totalement extérieur à la cité savante“. Et on retrouve cette idée chez Daniel Jacobi, Bernard Schiele et Marie-France Cyr lorsqu’ils parlent des “usurpateurs“. En fait, Luc Boltanski et Pascale Maldidier vont même plus loin, lorsqu’ils affirment que “le monde des vulgarisateurs ne peut pas être considéré comme un univers autonome possédant un principe de légitimité propre et qu’il ne peut être saisi indépendamment du monde savant défini et dominé par l’institution universitaire. Il s’ensuit que les attitudes des vulgarisateurs et que les représentations qu’ils ont de leur propre pratique sont déterminées par la position marginale qu’ils occupent dans ce champ hiérarchisé et qu’elles se définissent essentiellement par rapport à la définition sociale de la vulgarisation comme activité illégitime qu’engendré, selon les mécanismes précédemment décrits, la communauté scientifique“. Mon blog est un blog de science tenu par un scientifique reconnu par ses pairs, et on retrouve ici la distinction que faisait Tom Roud sur son blog, commentant l’annonce de l’arrivée de blogs scientifiques hébergés par Le Monde.

Bref, je continue de croire que mon blog n’est pas un blog de vulgarisation, et que les blogs académiques, n’en déplaisent à certains, ont une réelle légitimité. Je revendique l’idée d’avoir un carnet de recherche ouvert à tous, comme le souhaitait hypotheses.org. Si un jour je fais un billet sur les modèles causaux, ce ne sera  pas par soucis de vulgariser un sujet pour un lectorat (qui me semble infiniment lointain), mais juste pour moi. Au lieu de noter dans un cahier, je posterais sur mon blog. Avec des illustrations, des codes, des données (bref, des choses qui tiennent mal dans un cahier peut être).

  • Rendre public, ou viser un public ?

Bloguer permet d’être public (et éventuellement, d’avoir un lectorat régulier, ou pas) sans jamais rencontrer son public. Et pour moi qui suis un vieil ours, c’est idéal. Contrairement aux vulgarisateurs qui ont besoin d’un public, mon blog n’en a pas besoin. Lorsque je l’ai lancé, il existait avec 4 lecteurs, et il continuera d’exister même si la moitié ne me lit plus ! Peu importe, ce n’est pas sa finalité. Cela dit, la semaine passée, j’étais en Europe, j’ai fait plusieurs exposés, et plusieurs fois, j’ai entendu le “je suis un fidèle lecteur de votre blog”. Et c’est toujours une réflexion qui me surprend. J’ai toujours l’impression d’être un obscur professeur de statistique, ou d’économétrie, qui emploie tellement de jargon que personne ne devrait suivre (c’est en tous cas assez contradictoire avec certains propos tenus par des journalistes scientifiques, sur la vulgarisation). D’ailleurs, mardi dernier, j’ai vécu une aventure amusante. J’ai été contacté par un étudiant qui cherchait des données pour construire un modèle (en l’occurrence des informations climatiques, par département – en France – et sur plusieurs années). J’ai posé la question sur Twitter. En quelques secondes, le message a été relayé intensivement, et au bout de quelques minutes, j’avais des suggestions de trois sites. Comme me le disait ma femme, ce n’est pas la magie de Twitter, c’est que j’ai un réseau incroyable de followers actifs. Au delà des discours nauséabonds des CM qui expliquent que 6000 followers c’est fabuleux pour se faire connaître et assurer une notoriété en ligne, avoir 6000 followers, c’est surtout génial pour trouver de l’aide sur à peu près n’importe quel sujet. Au risque de paraître schizophrène, ami lecteur, je dois confesser que je ne blogue pas pour toi. Mais je te suis reconnaissant d’avoir accepté de m’intégrer dans une communauté aussi active, disponible et curieuse. Merci.

Academic Blogging, a Personal Experience

I wanted to get back on two posts (one on Academic Blogging, and one on Twitter for Academics), and to update them based on the discussion that followed the panel (on Thanksgiving), as well as some more recent discussions. All comments are welcome ! [the post is quite long, a pdf version is available from papers.ssrn.com/2398377]

  • Introduction

To talk in public, to think in solitude, to read and to hear, to inquire and answer inquiries, is the business of a scholar” (from Johnson (1759)). 250 years after, anyone might think that the business has not changed: academics remain in their ivory tower, but from time to time, they have to leave it, to communicate. Recently, Graham (2004) characterized three channels for scholar communications: publication in peer-reviewed journals, conferences and seminars, and a more informal one, that might be called the “new invisible college“, as in  Halavais (2006), that might be related to a “faculty lounge“, using the expression of  Priem, Piwowar, & Hemminger (2012). This third channel is precisely the one that might be related to blogs.

With Internet (emails, blogs, forums, etc), academics now have new mediums to communicate, either within their own community (and launch participative projects), or outside their community. Academic blogs are one medium, among many others.  As explained in Gregg (2006), “blogs have made scholarly work accessible and accountable to a readership outside the academy“. From an insider’s perspective, blogs seem to be extremely popular, because bloggers are active, sharing links, comments, discussions, etc. In 2007, George Siemens was already enthusiastic: “it’s great to see research-focused academics entering the blog space” (see Siemens (2007)). By that time, it was  clearly not as popular as it could be seven years after.

Social medias can be categorized in eight categories, according to Gu & Widén-Wulff (2010) and  Nicolas & Rowlands (2011): blogs, microblogs, RSS, wikis, tagging, social networks, media sharing, and online documents.  For instance, there is also an emerging form of participatory media, with question and answer services, with Quora, and Stackoverflow. But it won’t be mentioned here (some researchers are extremely active there, but it is very difficult to quantify). In this article, we will get back on more than five years of experience, on a scholar blog.  In the first section, we will get back on definitions, on the context, and the origins of the frekonometrics blog, while it started as one of the few official blogs of researchers at Université de Rennes 1, in France. Then, in the second section, we will study the interplay between a blog and other activities within academia. Then, in a third section, there will be a short discussion about microblogging, and the use of Twitter for academics. And finally, the last section will try to explain why, even after almost six years of experience, an academic blogger might still be enthusiastic.

  • The Origins and the Context of the Blog

From a technical point of view, blog is a contracted form of weblog, which is a website made up of ongoing entries, that we will call posts (but might also be called articles). Those posts are published in reverse chronological order: the new material is added to the top of the page, the older materials being automatically archived. So it makes it difficult to follows for infrequent readers. There might be tags and categories, which can be used to distinguish posts related to conference, publications, and teaching, or using dedicated keywords.

  • Hosting Platforms and Identity of the Blog

The first blog was launched because the Université de Rennes 1 (I was just recruited there as a professor, not yet tenured) decided in 2007 to have its own blog platform for its researchers. It was officially Arthur Charpentier’s blog. On this platform, blogs were not anonymous, they were based on the credibility of the researcher, and the name of the university was on the front page, almost as large as the name of the researcher.

Being hosted by the university is a dangerous practice, since it is not clear what is allowed, and what is not. For instance, during the first year, there were a lot of discussions about the status of researchers, in France. Being not tenured put me in a delicate situation. Even if the blog became well referenced on search engines very fast, it was not very popular, by that time. Except perhaps among students (mine, but also students in other programs). Students understood the interest of the blog, as a place to discuss and to interact. The blog became and extension of the class. After the formal lecture, in the room, the blog became a place to share additional documents, datasets, computer codes, etc. After two or three years, the blog started to be popular, within my own community (in economics, econometrics and applied mathematics), not only among students. I started to be recognized in conferences, and I wanted to stop having an eponymous blog (coincidence, or not, it was also by the time I moved to Montréal). Having an eponymous academic blog is a common practice, which makes sense since most bloggers tend to identify their blogs, as both personal and professional. All the more within academia, where boundaries between professional, academic and personal life may be difficult to establish, mainly because all those aspects intertwined constantly in the life of scholars.

Again, having a blog hosted by the university might yield delicate situations. Those institutions would like to use blogs as communication tools, and might not appreciate when the blog is use to publish satire of one’s own department. After a few years, I wanted to transfer the blog somewhere else. Using the term introduced by Charlotte Frost, used in  Mewburn & Thomson (2013), I wanted my blog to be – still – some sort of academic blog, but an “outstitutional” blog, more than an institutional one. I decided to host the blog on my personal internet provider’s platform. After almost three years at Université de Rennes1, the freakonometrics adventure started officially.

With a personal blog, it became necessary to claim that the blog was some sort of academic blog. Marsh (2013) mention that “many people arrive and depart my blog without knowing I’m an academic. I don’t hide the fact. It’s there“.  The name of the researcher appears in the “About page“, or in the resume, which is available on the front page. There is the blogger, freakonometrics and the scholar, Arthur Charpentier. Those two identities overlap, considerably, without being entierely congruent. When one reaches an academic webpage, there is usually no surprise: we expect to find information about the academic background, a list of publications, some information about trained students, lectures notes. But all academic bloggers have their own identities, which is a reflect of its author. Some bloggers like to post pictures taken from places they visit. Others talk about their family, or articles they recently read. Because blogs might have diversified contents, they tend to attract very different audiences (we will get back on that point in the next section). I do not hide myself behind a pseudo (even if I use one) and I still mention my academic background in order to give my blog more credibility. Noel (2013) claims that “a blog does not indicate expertise“.  Traditionally, it is true that a stack of peer-reviewed work automatically indicates some expertise. But it might be time to assess that a well-read blog, with valuable contributions in some field can also indicate some expertise, too.

Several platforms were hosting blogs by that time. Some interesting blogs were hosted by scientific journals (such as The American Scientist or Nature) or societies (in Economics, or Statistics).  But those blogs are somehow institutional. Even if my area of expertise if on the border of social sciences, I decided to migrate to the hypotheses.org platform, a “platform for academic blogs in the humanities and social sciences“. This platform has its own scientific committees, and provides a technical support (not to mention the legal one).

  • Influences and the Blogging Community

Freakonometrics became a blog dedicated to econometrics, economics and applied mathematics. As explained in Quiggin (2011a), “with the arguable exception of law, economics is the academic discipline where blogging has been embraced most enthusiastically“. This might explain why there is such an active – and enthusiastic – community (see also Quiggin, (2011b) for a discussion). On the other hand, Halford (2012) said that “the situation within academic blogging seems to be that we are currently a bunch of islands that are vaguely connected but not really arranged into continents and groups. We are all spread out across the digital world with a fragmented network between us.

So, what can we find in this community? Some researchers like to use their name, like Greg Mankiw’s blog for instance (with subtitle “random observations for students of economics“). But most of them prefer to hide themselves behind a short title, like “Confessions of a Supply-Side Liberal” (by Miles Kimball), “The Conscience of a Liberal” (by Paul Krugman), or longer one, like “Statistical Modeling, Causal Inference, and Social Science” (by Andrew Gelman). But hide is probably too strong since the editor is never hidden: we usually find a short bio, including a picture (most of the time), as well as a link to a webpage hosted by some university. Other examples might be “I’m a bandit“, with subtitle “random topics on optimization, probability and statistics. by Sébastien Bubeck“, or “what’s new“,  with subtitle “updates on my research and expository papers, discussion of open problems, and other maths-related topics. by Terence Tao“. Some blogs use puns (it is a feature that one can find on almost any blog: most of them use humour, just to explain that this is just a blog) like “Hyndsight“, “a blog by Rob Hyndman“.

Most of those popular blogs are blogs of well-know academics. Greg Mankin is not only a popular blogger, he is also the author of a standard undergraduate textbook in macroeconomics, and so is John Cochrane, editor of the “Grumpy Economist” blog, also author of a standard graduate textbook in financial economics. There are many other well-known academics, willing to reach new audiences. But John Quiggin claims that his own blog is much more popular than his research (on Australian policy issues), as well as Tyler Cowen (one of the contributor of the “Marginal Revolution” blog).

Another category might be blogs with several contributors, such as the “Monkey Cage” blog, dedicated to political science research. This blog contains contributions from several researchers, such as John Sides, Erik Voeten, Andrew Gelman, Joshua Tucker and Henry Farrell. But all those researchers have their own blogs besides.

To get back on my personal experience, the name freakonometrics was chosen for two reasons. The first one is that is was a common word among the community of researchers in the Economics department at Ecole Polytechnique. Freakonometrics meant using Econometrics techniques to answer real life questions. That might be opposed to Mathematical Econometrics, as it was taught to students. Since it was exactly the aim of the blog (write posts about simple questions, with a quantitative approach) I liked the idea of using it at a blog’s name. The second reason is related to a major influence for most bloggers in Economics. In 2005, University of Chicago economist Steven Levitt and New York Times journalist Stephen Dubner published a collection of “economic” articles, claiming that economics is, at root, the study of incentives. This is how freakonomics.com/blog/ started (the first post was published in September 2005). My blog was more about Econometrics than Economics. So I decided to use the freakonometrics name. But this was not a very good idea. If all bloggers know freakonomics, there is no doubt that the two blogs are unrelated. But unfortunately, outside this community, there is confusion (as I noticed many time while discussing with journalists for instance).

  • The Structure of the Blog, and the Contents

A blog is usually seen as chaotic, and unstructured. On the opposite, academia, and Science, are places where everything is supposed to be well ordered. Most undergraduate students can not understand where a professor answer “I have no idea what might happen if we relax that assumption“. An open question is a great source of inspiration for a blogger. It might be a start for a bibliographic survey, or on quick simulations. Thus, the blog “offers a unique space to simultaneously achieve efforts related to research, teaching, and service” as mentioned in Grollman (2014). Technically, as recalled in the introduction, a blog is just a series of entries called “posts“, even if, with several thousand words, some posts might also be called “articles“, as suggested in Cohen (2006).

Those posts might be to start a discussion after an open question in the class, to mention in interesting paper recently discovered, to point out an interesting conference, to provide some codes to generate a graph, to upload datasets used in an article about to be published, to criticize an article read in a newspaper, or just to share an experience. Therefore, “academic blog” is a generic term that includes several different genres, from blogs about academic life to pure research blogs (see Walker (2006) for a discussion), even if most of them are hybrid genres. As analyzed in Luzón (2006), making available personal research is a simple way not only to get feedback, but also to increase visibility, to develop “respect and reputation” (as discussed in Gregg (2009)). As claimed by the committee of hypotheses.org, blogs should be seen a lab books, not a substitute to academic journals (a post is not an article, as we will see in the next section) but more a catalogue of personal thoughts (and possibly some findings).

  • Academic Life and Blogging Activities

Traditionnaly, according to Merton (1942), academia was governed by some norms of universalism, communism, disinteresredness, and organized scepticism. More recently,  Ziman (1996) claims, on the contrary, that academia was characterized by inverse norms, of  proprietary, local, local, authoritarian, commissioned and expert norms. Blogging is probbly an answer to this shift. In this section, we will get back on interactions of blogging activity with more conventional academic duties.

  • Academic Hierarchy and Rules

Walker (2006) explains that  “blogging allowed us to circumvent the power structure of academica“. Blogs are somewhere between the conversational style of the conference, and the writen style of articles. But blogs are clearly outside those communities, blogs are much more accessible: you do not have to attend a conference, you don’t even have to sign up, and you are usually allowed to participate in the discussion, without belonging to the community (you should if you want to publish a response to a published article). Furthermore, the bureaucratisation of the universities has had “profound effects on the writing of academics” (as discussed in Brett (1991)). More specifically, it is nearly impossible for academics to provided a “public intellectual function” nowadays because it goes “against the grain of the job“. Blogs can be seen as an answer of academic, to regain some freedom of speech. As mentioned in Gordon (1998), tenure positions were initially created precisely to prevent academics from pressures, to grant them a strong freedom of speech. But in the 2010’s, tenure positions exist to pressure those who have only temporary contracts.

  • Blog Posts and Academic Articles

A blog entry is usually published without any pressure, with no one too impress, just the idea of working through some ideas and concepts, together, the writer and the reader. Academic articles are going through the peer review process. But it is only a peer-to-peer discussion. All those discussions are usually skipped in the final version, and there is no real place for a discussion, except for some controversial papers, where a discussion can be published. As mentioned in Chatterjee & Biswas (2011), some journals now have forums, but there is no place, otherwise to converse about a publish paper. Blogs can be seen as tools for “post-publication review of papers“. This is actually what happened in 2010, when Science published a paper (Sebastiani & al. (2010)), which was then criticized by several science blogs – about methodological fallacies, before being retracted (see Carmichael (2010) and MacArthur (2011) for a full discussion).

Blog posts offer a space not only to summarize a research paper (written in a codified and strict format), but also to discuss the process and the context of the study. As Gregg (2009) suggests, blogs provide a space “distinct from the parent culture of institutions“. A paper might start with a discussion with a colleague, then additional contributors might join to provide additional expertise. The paper is then written in a codified format, and to please potential reviewers. Those reviewers might ask for substantial changes, done because some co-authors really need a publication to apply for a position. Finally, the paper published might have to connexion at all with the initial discussion. Even if bloggers do not want to share with complete strangers the hidden side of a paper, it might be interesting to emphasize dead-ends, attempts that failed, and how the paper started.

  • An Academic Blogger is not a (Science) Journalist

Blogging can revamp the relationship between science and society, simply by making research more comprehensible to others, just like journalists do. There have always been connexions between the two communities: academics, who can understand what exactly is claimed in a research study, and science journalists, who can summarize and explain with less jargon. “Historically, academics have been put in a reactive position, responding to questions from reporters. Blogging places academics in a more proactive position, intervening more effectively in popular debates around the topics they research” as claimed by Jenkins (2008).

Actually, some academics do publish posts in blogs hosted by newspapers, such as “The Conscience of a Liberal” (by Paul Krugman). Somehow, those journals (here the New York Times) host academics the same way newspapers hosted some opinion pages, were academics where invited to give their point of view, a few years back. But, as Quiggin (2011) explains “newspapers are generally reluctant to repost on academic working papers and similar publications unless the conclusions are obviously newsworthly“. Economics in newspapers has to be related to macroeconomics, and science has to be related to medicine or technology (the science page is now a nice advertising page for the most recent smartphone applications). And, as mentioned by Cottrell (2013), a couple of decades ago, experts (not to say scholar) “have functioned as sources for newspaper journalists. Their opinions would emerge often mangled and simplified, always truncated, in articles over which they had no final control.” Now, with blogs, it is possible to read them directly, in a style that is easier to understand, compared with academic (standard) publications. “The general reader has access to expertise that was easily available, a decade ago, only to the insider or the specialist“. Writing a post in an academic blog is neither pretending being a journalist, nor writing an academic article. In the traditional process of research, we discuss with colleagues, possibly in conferences, but only the final publication remains. False starts and heuristics are skipped, because they might appear as un-necessary to get an understanding of the article. And this is exactly where blogging becomes interesting. In newspapers, contributors are required to avoid mathematical equations, and scientific jargon. Blogs are exactly the missing link between a technical research article, “jargonistic and turgid” (as Mewburn & Thomson (2013) wrote), and an article in a newspaper, usually overselling minor contributions.

  • The narrative style of a blog post

There is a stark contrast between the story used in a peer-reviewed paper, and the true, untold, research process. The messy side of a research project, and all the dead-ends might be mentioned, maybe as a quick anecdote, in a conference talk. But for junior researchers, it is not the place to discuss the true story (maybe only the shinny side of it). As mentioned in  Conole (2007), “the blogosphere is offering an alternative style of academic discourse“. A blog post is a place for snippets of the work, more informal, with a completely different style. As climed by Pierre Mounier and Marin Davis (from hypotheses.org) the blog is between the oral and the writen form.

Nevertheless, the tone, or the style of writing, is different from one blog to another one. Post can be writen as a reportage, with a journalistic style (where various sources of information are brought together and synthetised into a story), as a formal or more informal essay (where a story is writen, with opinions), it can be more pedagogical (with a lot of questions) or satirical (see  Mewburn & Thomson (2013) for a detailed comparison, with further examples).

But the time when Karl Sagan was criticized (see e.g. Emanuel (1986)) for mentioning a study in Parade (the  American nationwide Sunday newspaper magazine) before publishing it in Science is now far away. As written in Oreskes & Conway (2011), this has been considered as a”violation of scientific norms“. Similarly, because of its style, some researchers cannot consider a blog post as a serious contribution.

  • Blogging and Microblogging (Twitter)

Blogs are not the only place where academics are now visible. Academics are also extremely active on microblog platforms, such as Twitter. Twitter is different from blogs. Not only because of the lengths of the “posts“, but also because it is extremely codified (while blogs are clearly not). If academics can use blogs to educate, they can use Twitter to inform, to make interesting material available to the public.

  • From Official Rules to Unofficial Uses

Microblogging, on Twitter, is simple. One has to create an account, on twitter.com, and 160 characters can be used for a short bio, with the possible use of an avatar. It is possible to be active, by tweeting (posting online messages with less than 140 characters), or to passive (and then simply follow some discussions). One can use the search window, and then all the tweets containing that word (or that sentence) will appear. It is also possible to follow some hastags (following the # symbol) such as #overlyhonestmethods, or some people (following the @ symbol) such as @freakonometrics. When following that account, all the tweets (posted under the name @freakonometrics) will appear in the so-called TL (or timeline). I will then have a follower (and of course, I might follow back). On can tweet not only text, but also a picture and html links (that will be automatically shortern). Those are the official rules in Twitter.

There are also codes and uses. With a Twitter account, it is possible to write our own tweets, but also to retweet a tweet, which means forwarding another user’s tweet to all of our followers. One can use the retweet button, or use the old fashion RT (for re-tweet) or MT (for modified tweet) if it was necessary to shorten a tweet.  As in Academia, it is important to mention the source of the information when sharing it with some followers (it is called a mention, and it is like using a reference in a research paper). Another way of acknowledging the account that originally shared the content being tweeted is to HT the account (hat tip). It is also possible to discuss with other people. One can reply to a tweet using the reply button (when replying to one of my tweets, the tweet will start with @freakonometrics and only followers also following me will see it in their tweet list). It is also possible to poke another account to make sure that someone reads your tweet. It is possible to favorite a tweet, by clicking the yellow star next to the message. If a lot of the people I follow favorite a tweet, it will be more likeliy to appear in the discover window, even if I do not follow that account. Because of the 140 characters constraint, a lot of strange words can be used on Twitter, such as “OH” which most often means “overheard“. Twitter has also its own habits, such as the #FF follow Friday tradition. On Friday, it is common to share usernames of our favorite twitterers, the accounts you find interesting

  • Are Academics on Twitter ?

Only “one in forty scholars are active on Twitter” as estimated in Priem & al. (2012). And academics are mainly skeptical about Twitter. For most of them, Twitter is either for their kids, or perhaps for graduate students (if they have some ideas about what Twitter is). But not researchers. To get back on my personal experience, I follow (and am followed) by a lot of graduate students, PhD’s or postdocs, and a few more senior researchers. Most of those senior, prominent scientists, share extremely interesting information! But Twitter is time consumming (as blogs), and not everyone is willing to have an account on Twitter (and to be active, by sharing links, or by interacting, more generally).

If not everyone is on Twitter, important people are; at least in Economics. In January, was organized the annual conference of the American Economic Association, in Philadelphia. This is where the job market for PhD students in Economics takes place. It was extremely active on Twitter (updates where obtained by following frequently the #ASSA2014 hashtag). From my perspective (maybe also the people I follow), it looked like everyone there was on Twitter during that (major) event.

  • Twitter as a Bookmark

Like most of my colleagues, I do spend a lot of time online, reading articles, for work, for fun, and sometimes, it can be interesting to keep tracks of those articles, posts on blogs, and articles on arxiv.org or papers.ssrn.com. The first reason I use Twitter is that I need bookmarks. With Twitter, those bookmarks are public. It does not mean that I endorse what I read, it should be understood as I found that interesting, and I want to bookmark it, to find it, someday. As most academics, I do read a lot. And one of our duties is to share information. This was mentioned in Priem & Costello (2010) “the professional impact of Twitter may be particularly prononced for scholars given that sharing information is a central component of their work” (see also Letierce & al. (2010)). They estimated that 30% tweets sent by academics contain a hyperlink to a peer-reviewed ressource (usually a pdf file of a research paper). And it is not necessarily a paper published online 24 hours ago : it can also be a paper rediscovered accidently, or a technical report writen a few decades ago that has just been scanned.

Traditionally, academic visibility is measured using citations, meaning that some work has been accepted by (so called) peers, in the scientific community. Academics need to write to have an impact. But a lot of time is spent on reading. This reading activity is missed by standard citation counts (unless you publish a review, for instance).  On Twitter, you can comment, even (briefly) discuss a publication, some tricks on computer codes, share graphical visualization, etc. It is not like posting an anomynous comment on some scientific blog (actually, several blogs do not have open comments any more). On Twitter, there is some kind of credibility, and not only from the academic resume: people know you and follow you. According to Wagers (2012) “good content is propagated rapidly, bad content is not“. Of course, it is not that simple.

  • Live-Tweet in Conferences

Another popular use among academics is to use Twitter for live-tweets. But as mentioned on a lot of blogs, one should be careful about live-tweeting. Live tweeting is supposed to be fun, but stay polite, and respectful, and to use quotation marks as much as possible. Getting back on the so-called Twittergate (see McMillan Cottom (2012) for a complete summary), Aaron Bady, used that interesting image, about Twitter within the academic community “I conjured up the image of an appropriate cantankerous old professor yelling at a bunch of punk tweeters to get off his lawn, like Clint Eastwood in Gran Twittarino”.

Again, to get back on my personal experience, I usually do not live-tweet, I do not feel comfortable with it (I prefer to take notes in my book, even if I might also write a post on my blog later on, and I always ask the speaker if I can quote what he or she said). “Some worried that having someone tweet their insights before they publish might increase the likelihood that they will be scooped by a colleague — although others regarded that notion as slightly paranoid” as mentioned in Kolowich (2012). “The debate over live tweeting at conferences is, in many ways, about control and access: who controls conference space, presentation content, or access to knowledge?” wrote Risam (2012). Beyond those ethical considerations, there is also a more practical reason: in mathematics, it is quite difficult to live-tweet. It is difficult to write equations in Twitter, and to mention a graph without the formal model is useless (or misleading). There might some interest when there are computational issues, to share a nice visualization for instance.

  •  Twitter as an Online Faculty Lounge

 

It is also possible to start discussions on Twitter, but it has to remain a short discussion (to ask for precisions and references). An important issue in Twitter is to speed up connections between scientists. But there is nothing new here. Traditionally, scientists have always interacted with other scientists, in sort of one-to-one interactions, attending seminars, conferences, and discussion with colleagues. Using the words of Priem & al. (2013), “informal conversations have moved out of the faculty lounge to online social media platforms”, such as Twitter. One of the interests is to join somehow a larger “virtual department” with colleagues that are not next door, but who might be far away and in other areas of research. One can even discuss with real people, outside academia. Since I have interests in risk modeling, finance, climate, computer science, mathematics, I can also discuss with people working on stock markets, in insurance companies, in data visualization startups, even journalists. A important point is that it becomes possible to interact with open minded researchers. As mentioned in Fox (2012) – slightly changing the title – “blogging [and micro blogging] changed how economics share ideas”.

The first step in the scientific process is to find ideas, new ideas or concepts to investigate, datasets to describe. Following interesting people on Twitter can be the first step. The final step is to communicate findings and to disseminate. The time when researchers were studying the table of contents of journals to find interesting articles is behind us. When disseminating on a blog, we can share codes, graphs, datasets, links to additional material. On Twitter, we have to deal with the 140 characters constraint, which makes it hard. One idea can be to use a nice visualization, a graph, or a map.

  • Institutional Accounts and Outstitutional Ones

On Twitter, I mainly follow researchers, only a few institutional accounts. For instance, following @HarvardBiz is interesting to get updates about their blog, and recent articles (like using RSS feeds). But most of them are based on non-explicit rules, and controversial posts and articles are not mentioned. Even if there might be interesting experiences. Recently, academics behind the Nature Chemistry Twitter account went back on 4 years of experience (in Nature Chemistry (2013)). Among lessons learnt, collectively, it was mentioned that with the 140 characters constraint, “clarity is a virtue”, which is indeed one of the things you learn with Twitter. Furthermore, they mention that following important researchers in your scientific community on Twitter is interesting. Not only you can discover interesting information: when following personal accounts, one can also learn more personal information.

  • The Impact of Twitter in Standard Process of Academic Dissemination

Another possible motivation for researchers to be active on Twitter might be for dissemination. Using Twitter can help to reach other researchers, outside the (small) circle of one’s community, as well as journalists, or people working in the industry and for governmental organization, even politics. In a large study, Shuai & al. (2012) proved (following 4,600 papers) that papers mentioned on Twitter are more downloaded, and more cited (see also Eysenbach (2011) for a similar conclusion).

  • Blogging After Almost Six Years

After more than five years as an active blogger, I have the same diagnosis as Kotsko (2006), which mentions that blogging is “especially great for academics who would otherwise be quite isolated from other academics with similar interests“.

  • A Peaceful Island within Academia

To get back on one of the main personal reason why I am still blogging after almost six years, with enthusiasm, is because it is still a lot of fun. And it is a place that I appreciate all the more that academia is currently a very competitive place. I interact with the blogging community because I want to, while (most of the time) I interact with students and colleagues because I have to.  Blogs are probably the last place where we have a complete freedom. Even not to blog, if we do not want to.

There are currently two important issues in academia, when talking about money: tuition fees rise, and the decrease of public funding for research. Those past years, (undergraduate) students became consumers. And as a professor, I am now the seller in the store. Most of our students are no longer interested by the story behind a model; they want some recipes for their future job. They want to know what to use, and when. And since universities evaluate their professors, they ask students to fill evaluation forms. So professors do everything to get good evaluations. That is a simple and extremely rational game. But the pleasure of teaching is lost, sometimes. And similarly, the less money there is to do some research, the more competition. If there are one or two grants in my field of research, in Québec, I have no more colleagues and friends, I have only competitors. We now have to work on different tasks to add lines on our resume. As mentioned previously, it is difficult to find time just to discover something new, and spend some time investigating (without the insurance of getting a publication out of it).

Compared with those conventional academic activities (teaching, doing so research, writing a referee report, filling a form for a grant, etc) blogging is fun. Within the blogosphere, there is no competition, just motivation and stimulation. One can interact with other bloggers, learn from them, and so far, it is still a pleasure to blog. Some bloggers claim that it is a shame that blogging is not recognized (formally) within academia, but actually, it might be seen as a great opportunity. We do blog because we want to: it is not another required task. So it can still be fun…

  • Readers of the Blog

As claimed in Walker (2006), “blogs (…) are inherently social. Whether you have five readers or five hundreds doesn’t really matter, it’s the knowledge that you will be read that is important“. So, I have to confess that I blog mainly for myself, in the sense that I do not want to have a readership waiting for me to post something everyday! Also in the sense that my blog gives me a complete freedom to talk about things I find fun, with a whole person style (and actually I do use my blog to develop my own “writing voice“, as called in Walker (2006)), discussing about personal issues. I remember when I started blogging. At first, I thought that no one will read my blog, and then, friends and colleagues told me that they were. It is actually thrilling (not to say scary) to have 5,000 or 10,000 readers for a blog post, when one think about the number of readers of academic articles. As claimed by O’Connor (2007), “blogs are a more effective medium for intellectual influence than journal articles“. Somehow, it looks like academic journals try to avoid exposure: publishing an article in the Journal of Narrowly Focused Hyper Specialized Field Studies is a great place to hide one’s research.

The process of research is, indeed, a social activity, where we need to keep – and create – interactions with various researchers, read papers, keep our mind open. On the other hand, blogging is definitively a personal activity: I use my blog as a notebook, to keep traces of ideas, or codes, even graphs and interesting readings. From this perspective, blogging is extremely personal. But it is opened, and anyone can access it. So I use my blog to promote my work, and my scholarship. As Greg (2009), I see academic “blogging as conversational scholarship“. Blog are great to encourage conversation, they are coffee houses, in the sense of the XVIIth Century in England. In blog posts, we connect to other blogs, using comments, reactions, and hyperlinks. But actually, Derek de Solla Price (see Price (1986), cited in Horne (2011)) explained that “the prototype of the modern scientific paper is a social device rather than a technique for accumulating quanta of information“. In that sense, having informal discussions is probably the best way to work, as an academic. This is also the idea of Crane (1989), “the growth of scientific knowledge is a kind of diffusion process in which ideas are transmitted from person to person“. Using blogs, we can develop and connect a network of various people, from PhD students to practitioners in the industry, as well as more experienced academics who might share common interests. The blog is read by students, former students, colleagues, probably the dean, and even sometimes the department secretary.

  • A Cost-Benefit Analysis

With a simple cost-benefit utilitarist analysis, one will probably blog if benefits are more important than costs. One component is related to time issue: is blogging costing, or saving time? Academics receive frequently emails, asking for explanations on a technical question (from students, former students, or anyone actually) that will need a detailed email answer. It is possible to consider a “reply to public“, with a blog post. Similarly, while teaching, frequently the same question is asked every a year. From my own experience, the first year, I can write an answer in a blog post, and then, I can integrate it to my notes (blog posts can even be more interesting than lectures notes). I cannot believe that blogging is a waste of time, since I see my blog as a long-term memory. It is also possible to integrate material that cannot be used in notes, such as animations, or videos.

A lot of academics claim that “do not have time to waste blogging” but some of them can write extremely long, detailed (and most of the time, nicely structured) replies. If I write a detailed reply to a specific question (because I found the question interesting), why not share it? Either the answer is wrong (or imprecise), but then someone might post a comment, add a reference, a link, etc, or the answer is correct, and then, why not share it? With blogs, dissemination is immediate, as well as comments and feedback.

A lot of researchers within academia still reject blogs because they’re not serious, and not peer reviewed. Not being serious in the style does not mean that the study is not serious and it can still follow a scientific procedure (this is what we can learn from the Ig Nobels). Furthermore, blogs will be peer reviewed as soon as peers will blog. In blog, comments can even be more constructive than comments one gets from referees in a peer reviewed journal. Blog posts are published on the (open) web, not in some journal so expensive that no one can actually read it. Yes, commenting is not a formal or rigorous as a peer review publication, and having opened comments may contribute to establish quality and credibility of a blog. Having comments from the community is a great benefit.

  • Conclusion

With recent changes in academia, blogs are a perfect place to interact outside institutions (universities, societies and journals). Academics can find there not only a place for free speech, but also a place to interact with scholars outside the circle of hyper-specialized colleagues. Anne-Marie Slaughter recently said that “all the disciplines have become more and more specialized and more and more quantitative, making them less and less accessible to the general public” (quoted in Kristof (2014)). Blogs are the missing link from the jargon-based papers to the oversimplifying journalistic articles, between the conventional academic article, the lab notes, and the talk in a seminar. But one should keep in mind that “academic blogging can be an important medium, when it avoids the meta-narcissistic onanism of blogging about how important academic blogging is”, as claimed by Parr (2012).

  •  References

Adams, R. (2013). Blogging in context: Reviewing the academic library blogosphere. (D. 10.1108/EL-05-2012-0054, Éd.) Electronic Library , 31, 664-667.
Ashlin, A., & Ladle, R. (2006). Science communication: Environmental science adrift in the blogosphere. (D. 10.1126/science.1124197, Éd.) Science , 312.
Batts, S., Anthis, N., & Smith, T. (2008). Advancing science through conversations: Bridging the gap between blogs and the academy. (DOI:10.1371/journal.pbio.0060240, Éd.) PLoS Biology .
Bell, S. (2007, 11 1). To Blog Or Not To Blog – That Is An Academic’s Question. 02 01, 2014, http://acrlog.org/2007/11/01/to-blog-or-not-to-blog-that-is-an-academics-question/
Bik, H., & Goldstein, M. (2013). An Introduction to Social Media for Scientists . (D. 10.1371/journal.pbio.1001535, Éd.) PLoS Biol , 11.
Boyd, D., & Ellison, N. (2007). Social network sites: Definition, history and scholarship. (D. 10.1104/pp.64.6.1070, Éd.) J Comput Mediat Commun , 13.
Brett, J. (1991). The Bureaucratization of Writing: Why so Few Academics are Public Intellectuals. Meanjin , 50, pp. 513-522.
Carmichael, M. (2010, 07 07). The Little Flaw in the Longevity-Gene Study That Could Be a Big Problem. http://www.newsweek.com/little-flaw-longevity-gene-study-could-be-big-problem-74703
Charpentier, A., Coulmont, B., & Gombin, J. (2014, 02 11). Un homme, deux voix : le vote par procuration. 02 11, 2014, La Vie des idées: http://www.laviedesidees.fr/Un-homme-deux-voix-le-vote-par.html
Chatterjee, P., & Biswas, T. (2011). Blogs and Twitter in medical publications – too unreliable to quote, or a change waiting to happen? (D. 10.7196/samj.5213., Éd.) South African Medical Journal , 101, 712-714.
Chemistry, N. (2013). All you can tweet. Nature Chemistry , 5.
Cohen, D. (2006, 08 21). Professors, Start Your Blogs. http://www.dancohen.org/2006/08/21/professors-start-your-blogs/ .
Conole, G. (2007, 10 20). The nature of academic discourse. 02 01, 2014,  http://e4innovation.com/?p=45
Conole, G. (2007, 10 29). The paper vs. blog argument…. 02 01, 2014,  http://e4innovation.com/?p=56
Cottrell, R. (2013, 02 15). Net wisdom.  02 01, 2014, http://www.ft.com/intl/cms/s/2/009050e4-75ea-11e2-9891-00144feabdc0.html
Crane, D. (1989, 02 20). How Scientists Communicate. 02 01, 2014, http://garfield.library.upenn.edu/classics1989/A1989AU43700001.pdf
Emanuel, K. (1986). Nuclear winter: Towards a scientific exercise. Nature , 319.
Esarey, J. (2013, 08 11). Blogs and Academic Tenure. 02 01, 2014,  http://politicalmethodology.wordpress.com/2013/08/11/blogs-and-academic-tenure/
Ewins, R. (2005). Who are you? Weblogs and academic identity. . (D. 10.2304/elea.2005.2.4.368, Éd.) E-Learning , 368–377.
Eysenbach, G. (2011). Can Tweets Predict Citations? Metrics of Social Impact Based on Twitter and Correlation with Traditional Metrics of Scientific Impact. J Med Internet Res , 13.
Fister, B. (2012, 07 12). Serial Scholarship: Blogging as Traditional Academic Practice. 02 01, 2014, http://www.insidehighered.com/blogs/library-babel-fish/serial-scholarship-blogging-traditional-academic-practice
Fitzpatrick, K. (2010). Planned Obsolescence. Information Standards Quarterly , 22, pp. 14-19.
Fox, J. (2012). Can blogging change how ecologists share ideas? In economics, it already has. (D. 10.4033/iee.2012.5b.15.f, Éd.) Ideas in Ecology and Evolution , 5.
Gordon, L. (1998, 09). Tenure on Trial. 02 01, 2014, http://news.stanford.edu/stanfordtoday/ed/9809/9809fea201.shtml
Graham, T. (2004). Scholarly Communication . Serials: The Journal for the Serials Community , 13, 3-11.
Gregg, M. (2009). Blogging from the Ivory Tower Hot-Desk. (D. 10.1177/1354856509342345, Éd.) Convergence , 15, 470-483.
Gregg, M. (2006). Feeling Ordinary: Blogging as conversational scholarship. (DOI: 10.1080/10304310600641604) http://espace.library.uq.edu.au/eserv.php?pid=UQ:7740&dsID=FeelingOrdinary.htm
Grollman, E. (2014, 02 04). Blogging for (a) change. 02 06, 2014, http://conditionallyaccepted.com/2014/02/04/blogging-for-a-change/.
Gu, F., & Widén-Wulff, G. (2010). Scholarly Communication and Possible Changes in the Context of Social Media: a Finnish Case Study. . The Electronic Library , 29, pp. 762-776.
Halavais, A. (2006). Scholarly blogging: Moving towards the visible college. In A. &. J.Jacobs, Uses of Blogs (pp. 117–126). New York: Peter Lang.
Halford, J. (2012, 07 19). No Academic is an Island. http://earlymoderndialogues.wordpress.com/2012/07/19/no-academic-is-an-island/
Halliday, L. (2001). Scholarly communication, scholarly publication and the status of emerging formats. Information Research. , 6.
Herndon, T. (2013, 05 22). The Grad Student Who Took Down Reinhart And Rogoff Explains Why They’re Fundamentally Wrong. 02 01, 2014, Business Insider: http://www.businessinsider.com/herndon-responds-to-reinhart-rogoff-2013-4
Honeycutt, C., & Herring, S. (2009). Beyond Microblogging: Conversation and Collaboration via Twitter. Proceedings of the Forty-Second Hawai’i International Conference on System Sciences .
Horne, D. (2011). Research as a Social Process: Considerations for Academic Libraries. Faculty of Information Quarterly , 3.
Jenkins, H. (2008, 04 08). Why Academics Should Blog….  02 01, 2014,  http://henryjenkins.org/2008/04/why_academics_should_blog.html
Jenkins, R. (2013, 08 08). What’s a Blog Post Worth?  02 01, 2014,  http://chronicle.com/blogs/onhiring/whats-a-blog-post-worth/40591
Johnson, S. (1759). The History of Rasselas, Prince of Abissinia.
Jones, K. (2013, 11 20). Should You Blog Anonymously? 02 01, 2014,  http://www.blogherald.com/2013/11/20/blog-anonymously/
Jurgenson, N. (2012, 01 23). How Academics Can Become Relevant. 02 01, 2014,  http://thesocietypages.org/cyborgology/2012/01/23/how-academics-can-become-relevant/
Kaufman, S. (2007, 11 1). An Enthusiast’s View of Academic Blogs. 02 01, 2014,  http://www.insidehighered.com/views/2007/11/01/kaufman
Kirkup, G. (2010). Academic blogging: Academic practice and academic identity. (D. 10.1080/14748460903557803, Éd.) London Review of Education , 8.
Kolowich, S. (2012, 10 02). The Academic Twitterazzi. 02 01, 2014,  http://www.insidehighered.com/news/2012/10/02/scholars-debate-etiquette-live-tweeting-academic-conferences
Kotsko, A. (2007, 11 1). A Skeptic’s Take on Academic Blogs . 02 01, 2014,  http://www.insidehighered.com/views/2007/11/01/kotsko
Kotsko, A. (2006, 05 23). On Academic Blogging: A Diagnosis. 02 01, 2014,  http://kotsko.blogspot.ca/2006/05/on-academic-blogging-diagnosis.html
Kristof, T. (2014, 02 16). Professors, We Need You!  02 16, 2014,  http://www.nytimes.com/2014/02/16/opinion/sunday/kristof-professors-we-need-you.html
Laden, G. (2008, 12 1). Anonymity & Credibility.  02 01, 2014,  http://scienceblogs.com/gregladen/2008/12/01/anonymity-credibility/
Lariv, M. (2013, 01 29). How Blogging Helped Me Write My Dissertation. 02 01, 2014,  http://chronicle.com/article/How-Blogging-Helped-Me-Write/136893/
Leo, C. (2008). Why the academic world needs blogs. 0 2 01, 2014,  http://christopherleo.com/about/why-the-academic-world-needs-blogs/
Letierce, J., Passant, A., Decker, S., & Breslin, J. (2010). Understanding how twitter is used to spread scientific messages. Web Science Conference,. Raleigh, NC.
Lupton, D. (2012, 05 22). Where are all the sociology blogs? 02 01, 2014,  http://simplysociology.wordpress.com/2012/05/22/where-are-all-the-sociology-blogs
Luzón, M. (2006). Research group blogs: sites for self-presentation and collaboration. 5th AELFE Conference. http://www.unizar.es/aelfe2006/ALEFE06/5.newtechnologies/87.pdf.
Luzón, M. (2009). Scholarly Hyperwriting:The Function of Links in Academic Weblogs. (D. 10.1002/asi.20937, Éd.) Journal of the American Society for Information Science and Technology , 60.
MacArthur, D. (2011, 07 21). Longevity genetics study retracted from Science. 02 01, 2014,  http://www.wired.com/wiredscience/2011/07/longevity-genetics-study-retracted-from-science/
Maitzen, R. (2012). Scholarship 2.0: Blogging and/as academic practice. (D. 10.1080/13555502.2012.689502, Éd.) Journal of Victorian Culture , 17.
Maron, N., & Smith, K. (2006, 11 06). Scholarly Communication.  02 01, 2014,  http://www.arl.org/sc/models/model-pubs/pubstudy/index.shtml
Marsh, A. (2013, 01 28). The boundaries of academic blogging. 02 01, 2014,  http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2013/01/28/the-boundaries-of-academic-blogging/
McMillan Cottom, T. (2012, 09 30). An Idea is a Dangerous Thing to Quarantine #twittergate. 02 01, 2014, http://tressiemc.com/2012/09/30/an-idea-is-a-dangerous-thing-to-quarantine-twittergate/
Merton, R. (1942). A Note on Science and Democracy. Journal of Legal and Political Sociology , 1, 115-126.
Mewburn, I., & Thomson, P. (2013). Why do academics blog? An analysis of audiences, purposes and challenges. (D. 10.1080/03075079.2013.835624, Éd.) Studies in Higher Education , 38, 1105-1119 .
Mortensen, T., & Walker, J. (2002). Blogging Thoughts: Personal Publication as an Online Research Tool. In A. Morrison http://possibleworlds.blogs.com/blogsperiment/files/Researching_ICTs_in_context-Ch11-Mortensen-Walker.pdf (Éd.), Research ICTs in Context. University of Olso Press.
Nicolas, D., & Rowlands, I. (2011). Social Media Use in the Research Workflow. Information Sevices and Use , 31, pp. 61-83.
Noel, H. (2013, 08 09). What is tenure for? . 02 01, 2014, http://mischiefsoffaction.blogspot.ca/2013/08/what-is-tenure-for.html
O’Connor, B. (2007, 03 27). Seth Roberts and academic blogging. 02 01, 2014, http://brenocon.com/blog/2007/03/seth-roberts-and-academic-blogging/
Oreskes, N., & Conway, E. (2011). Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming. Bloomsbury Press.
Park, H., & Thelwall, M. (2006). Web-science communication in the age of globalization. (D. 10.1177/1461444806065660, Éd.) New Media & Society , 629-650.
Parr, C. (2012, 11 1). Blog-standard turn-offs for social media neophytes. 02 1, 2014, http://www.timeshighereducation.co.uk/421669.article
Porst, S. (2003, 04 16). Why weblogs are rarely used to document research (2). 02 01, 2014, mathemagenic: http://blog.mathemagenic.com/2003/04/16.html
Price, D. (1986). Little Science, Big Science… and Beyond. Columbia University Press.
Priem, J., & Costello, K. (2010, 10 22). How and why scholars cite on Twitter.02 01, 2014, http://jasonpriem.org/self-archived/Priem_Costello_Twitter.pdf
Priem, J., Piwowar, H., & Hemminger, B. (2012, March 20). Altmetrics in the wild: Using social media to explore scholarly impact. arXiv:1203.4745.http://arxiv.org/abs/1203.4745.
Quiggin, J. (2011a). Economic Blogs. (D. 10.1111/j.1759-3441.2011.00148.x, Éd.) Economic Papers , 30, 437-440.
Quiggin, J. (2011b.) Economic Blogs and Blog Economics. In A. B. Jacobs, Uses of Blogs.
Reid, A. (2011). On the value of academic blogging . http://alex-reid.net/2011/03/on-the-value-of-academic-blogging.html .
Riesch, H., & Mendel, J. (2014). Science Blogging: Networks, Boundaries and à Limitations. (DOI:10.1080/09505431.2013.801420, Éd.) Science as Culture , 23 (5), pp. 51–72.
Risam, R. (2012, 09 30). Conference Live Tweets: Twitter Good or #Twittergate? 02 01, 2014, http://roopikarisam.com/2012/09/30/conference-live-tweets-twitter-good-or-twittergate/
Sebastiani, P., & al., e. (2010, 07 01). Genetic signatures of exceptional longevity in humans. Science .
Shema, H., Bar-Ilan, J., & Thelwall. (2012, 05 11). Research Blogs and the Discussion of Scholarly Information . (D. 10.1371/journal.pone.0035869, Éd.) PLOS One .
Shuai, X., Pepe, A., & Bollen, J. (2012). How the Scientific Community Reacts to Newly Submitted Preprints: Article Downloads, Twitter Mentions, and Citations. DOI: 10.1371/journal.pone.0047523.
Siemens, G. (2007, 10 06). Academic bloggers. 02 01, 2014, on http://www.elearnspace.org/blog/2007/10/06/academic-bloggers/
Silva, L. (2013, 05 12). So You Want to Blog (Academic Edition) . From http://www.insidehighered.com/blogs/university-venus/so-you-want-blog-academic-edition
Snow, C. (1963). The Two Cultures: a second look. . (C. U. Press., Éd.)
Tenopir, C., Volentine, R., & King, D. (2013). Social media and scholarly reading. (D. 10.1108/OIR-04-2012-0062, Éd.) Online Information Review , 193-216.
Veletsianos, G. (2012). Higher education scholars’ participation and practices on Twitter. (D. 10.1111/j.1365-2729.2011.00449.x, Éd.) Journal of Computer Assisted Learning , 28, 336-349 .
Wagers, S. (2012, 12 07). Don’t Have Time to Tweet-bollocks! Twitter can even save you time as a scientist. 02 01, 2014, http://mendelspod.com/blog/dont-have-time-to-tweet-bollocks
Walker, J. (2006). Blogging from inside the ivory tower. In A. B. Jacobs, Uses of blogs.
Walker, J. (2009). Weblog. Dans M. K.-L. David Herman, & T. &. Francis (Éd.), Routledge Encyclopedia of Narrative Theory.
Weller, K., & Puschmann, C. (2011). Twitter for scientific communication: How can citations/references be identified and measured? http://journal.webscience.org/500/1/153_​paper.pdf. (Éd.), Web Science Conference, 2011. Germany.
Wilcox, C. (2012). It’s time to e-volve: Taking responsibility for science communication in a digital age. (http://www.biolbull.org/content/222/2/85.full, Éd.) Biological Bulletin , 222, 85-87.
Wilkins, J. (2008). The roles, reasons and restrictions of science blogs. (D. 10.1016/j.tree.2008.05.004, Éd.) Trends Ecol Evol , 23.
Wilkinson, D., Harries, G., Thelwall, M., & Price, E. (2003). Motivations for academic web site interlinking: evidence for the Web as a novel source of information on informal scholarly communication . (D. 10.1177/016555150302900105, Éd.) Journal of Information Science , 29.
Ylijoki, O.-H. (2013). Boundary work between work and life in the high-speed university. (D. 10.1080/03075079.2011.577524, Éd.) Studies in Higher Education , 38, 242-255.
Ziman, J. (1996). Post-Academic Science: Constructing Knowledge With Netwroks and Norms. Science Studies , 9, 67-80.

Blogging in Academia

In a few weeks, I will attend the World Social Science Forum, and participate to a panel committee, on “Minor forms of academic communication: revamping the relationship between science and society?” The Forum will take place at the Palais des Congrès in Montréal.

First developed by physicists, the open access movement has significantly widened in scope and has been taken up by the European Commission and the G8. If the motivations behind this are essentially to do with innovation, competiveness and the economic efficiency of state investments, open access also introduces a major change in the relationship between science and society. Once citizens have access to the results of social science research, in real time and in their entirety, the whole nature of the relationship between science and society is renewed. However, the debate is focused on the major forms of academic communication: journal articles and books. And yet, in ways almost invisible to the academy, so-called minor forms of academic communication are developing in the interstices, creating a kind of “permanent virtual seminar” and intermeshing with promising heuristic, pedagogic and societal possibilities. Over the last decade, research blogs have embodied a new experience of academic communication, allowing for an experimentation of formats, schedules and interactions that differ from those of the traditional academic process, at both its early and later stages. These blogs dovetail with societal questions, open up new frontiers and step outside the academic ivory tower. From “just-in-time sociology” to probing interpretations of the “Arab Spring”, from analysis of contemporary visual culture to knowledge of contemporary movements such as rap, tattoos and religious conversions, academic blogs place the social sciences at the heart of the society they study. Academic blogs have already found a following. Through this readership a democratisation of access to science is underway. This momentum brings opportunities and reveals new ethical, epistemological and scientific questions.

See also  http://oep.hypotheses.org/319 and http://oep.hypotheses.org/322

For an academic, imparting knowledge revolves around two main activities. As a researcher, an academic must produce articles destined for a very limited readership and adhering to a very rigid process, one that involves severe constraints of time and form. As a teacher, an academic must think of his or her students; he or she must make knowledge accessible and arouse curiosity while also seeking to instil the notion of scientific rigour: outlining hypotheses; identifying the results that may be obtained if these hypotheses are borne out; questioning the validity of the said hypotheses. I will come back to the experience of the Freakonometrics blog, which originated as a response to a pedagogical difficulty and is based on two recent ventures. The first was Freakonomics, Stephen Dubner and Steven Levitt’s blog (then books), which aimed to explain economic behaviours using surprising and sometimes provocative examples. The second was the recent explosion of “data visualisation”, an offshoot of open data and big data that showed statistics could be elegant as well as informative. The Freakonometrics blog emerged from a desire to explain in very practical terms how econometric modelling works, by providing (or explaining how to find) data and sharing codes with which to produce graphics. This experience provided the opportunity to publish research studies in an unconventional form. If the rigour expected is the same as that of an article submitted to a peer-reviewed journal, the blog format allows authors to include anecdotes and exploit the rich potential of online documents (animations, links, etc.). Blog posts also extend the notion of reproducible research, the idea being not to impress the reader by making him or her think (s)he is reading something groundbreaking (which we all seek to do in an academic article), but instead to instil the idea of do-it-yourself by allowing all readers to reproduce the analysis.

My paper will discuss the creation of a blog on the Hypotheses platform in relation to my position as a “young academic” and drawing on my experience of academic blogging. I would like to put forward the hypothesis that for a young academic, blogging is a means to liberate oneself from the rules of the academic world. It offers unrivalled editorial freedom and potential academic recognition. I would like to show that, in turn, this academic liberation emancipates knowledge itself, allowing it to reach sectors and readerships beyond those originally intended. I also wish to point out the practical aspects of this interplay between the liberation of the young academic and the liberation of knowledge. First, I will show why for a young academic, blogging is a way to liberate (or at least distance) oneself from the rules of the academic establishment. Secondly, I will attempt to show that by freeing themselves from the academic sphere, young academics impart knowledge, skills and qualities that are useful to everyone.

In a context of financial difficulties and waning influence, the social sciences now place more importance on producing authority than producing knowledge. The new tools of digital micro-publication, which compete with traditional publications yet lack institutional legitimacy, have met with strong resistance. The characteristics that make them such formidable tools for research, communication and academic discussion, and for collective and collaborative work in particular, remain largely unrecognised. In the absence of suitable incentives and training programs, use of these tools is developing virally and falls far short of full potential. Will such tools continue to develop as best they can at the sidelines of the academy? While the humanities shun their social responsibilities, academic blogging will remain an art rather than a science.

See also http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/15/807-why-blog

  • A blind spot? Digital infrastructures for digital publishing, and for academic blogging in particular, Marin Dacos

After several centuries of development, knowledge technologies today form a highly organised ecosystem, structured around books and journals and with its own clearly identified professions, infrastructures and actors. From publishers to librarians, authors to booksellers, a book industry has emerged and encourages the circulation of ideas. With the rise of the network, these roles are slowly being redefined and new actors are rapidly emerging. The 2006 ACLS report (“Our Cultural Commonwealth: The Report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences”) is one of the first signs of recognition of the need for digital infrastructures. These infrastructures are not simply confined to “noble” publications i.e. books and journals. They also concern the so-called minor forms of academic communication. Yet developing such infrastructures requires much more than simply installing a server under a desk. On the contrary, digital infrastructures necessitate the creation of platforms, which in turn entail the emergence of new teams and new professions – those of digital publishing. These platforms are often developed or bought up by predatory multinationals (for example, Mendeley absorbed by Elsevier). Academic-led alternatives do exist (Zotero for bibliographies, Hypotheses for blogs), yet the academic community has failed to fully recognise the associated opportunities and risks. The academy has every interest in making sure it does not become marginalised within its own infrastructures. The alternative is to reproduce the vagaries of the extraordinarily concentrated global publishing system, which has stripped the research sector of some of its intellectual and budgetary initiative-taking capacities.

See also :  ”Scholarly blogs, a space on the side for academic dialogue” by Marin Dacos and Pierre Mounier. Part 1 and Part 2.

(to be continued…)

Les experts

Il y a un an, presque jour pour jour, je finissais un rapport que je remettais pour un litige qui devait passer devant un tribunal. J’avais été sollicité pour faire des simulations de scénarios, et étudier des lois de temps d’arrêt et des problèmes de probabilités de ruine. Bref, j’étais un peu devenu un expert. Peut-être pas exactement un expert judiciaire au sens strict, car j’étais sollicité par une des parties, et non pas pas un juge (est-ce toujours le cas ?). Et je n’ai pas non plus prêté (solennellement) le serment “Je jure d’apporter mon concours à la Justice, d’accomplir ma mission, de faire mon rapport, et de donner mon avis en mon honneur et en ma conscience”. Même si c’est ainsi que j’ai mené ma mission. Mais peu importe (pour des raisons de confidentialité, je n’en dirais pas plus sur cette mission). C’est toujours valorisant de se dire que les choses théoriques que l’on enseigne peuvent servir dans la vraie vie !

Hier, au détour d’une conversation avec mart1oeil, goulu ‏et tomroud, j’ai découvert zythom et son blog, http://zythom.blogspot.ca/, qui est le “blog d’un informaticien expert judiciaire“, comme l’indique l’entête. Et hier, zythom posait la question un expert judiciaire peut-il être mauvais dans votre domaine ? Je reviens sur son billet car le billet commence par une recherche de définition de ce que peut être un expert. Et comme toujours la page de Wikipédia consacrée à l’expert propose une lumière intéressante. “L’expert n’est pas simplement celui qui sait, sur un champ délimité de savoir. Son expérience reconnue lui permet d’apporter une réponse argumentée à une demande d’expertise. Il faut le différencier du savant et aussi du spécialiste.” Et zythom prend alors l’image du médecin de famille ou du médecine généraliste, en opposition au spécialiste. Bref, tout d’un coup, hier un monde s’est effondré ! Je suis probablement pas un expert !

Cela dit, j’aurais pu m’en douter plus tôt. En fait, je crois que je le savais depuis des années, mais que je me voilais la face.

Il y a quelques années maintenant, j’enseignais un cours de méthodes numériques en finance (j’avais même tapé des notes de cours). A un moment, on montre que le prix https://latex.codecogs.com/gif.latex?V vérifie une belle équation, qui permettra d’arriver à la formule de Black-Scholes, qui permet d’avoir le prix d’une option dite européenne. L’équation est de la forme

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\displaystyle%20\frac{\partial%20V}{\partial%20t}%20+%20\frac{1}{2}\sigma^2%20S^2\frac{\partial^2%20V}{\partial%20S^2}%20+%20rS\frac{\partial%20V}{\partial%20S}%20-%20rV%20=%200

En bricolant un peu (avec quelques changements de variables), on peut se ramener une équation de la forme

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\frac{\partial%20u(t,x)}{\partial%20t}-\kappa%20\frac{\partial%20^2%20u(t,x)}{\partial%20x^2}=f(t,x)

Tous ceux qui ont fait un peu de maths reconnaîtrons une équation classique (datant de plus de 200 ans) appelée équation de la chaleur (les plus curieux pourront aller voir les notes de cours de Nicolas Vandewalle sur le sujet, entre autres). Et dans mon cours, je montrais comment résoudre numériquement cette équation, avec différents schémas, comme un schéma explicite

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\frac{u_{i+1,j}-u_{i,j}}{\Delta%20t}-\kappa%20\frac{u_{i,j+1}-2%20u_{i,j}+u_{i,j-1}}{h^2}=f_{i,j},

en insistant sur les conditions numériques pour que la résolution n’explose pas (comme sur le dessin ci-dessous)

Il fallait pour cela que le ratio

https://latex.codecogs.com/gif.latex?\lambda=\kappa\frac{\Delta%20t}{h^2}

soit inférieur à 1/2. Etc.

Bref, je suis capable de résoudre numériquement l’équation de la chaleur depuis des années, voire d’enseigner comment le faire. N’empêche que je lorsque je réchauffe mon lunch au micro-onde, tous les midis, je me brule, en ayant en même temps un morceau qui est encore congelé dans le plat ! C’est pénible ! Vivement que je devienne un expert !

Bloguer, et autres activités d’un enseignant-chercheur

J’avais promis un billet bloguer c’est nul dans mon dernier billet sur la recherche et l’activité de blogger. Il va devoir attendre un peu… Dans ce billet, j’avais fait un diagramme pour expliquer la vie et le partage du temps pour un enseignant-chercheur et blogger. Bien entendu, c’est plus compliqué ! Déjà pour un enseignant-chercheur normal, la vie se partage en

  • 50% recherche
  • 50% enseignement
  • 30% tâches administratives diverses

(et oui, c’est dur à représenter dans un diagramme, Tom Roud ou Mix la Malice avaient tenté un décompte du temps passé dans chacune des activités, je renvoie à leurs billets respectifs). Dans ces tâches divers, on retrouve dedans se trouvent les taches officielles, qui figurent sur le CV, comme faire partie du comité bibliothèque ou du comité de programme,voire être responsable d’une programme de maîtrise, mais surtout les tâches non-officielles (en tout cas que parfois on évitera de mettre sur son CV), comme mettre du scotch-tape sur ses factures et discuter avec les services financiers pour comprendre pourquoi le remboursement d’un repas lors d’une conférence est refusé alors que le sandwich à l’aéroport est remboursé ou remplir un sondage en ligne pendant 40 minutes, commandité par un organisme subventionnaire qui veut savoir si le financement de la recherche fonctionne bien (que vous faites car vous voulez expliquer qu’il faut continuer à financer la recherche, mais vous ne trouvez pas la section où vous voulez insister sur le fait que perdre 40 minutes à remplir un sondage ou 2 heures pour vous faire rembourser 6.37 dollars pour un sandwich, c’est un peu du temps pris sur le temps qu’on veut passer à faire de la recherche). Je ne vais pas passer des heures à constituer un bestiaires de ces activités diverses, je renvoie à http://laviedemix.over-blog.com/, le merveilleux blog de mixlamalice, qui fait cela très bien !

Une autre activité (que je compte dans ces tâches diverses) que j’ai pratiqué plusieurs années lorsque j’étais (co)responsable de Master 1 en France, c’est faire jouer les réseaux. Pour faire des recommandations pour des étudiant(e)s qui souhaitent partir dans des programmes plus sélectifs (j’utilise le terme recommandation car il n’y a pas que la lettre que l’on envoie, il y a aussi souvent le coup de fil – ou le courriel – que l’on passe si  on pense vraiment que l’étudiant(e) le mérite), ou pour aider un étudiant à avoir un stage. Et dans ce cas, avoir un réseau, et l’entretenir, ça sert. Pour les stages en entreprises, il y a les copains de promos (j’ai fait une école il y a quelques années), les anciens collègues (j’ai travaillé dans le privé), mais il y a aussi les formations professionnelles que l’on peut faire, les invitations à déjeuner (pour parler boulot, ou à prendre une bière ou deux si on veut en plus le faire sur un mode plus détendu). Dans le monde de la recherche, ce réseau se crée lors de conférences, lors de visites de collègues. Et c’est un peu là que l’on commence à dépasser les 100% de la vie professionnelle dans mon décompte introduisant ce billet: les bons réseaux sont constitués de collègues mais surtout d’ami(e)s. De collègues avec qui ont pourra passer des vacances, qui restent squatter à la maison quand on les invite parler au séminaire (voire faire une semaine de recherche). Ceux qui connaissent l’adresse du blog de mon fils verront dans les photos de vacances des responsables de master, des co-éditeurs de revues, des organisateurs de conférences (voire des moitiés de théorèmes), en maillot de bain ou en train de faire la cuisine… Mais je m’égare. Mon point était que les activité en ligne sont un bon outil pour avoir, ou entretenir, un réseau. Et n’ayant pas de page facebook, le blog est un outil merveilleux pour ça !

Petit exemple pas plus vieux que la semaine dernière. Ma femme (qui est une mathématicienne) recoit un courriel d’un ancien collègue: “j’ai un bon étudiant qui cherche un stage, de recherche, si possible au Canada“. Alors je vais dire un truc avec des pincettes pour éviter de froisser des collègues, mais au Canada, quand on demande un stage à un prof, c’est un peu comme faire la manche de le métro aux heures de pointe à Paris: “salut, j’ai été contactée par un étudiant qui cherche un stage et…“, “oh là là, ça va être dur, j’ai pas l’sous“. En France, ça serait “j’ai pas le temps” mais au  Canada, c’est les sous que l’on mentionne avant tout (cela dit, en France non plus les sous ne sont pas là , mais les règles sont claires et un(e) étudiant(e) qui fait un stage à l’université se doute bien qu’il n’aura rien). Bref, les prises de contact de ma femme n’ont pas été très concluantes… Comme j’évite de parler boulot avec ma femme, il a fallu un peu de temps pour qu’elle évoque cette histoire, en m’expliquant un peu les thèmes que voudraient aborder l’étudiant. Je n’insisterais pas sur le fait que ma première question a été “il a une page internet ?” (ma femme a du me rappeler que les gens normaux n’ont pas de page internet quand ils sont en maîtrise). Mais j’ai glissé “tu sais, il  y a un super prof à Vancouver qui bosse sur ces thèmes là… on se retweete l’un l’autre sur twitter, et il a un super blog… je peux lui envoyer un mot sur twitter, voir si ça l’intéresse…“. Bref, j’envoie un message (privé). Et vendredi, ma femme apprenait que l’étudiant avais pris contact, que le contact semblait bien passé, et donc il devrait être cet été face au Pacifique…

La morale de mon histoire ? L’étudiant avait un CV qui parlait pour lui, et je n’ai pas fait grand chose. Et sans moi, l’étudiant aurait probablement trouvé, malgré tout, un stage passionnant. Mais le blog permet d’entrer dans un réseau de blogueurs (ou de blogueurs-lecteurs de blogs), avec qui on peut discuter, qui permet d’entrer en contact avec des personnes peut-être plus ouvertes que d’autres enseignants-chercheurs. Peut-être est-ce une illusion, peut-être qu’à force de les lire, d’apprendre sur leur vie privée, on a l’illusion de les connaitre… Mais mes expériences ont toujours été bonnes… Les blogs permettent d’entrer en contact avec une communauté de gens passionnants. Les contacts restent souvent virtuels comme lorsque je discute avec David MonniauxBaptiste CoulmontGizmoAlexandre Delaigue, Joel Gombin ou Olivier Bouba-Olga (damned, je me rends compte que je vais en oublier un paquet) mais j’ai toujours du plaisir à aller manger avec Tom Roud, je dois toujours une bière à Reka, et un resto à Camille (entre autres afin de découvrir qui se cache derrière cette identité secrète, c’est mesquin, je sais, mais c’est pas moi qui ait commencé). Derrière les blogueurs se cachent souvent des gens curieux et passionnés (dans le meilleur des cas passionnants), et c’est pour  se rapprocher de cette communauté qu’il est intéressant de bloguer. Bon, j’en conviens, il y a aussi des blogueurs imbus d’eux-même et pénibles… Mais je ne vais pas commencer mon billet bloguer c’est nul aujourd’hui.

Chercher, et bloguer

Je vais tenter de poursuivre la discussion amorcée dans un précédant billet, intitulé enseigner, et bloguer. Car je suis à la fois enseignant et chercheur. Et comme tous les universitaires, je suis tiraillé entre ces deux activités

(comme je m’en suis expliqué à plusieurs reprises, j’en suis ravi, cela crée une espèce de balance, cf. /1240 par exemple, il y a quelques mois). Mais à ces deux activités s’ajoute l’activité de blogger. Ou peut-être pas, en fait. Car c’est peut-être là l’erreur de raisonnement (qui fait qu’à plusieurs reprises – depuis plusieurs années – on me demande comment j’ai le temps de tout faire): autant enseigner et chercher sont – je pense – deux activités relativement disjointes (j’enseigne finalement assez peu mes thèmes de recherche), autant – comme j’essayais de le montrer dans mon précédant billet – bloguer s’insère dans ces deux activités.

Par exemple, l’autre jour, j’avais besoin d’un test de comparaison de quantiles (sur plusieurs échantillons), alors que je travaillais sur un papier de recherche. Malheureusement, ce n’est pas un problème standard (la plupart des textbook de statistique n’évoquent pas le sujet). J’ai ouvert mon cahier, et j’ai pris des notes, de choses trouvées dans divers papiers (le principal ayant été publié cette année…). Puis quand j’ai commencé à coder (c’était un peu le but), j’ai fermé mon cahier, et j’ai commencé à écrire un billet sur le blog (qui sera bientôt en ligne, sur /4199). Une raison un peu personnelle est que cela me permet de garder une trace de ce code, et de clarifier un peu ce que j’ai pu glaner et lire (j’ai des milliers de fichiers de codes sur mon ordinateur, et j’avoue m’y perdre un peu). Une autre raison est que, quitte à passer une journée, autant rentabiliser ma “journée recherche” (oui, je réserve certaines de mes journées à la recherche, en me coupant un peu des activités administratives, et de la préparation de mes cours) un produisant du contenu publié (sous une forme moins conventionnelle et reconnue qu’une publication, mais en l’occurrence, mon gribouillage ne méritait pas un article académique). Rentabiliser n’est peut-être pas le mot correct toutefois. Mais il présente l’avantage de traduire le fait que mon employeur (et divers organismes subventionnaires) me payent pour produire de la recherche Ce qui signifie que je dois certes chercher, mais aussi transmettre, à un moment ou à un autre. Je n’apporte peut-être pas quelque chose de très novateur (au sens où je me suis contenté d’aller chercher des articles théoriques qui se penchaient sur un problème semblable, je l’ai codé, et j’ai tenté de l”illustrer). Mais… c’est un peu le processus de l’activité de recherche ça, non ?

En fait, à mes yeux, la grande différence entre ce que je publie sur mon blog et ce que je publie (ou que je tente – souvent désespérément – de faire publier) dans des revues académiques, c’est que j’estime que ce que je publie ici n’a pas la prétention d’une publication académique. Au sens où je ne perdrais pas de temps à essayer de faire croire que je vais révolutionner le monde (comme on doit tous essayer de le faire dans un article académique). Pour exprimer le fond de ma pensée, je ne me battrais pas pour qu’un billet de blog soit cité dans une revue académique. Si quelqu’un utilise mes codes dans un article de recherche, je trouve légitime d’avoir un citation (sinon je pense qu’on peut parler de plagiat) mais je ne me battrais pas sur ce terrain car je pense le combat vain. Soyons lucide: si j’ai vraiment l’impression qu’un billet mérite plus, j’en ferais une version que je mettrais en ligne sur arxiv.org.  Cela dit,  dit, arxiv est à peine mieux qu’un blog: on ne peut – malheureusement – pas de contenter de publier en ligne sur arxiv . Souvenez-vous (ça vous est arrivé forcément un jour ou l’autre): comme tout le monde, vous lisez un article sur arxiv  (ou sur n’importe quel site de dépot de preprints, comme hal ou ssrn) et vous le citez, dans un article que vous soumettez. Si l’article est accepté, lors de la relecture, on vous demande “et cet article il n’a pas été publié depuis ?“. Et comme tout le monde, vous mettez à jour la référence, en citant la version publiée. Sans vraiment le lire (à la rigueur, on vérifie que le théorème 2.4 porte toujours le même nom… si on est plus courageux, que les hypothèses mentionnées n’ont pas changé depuis). Oui, sur ce point, le monde des l’édition est d’une hypocrisie infinie. Dans un monde idéal, les blog et les preprints seraient cités, mais on ne vit pas dans le monde des Bisounours (ou Calinours comme on dit à l’ouest de l’océan Atlantique, c’était la minute culturelle du billet)…

Mais je m’égare. La différence fondamentale est qu’un billet n’est qu’une ébauche d’article. Je m’autorise à mettre en ligne des morceaux de réflexions non abouties, sans véritable conclusion. Bref, mon blog est un carnet. Un carnet de recherche, et d’enseignement (c’est probablement pour cela que j’ai été ravi de le publier sur la plateforme hypotheses.org qui propose de publier des carnets de recherche, avec en plus un conseil scientifique). Je renvois aux (nombreux) billets de Mélodie Faury qui a beaucoup écrit – sur son blog infusoir.hypotheses.org sur l’utilité des carnets de recherche, à plusieurs billets de  parus sur reflexivites.hypotheses.org ou de  sur penseedudiscours.hypotheses.org, ou à l’incroyable blog blog.homo-numericus.net tenu par Marin Dacos et Pierre Mounier.

Tous ceux qui m’ont côtoyé ces dernières années le savent: je remplis des carnets. Des carnets à la fois de recherche, et d’enseignement.

https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/253/files/2013/03/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-03-08-a%CC%80-09.52.30-1024x647.png

(au risque de tuer un mythe, un chercheur 2.0 ça peut être ça: pas de téléphone cellulaire et un cahier pour faire des dessins)

Mais ces cahiers ne permettent de garder des traces que de réflexions, de lectures, de théorèmes, de notes prises pendant des exposés, mais pas de codes informatiques, peu d’algorithmes. Bref, le blog m’apporte un complément important à mes cahiers papiers. L’autre principale différence est que le blog est public, et mes cahiers (relativement) privés. Et le monde de la recherche ayant sa part de secrets et de mystères, j’avoue ne pas publier exactement c de billets exactement sur mes thèmes de recherche. Dans le billet sur les quantiles mentionné auparavant, je prends une illustration sur des séries de température, mais le papier de recherche (sur lequel je travaillais lorsque les questions sont apparus) porte sur un tout autre sujet. Oui, compte tenu de l’esprit de concurrence qui existe dans le milieu de la recherche, il convient de garder une part de secret. Mais on peut rester confidentiel sur ses activités de recherche tout en communiquant…

L’autre intérêt d’un blog est qu’il va plus loin qu’un carnet: si je recopie un article dans mon cahier, c’est une activité de recherche. Si je le recopie sur mon blog, c’est du plagiat. En fait, le blog oblige à restituer avec ses propres mots des choses lues ici ou là. Car il serait temps de l’avouer: si on blogue en tant qu’enseignant, on blogue pour ses élèves; alors que si on blogue en tant que chercheur, on blogue avant tout pour soi. Quand Djalil publie un billet intitulé Euclidean kernel random matrices in high dimension sur son (superbe) blog djalil.chafai.net, il ne blogue pour 100,000 lecteur. Enfin, je pense. Et lorsque je blogue sur des sujets pointus, je blogue pour moi. Pour me forcer à assimiler des notions, et à les réécrire. J’ai presque envie de dire que les lecteurs, je m’en fous: s’il y a des gens intéressés par mes billets, c’est tant mieux, mais si personne ne lit mes billets “de recherche”, ça ne changera pas grand chose…

Maintenant, pour revenir sur la confidentialité, si elle est de mise tant que le papier n’est pas fini, il convient de noter qu’une fois le papier fini, c’est le contraire: il faut le faire savoir, haut et fort. Et là aussi, je dois avouer que le blog a de grandes vertus. Il donne une exposition incroyable,et permet de faire connaître ses travaux. Par exemple, en 6 semaines, 710 ont lu l’article sur la température à Montréal sur  mon blog /2909. Sans compter ceux qui ont lu la version reprise par les agrégateurs, comme r-bloggers.com/… ou architects.dzone.com/… (plus de 1300 personnes l’ont vu sur ce dernier) ou via un flux RSS. Mais en plus des billets sur mon blog, j’ai l’impression que mes articles académiques sont aussi beaucoup consultés (dans un moindre mesure, bien sûr !). Je suis toujours surpris par mon h-index, qui me semble plus élevés que beaucoup de chercheurs biens meilleurs que moi. Et je pense que le blog aide. Je pense que des papiers sont cités par beaucoup de monde parce qu’ils apparaissent tôt dans les recherches sur Google, mes blogs ayant tous été très bien référencés. Une étude (http://arxiv.org/0212043 mentionnée sur http://washingtonmonthly.com/…) disait que les articles cités étaient souvent peu lus, et effectivement, pour être cité, il suffit d’être bien référencé. Aussi, alors que j’ai longtemps cru que tenir un blog actif était contre-productif pour mes activités de recherche (et effectivement, le temps passé à écrire dans le blog se fait parfois au détriment d’autres taches) j’en suis de moins en moins convaincu. Je pense que des papiers ont été cités parce qu’ils sont mentionnés sur le blog. Soit parce j’y mets les textes en ligne (même si je n’en avais pas vraiment le droit), soit parce qu’ils étaient – juste – bien référencés, soit – en étant moins cynique – parce que pour certains papiers, je mets de codes en ligne pour mettre en œuvre les techniques proposées (je pense au papier sur le lissage spatial, /2416, ou tous les billets qui ont entouré celui sur la modélisation de la canicule d’août 2003, tag/heatwave).

Je me suis aussi rendu compte que j’ai gagné du temps dans des papiers car j’aboutissais sur des concepts connexes que j’avais pu aborder sur mon blog (souvent pour m’amuser). Par exemple, dans nos travaux sur les tremblements de terres avec Mathieu, on manipule des shapefiles (/tag/binar). Et je suis très content d’avoir joué un temps sur mon blog sur des problèmes de pistolets à eaux, qui m’ont permis de manipuler certaines fonctions sur les polygones, cf /tag/water. Enfin, plusieurs invitations à des séminaires de rechercher ou des conférences académiques ont été faites parce que le blog donne une relative notoriété, et visibilité.

Histoire de conclure en faisant une boucle, mon billet sur l’enseignement (et l’activité de blogger) venait d’une demande spécifique de Robin. Or Robin avait fait parti d’un projet génial, à savoir le blog statisfaction.wordpress.com lancé il y a quelques années par des doctorants (et post-doctorants) en statistique, sur Paris. L’idée était géniale car elle leur donnait une visibilité incroyable dans la communauté scientifique, avec des informations sur les séminaires, les cours, et leurs activités de recherche. Il n’est pas étonnant de voir autant de blogs scientifiques tenus pas des doctorants – ou lancés alors qu’ils étaient doctorants – je pense par exemple à Corey à Montréal, bayesianbiologist.com ou a plusieurs blogs d’économie, comme le défunt (ou disons resté très longtemps inactif) ecopublix.eu ou mafeco.fr, par Emmeline et  Jean-Edouard, ou encore rationalitelimitee.wordpress.fr lancé par Cyril quand il était encore doctorant. Les doctorants étant les principaux producteurs de recherche, il est logique de les voir apparaître aussi clairement dans la communauté des bloggers tenant des blogs de recherche (pour ne pas dire des carnets de recherche).

Mais bon, il serait temps de clôturer la séries des billets bloguer, c’est génial (surtout que je me rend compte que mon billet part un peu dans tous les sens, et n’a pas la profondeur d’analyse que l’ont peut retrouver dans les blogs d’ hypotheses.org mentionnés auparavant) La prochaine fois, promis, un billet sur bloguer, c’est nul !

Enseigner, et bloguer

Petite introspection aujourd’hui, à la demande de Robin (et en français, car je pense que j’aurais déjà du mal dans une langue que je maitrise). Je n’ai jamais été très doué pour ce genre d’exercice, et je ne pense avoir aucune légitimité en la matière, mais si Robin me demande, je ne vois pas pourquoi refuser. La question était (je me permets de citer) “je me demandais si tu avais écris un billet “meta” sur ton utilisation du blog pour l’enseignement. Si non, ce serait très intéressant que tu en écrives un quand tu auras le temps” (Robin évoque ce point pour introduire son dernier billet, sur  http://robinryder.wordpress.com). Comme je n’ai publié aucun billet répondant à la question, je me lance.

Tout d’abord, mon blog n’est pas un blog de chercheur (comme peuvent l’être celui de Xi’an http://xianblog.wordpress.com/ ou de Djalil, http://djalil.chafai.net/blog/) pas un blog de point de vue sur l’enseignement supérieur et la recherche (comme celui de David http://david.monniaux.free.fr/, ou de Tom Roud http://tomroud.cafe-sciences.org/), pas un blog d’enseignement (euh, je ne sais pas s’il y en a, pour être sincère, ou alors je mettrais le blog improbable de Terry Tao, http://terrytao.wordpress.com/ mais ce qui est de l’enseignement pour lui ressemble à de la recherche pointue et novatrice….), ce n’est rien de tout ça. Ou c’est tout ça à la fois (et je crois que j’en tire une certaine fierté). Mais le fait est que ce blog (ou sa version primitive, https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/) est né via l’enseignement. Peut-être devrais-je revenir un peu en arrière, avant de faire un bilan après… bientôt cinq ans en tant que “blogger académique“.

  • la vie d’enseignant avant le blog

Oui, fut un temps ou j’enseignais sans tenir de blog en parallèle. Enfin, presque. Mon premier cours a été mon cours séries temporelles, théorie et applications aux masters Actuariat et Mathématiques de la Décision, en janvier 2002, à Dauphine.  Je m’en souviens, tout d’abord  car tous les profs se souviennent – je pense – de leur premier cours. Aussi parce qu’à l’époque je travaillais dans le privé comme on dit, et enseigner a été une révélation. Enfin, parce que ce cours aura été (je pense) à l’image de tous mes autres cours: j’étais enthousiaste, je préparais mes cours au dernier moment (en l’occurence, on m’a demandé avant les vacances de Noel si je pouvais assurer un cours de cinquième année au pied levé, au retour des vacances), et je me suis rendu compte que je ne pourrais jamais tout raconter dans un cours, et que je serais toujours affreusement brouillon.

A l’époque, je tapais des documents que je remettais toutes les semaines, qui ont pris la forme de notes de cours quelques années plus tard (qui sont d’ailleurs toujours en ligne sur le site http://193.51.89.161/st/, et que des générations d’étudiants auront cité, à mon grand étonnement). Et sur ma “page internet“, je mettais des liens pour aller plus loin, des liens vers des bases de données, etc. C’était le début d’internet, et on pouvait faire ce qu’on voulait. Je crois qu’à une époque, j’avais même mis une version pirate d’EViews sur la page, pour que les élèves l’installent sur leur PC. Bref, dès mon premier cours, je me souviens avoir pensé que le cours ne s’arrêterait pas aux trois heures de cours magistral, mais il me manquait un support informatique digne de nom.

Je me souviens aussi, pour mon cours de Chaines de Markov, avoir mis sur ma page perso (hébergé alors sur http://crest.fr/) des vidéos que j’utilisais dans mon cours pour montrer la convergence vers la loi limite. Là aussi, je m’étais dit que le polycopié de cours en pdf était un peu dépassé, qu’il manquait les animations que l’on pouvait mettre en ligne pour accompagner un cours (d’un point de vue technique, je suis constamment surpris d’ailleurs qu’on ne puisse insérer un gif animé dans un fichier pdf).

  • la vie d’enseignant qui découvre le blog

En 2008, j’ai rejoint Rennes 1, et le service informatique à l’époque poussait à créer des blogs, plus vivants que des pages persos. Sans être convaincu, je me suis lancé dans l’expérience. Si je n’y voyais aucun intérêt pour la recherche, je me souviens m’être dit que ce support pourrait justement me permettre d’éviter les pages statiques et brouillonnes que je pouvais avoir (je renvoie à la page de mon cours de séries temporelles, qui est encore en ligne sur cf http://193.51.89.161/st/).

Ma première motivation était de pouvoir mettre en ligne, après chaque cours, transparents, codes, bases de données, liens vers des ressources supplémentaires (en particulier je pouvais insister sur les aspects computationnels, que je ne peux aborder en cours, faute de temps, et souvent parce que ce n;est pas l’objet du cours). Bref, avoir sous le coude une espèce de carnet de route du cours. Et c’est comme ça que je voyais le blog, comme un carnet d’enseignant. En plus, j’ai longtemps eu tendance à improviser les cours en classe, au grès du vent, en navigant du tableau blanc à R, constamment ouvert pour illustrer tel ou tel point (je dois avouer que c’est à Bernard Ycart que j’ai emprunté le style, sans jamais réussir à l’égaler).

Ensuite, je me suis rendu compte que cela permettait d’éviter un problème qui m’agaçait depuis mon premier cours: beaucoup d’élèves n’osent pas prendre la parole en cours (ce que je comprends parfaitement, l’idée n’est aucunement de leur jeter la pierre), et un certain nombre venaient me voir à la pause, ou après le cours, pour me poser des questions. Pour les questions à la pause (je continue à fonctionner de cette manière), je les retiens, et je réponds collectivement lorsque le cours reprend, en partant du principe que si un élève ose poser une question, c’est que cinq se la posent aussi sans oser venir me voir. Donc la réponse intéresse tout le monde. Par contre, pour les questions de fin de cours, je trouvais que le blog permettait de répondre à ces questions, qui parfois étaient connexes à la matière vue en cours (je fais assez de digressions dans mon cours, inutile de rajouter de l’huile sur le feu).

Bref, le blog a permis de mettre en place une espèce de forum: quand je postais un billet, les élèves poursuivaient via les commentaires, ou par courriel pour les moins courageux, et le blog est devenu une espèce de forum. Avec le recul, je pense que cela tenait de l’incroyable dynamisme des étudiants que j’ai eu au master statistique et économétrie de Rennes, qui m’ont permis d’avoir un blog à la fois académique, mais un peu décalé, qui n’essayait pas de se prendre au sérieux. Je pense que si je suis devenu accro à mon blog, c’est à cause de cette promotion d’étudiants, qui arrivaient au début du master, en même temps que je prenais possession de mon poste à Rennes.

Avec un peu de recul, je pense qu’il fallait une sacré dose de naïveté pour penser que seuls les étudiants (et les copains) passeraient voir le blog. Car il y a une grande différence entre un forum lié à un cours et un blog ouvert sur le monde. Oui, il faut etre soit mégalo pour tenir un blog, soit oublier que le blog sera lu par plus de 60 utilisateurs (ce que j’appelais de la naïveté). Je me souviens que ça a été un choc de me rendre compte que le nombre de visiteurs n’était pas les 60 étudiants inscrits à mes cours, mais quelques centaines de millers de personnes, après quelques mois d’utilisation, que je ne connaissais pas.

Pour ceux qui veulent savoir dans quelle catégorie je suis, entre le mégalo et le naïf (car j’ai perdu ma naïveté) j’en rajouterais une troisième: il suffit d’être un vieil ours des cavernes, qui se contente de tenir un carnet de route de ses cours, tout en le mettant en accès ouvert, en espérant que ca aide quelqu’un, un jour.

  • un petit bilan avec plus de recul

Qu’en est-il avec cinq ans de recul ? J’avoue que je ne sais pas… Je ne sais pas si le blog est devenu trop sérieux, trop institutionnel (j’évite pourtant de le mettre dans les classements pour éviter de lui faire prendre plus d’importance qu’il ne mérite d’en avoir). J’ai aussi changé de type d’étudiants: en France, je n’ai jamais fait de cours en licence par exemple alors que je fais essentiellement des cours undergraduate à Montréal (mais c’est très lié aux différences fondamentales entre l’actuariat en Amérique du Nord et en Europe, il faudrait un billet entier sur le sujet). Mais force est de constater que ce n’est plus pareil…

L’enthousiasme que j’avais ressenti à Rennes a disparu. A la fin de la session d’automne, des élèves m’ont reproché de bloguer, et de ne pas utiliser moodle (“comme tous les profs“) et j’avoue ne pas avoir compris ce que cela signifiait.

Le dernier élève a avoir posté des commentaires sur le blog, je vais finir par lui proposer de l’encadrer pour son stage de maitrise… A croire que les étudiants sont intimidés par le blog. Cela dit, là encore je ne jetterais la pierre à personne car j’évite autant que possible de poster des commentaires sur les blogs des autres, essentiellement car je n’ai pas la main dessus. Je veux pouvoir effacer mes messages si j’en ai envie. Mais je suis surpris que les seules personnes qui me contactent par email (et ils sont nombreux) ne soient pas mes élèves…

Mais je m’égare. En fait, je tenais à dire qu’avec la migration de mon blog, je me pose beaucoup de questions sur le blog (surtout que Martin a transféré les messages en les mettant tous en pending: je dois rouvrir les billets pour demander à les remettre en ligne). A plusieurs reprises, je me suis demandé si je devais remettre en ligne des vieux billets de cours: le cours est fini, le billet n’intéresse (peut-être) plus personne. Je dois avouer que j’ai remis en ligne plusieurs vieux billets, pour une raison très simple: j’ai beau vieillir, les étudiants, eux, ne vieillissent pas, et me posent les mêmes questions que les étudiants qui avaient suivi le cours une ou deux sessions auparavant. Pour le cours que je donne cette session, il y a les billets que je mets en ligne, régulièrement, mais en plus, j’ai décidé, de rajouter avec le même code les billets passés. En fait – pour faire une petite remarque technique – je classais avant mes billets par un code cours-année. Je me rends compte que l’année ne sert à rien. Mieux vaut avoir une accumulation de billet pour un même cours.

Cela dit, ça semble perturber les étudiants. Là encore, je les comprends: comment s’y retrouver quand un prof demande de fouiller – mon fameux “va voir sur le blog, j’ai fait un billet sur le sujet au printemps 2009” – dans un blog avec plus de 1000 billets ? Ça peut intimider. Peut-être autant que la première fois que j’ai mis les pieds à la bibliothèque de maths de Jussieu (à l’époque) à Paris: on ne sais pas comment s’y retrouver. Ça prend du temps, et à la longue, on finit par s’y sentir comme chez soi, et par s’y retrouver. Et je pense que c’est pareil avec le blog. Il faut comprendre comment naviguer, entre les tags, les catégories, les pages.

Je me rends compte que mon billet a été plus long que prévu. Et que je ne crois pas avoir réussi à conclure. Je ne sais pas si bloguer sert à mes étudiants (si je ne blogue pas pour mes élèves, les courriels que je reçois me laissent croire que je blogue pour d’autres). Ce qui est clair, c’est que personnellement, bloguer me sert à préparer un cours, ça me permet de mieux m’organiser (c’est d’ailleurs un point que notait Simon dans son billet sur le sujet http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/…), de me laisser de la place pour ce que je n’ai pas le temps de faire au tableau (car oui, auparavant, je voulais tout dire au tableau, quitte à saturer les élèves). Mon blog, c’est la version électronique de mes cahiers, où je note tout. Je me souviens de tout ce que j’ai pu taper depuis 5 ans (je me souviens avoir été impressionné qu’Andrew Gelman se souvienne de billets écrits plusieurs mois auparavant sur son blog http://andrewgelman.com/, mais je dois avouer, avec le recul, qu’effectivement, on s’en souvient), et je sais que je peux y retrouver des choses, quand j’en ai besoin, pour un cours, par exemple. Maintenant, c’est vrai que c’est bordélique. Mais ceux qui trouvent mon blog mal rangé devraient un jour entrer dans mon bureau, ils changeraient d’avis !

Lecture de blog(s): quelques précautions

En finissant mon billet sur le million de pages vues en deux ans sur ce blog, je me suis rendu compte de l’énormité de la chose…. et je me suis dit qu’il convenait de faire une mise en garde (ça en fait des lecteurs potentiels pour mes élucubrations). L’écriture d’un blog est un exercice particulier. Contrairement à une page ouebe régulièrement mise à jour, dans un blog, on ne revient pas en arrière.

Ou plutôt pas complètement….Et les billets s’accumulent. Si un billet contient des fautes, je peux le reprendre, et je raye les fautes. Mais généralement, des lecteurs font des remarques qui éclairent le billet, et le font gagner en clarté. Contrairement aux blogs très fréquentés où les commentateurs sont là pour critiquer, souvent de manière malsaine, ou pour discuter entre eux, il y a peu de commentaires sur mon blog, et souvent, je trouve qu’ils corrigent bien mes imprécisions ou mes coquilles (comme ici).

Moralité, je recommande aux lecteurs intéressés de ne pas se contenter des billets, mais d’aller faire un tour sur les commentaires. Voilà, maintenant au boulot, il y a des billets à finir !

Prétentieux, va !

Depuis quelques semaines, mes billets sont presque exclusivement en anglais… En fait, même si je fais cours en français, et que la plupart de mes collègues ici parlent français, je me rends compte qu’on parle naturellement anglais…. en tous les cas plus naturellement qu’en France. Les séminaires sont toujours en anglais, dès qu’on discute à plus de 3, la probabilité qu’une personne ne parle pas français est tellement grande qu’on parle le plus souvent en anglais….

Finalement, comme toujours quand je ne suis pas en France, je trouve naturel d’écrire en anglais… (ok, d’essayer d’écrire quelque chose qui ressemble à de l’anglais). Mais hier soir, ma femme m’a fait remarqué que c’était prétentieux d’écrire en anglais… Et effectivement, quand je traîne sur les blogs francophones, presque tous sont exclusivement en français…. Bref, je me remets à douter.
J’ai vu l’autre jour que David Monniaux s’en prenait sur son blog à un édito de Jacques Julliard (ici), et d’ailleurs David publie de plus en plus en anglais ces derniers temps (en tous les cas dès que l’on quitte les sujets franco-français). J’ai vu aussi que de plus en plus de doctorants blogueurs se lancent en anglais…
Le débat reste ouvert, et je suis preneur de toutes les remarques….

“mais pourquoi tu fais ça ?”

Pour faire un billet sur mon expérience de blogueur depuis quelques mois, je pensais intituler mon billet “les blogueurs et les idiots“. Mais comme ça serait un peu long à expliquer (l’explication ne viendra qu’à la fin) j’ai préféré voler ce titre à un court texte de Gilles Stoltz dans le journal du CNRS1.

Je suis tombé un peu par hasard sur plusieurs blogs se posant des questions sur le rôle des blogs, et en particulier des blogs tenus par des chercheurs ou des scientifiques. Ayant la prétention de croire que je fais partie de ces deux catégories (au moins pour la première comme chercheur-du-dimanche comme je l’expliquais ici), j’ai été très intéressé par ces billets émanent de personnes ayant une réflexion sur le sujet, nettement plus nourrie que la mienne. En particulier, un premier billet  passionnant (ici) s’interroge sur ces chercheurs-blogueurs, “quand il blogue, le chercheur échappe aux mythes de la science livresque et froide pour se risquer à livrer en public la science en train de se faire, que Bruno Latour nomme la science chaude“.

Malheureusement (et c’est un sentiment que j’ai effectivement vécu au contact de collègues), les blogueurs sont critiqués (comme noté ici) “quelques chercheurs ont désormais pris l’habitude de bloguer régulièrement sur des sujets proches de leurs thématiques de recherche. Le phénomène parfois critiqué par une partie de la communauté scientifique, semble connaître si ce n’est un essor, un attrait du public“.

Et il est vrai que le blog n’est peut-être pas un médium classique pour un chercheur. “Le chercheur est souvent un être schizophrène. Il publie ses résultats scientifiques dans des revues à comité de lecture et réserve ses réflexions sur l’activité scientifique pour les discussions de la pause café ou la liste de diffusion de son institut. Ces deux sphères sont très peu perméables et hormis quelques publications grand public comme “Nature” ou les éditoriaux des revues, les canaux de publication formels sont rarement des espaces réflexifs“.

J’ai été tout particulièrement sensible à ce mot de Tom Round, “je m’autorise également à déborder (plus ou moins sérieusement) en donnant mon avis sur des sujets d’actualités plus généraux en essayant de garder un angle d’attaque scientifique“.

J’étais assez sceptique lorsque l’université de Rennes 1 [ce billet était initialement publié sur blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/…] nous a imposé de passer à un format de blog, avec – à terme – une suppression des pages personnelles, mais je dois avouer – une nouvelle fois – y avoir pris goût. Au delà des billets liés à des papiers publiés, des exposés faits ou des cours données, je prends un immense plaisir à entrer ainsi dans la sphère publique, et partager un savoir….Comme le notait le psychanalyste Jacques Hochman (ici) “dans l’antiquité classique, idiotes désigne la sphère privée et par extension celui qui ne participe pas à la vie publique“. C’est aussi un sens que confirme Volaire, cité dans leDictionnaire de la langue française2, d’Emile Littré (1875) “ce n’est point du tout pour faire une mauvaise plaisanterie qu’on a remarqué qu’idiot signifiait autrefois isolé, retiré du monde“. Autrement dit, les scientifiques qui ne partageraient pas avec le reste de la cité seraient – étymologiquement parlant – des idiots…. Quel dommage…

1 Gilles est Chargé de Recherche au CNRS et est en train d’écrire, avec Vincent Rivoirard un livre de stats à destination des élèves de master. Même si je n’aurais pas la prétention d’écrire des choses de la qualité de ce que fait Gilles dans ces travaux de recherche, je me retrouve assez dans son argumentation: “je leur racontais donc que j’écrivais ce manuel et ils s’étonnaient : « Mais pourquoi tu fais ca ? » Sous-entendu : cela ne sert à rien pour ta carrière et tu ferais mieux d’aligner des articles. A quoi je répliquais : « Parce que cela m’amuse et que j’ai l’impression qu’il sera utile pour les étudiants ! ». Or, j’ai longtemps pensé qu’une idée répandue dans le monde de la recherche en mathématiques (et notamment, dans les mathématiques les moins appliquées) était que notre activité avait une part prépondérante de gratuité — en somme, que nous faisions des mathématiques parce que cette activité nous plaisait, et que, ô délice suprême, un salaire venait souvent couronner le tout. Si écrire un manuel de statistiques (relativement avancé quand même !) me plaît, alors pourquoi réfréner cette envie ? Pourquoi devrais-je obligatoirement prendre plus de plaisir à écrire des articles, alors que ces derniers s’inscrivent dans une temporalité très différente et qui me plaît moins ?“.
2 en fait ma propre référence serait plutôt cité dans L’idiotie, de Jean-Yves Jouannais, dans la collection de livres de Beaux-Arts magazine.