Tag Archives: ACTINFO

Teasing for the Third Actuarial Pricing Game

We will launch within the next few days the Third Actuarial Pricing Game. The goal will be to replicate the behavior of insurance markets over time. There will be a first stage (January-February) where players will have to build a pricing model for motor insurance policies on the basis of 50,000 contracts observed Year 0 (characteristics of contracts, policyholder, and claims datasets). Proposals for premiums for Year 1 will have to be provided for the same contracts (updated for the age, the location, the car model, etc.). Players will use only the underwriting datasets to provide premiums for Year 1.

Between February 25th (deadline for the proposal for premiums) and March 1st, we will replicate an insurance market by creating competition among insurers (players), and by setting simple rules to match drivers and insurers (randomly among the cheapest at the beginning of the game, and then, as time goes by, we will add inertia, i.e. a tendency to stay with the same insurer if the latter is not too expensive). Once the drivers and the playees are matched we will provide claims information for the insured that each player has won. A new premium proposal must then be submitted at the end of Year 1 (i.e. at the end of March). Etc.

We will here try to replicate the a car insurance market over four years. The goal (for players) will be to maximize the profit of the insurance company over those four years. To make the game more realistic, insurers are assumed to have capital, and they can remain in the game only if their yearly loss ratio (claims over premium) is less than 150%. More information next week (rules, and training datasets).

La nécessaire transformation des métiers analytiques

Sur variances.eu, on continue la thèmatique Big Data du mois d’octobre, avec le point de vue de Baptiste Beaume, de Covéa, sur les aspects métiers.

L’arrivée puis la pérennisation du Big Data dans le monde professionnel impacte pleinement le marché de l’emploi : 130 000 créations de postes prévues en France d’ici 2020 (cf Plan Big Data) ou encore une pénurie annoncée, d’ici 2 ans, de 190 000 Data Scientist aux Etats Unis selon cf McKinsey. Ces profils à mi-chemin entre les statistiques et l’informatique devront être armés pour maîtriser les nouveaux types de données, les derniers outils ou langages mais aussi les méthodes pour exploiter toutes ces informations.

Ainsi de plus en plus de formations s’adaptent, voire se créent, pour proposer sur le marché ces CVs encore trop rares : ENSAE, Telecom Paris Tech, ENSAI, ENSIMAG, Polytechnique, Paris Dauphine, Telecom Nancy etc… Les étudiants d’aujourd’hui peuvent décider de prendre cette voie et ainsi s’assurer un bel avenir en termes d’employabilité – attention quand même à vivre une réelle histoire d’amour avec la donnée sans quoi le temps passé derrière un écran pourra sembler très long, la tension de ces profils sur le marché n’incitera pas les entreprises à les faire bifurquer vers d’autres domaines.

Les entreprises font actuellement toutes face à d’immenses enjeux de compétitivité liés à la maîtrise des données, la pénurie de Data Scientist n’en est que plus préoccupante dans une optique de recrutement. Cette problématique-là a toutefois tendance à en cacher une autre : quid des centaines de milliers de personnes qui ont déjà un métier analytique ? Des changements sont-ils à opérer ? Alors si oui lesquels ?

[à suivre….]

La prévention est probablement le seul levier sur lequel les assureurs peuvent utiliser les données personnelles

Interview sur le site de l’Institut Louis Bachelier.

Generali France – filiale française de l’assureur italien – lance le programme Vitality à partir du 1er janvier 2017. Ce contrat d’assurance santé prend en compte pour la première fois des informations personnelles (alimentation, poids, mode de vie…) renseignées directement en ligne par l’assuré.

Cette offre d’assurance santé sera proposée aux entreprises qui souhaitent y adhérer, tandis que leurs salariés pourront y souscrire sur la base du volontariat.

À partir des données collectées, le programme Vitality propose des recommandations aux assurés pour améliorer leur bien-être. Les bons comportements seront ensuite récompensés par des cadeaux et des bons d’achat chez les partenaires commerciaux de Generali. Cette démarche permet ainsi de contourner l’interdiction légale de baisser les tarifs des assureurs les plus vertueux.

Alors que ce contrat d’assurance suscite des critiques de la part de consommateurs, Arthur Charpentier, responsable scientifique de l’initiative de recherche « Valorisation et nouveaux usages actuariels de l’information » a répondu à nos questions. Interview.

Generali s’attaque au marché de l’assurance santé collective en se basant pour la première fois sur le comportement, quel est votre sentiment sur ce nouveau produit d’assurance ?

Le lancement d’un produit d’assurance santé, qui analyse les données personnelles, ne constitue pas une surprise en tant que telle. Beaucoup d’observateurs s’y attendaient, car depuis deux ans la plupart des acteurs du secteur sont en réflexion sur ce sujet. Par ailleurs, il faut noter que des produits d’assurance automobile – qui relèvent les données liées à la conduite via un boitier télématique – existent déjà.

Oui, mais l’assurance santé est une problématique assez sensible en France.

Certes, mais il est légitime pour Generali de mettre un pied dans l’assurance santé collective, à travers la collecte de données. C’est un marché très important qui complète le régime de base de la sécurité sociale.

Ce produit d’assurance relativement segmenté remet-il en cause le principe de mutualisation caractérisant le secteur de l’assurance ?

L’assurance est un mécanisme solidaire de transfert des risques entre des assurés et des assureurs, où les conditions dont la prime sont fixées en début de période. Dans ce contexte, la tarification des contrats d’assurance est basée sur une prévision, faite ex-ante, qui ne peut pas être remise en cause durant la durée de vie du contrat (souvent un an).

Toutefois, sur les plans économiques et actuariels, le principe de mutualisation n’est pas « juste », ce qui explique l’apparition d’un début de segmentation sur certains produits d’assurance, en particulier automobile pour les particuliers.

En outre, les assureurs se sont déjà engouffrés dans des brèches en faisant payer davantage les assurances santé des personnes qui portent des lunettes par exemple.

Generali évoque la prévention dans sa communication autour de son nouveau produit. Cet argument est-il pertinent ?

La prévention est probablement le seul levier sur lequel les assureurs peuvent utiliser les données personnelles. C’est sur ce créneau qu’ils ont un coup à jouer, car la prévention confère des gains à l’ensemble de la collectivité (assureurs, assurés, pouvoirs publics). D’autant plus que sur le plan actuariel, le système de prévention est sain et juste.

Néanmoins, certains aspects peuvent être discutables comme encourager la pratique d’un sport : si la pratique sportive réduit les risques cardiovasculaires ou l’obésité, elle augmente les risques de fractures.

D’une manière générale, les assureurs donnent tout de même l’impression de vouloir être intrusif. Qu’en pensez-vous ?

Classiquement, les assureurs utilisent des proxy de variables non observables pour deviner le comportement des assurés, comme l’âge du conducteur principal ou la couleur du véhicule en assurance automobile. Dans le futur, les assureurs voudront certainement utiliser des variables directement liées aux modes de vie (alcool, fatigue…), ce qui est plutôt logique économiquement.

Que se passerait-t-il pour les personnes qui ne souhaiteraient pas divulguer des informations aussi personnelles ?

Les assurés qui communiqueront leurs données personnelles auront des incitations à le faire. Dans le cas de Generali, les assurés, qui prendront des engagements quant à leurs habitudes de vie, obtiendront des cadeaux et des bons d’achat chez des partenaires de l’assureur. Néanmoins, les personnes qui ne voudront pas donner accès à des informations personnelles pourraient être pénalisées, ce qui serait contraire à l’éthique.

Plus globalement, les assurés peuvent-ils craindre pour leur vie privée ?

Il ne faut pas faire preuve de naïveté, les assureurs disposent de beaucoup moins de données personnelles que les banques ou les opérateurs de téléphonie. Sans parler des géants du web comme Facebook. Il n’y aura donc pas davantage de flicage. Par exemple, dans le cas de Generali, les données qu’ils collecteront ont déjà été certainement divulguées par les assurés à d’autres.

En revanche, il reste encore beaucoup d’incertitudes au niveau de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) qui n’a pas encore clarifié sa politique sur ce sujet. La législation peut ainsi évoluer très rapidement, car c’est un chantier énorme avec beaucoup de parties prenantes. Par conséquent, les assureurs continuent de s’interroger sur la manière d’exploiter le Big Data.

Big Data : la recherche s’expose

Vendredi matin, j’interviendrai à la journée “Big Data : la recherche s’expose” organisée par l’Institut Louis Bachelier au petit auditorium du palais Brongniart. Au programme

  • 9h00 : Accueil par Bertrand Villeneuve, Université Paris-Dauphine
  • 9h15-9h45 : René Aïd, IdR « Laboratoire Finance des Marchés de l’Energie », Fondation Institut Europlace de Finance.
  • 9h45 – 10h15 : Florence Jusot, Chaire « Santé », Fondation du Risque.
  • 10h15 – 10h45 : Pause-café
  • 10h45 – 11h15 : Emmanuel Bacry, Chaire « Marchés en Mutation », Fondation Institut Europlace de Finance.
  • 11h15 – 11h45 : Arthur Charpentier, IdR « Valorisation et Nouveaux Usages Actuariels de l’Information », Fondation du Risque.
  • 11h45 – 12h15 : Serge Darolles, IdR « Private Equity et Venture Capital », Fondation Institut Europlace de Finance.
  • 12h15 : Conclusion par Nizar Touzi, Ecole Polytechnique.
  • 12h30 : Buffet déjeuner
  • 14h00 : Fin de la Journée des Chaires 2016.

Je présenterais les résultats obtenus lors du pricing game obtenu cet automne (qui sera relancé, sous une forme actualisé, cet été.. à suivre donc).

Le principe de mutualisation est remis en cause par les données

Interview sur le site de l’Institut Louis Bachelier.

En quoi la massification des données bouleverse les principes de l’assurance ?

La base de l’assurance est de regrouper des personnes afin de constituer une mutualité. Le prix des primes est calculé de sorte à couvrir le coût moyen des sinistres de cette mutualité.

L’arrivée de nouvelles données commence à remettre en cause ce principe de mutualisation, au profit d’assurances à la carte. La segmentation en fonction du profil de l’assuré est de plus en plus fine.

Différencier les produits et tarifs en fonction des caractéristiques du client, comme son âge ou son lieu d’habitation, n’est pas nouveau…

La segmentation a toujours existé. Un jeune conducteur, par exemple, paie davantage qu’un conducteur plus expérimenté. Mais elle peut s’effectuer aujourd’hui à un niveau beaucoup plus fin grâce aux données GPS ou celles des objets connectés notamment. La question est donc de savoir jusqu’où il est souhaitable d’aller ? Quel est le bon équilibre entre segmentation et mutualisation ?

Si on exclut l’idée de faire du bénéfice (ce qui n’est pas la vocation des mutuelles), l’assurance est « un «jeu à somme nulle ». Autrement dit, si les tarifs de certains clients baissent, d’autres augmenteront nécessairement, au risque d’exclure certaines personnes du marché, comme cela a pu être le cas pour les jeunes conducteurs en Irlande, avec des tarifs proposés très élevés.

Il s’agit donc d’une vraie question de société sur laquelle la recherche peut apporter des éléments de réponse.

Les assureurs ne seront-ils pas tentés de choisir uniquement les profils les moins risqués ?

Certains assureurs peuvent être tentés de chercher des niches, des segments peu risqués, et plus profitables. Mais la recherche de niche est un jeu dangereux. Il devient de plus en plus dur de distinguer le signal du bruit, et de s’assurer que la niche perdurera dans le temps. Il faut aussi tenir compte de biais de sélection dans la base.

Quels sont les autres risques d’une sur segmentation ?

En s’appuyant sur une plus large base d’informations, des compagnies vont mener des stratégies tarifaires assez agressives. Cela risque de générer une forte volatilité des primes d’assurance et d’entrainer d’importants mouvements chez les assurés.

Encourager la concurrence entre les compagnies d’assurance n’est-il pas souhaitable?

D’importants mouvements des assurés peuvent en tous cas soulever certaines problématiques. Aujourd’hui, les assureurs gardent souvent leurs clients plusieurs années et peuvent donc mutualiser les risques et les coûts associés dans le temps. Les jeunes conducteurs ont toujours plus d’accidents que la moyenne, mais avec les années d’expérience, leurs risques diminuent. Une compagnie peut donc accepter d’assurer un nouveau conducteur, à un tarif raisonnable, en misant sur le fait qu’elle le conservera comme client les années suivantes. Cette mutualisation dans le temps ne sera plus possible si les assurés deviennent plus volatiles.

Leurs comportement sont encore mal connus et compris. Au-delà de la tarification et de la création de produits, l’arrivée de nouvelles données peut aider à mieux les comprendre: pourquoi choisit-on un contrat plutôt qu’un autre ? Dans le cas des couvertures non-obligatoires, pourquoi décidons-nous de nous assurer ou pas ? Les données permettent de s’intéresser à l’assurance en tant qu’activité économique.

Les assureurs s’appuient sur des modèles mathématiques afin de prédire la sinistralité de leur portefeuille. L’ajout de nouvelles données peut-il permettre d’améliorer ces prédictions ?

Les algorithmes permettent déjà de prédire de façon très fine la probabilité qu’un sinistre survienne dans l’année. Les nouvelles données ne vont rien changer sur ce point tant que le cycle de production ne sera pas inversé. Par contre, elles seront certainement utiles sur le plan de la prévention. Grâce aux objets connectés, ou encore aux voitures intelligentes, il est désormais possible de détecter les comportements à risque. Des actions de prévention adéquates pourraient alors être mise en place.

Chaire de Recherche, actinfo

Je n’avais pas trop eu l’occasion d’en parler, mais avec Romuald Elie, professeur à l’université Paris-Est, on porte – depuis la fin 2015 – une chaire de recherche financée par Covéa (réunissant notamment les marques GMF, MAAF et MMA), sur les usages de l’information en assurance, sur la compréhension des mécanismes de marché d’un marché de plus en plus segmenté et des contradictions avec l’hypothèse de mutualisation des risques. Cette chaire, valorisation et nouveau usages actuariel de l’information – le petit nom est actinfo – est soutenue par le GENES, l’université Paris Est et l’université de Rennes 1. Un blog dédié permettra de disséminer la recherche qui sera menée dans le cadre de cette chaire, actinfo.hypotheses.org. A suivre….