Le retour des abeilles

Suite à mon précédant billet, “Maudites Abeilles“, j’ai eu des commentaires sur le blog, mais aussi sur Twitter pour me dire que malgré tout, il y avait bien une chance sur deux pour avoir un chemin bleu permettant de connecter les deux régions bleues, celle au nord et celle au sud.

En effet, dans le problème de base, les régions sont colorées, et le problème n’est pas l’existence d’un chemin, mais l’existence d’un chemin de la bonne couleur. Il faut juste rajouter une petite ligne pour spécifier la couleur du chemin

> simu2=function(d){
+ C=sample(c(rep(1,d^2/2),rep(2,d^2/2)),size=d^2)
+ B=NULL
+ for(i in 1:(d^2)){
+ x=rep(i,6)
+ y=c(i-d,i-d+1,i-1,i+1,i+d-1,i+d)
+ if(i%%d==1) y=c(i-d,i-d+1,NA,i+1,NA,i+d)
+ if(i%%d==0) y=c(i-d,NA,i-1,NA,i+d-1,i+d)
+ D=data.frame(x,y)
+ D=D[(D$y>=1)&(D$y<=d^2),] + B=rbind(B,D[which((C[D$y]==C[D$x])&(C[D$x]==1)),]) + } + B=B[(B[,2]>=1)&(B[,2]<=d^2),] + G=as.vector(t(B)) + G_iter=connect(make_graph(G), d^2) + connectpt=function(x) as.numeric(adjacent_vertices(G_iter,x)[[1]]) + sum(unlist(Vectorize(connectpt)(1:d))%in%(d^2+1-(1:d)))>0}
> appr=function(d,nsimu) mean(Vectorize(simu2)(rep(d,nsimu)))
> appr(4,10000)
[1] 0.4993

et en effet, il y a une chance sur deux de trouver un chemin bleu permettant de connecter les deux régions bleues. Mais comme je le disais hier, j’ai du mal avec l’argument de symétrie évoqué dans la “correction”.

Maudites Abeilles

Pendant les “vacances”, j’étais avec les enfants (le plus grand et la plus petite) au palais de la découverte, à Paris, à l’exposition temporaire “faîtes vos jeux“. Comme toujours, je suis surpris quand je compare les musées de sciences, et les musées de sciences (j’avais fait un billet voilà quelques années en comparant le MoMaths et le Gugenheim, à New York City). Autant ma grande fille est autant intéressée par les tableaux que par les sciences, autant les deux autres préfèrent mille fois les seconds au premier. On a d’ailleurs passé plus de 4 heures au musée (dont une à faire toutes les animations de “faîtes vos jeux“), il a fallu y aller parce que j’avais une réunion de boulot (oui, les parisiens n’étaient pas en vacances, et j’avais une réunion impossible à déplacer). D’où les guillemets à “vacances” (le second jour de notre excursion, c’était une intervention de deux heures en fin d’après midi).

Mais je m’égare… A un des stands de l’animation, il avait le défi des abeilles,

Sur notre “damier” 8×8 (ici), on a 32 cases bleues et 32 rouges (ou oranges), et on cherche la probabilité qu’un chemin permette de passer d’un côté à l’autre. Sur le moment, le problème m’a pas mal pris la tête, et je me disais que la réponse devait être compliquée… en tout cas, que ça n’était pas aussi simple que ça…

En ligne, on peut trouver le guide de l’enseignant qui apporte des compléments aux divers ateliers, et qui propose, en l’occurrence, une solution

La réponse serait-ici 1/2. Mais la réponse ne me satisfait pas, en particulier la phrase “son absence à l’inverse impose un chemin orange” qui suppose qu’il existe forcément un chemin, soit rouge, soit bleu, pour passer d’un côté à l’autre, ce qui ne me semble pas trivial ! Quant

Par exemple sur le damier 4×4 ci-dessous,

il n’existe aucun chemin rouge allant  du bas vers le haut, et aucun chemin bleu non plus ! Et si on regarde, il existe (au moins) un chemin rouge allant de la gauche vers la droite, et un chemin bleu. Bref, la réponse 1/2 me semble douteuse….  Pour ceux qui veulent de vrai hasard (mais qui a autant de chance d’apparaître que celui au dessus), on a le graph ci-dessous

Mais maintenant essayons de la calculer cette probabilité. Par simulations au moins. Regardons un damier,

on peut le visualiser sous forme d’une matrice

ou en décalant un peu d’une matrice carrée 4×4 (ici)

Si on regarde ce que sont les voisins (afin de faire un chemin), sur le schéma initial, on cherchait les configuration suivantes

ce qui, dans notre matrice, correspond aux éléments ci-dessous,

Bref, on va pouvoir connecter des points d’un graph, et regarder si les 4 premiers éléments du graphs sont connectés aux 4 derniers

(le but est désormais de savoir si le nord et le sud connectent, peu importe la couleur). On peut commencer par créer le graph

d=4
set.seed(1)
C=sample(c(rep(1,d^2/2),rep(2,d^2/2)),size=d^2)
M=matrix(C,d,d)
> M
[,1] [,2] [,3] [,4]
[1,] 1 1 2 2
[2,] 1 2 1 1
[3,] 2 2 1 1
[4,] 2 2 1 2

ce qui correspond bien à notre matrice ci-dessous

On va alors créer le graph, c’est à dire chercher les noeuds qui communiquent

library(igraph)
B=NULL
for(i in 1:(d^2)){
x=rep(i,6)
y=c(i-d,i-d+1,i-1,i+1,i+d-1,i+d)
if(i%%d==1) y=c(i-d,i-d+1,NA,i+1,NA,i+d)
if(i%%d==0) y=c(i-d,NA,i-1,NA,i+d-1,i+d)
D=data.frame(x,y)
D=D[(D$y>=1)&(D$y<=d^2),] B=rbind(B,D[which(C[D$y]==C[D$x]),]) } B=B[(B[,2]>=1)&(B[,2]<=d^2),]
G=as.vector(t(B))
m=make_graph(G)

On peut ainsi voir ici que 1 communique avec 2, et 5

> B[B$x==1,]
x y
4 1 2
6 1 5

On peut d’ailleurs visualiser le graph, et voir qu’il est constitué de 4 graphs disjoints,

> plot(m)

(le coin 16 étant isolé, sans connection avec le reste – étrangement – il n’apparait pas sur le graph)

Pour trouver tous les points qui communiquent entre eux, on peut itérer un peu (voire beaucoup, peu importe)

G_iter=connect(make_graph(G), d^2)
connectpt=function(x) as.numeric(adjacent_vertices(G_iter,x)[[1]])

Ici, le nord et le sud communiquent s’il y a au moins un chemin (peu importe la longueur)

sum(unlist(Vectorize(connectpt)(1:d))%in%(d^2+1-(1:d)))>0

On peut alors une petite fonction, qui va générer une répartition des couleurs sur un damier carré (de longueur paire)

simu=function(d){
C=sample(c(rep(1,d^2/2),rep(2,d^2/2)),size=d^2)
B=NULL
for(i in 1:(d^2)){
x=rep(i,6)
y=c(i-d,i-d+1,i-1,i+1,i+d-1,i+d)
if(i%%d==1) y=c(i-d,i-d+1,NA,i+1,NA,i+d)
if(i%%d==0) y=c(i-d,NA,i-1,NA,i+d-1,i+d)
D=data.frame(x,y)
D=D[(D$y>=1)&(D$y<=d^2),] B=rbind(B,D[which(C[D$y]==C[D$x]),]) } B=B[(B[,2]>=1)&(B[,2]<=d^2),] G=as.vector(t(B)) G_iter=connect(make_graph(G), d^2) connectpt=function(x) as.numeric(adjacent_vertices(G_iter,x)[[1]]) sum(unlist(Vectorize(connectpt)(1:d))%in%(d^2+1-(1:d)))>0}

On peut alors construire la fonction suivante, pour faire un peu de monte carlo

appr=function(d,nsimu) mean(Vectorize(simu)(rep(d,nsimu)))

Par exemple sur notre damier 4×4, on a environ 3 chances sur 4 d’avoir un chemin (peu importe sa couleur) qui permette de rejoindre le sud depuis le nord

> appr(4,10000)
[1] 0.7446

alors que sur le 8×8 du palais de la découverte, on a

> appr(8,10000)
[1] 0.7805

78% de chances (un peu plus). Ce qui semble confirmer qu’il n’y a pas forcément un chemin permettant d’aller du nord au sud.

On peut d’ailleurs faire un petit dessin pour noter que quand la dimension du damier augmente (je n’ai pas tenté ici le cas impair – avec une case de plus d’une certaine couleur), la probabilité de trouver au moins un chemin semblerait augmenter (même si ça reste à prouver, et en particulier, je serais curieux de voire vers quoi ça converge…)

 

Visualiser les résultats du premier tour

Juste quelques lignes de code, pour visualiser les résultats du premier tour en France. L’idée est de faire une carte assez minimaliste, avec des cercles centrés sur les centroïdes des départements. On commence par récupérer les données pour le fond de carte, un fichier 7z sur le site de l’ign.

download.file("https://wxs-telechargement.ign.fr/oikr5jryiph0iwhw36053ptm/telechargement/inspire/GEOFLA_THEME-DEPARTEMENTS_2016$GEOFLA_2-2_DEPARTEMENT_SHP_LAMB93_FXX_2016-06-28/file/GEOFLA_2-2_DEPARTEMENT_SHP_LAMB93_FXX_2016-06-28.7z",destfile = "dpt.7z")

On a dans ce fichier des informations sur les centroïdes

library(maptools)
library(maps)
departements<-readShapeSpatial("DEPARTEMENT.SHP")
plot(departements)
points(departements@data$X_CENTROID,departements@data$Y_CENTROID,pch=19,col="red")

Comme ça ne marche pas très bien, on va le refaire à la main, par exemple pour l’Ille-et-Vilaine,

pos=which(departements@data[,"CODE_DEPT"]==35)
Poly_35=departements[pos,]
plot(departements)
plot(Poly_35,col="yellow",add=TRUE)
departements@data[pos,c("X_CENTROID","Y_CENTROID")]
points(departements@data[pos,c("X_CENTROID","Y_CENTROID")],pch=19,col="red")
library(rgeos)
(ctd=gCentroid(Poly_35,byid=TRUE))
points(ctd,pch=19,col="blue")

Comme ça marche mieux, on va utiliser ces centroïdes.

ctd=as.data.frame(gCentroid(departements,byid=TRUE))
plot(departements)
points(ctd,pch=19,col="blue")

Maintenant, il nous faut les résultats des élections, par département. On peut aller scraper le site du ministère d’ intérieur. On a une page par département, donc c’est facile de parcourir. Par contre, dans l’adresse url, il faut le code région. Comme je suis un peu fainéant, au lieu de faire une table de correspondance, on teste tout, jusqu’à ce que ça marche. L’idée est d’aller cherche le nombre de voix obtenues par un des candidats.

candidat="M. Emmanuel MACRON"
library(XML)
voix=function(no=35){
testurl=FALSE
i=1
vect_reg=c("084","027","053","024","094","044","032","028","075","076","052",
"093","011","001","002","003","004")
region=NA
while((testurl==FALSE)&(i<=20)){
reg=vect_reg[i]
nodpt=paste("0",no,sep="")
# if(!is.na(as.numeric(no))){if(as.numeric(no)<10) nodpt=paste("00",no,sep="")}
url=paste("http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/",reg,"/",nodpt,"/index.html",sep="")
test=try(htmlParse(url),silent =TRUE)
if(!inherits(test, "try-error")){testurl=TRUE
region=reg}
i=i+1
}
tabs tab=tabs[[2]]
nb=tab[tab[,1]==candidat,"Voix"]
a<-unlist(strsplit(as.character(nb)," "))
as.numeric(paste(a,collapse=""))}

On peut alors tester

> voix(35)
[1] 84648

Comme ça semble marcher, on le fait pour tous les départements

liste_dpt=departements@data$CODE_DEPT
nbvoix=Vectorize(voix)(liste_dpt)

On peut alors visualiser sur une carte.

plot(departements,border=NA)
points(ctd,pch=19,col=rgb(1,0,0,.25),cex=nbvoix/50000)

Et on peut aussi tenter pour une autre candidate,

candidat="Mme Marine LE PEN"

et on obtient la carte suivante

plot(departements,border=NA)
points(ctd,pch=19,col=rgb(0,0,1,.25),cex=nbvoix/50000)

CartoStats, la Cartographie Statistique

Début juin, une jolie conférence sera organisée à Paris-Diderot, intitulée CartoStats. Au programme:

1. Nouvelles compositions graphiques
– Gilles Palsky (Université Paris 1)
– Karine Hurel (CGET)
– Philippe Rekacewicz (Visions Carto)
2. Nouvelles méthodes, nouveaux outils
– Hervé Paris (Alter Carto)
– Claire Cunty (Université de Lyon 2)
– Boris Mericksay (Université de Rennes 2)
– Timothée Giraud et Nicolas Lambert (CNRS )
3. Nouveaux usages
– Myriam Baron (Université Paris-Est Créteil)
– Arthur Charpentier (Université de Rennes 1)
– Etienne Côme (IFSTTAR)

 

Visualizing (censored) lifetime distributions

There are now more than 10,000 R packages available from CRAN, much more if you include those available only on github. So, to be honest, it become difficult to know all of them. But sometimes, you discover a nice function in one of them, and that is really awesome. Consider for instance some (standard) censored lifetime data,

n=10000
idx=sample(1:4,size=n,replace=TRUE)
pd=LETTERS[idx]
lambda=1+(idx-1)/3
t=rexp(n,lambda)
x=rexp(n)
c=t>x
y=pmin(t,x)
df=data.frame(time=y,status=c,product=pd)

(yes, I will generate them here). Consider Kaplan-Meier estimator of the survival function,

library(survival)
km.base = survfit( Surv(time,status) ~ 1  , data = df )
plot(km.base)

This week end, Anat (currently finishing the Data Science for Actuaries program) made me discover a nice R function, to add information to that graph (well, not that graph, since it will be a ggplot version, but the same survival distribution plot)

library(ggplot2)
library(survminer)
ggsurvplot(km.base, main = "", color = "blue" , censor = FALSE, xlim = c(0,3), risk.table = TRUE ,
risk.table.col = "blue" , risk.table.height = 0.2, risk.table.title = "" , legend.labs = "All" , legend.title = "" , break.time.by = 1, xlab = "" , ylab = "")

This is more interesting when we have different lifetimes

km.prod = survfit( Surv(time,status) ~ product  , data = df )
ggsurvplot(km.prod, main = "", censor = FALSE, xlim = c(0,3), risk.table = TRUE , risk.table.col = "strata" , risk.table.height = 0.3, risk.table.title = "" , legend.labs = LETTERS[1:4] , legend.title = "" , break.time.by = 1, xlab = "" , ylab = "")

or, with a different time granularity

ggsurvplot(km.prod, main = "", censor = FALSE, xlim = c(0,3), risk.table = TRUE , risk.table.col = "strata" , risk.table.height = 0.3, risk.table.title = "" , legend.labs = LETTERS[1:4] , legend.title = "" , break.time.by = .5, xlab = "" , ylab = "")

Nice, isn’t it?

Sondages, intentions de vote et “vote utile”

Il y a plusieurs semaines, Ashley Kirk et Patrick Scott publiaient French presidential election: How the polls are shaping up in the race to become president. Force est de constater qu’ils avaient raison: les sondages prennent une place essentielle dans cette période électorale.

Avant, une précaution d’usage s’impose, je pense. Les instituts de sondages le rappellent sans cesse, et ils ont raison : leur métier n’est pas véritablement de faire des sondages d’intention de vote. L’essentiel de leurs revenus vient des études de marché,
et d’opinion, généralement pour le compte d’entreprises privées. Néanmoins, les élections sont une fabuleuse vitrine publicitaire. On peut alors imaginer que l’institut qui aura “prédit” le scrutin avec la plus grande précision devrait s’assurer une rente pour les mois – voire les années – à venir. Cette vitrine publicitaire serait importante car elle empêcherait aux instituts de prendre parti : ils ont intérêt à prédire aussi précisément que possible, probablement plus que chercher à influencer les votes. Mais est-ce aussi simple ?

Depuis une quizaine d’années, on voit régulièrement ressurgir le concept de « vote utile ». Ce concept est particulièrement important en France, pour les élections présidentielles, compte tenu du système de vote : un vote en deux tours, avec seulement les deux meilleurs au second tour. Qui dit “meilleur” dit positionnement relatif, et donc importance du vote des autres. Quelque part, mon vote est important, mais celui des autres l’est tout autant (sinon plus). Pour voter de manière rationnelle, il faut savoir comment les autres vont voter. Et comme souvent dans un jeu statégique – et les élections en sont – l’information joue un rôle essentiel.

Lorsqu’un élécteur ne sait pas quel sera le vote des autres, il aura – a priori – intérêt à voter pour son candidat préféré, Mais si ce même électeur a des croyances quant au vote des autres, il peut avoir intérêt à modifier stratégiquement son choix, en votant pour son second, voire son troisième choix : on parlera alors de « vote utile ». Sans information sur les choix des autres (ou leurs stratégie), il ne peut pas y avoir de comportement stratégique. Et force est de constater que les “sondages” (terme générique pour désigner les estimations d’intension de vote) sont devenus des instruments essentiels pour déterminer justement quel sera le choix des autres électeurs.

Les sondages sont devenus l’élément central du vote stratégique, surtout s’ils sont présenté comme fournissant une information précise, voire “statistiquement rigoureuse” des intentions de vote. Les sondages deviennent alors auto-réalisateurs s’ils poussent à voter pour des candidats qui affichent le plus de chances de gagner, ce qu’on appelle communément le « vote utile ». Mais on peut aussi imaginer des stratégies inverses : si mon candidat préféré a 40% d’intention de votes, dans les derniers sondages, a-t-il vraiment besoin de ma voix ? Ne pourrais-je pas éviter de perdre du temps en allant voter ?

Bref, j’ai encore du mal à comprendre le rôle exact des sondages dans les élections, mais ils sont loin d’être neutres. Et j’ai l’impression que comprendre ce mécanisme est plus important pour quantifier les “marges d’erreurs” que toutes les méthodes statistiques que l’on peut imaginer (dont je parlais dans un précédent billet). Et les sondages en période électorale semblent relever davantage de la théorie des jeux que des problèmes d’inférence statistique.

C’est normal ! (partie 1) et si la normalité n’existait pas?

Il y a quelques semaines, je discutais avec une collègue juriste (alors que j’essayais de glaner des statistiques juridiques), et alors que l’on parlait alors de la lenteur de l’instruction, ou de l’inversion de la charge de la preuve (je ne me souviens plus) j’ai été supris qu’elle me dise que “c’est normal“. Je sais qu’un juriste et un statisticien ne donnent pas forcément le même sens aux mots, et cette phrase m’a dérangé parce qu’une situation qui pourrait sembler “normale” (car observée régulièrement) n’est pas pour autant “juste” (c’est le paradoxe is/ought de Hume, mais j’en parlerais dans un autre billet).

Le point de départ est de comprendre ce qu’est la normalité “empirique”, telle qu’observée dans une population. Ce qui pourrait être “normal” pour un statisticien. Pour commencer, je pensais revenir sur un exemple raconté dans The End of Average de Todd Rose, qui essaye de montrer, exemples à l’appui, que l’homme moyen n’existe pas.

  • L’homme moyen de Quételet

Au XIXème siècle, si plusieurs astronomes mesuraient la vitesse d’un même objet céleste, ils obtenaient (souvent) plusieurs mesures différentes. Pour savoir “laquelle” utiliser dans leurs calculs, l’idée d’utiliser “la méthode des moyennes” s’est rapidement imposée – comme le rappelle Stahl (2006), et surtout Sheynin (1973) – cette “moyenne” ayant une précision plus grande que n’importe quelle autre grandeur (ou dirait aujourd’hui “statistique”).

Adolphe Quetelet fut, semble-t-il, le premier à appliquer ce calcul de moyennes à des mesures humaines, introduisant son fameux concept d'”homme moyen”. Comme j’en avais parlé dans un précédant billet, la moyenne est une grande particulière, dont le sens n’est pas forcément clair. Si on définit la moyenne à l’aide d’une minimisation d’erreur quadratique, on a une interprétation en terme de prévision (on retrouve ici la notion de mesure elicitable dont je parlais dans mon dernier cours): la taille moyenne est la taille de “devrait” mesurer une personne tirée au hasard (à une variation aléatoire – et imprévisible – près). En 1846 dans une lettre (publiée dans l’ouvrage Lettres sur la théorie des probabilités, appliquée aux sciences morales) Adolphe Quételet utilise l’image de la statue du gladiateur pour expliquer ce que peut être l’homme moyen.

  • L’interprétation de Francis Galton

Ce homme moyen a beaucoup plu à l’époque, en particulier au sein de l’école anglaise eugéniste, dirigée à l’époque par Francis Galton, même si ce dernier s’intéresse surtout aux déviations par rapport à cette norme (déviation vers le haut et déviation vers le bas). Comme le rappelle Bulmer (2004),the deviations from that average—upwards towards genius, and downwards towards stupidity—must follow the law that governs deviations from all true averages“. Les travaux de Galton ont visé à comprendre ces déviations. Si Florence Nightingale affirmait que “the Average Man is God’s Will“, Galton de son côté s’intéressait davantage au caractère héréditaire. Mais cet “homme moyen” a-t-il pour autant du sens ?

  • L’être humain moyen n’existe pas

Une anecdote intéressante est celle de deux statues, à Cleveland, celles de Norma et Normann. L’artiste Abram Belskie et l’obstetricien Robert Latou Dickinson ont réalisé ensemble ces statues, en 1943. La particularité est qu’aucun modèle n’a été représenté. En fait, il s’agissait de représenter une femme et un homme qui avaient les mensurations moyennes de l’époque.

Une fois ces statues réalisées, un concours a été organisé pour trouver qui ces statues pouvaient bien représenter. Plusieurs milliers de personnes de l’Ohio ont envoyé leurs mensurations, mais aucun ne correspondaient à celles des statues. Certes, plusieurs centaines avaient la même taille. Plusieurs centaines avaient le même tour de poitrine. Mais aucune n’avait toutes les bonnes mesures. Car comme l’explique Todd Rose, l’homme n’est pas unidimensionnel: c’est sur plusieurs dimensions qu’on le mesure.

Et chercher à le résumer en une grandeur unidimensionnel est beaucoup trop réducteur. C’est ce qu’il montre dans son livre sur les tests d’intelligence, par exemple, où un même QI peut être associé à deux personnes très différentes.

Pareil pour décider de recruter quelqu’un, se focaliser sur un seul indicateur n’a pas de sens. Le soucis quand on travaille dans un contexte multivarié, c’est que la moyenne perd de son sens. Pour reprendre le titre d’un billet mis en ligne voilà 6 mois, être moyen peut être extraordinaire.

  • La malédiction de la dimension (en grande dimension, l’espace est très vide…)

En fait, ce problème est bien connu par les statisticiens, sous le nom de “fléau de la dimension“. Prenons un exemple simple: supposons qu’une grandeur d’intérêt suive une loi normale https://latex.codecogs.com/gif.latex?\mathcal{N}(\mu,\sigma^2), par exemple le poids, la taille, le tour de poitrine, etc. On pourrait dire que la norme, c’est se trouver dans un intervalle https://latex.codecogs.com/gif.latex?[\mu\pm%201.5%20\cdot\sigma]. Si on a une loi normale, cette situation survient dans 85% des cas,

> (1-2*pnorm(-1.5))
[1] 0.8663856

Et 15% seront vues comme “anormales”. Elles peuvent être anormalement petites, ou anormalement grandes. C’est le dessin ci-dessous: on regarde ici seulement une dimension

On peut maintenant regarder deux dimensions, le poids et la taille, par exemple. La norme serait ici que dans les deux dimensions, on soit dans l’intervalle https://latex.codecogs.com/gif.latex?[\mu\pm%201.5%20\cdot\sigma]. Si les grandeurs sont indépendantes, la probabilité que les deux grandeurs soient “normale” est de 75%

> (1-2*pnorm(-1.5))^2
[1] 0.750624

En dimension deux, 75% des observations sont “normales”, et 25% sont “anormales”

En dimension 3, on passe à 65%

> (1-2*pnorm(-1.5))^3
[1] 0.6503298

pour 35% d’observations “anormales” (plus du tiers)

Etc. En dimension cinq, on passe en dessous de 50%

> (1-2*pnorm(-1.5))^5
[1] 0.4881532

autrement dit, être dans la norme dans les 5 dimensions, ce n’est plus le cas de la majorité. Et en dimension vingt, ceux qui sont “normaux” sont plutôt atypiques, avec une proportion de l’ordre de 5%,

> (1-2*pnorm(-1.5))^20
[1] 0.0567838

Bref, la normalité est un concept particulièrement étrange sur le plan empirique, car intuitivement associé à l’idée d’une majorité. Alors que ce n’est pas le cas, la normalité étant justement atypique.