Category Archives: Conferences

Cube COSO

En préparant mes slides pour la conférence ERM – enterprise risk management – pour la Banque de France (ici), je n’ai pu m’empêcher de chercher des références sur la formalisation du COSO (le fameux référentiel de contrôle interne du Committee Of Sponsoring Organizations of the Treadway Commission utilisé dans le cadre de la mise en place des dispositions relevant de la loi Sarbanes-Oxley aux Etats-Unis). On y trouve en particulier une description assez fournie des risques, avec

  •  l’identification des événements potientiels (tendances, événements passés)
  •  l’évaluation des risques (risque inhérent, risque résiduel) ,
  •  les réponses aux risques (catégorisation des types de réponses).

(que l’on retrouvait déjà évoqué dans un vieux billet, ici). De manière visuelle, on retrouve d’ailleurs souvent le fameux cube,

parfois plus connu dans sa version couleur,

Mais en cherchant un peu, j’ai retrouvé cette représentation dans un vieux papier de Matthias Haller dans les Geneva Papers on Risk and Insurance de 1976, dans un papier intitulé “les objectifs du risk management“,

Workshop in Sao Paulo

Talk at the workshop in Sao Paulo, Thursday, on “estimation of quantile related risk measures“. The workshop also invited Claudia Kluppelberg, Richard Davis, and  Ermanno Pitacco to talk. Slides can be found here. And maybe to explain a bit more where this idea of beta-kernels and transformed kernel comes from, I should mention those slides (see here for a more detailed version of the slides, and there for the full version of the paper with Jean David Fermanian and Olivier Scaillet).

Talk for students in actuarial science

Talk for the students of the undergraduate program in Actuarial Science in Belo Horizonte, Tuesday, on “claims reserving (IBNR) and statistical issues“. Slides can be found here.

Based on recent studies, such as the report by Swiss Re (here), the CAS Working Group on Quantifying Variability in Reserve Estimates (here), or the ROC/GIRO report on Best Estimates and Reserving Uncertainty (there), I will stress on important issues in statistical estimation of claim reserves. Note that a report by Tillinghast can also be found here.

I will also mention statutory elements, such as MCR and SCR, i.e. insurance company are now requiered not only to provide a best estimate for there IBNR, but also have to quantify uncertainty.

I will also mention practical issues for actuaries (and statisticians), using package ChainLadder from R, and showing how it becomes possible to interface R and MSExcel (see e.g. slides here, based on RExcel-Addin).

Exposé au Lameta à Montpellier

UPDATE : Suite aux intempéries dans le sud-est, mon voyage pour Montpellier est annulé, faute de moyen de transport

Exposé à Montpellier sur le lien entre finance et assurance. Il y a beaucoup de slides, mais la fin des slides ne sera a priori pas abordé lors de l’exposé (étant invité pour venir travailler avec Stéphane Mussard, je les ai laissé pour servir de base à discussion).

Au premier abord, la valorisation actuarielle (basée sur la notion de prime pure et sur la probabilité historique) et la valorisation financière (basée sur l’utilisation d’une probabilité risque neutre) n’ont rien en commun.
Les nouvelles règles comptables pour les compagnies d’assurance imposent désormais une notion de “market-consistent valuation”: les risques assurantiels doivent aujourd’hui être valorisé comme des produits financiers. Mais au delà de l’aspect comptable, des produits permettent effectivement de transférer les risques des compagnies d’assurance (ou de réassurance) vers les marchés financiers. Le risque de longévité ou de mortalité peut être couvert à l’aide de mortality/longevity bonds.
Nous verrons que dans le cas des risques extrêmes, les deux méthodes de valorisation semblent converger, avec comme socle commun les outils classiques d’économie de l’incertain. Nous verrons dans cet exposé le lien entre mesures de risques et économie de l’incertain. Et pour conclure, s’il reste du temps, nous évoquerons l’allocation de capital basé sur les mesures de risques.

 

 

Dynamic and Multivariate Risk measures

Exposé dans le cadre du groupe de travail Dynamic and multivariate risk measures, organisé par Rose-Anna Dana (Univ. Paris Dauphine) et Alfred Galichon (Ecole Polytechnique). La conférence a lieu du jeudi 16 au vendredi 17, à l’Institut Henri Poincare.

Les orateurs sont Imen Bentahar, Arthur Charpentier, Rama Cont, Nicole El Karoui, Paul Embrechts, Damir Filipovic, Jean-Charles Rochet, Ludger Ruschendorf, Marco Scarsini, et Walter Schachermayer, et le programme est en ligne.

Réassurance, solvavilité et probabilté

Exposé à Lyon dans le cadre du projet ANR AST& Risk.

In this talk, we consider optimal reinsurance from an insurer’s point of view. Given a (low) ruin probability target, the insurers wants to find the optimal risk transfer mechanism, i.e. either a proportional or a nonproportional reinsurance treaty. In the first case, a simple Monte Carlo algorithm can be designed, but in the nonproportional case, so far, no simple (and efficient) algorithm has been proposed

Copulas, risk dependence and applications to Solvency II

Exposé dans le cadre de la Summer School of the Groupe Consultatif Actuariel Européen: Enterprise Risk Management (ERM) and Solvency II. Petite réflexion à partir des déclarations du rapport technique QIS3, en particulier la déclaration qui mériterait des heures de commentaires,
In view of the insufficiency of currently available data, the setting of these correlation coefficients will necessarily include a certain degree of judgement. This is also true because, when selecting correlation coefficients, allowance should be made for non-linear tail correlation, which is not captured under a “pure” linear correlation approach. To allow for this, the correlations used should be higher than simple analysis of relevant data would indicate.

Journées de statistiques, Ottawa

Je serais aux Journées de Statistiques, a Ottawa, avec au programme un exposé sur Tails of Archimedean copulas.

Un répertoire complet et convivial des queues de copules est présenté. Il peut être utilisé pour la sélection et la construction de modèles appropriés avec les propriétés voulues. Les résultats sont synthétisés sous forme d’arbre de décision : compte tenu des valeurs de certaines caractéristiques du générateur archimédien, chacune des queues inférieures et supérieures de la copule est classée dans une des trois catégories, l’une de ces catégories correspondant à la dépendance asymptotique et les deux autres à l’indépendance asymptotique. Pour une longue liste de familles à paramètre unique, les quantités pertinentes de queues sont calculées afin que les catégories correspondantes dans l’arbre de décision puissent être facilement déterminées. De plus, de nouveaux modèles avec des queues inférieures et supérieures personnalisées peuvent être créés grâce à un certain nombre de méthodes de transformation. On constate que la catégorie de l’indépendance asymptotique, qui se présente souvent, masque une  diversité étonnamment riche de structures de dépendance de queue.

Je serais aussi organisateur de la session Copules, avec comme invités Anne Catherine Favre (site), Johanna Neslehova (site), et Stéphane Loisel (site).

Finance et Risque, à l’Université de Nantes

Exposé sur les méthodes de valorisation en finance et en assurance, à l’atelier Finance et Risque de l’Université de Nantes.

Les nouvelles règles comptables pour les compagnies d’assurance imposent désormais une notion de “market-consistent valuation“: les risques assurantiels doivent aujourd’hui être valorisé comme des produits financiers. Mais au delà de l’aspect comptable, des produits permettent effectivement de transférer les risques des compagnies d’assurance (ou de réassurance) vers les marchés financiers. Le risque de longévité ou de mortalité peut être couvert à l’aide de mortality/longevity bonds. Depuis plus de 10 ans, les risques de catastrophes naturelles aux Etats-Unis peuvent être titrisés via l’émission de cat bonds. Et parallèlement, plusieurs bourses proposent aujourd’hui des options sur indices climatiques (voire assurantiels) permettant d’introduire formellement des cat options. Ces ILS (insurance linked securities) ne sont pas sans poser des problèmes de valorisation. Au premier abord, la valorisation actuarielle (basée sur la notion de prime pure et sur la probabilité historique) et la valorisation financière (basée sur l’utilisation d’une probabilité risque neutre) n’ont rien en commun. Mais les ILS ne sont pas utilisé – le plus souvent – sur des risques de masse, mais davantage sur des risques extrêmes. Les outils classiques de valorisation actuarielle ne conviennentalors plus, et des méthodes plus économiques sont alors préconisées(basées sur l’espérance d’utilité, ou mieux encore, sur l’approche duale de Yaari, et sur les mesures de risques par distorsion). De même, les outils financiers classiques ne sont valident qu’en marché complets, et comme ce n’est plus le cas, des méthodes proches de celles utilisées en assurance sont alors retenues (indifférence d’utilité, transformée d’Esscher). Aussi, les méthodes de valorisation en finance et en assurance, qui semblaient jusqu’alors incompatibles, peuvent enfin être présenté dans un cadre commun, précisément pour les risques qui se situent à la frontière entre la finance et l’assurance.