Category Archives: Books

Année bissextile et autres bizarreries calendaires

On est le 28 février. Et demain? On sera le 1er mars, pas de 29 février, puisque 2017 n’est pas une année dite “bissextile”. L’origine du mot “bissextile” est d’ailleurs amusante, je l’ai découvert l’autre jour dans un livre fascinant, 30 février et autres curiosités de la mesure du temps (j’étais d’autant plus heureux de lire ce livre que j’ai retrouvé plein de choses que je pouvais raconter à mes étudiants à l’époque où j’enseignais les “séries temporelles” qui sont – par définition – des séries dont les observations sont faites “à des dates régulièrement espacées dans le temps“, et toutes ces irrégularités ne sont pas sans poser de soucis, en pratique).

Ca remonte à l’époque où l’année commençait le 1er mars (oui, à une autre époque, on devrait célébrer la nouvelle année ce soir). On sait depuis les égyptiens que la terre tourne autour du soleil en 365 jours 1/4 (ou disons qu’une année dure un peu plus de 365 jours). Bref, qu’à l’occasion, il convient de rajouter un jour, pour éviter plein de désagrément. Comme semer des graines au milieu de l’hiver pour les plus pragmatique, ou fêter Noël après Pâques pour d’autres. Et vers -40, la tradition n’était pas de glisser un 29 février, mais un jour bis, souvent le 23bis. C’est à dire un jour bis 6 jours avant la nouvelle année, un “sextil”. D’où le terme bis-sextile. Amusant non ?

Cette année qui commençait le 1er mars, on la retrouve ailleurs dans le calendrier. Oui, les mois “septembre”, “octobre”, “novembre” ou “décembre”, les 7ème, 8ème, 9ème et 10ème mois… si on n’y réfléchit, ça n’a pas de sens d’avoir le 10ème mois le 12ème mois du calendrier. Sauf si l’année commence le 1er mars… On utilise d’ailleurs aujourd’hui les mois lunaires de l’époque romaine, “september”, “october”, “november”, “december”. Les mois précédants étaient “quintilis” et “sextilis” ont été changé par Jules César, probablement vers 40 avant notre ère, entre “iulus” (qui deviendra “juillet”, en l’honneur de “Jules César”) et “ausgustus” (qui donnera “août” en Français, “august” en anglais, en hommage à “Auguste”, le premier empereur romain). C’est d’ailleurs Jules qui souhaitera, le premier, faire commencer l’année le 1er janvier, qui correspondait à l’époque à la date traditionnelle de prise de fonction des consuls, à Rome. Mais l’histoire au le temps de faire de nombreux aller-retours. Quand à l’idée des années bissextiles, il faudra attender 1582, où Grégoire XIII fixe la règle que l’on connaît aujourd’hui, instaurant le “29 février” tous les 4 ans, et les années séculaires (sauf celles divisibles par 400). D’ailleurs, histoire d’illuster les implications de ce changement d’année le 1er mars, je laisse méditer sur la phrase suivante, inscrite sur une pierre tombale, en Angleterre,

que l’on peut résumer par

https://freakonometrics.hypotheses.org/files/2017/02/thomas-lambert.png

Fascinant non ? Et on apprend des centaines d’annecdotes de ce genre, dans cet ouvrage passionnant ! A libre absolument ! En attendant, je pourrais être tenté de souhaiter une bonne année (puisque c’est presque un peu d’actualité).

Homo Deus, le salut par l’algorithme?

De plus en plus de monde s’interroge sur l’avenir de l’assurance, autour des mots « digital », « big data », « objets connectés », etc, prédisant une révolution à venir. Beaucoup pensent que la révolution a largement commencé, et qu’il serait temps de faire un peu de (science) fiction, pour imaginer ce qui nous attend. Depuis 2010, deux séries télévisées ont proposé une vision du futur gouverné par les algorithmes, ‘Black Mirror’ et plus récemment ‘Westworld’. Et en septembre prochaine, la suite d’Homo Sapiens: une brève histoire de l’humanité sera publié en français*, promettant l’arrivé d’une nouvelle religion, le « dataïsme ». Nous reviendrons ici sur les deux ouvrages de Yuvall Harari, le premier sur l’histoire (passée) de l’humanité, et le second, sur l’histoire du futur.

https://freakonometrics.hypotheses.org/files/2017/02/blackmirror.png

De ‘Black Mirror’ à ‘Westworld’

Il y a quelques jours, nous apprenions que des ingénieurs japonais avaient fabriqué des mini drones pollinisateurs pour remplacer des abeilles (Science et Avenir, 2017). Tous ceux qui vu le dernier épisode de ‘Black Mirror’, Hated in the Nation feront le parallèle. Dans cet épisode, les abeilles-drones sont piratées pour tuer la personne ayant reçu le plus de hastag #DeathTo sur un réseau social de type Twitter. De plus en plus de situations quotidiennes rappellent des trames de films ou de séries de sciences fiction.

Un ouvrage de science fiction qui a fait date est le livre publié en 1818 par Mary Shelley. Dans son roman, Victor Frankenstein créé artificiellement une créature qui va progressivement se doter de conscience. Fritz Lang propose revoit ce mythe en 1927 dans ‘Metropolis’, où un automate féminin séduisant ne nous tue pas, mais bouleverse le monde. On retrouvera une version moderne de ce personnage dans le film ‘Ex-Machina’, et surtout la série ‘WestWorld’, en dévoilant un monde artificiel où des humanoïdes animent un parc d’attraction futuriste, sur le thème du Far-West, en suivant un fil rouge, tout en s’adaptant aux désirs des personnes venues se distraire. Mais malgré toutes les précautions qui sont prises, certaines intelligences artificielles du parc vont acquérir une forme de mémoire, de conscience, et vont finir par se rebeller. Et cette prise de conscience va venir de leurs souvenirs, pourtant supposés être effacés, tous les soirs.

Cette importance de la mémoire et de l’histoire est un point essentiel. Il n’est alors pas étonnant de voir arriver deux superbes ouvrages écrits par un historien israélien, Yuval Harari. Dans le premier opus, il revenait sur l’histoire de l’homo sapiens, avant de proposer dans un second tome (à paraître en français à la rentrée) une réflexion passionnante sur l’intelligence artificielle et l’avenir de l’espèce humaine. « Au cours des dernières décennies, il y a eu une immense avancée dans l’intelligence informatique, mais il n’y a eu exactement aucune avancée dans la conscience informatique. Pour autant que nous le sachions, les ordinateurs en 2016 ne sont pas plus conscients que leurs prototypes dans les années 1950 ». C’est en tant qu’historien qu’il nous invite à réfléchir sur notre avenir.

Une brève histoire du passé

Jacob Bronowski, philosophe, mathématicien (il travailla avec le statisticien Jerzy Neyman et le fondateur de la théorie des jeux John von Neumann) est resté connu du grand public pour ses travaux de vulgarisation. En particulier, en 1974, il publiait « The Ascent of Man » qui servira de base à une série produite par la BBC. Dans cet ouvrage (dont le titre est une référence au second ouvrage de Charles Darwin, « The Descent of Man »), Jacob Bronowski retrace l’histoire de l’humanité, en lien avec les découvertes scientifiques. En 2011, Yuval Noah Harari s’attaque à la même tâche, avec un regard un peu différent, en publiant Homo Sapiens, une brève histoire de l’humanité. Son ouvrage paru en hébreu a été traduit en anglais en 2014, avant d’être publié en français en 2015.

Dans ce premier opus, qui s’est vendue à des millions d’exemplaires à travers le monde, Harari revient sur l’histoire de l’Homo Sapiens, qui a commencé voilà 70 000 ans, avec la révolution cognitive qui a lancé l’histoire de notre espèce, basé sur une mutation génétique, permettant de penser, et surtout de communiquer, avec un langage très différent de celui utilisé par les autres espèces. Non seulement l’homo sapiens peut transmettre des informations, mais surtout, il peut créer des mondes imaginés, des mythes. Selon la thèse de Yuval Harari, c’est notre capacité à raconter des histoires, et à créer des mythes qui a fait de l’Homo Sapiens ce qu’il est devenu. Les chimpanzés, qui partagent pourtant une grande partie de notre code génétique, ne peuvent pas fonctionner efficacement dans des groupes supérieurs à 150. Mais les Homo Sapiens y parviennent. Et nous utilisons nos compétences linguistiques uniques (à l’échelle des espèces) pour créer des mythes – justice, droits de l’homme, argent, religion, nationalité – qui nous lient et nous permettent de coopérer à une grande échelle. Le « mythe des droits de l’homme », par exemple, nous est imposé comme un ensemble de droits « naturels » qu’auraient les êtres humains, mais qui pourtant surprendraient les grecs d’Aristote, ou les membres de nombre de tribus dans le Pacifique.

Un autre mythe récent et important évoqué par Yuval Harari est celui lié au capitalisme, le « mythe du consummérisme romantique ». Un mâle alpha chimpanzé n’irait jamais utiliser son pouvoir pour aller en vacances sur le territoire d’un groupe voisin de chimpanzés. Pourtant, les homo sapiens le font, et cela leur semble « naturel ». Acheter permet de résoudre tous les problèmes : acheter une voiture, un téléphone, un cours de yoga. Ou mieux, un voyage, symbole le plus fort de ce « mythe du consummérisme romantique ». Le romantisme nous pousse à multiplier les expériences (culinaires, musicales), à rompre avec notre cadre familier, et quotidien : il faut « expérimenter ». Le consummérisme nous dit que pour être heureux, il faut consommer. Consommer des produits, des services, des « expériences » justement. Aller deux semaines en Inde ce n’est plus un voyage, mais une « expérience ». Et cette consommation, qui va élargir nos horizons, ne pourra que nous rendre heureux. Mais cette vision est nouvelle. A l’époque des pharaons égyptiens, un homme riche n’emmenait pas sa femme magasiner à Babylone, mais éventuellement envisageait de se faire construire un somptueux tombeau. Les cultures changent, et de nouveaux mythes remplacent les anciens.

Un point intéressant pour conclure ici est l’importance des technologie et des sciences dans l’histoire humaine. Comme le note Yuval Harari « le principal commandement que l’humanisme nous a donné est de créer un sens pour un monde sans signification ». Les hommes ont besoin de comprendre, et les sciences se sont développé en ce sens. Et les technologies ont suivi, en parallèle. Et leur impact a été au-delà du champ traditionnel des sciences. En 1850, le socialisme était un mouvement marginal, qui s’est développé et a révolutionné le monde, à sa manière. A la même époque, Muhammad Al-Mahdi (محمد أحمد ابن عبد الله), prétendant être le Mahdi annoncé par l’islam, tenta de révolutionner le monde arabe, alors qu’en Chine Hong Xiuquan (洪秀全), se proclama « Empereur du Ciel » et lança la Révolte des Taiping. Mais seul Karl Marx réussi. L’explication de Yuval Harari est que Marx, Engels et Lénine avaient compris l’importance de la technologie. Comme l’a dit Lénine «le communisme est le pouvoir des soviets et l’électrification de tout le pays». Autrement dit, il ne peut y avoir de communisme sans électricité, sans chemins de fer, sans radio. En voyant l’informatique comme l’équivalent du chemin de fer et de l’électricité, Yuval Harari place 2017 comme l’équivalent de 1850, et se demande ce que pourrait être notre futur, suite à la révolution que nous sommes en train de vivre.

Une brève histoire du futur

Peu après la parution en anglais du premier opus, Yuval Harari a publié un second opus, sur la « révolution suivante » que nous vivons actuellement. Beaucoup ont vu, à sa sorti, “Homo Deus” comme un livre de «fin de l’histoire», au sens que lui a donné Francis Fukuyama. Mais il ne s’agit pas de la fin, au contraire : le monde (et en particulier la technologie) évolue si vite qu’il est impossible de prévoir ce que l’avenir pourrait être, mais on peut tenter un peu de science fiction. En poursuivant sur sa théorie des mythes, Yuval Harari prétend que l’on est en train de voir naître un nouveau mythe, le « dataïsme ».

Le dataïsme est une sorte une religion. Les divinités agricoles ont été remplacé par les esprits des chasseurs-cueilleurs, puis les grandes religions se sont imposées, dans l’histoire de l’humanité. Les fondamentalistes islamiques ont longtemps répété le mantra que «l’islam est la réponse», mais en 2017, n’est-on pas en train d’instaurer un «Google est la réponse». Les religions traditionnelles ont expliqué que chaque mot, chaque action, faisaient partie d’un grand plan cosmique, et que Dieu nous observait chaque minute et se souciait de toutes nos pensées, de tous nos sentiments. La religion des données dit maintenant que chaque mot et chaque action font partie du grand flux de données, que les algorithmes vous observent et qu’ils se soucient de tout ce que nous faisons et ressentons. L’algorithme est « sans doute le concept le plus important dans notre monde » aujourd’hui, comme le dit Yuval Harari. Pourtant, un algorithme est simplement un modèle mathématique pour résoudre des problèmes, de manière mécanique, automatique. Jusqu’à tout récemment, la meilleure solution pour résoudre des problèmes sur Terre était un cerveau humain, si possible en coopérant. Les algorithmes nous dépassent à présent à une liste toujours croissante de tâches cognitives. Ils font des transactions financières pour nous, plusieurs compagnies ont même mis un algorithme au sein d de leur conseil d’administration. Et ces algorithmes ne cherchent plus du sens, ils cherchent juste des corrélations, des proximités, afin de prévoir de la meilleure manière. En ce sens, c’est effectivement une révolution.

Si les capitalistes croient en la main invisible du marché, les dataïstes croient en la main invisible du flux de données et de l’algorithme, qui pourraient réguler et éviter la congestion automobile, optimiser nos emplois du temps. Comme le capitalisme, le dataïsme a aussi commencé comme une théorie scientifique « neutre », mais est maintenant en mutation dans une religion qui prétend déterminer le bien et le mal. La valeur suprême de cette nouvelle religion est le « flux d’information » (il n’est pas étonnant de voir que la « liberté de l’information » est devenu aussi importante). Pour reprendre la parallèle que propose Yuval Harari, de même façon qu’au début de la période moderne, les impérialistes européens venaient en Afrique et achetaient des pays entiers pour quelques perles, maintenant nous donnons d’importantes possessions, nos données personnelles, à Google et Facebook en échange de vidéos de chats. On semble avoir perdu de vu ce qui était en jeu, et il est très difficile de commencer à penser à la politique en ce début du XXIe siècle. Pire encore, les grandes décisions ne sont plus prises par les gouvernements, mais par une « petite caste internationale d’hommes d’affaires, d’entrepreneurs et d’ingénieurs ». Ces personnes semblent avoir une vision sur l’avenir, comme Yuval Harari peut en avoir (sur la vie éternelle, l’intelligence artificielle, etc), alors que les gouvernements sont devenus de simples gestionnaires.

Les changements que Harari décrit, et notre incapacité à s’adapter au rythme de ceux-ci, pourraient avoir aussi des conséquences économiques importantes. Il considère la perte d’emplois énorme due à l’automatisation comme très probable et «effrayante», résultant dans la création d’une «classe inutile» comprenant des milliards de personnes dépourvues de toute valeur économique ou politique. Cela a commencé avec la classe ouvrière, qui devient la classe de ‘unworking’. Ils seront la première partie de la classe inutile, mais elle a commencé à s’étendre aux classes moyennes.

Que diriez-vous d’un Amazon Kindle amélioré qui lit vos émotions pendant que vous lisez un livre? En utilisant divers capteurs de corps, il pourrait déterminer quelles parties du livre vous font rire ou pleurer, quand votre pouls se réveille, quand vous vous ennuyez ou éveillez. Il saurait lire et se souvenir de nos réactions mieux que notre cerveau conscient. Et Yuval Harari voit plusieurs dangers profond au fait que l’homo sapiens perd sa capacité à faire des choix, libres. Que se passera-t-il une fois que nous nous rendons compte que les clients et les électeurs ne font jamais de choix libres, et que se passera-t-il une fois que nous avons la technologie pour calculer, concevoir ou déjouer leurs sentiments? La théorie des jeux est assez pessimistes car les seules décisions non prévisibles sont des décisions complètement aléatoires. «Nous pouvons bien voir, en fait, un renversement complet de la révolution humaniste», suggère-t-il, «en débarrassant les humains de l’autorité et en mettant des autorités non humaines en charge». Et une fois qu’un dispositif d’intelligence artificielle est devenu indispensable ce n’est plus un gadget, c’est devenu la règle. « Une fois que Google, Facebook et d’autres algorithmes deviennent des oracles omniscients, ils peuvent évoluer en agents et enfin en souverains. » Et c’est effrayant…

Références

Anderson, W. The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete. Wired, 2008.

Wortham, J. « ‘Black Mirror’ and the Horrors and Delights of Technology » The New York Times,‎ 30 janvier 2015 

Science et Avenir. Des mini drones pollinisateurs à la rescousse des abeilles. 2017

* la traduction française n’étant pas disponible, il faudra se contenter d’une traduction personnelle de plusieurs néologismes d’Harari.

 

Copulas and Financial Time Series

I was recently asked to write a survey on copulas for financial time series. The paper is, so far, unfortunately, in French, and is available on https://hal.archives-ouvertes.fr/. There is a description of various models, including some graphs and statistical outputs, obtained from read data.

To illustrate, I’ve been using weekly log-returns of (crude) oil prices, Brent, Dubaï and Maya.

The dataset is available from an excel file, oil.xls (I thought it was possible to load it direclty from the internet, but it did not work… so I suggest to download the file first, and then load it)

> library(xlsx)
> temp <- tempfile()
> download.file(
+ "http://freakonometrics.free.fr/oil.xls",temp)
trying URL 'http://freakonometrics.free.fr/oil.xls'
Content type 'application/vnd.ms-excel' length 99328 bytes (97 KB)
downloaded 97 KB
> oil=read.xlsx(temp,sheetName="DATA",dec=",")
Error in .jcall("RJavaTools", "Ljava/lang/Object;", "invokeMethod", cl,  : 
  java.io.IOException: block[ 0 ] already removed - does your POIFS have circular or duplicate block references?
> oil=read.xlsx("D:\\home\\acharpen\\mes documents\\oil.xls",sheetName="DATA")

Then we can plot those three time series

> head(oil)
        Date      WTI    brent   Dubai     Maya
1 1997-01-10  2.73672  2.25465  3.3673   1.5400
2 1997-01-17 -3.40326 -6.01433 -3.8249  -4.1076
3 1997-01-24 -4.09531 -1.43076 -6.6375  -4.6166
4 1997-01-31 -0.65789  0.34873  0.7326  -1.5122
5 1997-02-07 -3.14293 -1.97765 -0.7326  -1.8798
6 1997-02-14 -5.60321 -7.84534 -7.6372 -11.0549

> Time=as.Date(oil$Date,"%Y-%m-%d")
> plot(Time,oil[,3],type="l",ylab="Brent, weekly log returns",ylim=range(oil[,3:5]))

The idea is to use some multivariate ARMA-GARCH processes here. The heuristics here is that the first part is used to model the dynamics of the average value of the time series, and the second part is used to model the dynamics of the variance of the time series. Two kinds of models are considered in the paper

  • a mutivariate GARCH process (or a model on the dynamics of the variance matrix) on the residuals from the ARMA models
  • a multivariate model (based on copulas) on the residuals of the ARMA-GARCH process

Continue reading Copulas and Financial Time Series

Review of ‘Computational Actuarial Science with R’

Andrey Kosteko recently pusblihed a review of the book Computational Actuarial Science with R in JRSS-A. As mentioned in the review, we should still improve the github, where codes are supposed to be uploaded. And as mentioned in a previous post, the package that contains all the datasets is not hosted by the CRAN but can be found on http://cas.uqam.ca/. Hence, use

> install.packages("CASdatasets", repos = "http://cas.uqam.ca/pub/R/", type="source")
> library(CASdatasets)
> ?CASdatasets

Chercheur en pantoufles

J’ai eu l’immense plaisir, pendant mes premiers jours de vacances, de lire La lune est blanche d’Emmannuel et François Lepage. Des deux frères, le premier est illustrateur, et le second photographe. Et ils publient ici une bande dessinée (pour faire simple) narrant leur voyage en Antarctique. On peut d’ailleurs y voir une suite à Voyage aux îles de la Désolation qu’avait signé Emmanuel Lepage il y a quelques années (tant sur le thème que du point de vue chronologique).

Mais avant d’aller plus loin, je me dois de remettre un peu en contexte. Après quatre années passées à Montréal, au Canada, j’ai progressivement pris conscience de ce que peut être le Nord. Et à quel point ce Nord peut faire partie de l’identité canadienne (je conseille d’ailleurs Un Dit Du Nord, de Louis-Edmond Hamelin, qui revient longuement sur le concept de norditude). En plus, au printemps dernier, ma voisine (à l’UQAM mais aussi sur hypotheses) Elisabeth Vallet m’avait sollicité pour intervenir (en clôture) d’une soirée autour du thème à qui appartient le pôle nord. J’avais accepté car Philippe Réka était de la partie, et j’ai toujours un immense plaisir à le revoir (il a en plus une la gentillesse de venir chanter une berceuse – en norvégien – à ma fille). Et j’ai eu l’opportunité de beaucoup lire sur le sujet, et de découvrir un univers réellement fascinant.

Continue reading Chercheur en pantoufles

“Raw Data” is an Oxymoron

Cette semaine, j’ai pris le temps pour parcourir un livre que j’avais reçu à la rentrée, “Raw Data”  is an Oxymoron, collection de textes édité par Lisa Gitelman en 2013, aux MIT Press. Une lecture critique avait été faite l’an passé sur les blogs impactofsocialsciences de la LSE et infofutures de la bibliothèque de NYU. J’avais alors eu envie de parcourir ce (petit) livre, et j’ai été ravi qu’on me l’envoie cet été. Je noterais aussi que j’ai été surpris de voir autant d’auteures femmes sur ce sujet, où d’ordinaire, on lit beaucoup le point de vue d’hommes. Et c’est passionnant. Je ne vais pas faire une lecture critique du livre, mais plutôt rappeler que mon blog est un carnet de recherche ouvert, où je garde mes notes de lectures, entre autres ici certains passages du livre que j’ai surligné lors de ma lecture. Continue reading “Raw Data” is an Oxymoron

Computational Actuarial Science, with R

The book Computational Actuarial Science, with R is officially out. In the introduction of the book, and on the website of CRC, it is mentioned that the datasets can be found “in an R package on CRAN“, which is unfortunately incorrect. Some datasets are too large, so the package can not be uploaded on CRAN. Hopefully, Christophe host the package on his website.

> install.packages("CASdatasets", repos = "http://dutangc.free.fr/pub/RRepos/")

or

> install.packages("CASdatasets", repos = "http://dutangc.free.fr/pub/RRepos/", 
type = "source")

Here are the files :

Insurance datasets

A collection of datasets, originally for the book ‘Computational Actuarial Science with R’ edited by Arthur Charpentier (CAS with R). Now, the package contains a large variety of actuarial datasets.

Version: 0.9-8
Published: 2014-05-21
Author: Christophe Dutang
Maintainer: Christophe Dutang <christophe.dutang at ensimag.fr>
License: GPL-2 | GPL-3 [expanded from: GPL (≥ 2)]
NeedsCompilation: no

Downloads:

Reference manual: CASdatasets.pdf
Package source: CASdatasets_0.9-8.tar.gz
Package installation: go to this page
Windows binaries: r-release: CASdatasets_0.9-8.zip
OS X Snow Leopard binaries: r-release: CASdatasets_0.9-8.tgz
OS X Mavericks binaries: r-release: CASdatasets_0.9-8.tgz
Old sources: CASdatasets archive

Social Media Mining and Bioinformatics (with R)

In June and July, I receive copies of two books,

For the first one, two recent interesting books deal with the same topic. Reza Zafarani, Mohammad Ali Abbasi and Huan Liu published last year Social Media Mining: An Introduction. Actually, the book can be downloaded from dmml.asu.edu. And – of course – there is Matthew A. Russell‘s Mining the Social Web. The main interest of this new book seems to be that it should be just perfect for R users !

Continue reading Social Media Mining and Bioinformatics (with R)

Merchants of doubt, et le fonctionnement de la science

Il y a quelques jours, La Presse  mettait en ligne un texte intéressant, La BBC déclare la guerre à la « fausse science »

Les changements climatiques n’existent pas, les campagnes de vaccination sont dangereuses et votre téléphone cellulaire est en train de vous tuer à petit feu.

Il fut un temps où il était possible d’entendre ce genre d’opinions à la BBC. Des opinions scientifiques marginales, mais soutenues avec vigueur par certains chercheurs, et que le diffuseur britannique rapportait par souci « d’impartialité ». Mais cette ère est révolue.

Dans un document publié en juillet, la BBC prend une position très ferme sur la fausse science, qu’elle veut désormais évacuer de ses reportages.

« L’impartialité dans la couverture scientifique ne consiste pas simplement à faire état d’un large spectre de points de vue », écrit la BBC, qui croit qu’une application « trop rigide » des principes d’impartialité peut conduire à un « faux équilibre » dans les reportages.

La réflexion de la BBC a été suscitée par sa propre couverture des changements climatiques, qui a longtemps donné la parole aux climatosceptiques. Or, ceux-ci risquent maintenant d’avoir plus de difficulté à s’y voir offrir un micro.

Cet article m’a fait penser à un livre passionnant que j’avais lu l’automne dernier, Merchants of Doubt. Dans mon dernier compte rendu de lecture (ça faisait longtemps) je parlais de Big Data, a revolution that will transform how we live, work and think signé Viktor Meyer-Schönberger et Kenneth Cukier, et de The signal and the noise: Why Most Predictions Fail – but Some Don’t écrit par Nate Silver. Dans ce livre, on voyait comment on était passé d’une recherche de lien causal à une simple recherche de corrélation, dans des gros volumes de données. En fait, je ferais un parallèle avec le livre Merchants of Doubt, car comme l’expliquent Naomi Oreskes et Erik Conway, c’est précisément ce que combattent ce qu’ils appellent les marchants de doutes : tant qu’une relation causale n’est pas établie, le scientifique se devrait de douter (quelques pages – le premier chapitre – sont d’ailleurs en ligne). C’est cette idée que réfute  La BBC déclare la guerre à la « fausse science », et c’est l’histoire de ce principe (et des dérives qui ont suivi) que raconte ce livre.

Continue reading Merchants of doubt, et le fonctionnement de la science

La fresque de Joe Sacco

En matière de bandes dessinées relative à la grande guerre, j’ai longtemps cru que Jacques Tardi serait impossible à égaler. Lire C’était la guerre des tranchées ou Putain de Guerre était une expérience marquante. Mais il y a quelques semaines, j’avais acheté la fresque de Joe Sacco à mon fils, car je trouve qu’ils dessinent un peu de la même manière, avec des dessins denses et touffus, remplis de détails,

Comme toujours, Joe Sacco a un dessin qui marque. Mais alors que je lui reprochais toujours de parler trop dans ses livres, cette fois, on a une fresque de 7 mètres de long, silencieuse, devant laquelle on peut se planter, et regarder, comme la tapisserie de Bayeux

Et depuis une semaine, la fresque a été reproduite sur 130 mètres de long, dans le long couloir de la station de métro Montparnasse, dans le cadre des commémorations pour le centenaire

Je trouve l’idée incroyable, et j’avoue avoir hâte de vivre l’expérience. Vivement mardi prochain, où j’ai justement une correspondance à Montparnasse, en revenant de mon excursion à Londres !

1 tous les dessins sont extraits de La Grande Guerre, par Joe Sacco, publié en Français chez Futuropolis, et la photo devant la fresque est signée Bertrand Guay / AFP

Approches Statistiques du Risque

Il semble que l’ouvrage approches statistiques du risque, édité par Jean Jacques Droesbeke, Myriam Maumy-Bertrand, Gilbert Saporta et Christine Thomas-Agnan soit finalement paru, selon Gilbert Saporta. Ou devraient paraître – au pire – dans les jours à venir (je le vois pas encore sur le site de Technip). Les 400 pages reprennent les mini-cours que nous avions fait aux Journées d’Etudes Statistique de 2010, au CIRM, avec Patrice Bertail, Anne-Laure Fougères, Stéphane Loisel, Philippe NaveauEric Parent et Jean-Marc Tallon. Pour ma part, mes slides et mes notes de cours traînent quelque part sur le blog. Je garde un très bon souvenir de cette semaine de mini-cours, qui présentaient l’avantage d’être très complets, avec une introduction aux mesures de risques et aux lien avec la théorie de la décision, à la théorie du risque, aux notions simples d’extrêmes, de lois multivariés, et d’extrêmes multivariés, avec des applications en hydrologie, en santé, et en assurance. Avec bien entendu l’introduction historique de Jean Jacques. Même si les documents ont été écrits voilà déjà presque cinq ans, j’ai survolé mes chapitres il y a quelques semaines, et j’ai l’impression qu’ils restent d’actualité pour tous ceux qui s’intéressent au sujet (et ils sont nombreux me semble-t-il).

Piketty et Rubinstein sur l’économie

Pendant ma semaine de relâche, @reza_izaa me demandait – sur Twitter – si je pensais commenter un passage dans l’introduction du dernier livre de Thomas Piketty, Le capital au XXIème siècle. Bien que ce livre ait fait beaucoup parlé (en particulier dans la communauté des blogueurs économistes anglophones – le livre sortant officiellement demain en anglais) je dois avouer ne pas l’avoir lu, faute de temps (et parce que le livre – en version originale – est cher en Amérique du nord). J’avais vu en revanche des graphiques très intéressants sur le site associé au livre (sur http://piketty.pse.ens.fr/fr/capital21c). Vue la présence médiatique de Thomas Piketty (même en vivant de l’autre côté de l’Atlantique, on ne peut pas la manquer), je ne vais pas faire l’affront de faire un portrait de l’auteur. Je rappellerais juste qu’avant de rejoindre l’EHESS, Thomas a étudié les mathématiques, qu’il a toujours été reconnu comme économiste – avec un prix de l’AFSE à la fin de son doctorat  – et qu’il a traavillé aux États-Unis dans le cadre d’un stage post-doctoral, au MIT (ce qui lui donne une légitimité dans son propos). Il a aussi un engagement fort en politique (au sens large du terme, j’entends par là qu’il ne se contente pas de faire de l’économie descriptive, mais semble aussi intéressé par les applications de ses travaux). Le paragraphe que @reza_izaa m’avait envoyé était le suivant (je le mets ici dans son intégralité pour ne pas déformer le propos)

Je ne pense pas avoir de légitimité pour critiquer ce point de vue. Même si j’observe également qu’il existe des différences importantes entre les économistes français et les économistes américains (mais là encore, les auteurs du blog frogonomics par exemple auraient plus de légitimité que moi pour analyser cette différence). Je partage son admiration pour bon nombre de chercheurs passés par l’EHESS. Mais je ne crois pas partager sa vision de l’économie mathématique (je préfère le terme formalisée) considérée comme étant “infantile“. Cela dit, je retrouve ici que Thomas Piketty a un réel talent pour l’écriture. Par exemple, je pense qu’on pourrait passer des heures à faire l’exégèse de la phrase commençant par “disons le tout net”. Ainsi, le choix du mot “idéologique” me semble (volontairement) tendancieuse: tout système logique et formel est – par définition – idéologique. Mais le mot a une tout autre connotation, que celle d’un système logique (que j’ai retrouvé en revanche dans un autre livre dont je reparlerais dans quelques instants). Cela dit, il confirme les interrogations que j’ai depuis des années, lorsqu’on me demande si je suis un mathématicien ou un économiste. Lorsque j’étais dans un département d’économie en France, je me sentais davantage mathématicien, mais maintenant que j’ai rejoint un département de mathématiques, je me sens à nouveau économiste. Je préfère les publications de mathématiques à celles d’économie, mais j’ai souvent préféré les conférences et les séminaires d’économie. D’ordinaire, les auteurs des livres essayent d’associer le lecteur (d’où l’importance du nous dans les ouvrages scientifiques), mais là, Thomas a réussi à mettre une distance – avec moi en tous cas – dont il est dur de faire abstraction quand on avance dans la lecture (j’admets ne pas avoir lu le livre, mais j’ai survolé le début dans un format électronique… ce que je n’appelle pas lire un livre). Cela étant dit, j’espère trouver le temps (il en faudra manifestement) pour lire le livre en entier, lors d’un prochain passage en France.

En fait, il se trouve que j’avais mis dans mes valises (pour mes quelques jours de repos) un joli petit livre d’Ariel Rubinstein, Economic Fables (publié par openbookpublishers), en version papier cette fois. Ariel Rubinstein (אריאל רובינשטיין) est un autre économiste, professeur à Tel Aviv et à NYU. Il a publié aussi des livres de référence, dont une très bonne introduction à la théorie des jeux. Quand on ne baigne pas dans la culture juive, on rate certaines subtilités (car le livre raconte des expériences personnelles d’Ariel, en lien avec ses travaux de recherche, sur les décisions, la rationalité, les négociations, etc, et la religion – juive – joue une part importante). Dans son introduction, il revient sur le choix de son titre, que je mettrais en relation par rapport au petit pic lancé par Thomas Piketty (ceux qui savent lire sur un écran pourront lire le livre intégralement sur http://www.openbookpublishers.com/reader/136)

Viennent alors trois fables très jolies, permettant d’expliquer plusieurs problèmes classiques de théorie de la décision. Mais je retiendrais surtout la discussion qui suit les trois fables.

Ce (petit) livre est fabuleux, et présente des dizaines de petites anecdotes fabuleuses, que je reprendrais probablement le jour où je redonnerais un cours de théorie de la décision !