Category Archives: Miscellaneous

Supprimer des données ?

Il y a une dizaine de jours, je participais à la conférence Sciences XXL, à l’INED, où nous parlions des utilisations des données massives en Sciences Sociales, et au même moment, j’ai découvert – en discutant avec plusieurs assureurs – qu’ils envisageaient de supprimer des données, de manière également massive. Quand on veut faire de l’économétrie de la finance, on peut utiliser des données de cours boursiers, qu’on peut trouver en ligne, ou – pour une granularité plus faible – acheter à des fournisseurs de données. Mais quand on fait de l’économétrie de l’assurance, avoir des données est plus compliqué. Dans mon tout premier cours d’assurance dommage, j’enseignais la théorie, faute de données. Depuis, j’ai réussi à récupérer des données. On a mis ces données dans un package R (casdatasets), et mieux: avec des jeux de données (prêtées par des assureurs) on a pu lancer notre troisième pricing game, qui devrait nous permettre de mieux comprendre la dynamique des marchés d’assurance.

Bref, j’ai été particulièrement surpris d’apprendre que des assureurs envisageaient de détruire des données (individuelles). J’avais entendu de tels propos lors qu’avec Arnaud on commencé à travaillé sur le risque de catastrophes naturelles, et qu’on essayait de mieux comprendre l’impact des tempêtes Lothar et Martin, en décembre 2009. En particulier, au commencement de nos recherches, nous voulions avoir un ordre de grandeur du nombre de polices d’assurance (multirisques habitation) dans un portefeuille, ou plutôt le taux de polices touchées, si possible avec une granularité spatiale assez faible. Des assureurs ont pu nous aider à avoir des ordres de grandeur, par département

mais d’autres nous ont dit qu’il serait difficile de retrouver les données, qui remontent à près de 20 ans. Voire impossible. Et c’est là qu’on a commencé à entendre parler de suppression de données personnelles. Et si les données n’ont pas été agrégées au niveau que l’on souhaite, c’est impossible de faire la requête, 20 ans après.

Continue reading Supprimer des données ?

L’esprit critique, c’est tellement old-school

I’m sorry. I did not start it, but I may have contributed to it” disait S.M. Ong au début du mois en évoquant les “fake-news”.

Ces dernières heures, j’ai pas mal échangé sur twitter – ce qui n’est pourtant pas dans mes habitudes – suite à un tweet que j’avais posté, en début de semaine,

J’avais trouvé l’article amusant, vraiment bien écrit, donc je l’ai mentionné sur Twitter. Tout comme je peux mentionner une carte intéressante sur le site du New York Times ou une statistique intéressante sur le site du Guardian. Après à peine une heure, j’ai été surpris du nombre de personnes qui semblaient avoir pris ça au premier degré. Et ça ne s’est pas démenti avec le temps, même si j’ai posté rapidement un tweet rappelant que scienceinfo.fr était un site parodique…

J’ai reçu un tweet cet après-midi où on tentait de m’apprendre que c’était un “hoax”

ce qui m’a interpelé car pour moi, un “hoax” et un article sur un site parodique, ce sont des choses différentes. Puis on m’a dit que je n’avais pas à twitter des choses pareils, des “fakes”, ayant un compte twitter certifié (tout comme Jean-Marc Morandini, ou…. Le Gorafi)

J’avoue que tous ces échanges m’ont interpelé. Surtout dans le contexte des débats sur les “fake news” qui fleurissent ces jours-ci. Mais comme s’interrogeait S.M. Ong, “what’s fake news and what’s satirical fake news these days“, la distinction est-elle simple à faire ?

Hoax et “fake news”

Les “hoax”, parfois traduit “infaux“, est un mot anglais qui désigne un canular créé notamment à des fins malveillantes, comme le rappelle wikipedia. Ces “hoax”, ou “fake news” nous ont fait entrer dans une ère de post-vérité, “post-truth”, désigné mot de l’année 2016 par l’Oxford Dictionary, comme le notait Alison Flood.

Benoît avait une réflexion intéressante à ce sujet

Quand on lit un article sur son téléphone cellulaire, on en voit pas le site, le contexte général, on ne voit plus que l’article. On ne voit pas que le site a tendance à publier des articles satiriques. On ne voit même pas le site sur lequel on est arrivé….

Les sites parodiques (ou satiriques)

Ce qui m’a surpris, suite à mon tweet, c’est que si je mentionne un article publié dans Le Gorafi, personne ne crie au scandale, personne ne me rappelle que “c’est un hoax, attention”. Ici, nous ne sommes pas dans le “hoax”, nous sommes dans l’humour, comme beaucoup de journaux le pratiquent, ainsi que le rappelle Isabel Ermida dans “Language and Humour in the Media” (qui revient d’ailleurs sur l’origine du mot “hoax”). L’exemple historique le plus connu est The Onion, en ligne depuis 20 ans (mais qui existait avant sous format papier, depuis 1988). Elle Hunt mentionne d’ailleurs que The Onion n’est pas un site de “fake news”. En France, la référence depuis 2012 est Le Gorafi. Comme le rappelle le site “Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique”. Quand on lit “Toulouse: il se fait abattre de 46 balles dans le corps pour avoir demandé un ‘pain au chocolat’”  on se doute que ce n’est pas sérieux (ou sinon, ça mérite réflexion…) ou encore “il parvient enfin à utiliser le théorème de Pythagore dans sa vie professionnelle“. Peut-on parler de “hoax” ?

En 1998, Lyle Zapato avait fait un test auprès de collégiens qui avaient cru, à l’unanimité (certes, il n’y avait que 25 enfants), un article sur internet qui mentionnait une espèce animale malheurement menacée, les “octopus paxarbolis”, c’est à dire des pieuvres qui vivent dans les arbres, raconté dans “Help Save The Endangered Pacific Northwest Tree Octopus From Extinction!“.

Il est étonnant qu’il soit aussi simple de croire vraie une histoire manifestement fausse. Mais comme le disait Jean-Noël, oui, ça fait sérieux, il y a même une photo de train, et de raclette !

Les sites “sérieux”… et l’esprit critique

C’est marrant parce que l’an passé, mon fils avait justement une introduction critique aux médias, au collège. On lui expliquait qu’il y avait des sites “sérieux”. Mais force est de constater que publier dans un journal renommé ne veut rien dire… Par exemple, le même jour que mon tweet sur la raclette, lefigaro.fr publiait “le français se hisserait au 3e rang des langues les plus parlées au monde

L’article en question parlait d’une “étude” (non citée) mais qui renvoyait vers un article paru dans quebec.huffingtonpost.ca, ce dernier étant un peu plus prudent en annonçant “le français serait la troisième langue du monde selon une nouvelle étude“. Tout en restant assez flou. Mais le titre de l’article de lefigaro.fr est complètement faux ! Le Français reste (relativement) peu parlé, mais reste une langue “puissante”, selon un terme qui n’est pas expliqué (il faut chercher un peu pour trouver plus de détails, sur kailchan.ca). Au même moment, liberation.fr publiait “on s’est aperçu que Google Maps mentait“, repris sur lci.fr. Comme le notait Philippe Reka, dire “on a demandé à des chercheurs chinois, japonais, indiens de faire des tests, et on a pu voir que si vous êtes à Pékin, vous avez une certaine frontière dans l’Himalaya et qu’à Delhi, vous en avez une autre“, c’est un peu fort de café… Il suffit en effet d’aller (depuis son canapé) sur http://google.cn/maps/ ou http://www.google.co.in/maps/. Pour reprendre l’animation de Philippe Rivière, on voit assez simplement que les tracés des frontières diffèrent (comme tout ceux qui jouent avec google maps le savent depuis longtemps)

Mais je m’arrête là, acrimed.org revient très régulièrement sur les “vraies news”, qui n’en sont souvent pas…

Comme le rappellait Benjamin Herold le meilleur antidote à la gratuité de l’information en ligne (mais je rajouterais à la course au buzz que l’on retrouve partout, y compris dans les sites – et les journaux – “sérieux”) est une culture de la pensée critique. C’est également ce que rappelle “Evaluating Information: The Cornerstone of Civic Online Reasoning” paru voilà déjà 5 ans.

Je vais continuer à publier sur mon compte twitter des liens vers des informations sérieuses, mais aussi des articles qui m’ont amusés. Tout comme sur mon blog, lorsque je publie “coffee and productivity” montrant que le café augmente la productivité,

ou “cigarette and life expectancy” montrant qu’avec le même raisonnement, fumer fait vivre plus longtemps…

J’ai envie de croire que les personnes qui suivent mon fil twitter ou qui viennent sur mon blog savent faire preuve d’esprit critique. Et apprécient que l’on soit sérieux, mais aussi satirique, à l’occasion, voie que l’on fasse preuve d’humour…  Cela dit, la frontière entre “humour” et “sérieux” est complexe à définir… spurious-correlations c’est sérieux ?

Weapons of Math Destruction: How Big Data Increases Inequality

Weapons of Math Destruction est un livre passionnant, qui, comme le sous-titre l’indique parle de “big data”. Beaucoup de livres parus ces jours-ci parlent de big data. Le point de vue est celui de Cathy, ancienne professeur de mathématiques (après des études à Berkeley, elle a obtenu un doctorat à Harvard et enseigné au MIT lors de son postdoc), qui a travaillé sur les marchés financiers au moment de la crise de 2008 dans un hedge fund, avant de rejoindre RiskMetrics en 2009, comprenant qu’il était important de modéliser les risques financiers. Après avoir côtoyé le mouvement Occupy Wall Street, elle décide reprendre sa vie en main, en devenant Data Scientist. Elle a ainsi dirigé un des cursus de l’école de journalisme de Columbia tout en étant consultante en Data Science.

Son point de vue est particulièrement intéressant, car elle met en avant le lien entre la gestion des risques et le monde qui s’ouvre, autour du big data. Le premier est que les deux ont attiré massivement l’élite des étudiants, la finance entre 1995 et 2010, le monde de la donnée ensuite. Pour les deux, le “vrai monde” semble déconnecté de ce qu’ils manipulent: “the real world, with all its messiness, sits apart“. Ce qui pose la question centrale du livre, qu’est-ce qui sera l’analogue de la crise du crédit dans le monde de la donnée? Et pour Cathy, la réponse est simple. Dans la dystopie que nous promet le Big Data, les inégalités sont augmenter.

Il y a déjà les inégalités du côté des plateformes, avec des compagnies qui finissent par occuper des positions monopolistiques. Comme le note Cathy, il n’y a rien d’incroyablement intelligent dans le fonctionnement de Google, ou Facebook. Ces compagnies sont énormes parce qu’elles ont été là, au bon moment, mais le danger est leur voracité insatiable. Car à l’heure actuelle, la même entreprise gère nos courriers électroniques, nos recherches (de voyage, de musique, etc), nos réseaux sociaux, et peut ainsi évaluer, mais également contrôler notre monde.

Et au delà des plateformes, ce sont surtout les inégalités au sein de la population qui vont exploser. Cathy O’Neil illustre sa thèse à l’aide d’exemples particulièrement bien choisis. Par exemple la publicité ciblée permet à des publicitaires prédateurs d’atteindre de manière encore plus efficace les personnes les plus vulnérables à l’escroquerie. Les algorithmes utilisés par les ressources humaines créent des discriminations pires que celles qui pouvaient déjà exister. Et c’est exactement le même phénomène que l’on observe avec les police prédictive, où l’égalité devant la loi n’a plus de sens dans la réalité quotidienne.

La logique de ces algorithmes prédictifs est simple: les gagnants vont gagner, et les perdants vont perdre. Mais de manière sournoise, car invisible. Il n’y a pas de volonté délibérée et affichée, il n’y a plus forcément de policier raciste, ou de recruteur misogyne. Les inégalités se créent sans que personne ne s’en rende vraiment compte. Considérons une RH qui veuille définir un score de “succès” pour proposer des promotions, peut être basé sur un historique de succès observés dans les années précédentes. Si les données ne contiennent que peu de femmes (car peu avaient, historiquement, des postes à responsabilité) l’algorithme pénalisera les femmes. Et la spirale va commencer. Il y en aura de moins en moins dans la base, et elles seront de facto davantage pénalisées. Le livre foisonne de petits exemples qui illustrent parfaitement son propos, car ce phénomène existe partout. Les programmes visant à réduire la criminalité font en fait augmenter la criminalité dans les régions les plus pauvres. Si les quartiers pauvres ont plus de crimes, il y a aura davantage de policiers, qui feront alors davantage d’arrestation, etc. Les inégalités sont exacerbées, car les modèles manquent de boucles de rétroactions.

Une fois posés tous ces problèmes, on est en attente de solutions. Et le tableau que dresse Cathy n’est pas très réjouissant. On retrouve le phénomène décrit par la loi de Goodhart, “quand une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une mesure”. Les plus malins comprennent la logique de l’algorithme, et finissent par pervertir l’évaluation. C’est le cas des évaluations des élèves dans les écoles américaines, où les instituteurs sont incités (par l’algorithme) à tricher pour aider leurs élèves à avoir des bonnes notes, pour faire remonter l’école dans le classement. Mais il n’est pas surprenant qu’il n’y ait pas de recette miracle, car le problème est profond. Comme le note Cathy O’Neil, “the model is optimized for efficiency and profitability, not for justice or the good of the ‘team.’ This is, of course, the nature of capitalism“.

A la lecture du livre, on comprend la logique dans le parcours de Cathy, sa logique de rejoindre Occupy après avoir vécu de l’intérieur la crise du crédit. On y entend un appel à la conscience des Data Scientist. Leur rappelant que la construction d’un “bon” modèle ne doit pas se faire sur des critères statistiques, mais doit aussi tenir compte d’une notion d’équité. Ce qui rejoint les débats que nous avons au sein de la chaire, lorsque nous essayons de réintégrer la notion de mutualisation lorsque les actuaires font de la segmentation tarifaire. Bref, ce livre est indéniablement le livre qu’il convient de lire en cette rentrée.

“L’empereur est tout nu !”, oeuvres d’art et experts

Pendant les dernières vacances on était à Venise, où on a vu de très beaux musées. Et comme j’avais l’impression de ne pas avoir parlé musées depuis longtemps, je m’étais dit que je pourrais revenir sur une petite anecdote. D’ailleurs, comme dans mon dernier billet, après le Guggenheim de NYC, on a vu le Guggenheim de Venise. Superbe. Et on a vu les deux musées qui proposent des œuvres de la collection Pinault, le Palazzo Grassi, qui hébergeait une rétrospective Martial Raysse (artiste vraiment intéressant, très pop)

et le Punta Della Dogana. Le bâtiment est réellement incroyable, et fabuleux. Des grandes pièces, hautes, avec du bois, et des briques,

Vraiment, un musée qui vaut le détour. Mais l’expo temporaire est… déroutante….

Continue reading “L’empereur est tout nu !”, oeuvres d’art et experts

La fresque de Joe Sacco

En matière de bandes dessinées relative à la grande guerre, j’ai longtemps cru que Jacques Tardi serait impossible à égaler. Lire C’était la guerre des tranchées ou Putain de Guerre était une expérience marquante. Mais il y a quelques semaines, j’avais acheté la fresque de Joe Sacco à mon fils, car je trouve qu’ils dessinent un peu de la même manière, avec des dessins denses et touffus, remplis de détails,

Comme toujours, Joe Sacco a un dessin qui marque. Mais alors que je lui reprochais toujours de parler trop dans ses livres, cette fois, on a une fresque de 7 mètres de long, silencieuse, devant laquelle on peut se planter, et regarder, comme la tapisserie de Bayeux

Et depuis une semaine, la fresque a été reproduite sur 130 mètres de long, dans le long couloir de la station de métro Montparnasse, dans le cadre des commémorations pour le centenaire

Je trouve l’idée incroyable, et j’avoue avoir hâte de vivre l’expérience. Vivement mardi prochain, où j’ai justement une correspondance à Montparnasse, en revenant de mon excursion à Londres !

1 tous les dessins sont extraits de La Grande Guerre, par Joe Sacco, publié en Français chez Futuropolis, et la photo devant la fresque est signée Bertrand Guay / AFP

Blogues de Sciences Francophones ?

Allez, je me lance… je vais rompre avec la règle d’or que connaît tout chercheur vivant dans le monde académique : ne jamais parler de ses échecs. Il est en effet de bon ton de dire “j’ai un financement du NSERC” mais pas de dire “sur mes cinq demandes de financement, toutes ont été rejetées. Sauf Une.” On peut raconter une anecdote sur les papiers rejetés, autour d’un café, mais mieux vaut éviter de dire qu’on a eu plus de lettres de rejet que de lettres d’acceptation dans sa boîte de messagerie. Et surtout, ne jamais l’écrire à l’encre indélébile. Oups.

A deux reprises la semaine passée, je discutais avec des blogueurs, chercheurs comme moi pendant leur temps libre (ou le contraire, je finis par me perdre), et les deux m’ont dit “tiens, on ne t’a pas vu dans la compilation des blogues de sciences francophones“. Eh oui, je crois que je ne suis pas dedans, effectivement. Cela dit, comme tout bon chercheur, j’ai bien entendu une explication ! Voire plusieurs !

☐ “mon travail est trop avant-gardiste pour être comparé aux autres
☐ “c’est un complot, les gens derrières ce classement ne m’aiment pas
☐ “ce que je fais, c’est plus que de la science, c’est de l’art, tu sais
☑ “c’est nul de mettre les gens dans des cases, et je ne suis pas exclusivement francophone

On l’occurrence, j’aime effectivement prendre comme (piètre) excuse la langue. Car je suis militant – voire activiste – en faveur des blogs de sciences. Ce qui rend vexant de ne pas être retenu comme blogueur de sciences. En revanche, la langue m’indiffère! Comme mon blog est professionnel, j’ai tendance à bloguer en anglais, mais quand il faut écrire de manière un peu plus subtile, pour éviter les malentendus, je recours à ma langue maternelle. Si je blogue à l’occasion en anglais, c’est que c’est plus simple: tout ce que je lis ou presque est en anglais.

Maintenant, comme tous les chercheurs, j’ai aussi un amour propre (et un égo) démesuré, et comme toujours les échecs, ça touche un peu. Car, ami lecteur, derrière ce blog que tu consultes régulièrement (si ce n’est pas encore le cas, il va falloir changer tes habitudes !) il y a du travail (mine de rien). Et sentir son travail un peu valorisé, ça fait toujours plaisir. Il y a quelques semaines, j’avais invité Pascal Lapointe (a.k.a. @paslap, qui a justement dirigé la publication du livre compilant les blogs) pour un café, car je voulais discuter de vulgarisation et de blogs de sciences justement. Et il m’expliquait qu’il ne comprenait pas le sens academic blogging, que j’avais pris l’habitude d’utiliser (par exemple en mettant en avant le blog de Paul Krugman : sous prétexte qu’il est académique, peut-on dire que son blog est un blog académique ? et je pense qu’il a raison, ce qui m’a fait reprendre le terme utilisé par hypotheses.org, carnet de sciences ouvert). Mais je persiste sur l’importance de donner un nom à cet activité que nous exerçons, pour savoir comment la positionner. Puis-je parler de mon blog dans mes demandes de subventions (mon blog peut donner une forte exposition à mes travaux) ? Puis-je financer avec mes fonds de recherche des livres que j’achète pour faire un billet sur mon blog, et pas un article de recherche (pour l’instant je finance avec mes sous personnels, ce sont des cadeaux en moins pour mes enfants à Noël) ? Puis-je héberger des travaux de mes élèves sur mon blog, comme billets invités ? On avait lancé le débat dans les commentaires d’un vieux billet, et je pense que j’essayerais de le poursuivre car je pense qu’il est important.

Maintenant, pour revenir à cette compilation, la petite histoire est que l’an passé, plusieurs personnes m’avaient sollicité. Des gens qui lançaient la compilation, mais aussi les éditeurs de mon blog. Pour le premier, la logique est simple : un recensement n’a de sens que si l’éventail est large; pour les second, être présent dans ces compilations donne une grande visibilité. Les démarches étaient simples (de mémoire) : il fallait envoyer deux posts qui pourraient être les ambassadeurs du blog. J’avoue ne plus trop savoir ce que j’ai retenu, et ne pas avoir compris non plus ce à quoi je participais… Si je l’ai fait, c’est parce que j’avais cru comprendre qu’il s’agirait d’une espèce de recensement, avec une liste aussi complète que possible (plusieurs personnes le font, et c’est probablement très intéressant, je pense au particulier à l’initiative visant à recenser des blogs de sciences féminins). Mais ex-post, j’ai l’impression qu’il s’agissait d’une espèce de concours (car il semble qu’il y ait un jury qui a fait une sélection). Dans ce cas, autant mettre les choses au clair : je veux bien que mon blog se retrouve cité dans des listes diverses et variées, mais je ne vais pas l’inscrire à des concours de beauté ! La raison est simple : je passe mon temps à me faire évaluer, et à évaluer les autres1 . J’ai toujours revendiqué mon blog comme un espace de liberté au sein du monde académique. L’humiliation, je garde ça pour mon travail d’enseignant et de chercheur (ça fait partie de la vie de touts les jours) par contre, je ne garde que les bons côtés du monde académique pour mon blog. J’écris sur les sujets que je veux, je me fais plaisir en essayant de répondre à des questions que je me pose, ou dans le meilleur des cas, qu’on me pose… Mais ne me demandez plus, s’il vous plait, de l’inscrire de nouveau à un concours de beauté !

Voilà, c’est dit.

1 rédaction de dossier pour des demandes de financement (où je dois faire croire que je suis le meilleur et que ma recherche va sauver l’humanité), lecture des évaluations des cours par mes élèves (qui adorent les profs sympas qui font des blagues et qui mettent des bonnes notes), réception de rapports de relecture par des pairs (qui n’ont pas aimé mon papier et qui me demande au moins de citer 3 papiers écrits par la même personne sans grand rapport avec mes travaux), évaluation de rapports de collègues (qui veulent des financements que je me suis fait refuser l’an passé), élaboration d’un projet de demande de financement pour un étudiant de maîtrise, etc.

2 les images sont tirées de l’excellent Little Miss Sunshine.

24 heures (de science)

Cette fin de semaine, ce sont les 24 heures de sciences, au Québec

Il paraît que c’est une fête. Coïncidence ou pas, j’ai fait mes 24 heures de science hier ! Après trois jours assez intense en début de semaine, en Belgique puis à Paris, avec un jury de thèse, un mini cours, un exposé, et plusieurs rendez-vous (pour des partenariats universitaires, avoir accès à des données, monter des formations, etc) je suis finalement rentré hier, jeudi. Compte tenu du prix des hôtels sur Paris, j’essaye autant que possible de squatter chez des collègues lorsque je dois y passer une nuit. Donc mercredi soir, j’étais chez un ami (et collègue), et on a parlé travail jusqu’à tard dans la nuit… A six heures, réveil matinal (enfants obligent) pour rejoindre l’aéroport. Comme le 8 mai est férié, j’avais essayé de prévoir un peu de temps car il y avait moins de transports en commun. Arriver trois heures en avance, c’est pénible, mais d’un autre côté, ça m’a laissé du temps pour avancer la rédaction d’un rapport d’arbitre que j’ai du mal à finir (faute de temps). Dans l’avion, j’ai pu me remettre à des papiers qu’il va falloir finir dans les semaines à venir (maintenant que la session d’hiver est finie, la recherche pourra reprendre !). J’ai pu arriver à l’heure, après presque 7 heures de travail non-stop (juste le temps de manger un plateau repas). A 16 heures (heure locale, soit 22 heures en France), j’arrivais enfin au bureau. Oui, les jeudis soirs, je donne un cours pour la session d’été. Bref, il fallait réviser un peu (relever aussi son courrier, récupérer les reçus pour les remboursements, etc), et j’ai pu donner mon cours, entre 17:30 et 21 heures. Le cours finissait à 21 heures (3 heures du matin, en France), et quand je suis rentré à la maison, les enfants dormaient depuis longtemps. J’ai alors du répondre aux courriels qui s’étaient accumulés depuis le matin, en suivant distraitement le match… et j’ai fini par m’endormir un peu avant 23 heures (5 heures du matin en France). Je n’ai pas pu tenir 24 heures d’affilée… je commence décidément à vieillir. Et je ne sais pas s’il y a des gens que ça amuse de faire de la science pendant 24 heures, mais personnellement, je n’ai qu’une envie, c’est d’aller dormir !

Lectures, #MyTopTenBooks

Histoire de poursuivre sur la lancée de plusieurs autres bloggers (je pense à Martin Grandjean qui m’a fait découvrir l’initiative) et plusieurs utilisateurs de Twitter, j’ai eu envie de participer à la discussion autour du hashtag #MyTopTenBooks. A la vue de plusieurs photos qui montraient des livres qui m’avaient plu, j’ai eu envie d’en découvrir plusieurs. A mon tour cette fois, avec une liste de 10 livres (qui a été difficile à établir…), de susciter des envies (j’espère….)

  • Les Classiques de Camille, par Camille le Fol. Pour prendre un peu de temps pour expliquer mon choix, il faut peut être que j’explique que j’adore faire la cuisine. Depuis la naissance de mon fils, c’est ma principale contribution à la maison: je cuisine tous les repas, ou presque. Et j’adore ça ! Et bien entendu, je suis en charge du marché (j’aurais pu citer deux livres que j’ai adoré, qui m’ont permis de découvrir plusieurs producteurs et marchands, au marché de Lices, à Rennes, et au marché Jean Talon, à Montréal – oui, on a toujours essayé d’habiter proche d’un marché). Il y a plusieurs livres de cuisine que j’adore, mais le livre de Camille est probablement celui que j’ai le plus utilisé: il est simple et bon. C’est dedans que j’ai trouvé ma recette de blanquette de veau
  • Pinocchio, de Winshluss. Je ne sais pas trop pourquoi je mets ce livre en fait. Quand ils étaient petits, les enfants adoraient Wizz et Buzz, c’est probablement une des bandes dessinées qu’ils ont le plus lu. Et Pinocchio a été une claque (pour moi en tous cas). Ce livre est incroyable ! J’ai attendu longtemps avant de le laisser entre les mains des enfants, mais ils ont fini par le trouver tous seuls, et l’adorer ! Avec Lapinot et les carottes de Patagonie, c’est une des bandes dessinées que je relis le plus souvent, en découvrant toujours des passages différents qui me surprennent (ou me dérangent, dans le cas de Pinocchio). Je pense que je l’ai mis dans cette liste car ce livre m’a réellement marqué !
  • Theory of Decision under Uncertainty de Itzhak Gilboa. Mon premier livre de boulot dans la liste. Ce livre est incroyable. C’est le livre que j’aurais rêvé écrire… il est limpide, et répond à toutes les questions que je me suis longtemps posé sur le sujet. C’est aussi le cours que j’aurais rêvé donner ! Ce livre peut parler à tout le monde, c’est probablement sa grande force !
  • Notes de Boulet. J’ai mis ici le Tome 7 car il fallait en mettre un. Oui, je l’ai déjà dit sur ce blog, j’adore Boulet et son blog. C’est créatif, et drôle.
  • The Barnhart Concise Dictionary of Etymology. J’ai une passion pour les dictionnaires. Et plus particulièrement, les dictionnaires étymologiques. Je suis fasciné, tout simplement. Et ce dictionnaire est le seul que je possède en langue anglaise. Et c’est un puit sans fin, dès que je commence à le lire…
  • Une saison de machettes (et plus généralement, la trilogie des Récits des Marais Rwandais) de Jean Hatzfeld. Cette trilogie est horrible. En cette période d’anniversaire des 20 ans du Génocide au Rwanda, c’est le livre à lire (mais on n’en sort pas indemne). J’ai acheté ces livres suite à un court séjour à Abidjan, pour un cours, alors que j’étais accueilli par un membre de l’Ambassage, qui était alors en poste au Rwanda (à l’Ambassade de France) lors des massacres… Ca reste une rencontre forte qui m’aura beaucoup marqué !
  • Fantôme de Jo Nesbø. En fait, je pourrais mettre tous les livres de Jo Nesbø, sans exception (y compris les livres pour enfants). Un des auteurs que je suis régulièrement depuis quelques années.
  • A Study in Scarlet d’Arthur Conan Doyle. Un souvenir de jeunesse. Petit, je n’aimais pas lire. Je pense que les seuls livres que j’acceptais de lire étaient les livres de Sherlock Holmes. J’ai bien entendu suivi le dessin animé d’Hayao Miyazaki (qui avait peu à voir avec les livres) et la série, qui passait le dimanche soir, sur FR3, avec Jeremy Brett. C’est ma première vraie rencontre avec la lecture. Maintenant, pour être tout à fait honnête, ce qui me plaisait également, c’est que j’ai grandi avec un prénom peu commun (à l’époque). Et le fait qu’on partage le même prénom créait une connivance entre nous. Il y avait même un Arthur Charpentier dans ce livre ! Mais maintenant que je peux lire en anglais, je recommande de lire le livre en version originale.
  • Exit Music de Ian Rankin. Oui, on reste à Edinbourgh avec un autre auteur de polar que j’adore ! Là encore, je pourrais mettre dans la liste tous les livres de John Rebus. Et là encore, je recommande la lecture dans la langue originale, qui est riche (et parfois compliquée à suivre pour un non-anglophone, mais peu importe, l’effort en vaut largement la peine)
  • Modelling Extremal Events: for Insurance and Finance de Paul Embrechts, Claudia Klüpelberg, et Thomas Mikosch. Le premier livre jaune que j’ai acheté alors que j’étais encore étudiant, en 1998. Alexander McNeil avait donné un cours passionant, inspiré du livre. Ce n’est pas le livre le plus récent sur les extrêmes (je pense au prodigieux Statistics of Extremes, de Jan et Johan). Mais c’est le livre que je relis, chaque fois que je dois donner un cours sur le sujet. Je préfère certaines preuves du livre de Sidney Resnick, et le livre de Jan et Johan sur les aspects inférentiels, mais la structure du livre est limpide, et j’adore les remarques et les petits commentaires, incroyablement éclairants.

En volant un peu la fin du billet de Martin Grandjean je vous invite à faire de même, en partageant vos sélections de livres (que j’essayerais de suivre encore via #MyTopTenBooks). Et si mes titres vous laissent à penser que je devrais en aimer d’autres, n’hésitez pas à m’en faire part, via les commentaires !

Musée(s)

Samedi après-midi, profitant du (relatif) réchauffement, on a marché avec ma fille (la petite, les grands sont au Chili pour la semaine) jusqu’au musée des Beaux-Arts. Traîner au musée une fin d’après-midi doit être une des choses que j’appréciais le plus à l’époque où j’étais étudiant à Paris. Mais Montréal n’est pas Paris (ni New York, comme me le faisait remarquer un collègue, amateur de musées). Pourtant, le musée des Beaux-Arts de Montréal m’avait permis de découvrir Dale Chihuly l’été dernier (une découverte surprenante). Samedi, je pensais qu’on pourrait aller voir Peter Doing, mais je me suis souvenu que les éditions de la Pastèque exposait une quizaine d’artistes, et j’ai eu envie d’aller jeter un œil.

L’idée de l’exposition – ça m’est revenu seulement au beau milieu de la visite – était qu’un artiste devait sélectionner une pièce du musée, et… broder autour.  Une quinzaine d’artistes pour les quinze ans de la maison d’édition. Idée intéressante, non ?

On entre dans l’exposition en découvrant quelques planches de Michel Rabagliati. C’est un peu la star de l’exposition, alors j’ai regardé d’un œil un peu distret car j’espérais surtout découvrir des artistes que je ne connaissais pas. Mais en 5 ou 6 planches, j’avoue qu’une nouvelle fois, Michel m’a époustouflé. On découvre une jolie petite histoire, en espagnol, d’un colleur d’affiche, dont l’affiche mal collée s’envole avec le vent, et reste un morceau… De mémoire, un critique d’art découvre le morceau restant,

et qui s’extasie, criant au génie, même s’il n’a jamais vu le reste de l’affiche…

ce n’est qu’en se retournant qu’on découvre le morceau de l’affiche, qui est resté…la bébé sardine qui fait face à sa maman, comme me l’a expliqué ma fille. Ah, oui,  c’est un tableau de Joan Miró. L’idée est géniale ! Vraiment ! Mais ce qui m’a le plus touché, je pense, c’est la discussion (filmée) de Pascal Girard, et sur sa rencontre avec les ours, inspiré par un dessin de Sarni (Sharni) Pootoogook, un artiste inuit, datant des années 60,

Je ne sais pas si c’est le souvenir de mes vacances californiennes de cet été (où on a effectivement croisé des ours, en se promenant), ou si c’est la réflexion autour du “est-ce que j’ai vraiment vu un ours? est-ce que ça s’est vraiment passé comme je le raconte? est-ce que je me souviens encore de ce que j’ai vu, ou est-ce que l’histoire que j’ai raconté a pris le dessus sur ce que j’ai réellement vécu?” qui m’a troublé… mais je suis resté scotché devant la vidéo et la discussion de Pascal Girard.

Tout son questionnement, je le vis sur mes blogs, où je passe mon temps à essayer de mettre un peu en forme mon quotidien (peut-être un peu trop, à l’occasion) exactement comme Pascal Girard. Toutes proportions gardées, bien entendu, car je ne suis pas un artiste ! Cela dit, lorsque je discutais avec Julien Prévieux (pour préparer la Biennale d’Art Contemporain, à Rennes, en 2010), je m’étais fais la réflexion – à plusieurs reprises – qu’artistes et scientifiques ont beaucoup en commun.

J’avais oublié à quel point une visite rapide de 30 minutes au musée peut susciter comme questionnements. Vivement que j’emmène les grands à leur retour….

Blogging in Academia

In a few weeks, I will attend the World Social Science Forum, and participate to a panel committee, on “Minor forms of academic communication: revamping the relationship between science and society?” The Forum will take place at the Palais des Congrès in Montréal.

First developed by physicists, the open access movement has significantly widened in scope and has been taken up by the European Commission and the G8. If the motivations behind this are essentially to do with innovation, competiveness and the economic efficiency of state investments, open access also introduces a major change in the relationship between science and society. Once citizens have access to the results of social science research, in real time and in their entirety, the whole nature of the relationship between science and society is renewed. However, the debate is focused on the major forms of academic communication: journal articles and books. And yet, in ways almost invisible to the academy, so-called minor forms of academic communication are developing in the interstices, creating a kind of “permanent virtual seminar” and intermeshing with promising heuristic, pedagogic and societal possibilities. Over the last decade, research blogs have embodied a new experience of academic communication, allowing for an experimentation of formats, schedules and interactions that differ from those of the traditional academic process, at both its early and later stages. These blogs dovetail with societal questions, open up new frontiers and step outside the academic ivory tower. From “just-in-time sociology” to probing interpretations of the “Arab Spring”, from analysis of contemporary visual culture to knowledge of contemporary movements such as rap, tattoos and religious conversions, academic blogs place the social sciences at the heart of the society they study. Academic blogs have already found a following. Through this readership a democratisation of access to science is underway. This momentum brings opportunities and reveals new ethical, epistemological and scientific questions.

See also  http://oep.hypotheses.org/319 and http://oep.hypotheses.org/322

For an academic, imparting knowledge revolves around two main activities. As a researcher, an academic must produce articles destined for a very limited readership and adhering to a very rigid process, one that involves severe constraints of time and form. As a teacher, an academic must think of his or her students; he or she must make knowledge accessible and arouse curiosity while also seeking to instil the notion of scientific rigour: outlining hypotheses; identifying the results that may be obtained if these hypotheses are borne out; questioning the validity of the said hypotheses. I will come back to the experience of the Freakonometrics blog, which originated as a response to a pedagogical difficulty and is based on two recent ventures. The first was Freakonomics, Stephen Dubner and Steven Levitt’s blog (then books), which aimed to explain economic behaviours using surprising and sometimes provocative examples. The second was the recent explosion of “data visualisation”, an offshoot of open data and big data that showed statistics could be elegant as well as informative. The Freakonometrics blog emerged from a desire to explain in very practical terms how econometric modelling works, by providing (or explaining how to find) data and sharing codes with which to produce graphics. This experience provided the opportunity to publish research studies in an unconventional form. If the rigour expected is the same as that of an article submitted to a peer-reviewed journal, the blog format allows authors to include anecdotes and exploit the rich potential of online documents (animations, links, etc.). Blog posts also extend the notion of reproducible research, the idea being not to impress the reader by making him or her think (s)he is reading something groundbreaking (which we all seek to do in an academic article), but instead to instil the idea of do-it-yourself by allowing all readers to reproduce the analysis.

My paper will discuss the creation of a blog on the Hypotheses platform in relation to my position as a “young academic” and drawing on my experience of academic blogging. I would like to put forward the hypothesis that for a young academic, blogging is a means to liberate oneself from the rules of the academic world. It offers unrivalled editorial freedom and potential academic recognition. I would like to show that, in turn, this academic liberation emancipates knowledge itself, allowing it to reach sectors and readerships beyond those originally intended. I also wish to point out the practical aspects of this interplay between the liberation of the young academic and the liberation of knowledge. First, I will show why for a young academic, blogging is a way to liberate (or at least distance) oneself from the rules of the academic establishment. Secondly, I will attempt to show that by freeing themselves from the academic sphere, young academics impart knowledge, skills and qualities that are useful to everyone.

In a context of financial difficulties and waning influence, the social sciences now place more importance on producing authority than producing knowledge. The new tools of digital micro-publication, which compete with traditional publications yet lack institutional legitimacy, have met with strong resistance. The characteristics that make them such formidable tools for research, communication and academic discussion, and for collective and collaborative work in particular, remain largely unrecognised. In the absence of suitable incentives and training programs, use of these tools is developing virally and falls far short of full potential. Will such tools continue to develop as best they can at the sidelines of the academy? While the humanities shun their social responsibilities, academic blogging will remain an art rather than a science.

See also http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/15/807-why-blog

  • A blind spot? Digital infrastructures for digital publishing, and for academic blogging in particular, Marin Dacos

After several centuries of development, knowledge technologies today form a highly organised ecosystem, structured around books and journals and with its own clearly identified professions, infrastructures and actors. From publishers to librarians, authors to booksellers, a book industry has emerged and encourages the circulation of ideas. With the rise of the network, these roles are slowly being redefined and new actors are rapidly emerging. The 2006 ACLS report (“Our Cultural Commonwealth: The Report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences”) is one of the first signs of recognition of the need for digital infrastructures. These infrastructures are not simply confined to “noble” publications i.e. books and journals. They also concern the so-called minor forms of academic communication. Yet developing such infrastructures requires much more than simply installing a server under a desk. On the contrary, digital infrastructures necessitate the creation of platforms, which in turn entail the emergence of new teams and new professions – those of digital publishing. These platforms are often developed or bought up by predatory multinationals (for example, Mendeley absorbed by Elsevier). Academic-led alternatives do exist (Zotero for bibliographies, Hypotheses for blogs), yet the academic community has failed to fully recognise the associated opportunities and risks. The academy has every interest in making sure it does not become marginalised within its own infrastructures. The alternative is to reproduce the vagaries of the extraordinarily concentrated global publishing system, which has stripped the research sector of some of its intellectual and budgetary initiative-taking capacities.

See also :  ”Scholarly blogs, a space on the side for academic dialogue” by Marin Dacos and Pierre Mounier. Part 1 and Part 2.

(to be continued…)