Category Archives: Students

Démographie québécoise

Cet automne, j’étais allé voir Mummy, de Xavier Dolan. Et j’avoue avoir adoré le film ! J’ai tout aimé ! La musique, le cadrage, le rythme, les acteurs (même si j’avais du mal à croire Anne Dorval qui restera toujours pour moi la maman des Parent, surtout que j’ai passé mon temps à Montréal à croiser Daniel Brière – l’acteur, pas le joueur des Avalanches – qui habitait à côté de la maison, et qui faisait souvent le marché en même temps que moi… pour moi les deux étaient attachés à tout jamais…. et la mère de la série et celle du film de Xavier Dolan sont assez différentes).

Le seul reproche que j’aurais pu faire, ce sont les sous-titres (qui nous étaient imposés, en France). Au Québec, on avait pris l’habitude de vivre sans sous-titres, et on a appris une langue en la parlant, au quotidien. Par exemple, j’ai appris ce que voulait dire câlisser sans avoir à ouvrir un dictionnaire, ou sans demander de traduction. De même que j’ai découvert qu’il existait des variantes, comme décâlisser (et j’ai même fini par comprendre le sens). Mais je n’avais jamais eu besoin de visualiser la traduction du mot. Voir des traductions de mots que j’avais fini par découvrir et comprendre m’a déstabilisé. Je reverrais d’autant mieux le film en DVD, sans les sous-titres qui m’étaient imposés au cinéma.

C’est amusant car pendant les vacances, j’en ai profité pour finir Magasin Général de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. Et j’ai eu plaisir à retrouver des expressions québécoises tout au long de la lecture. Même si l’histoire se déroule à Notre Dame du Lac, situé sur le bas Saint Laurent (même si le nom ne semble plus exister depuis quelques années), on est loin des dialogues que l’on peut entendre en région, et on a une version agréable de ce qu’on pourrait entendre à Montréal…

En fait, comme cela est indiqué (trop) discrètement, c’est Jimmy Beaulieu (dont j’avais déjà souligné le travail admirable dans un précédant billet) qui a fait la “traduction” des dialogues, pour avoir (comme le disent les premières pages du livres) des dialogues en québécois “qui soient compréhensibles des deux côtés de l’Atlantique”. Ce qui montre bien qu’un français de France peut comprendre le québécois (moyennant un peu de bonne volonté). Je crois que j’aurais bien aimé avoir des sous-titres pour Mummy dans la même langue que celle parlée dans Magasin Général.

En lisant en particulier les deux derniers tomes de Magasin Général (oui, j’avais un peu de retard), et les histoires de natalité, je me suis souvenu du travail que l’on avait fait il y a un peu plus d’un an avec Julie, qui était venu faire un stage à l’UQAM, et avec qui on avait découvert la démographie du Lac Saint Jean (certes, par rapport à Magasin Général, on est de l’autre côté du Saint Laurent).

les slides (de la soutenance de stage) sont en ligne,

Maudits Français…

S’il y a une tâche que je déteste par dessus tout dans ma vie d’enseignant-chercheur, à Montréal, c’est celle de traducteur de CV de Français. Assez (pour ne pas dire trop) régulièrement, on me demande de donner un coup de main pour décoder le CV d’un étudiant Français, à la recherche d’un “stage“. Sous prétexte que les Québécois parlent le français, beaucoup d’étudiants nous envoient des CV en français, malheureusement dans une langue qui ne parle qu’aux français (de France). On y entend parler de “CPGE” (souvent sans expliquer ce que cela signifie), de “Master” ou pire, de “Stage de Master 2”. Je me souviens de dialogues savoureux avec des collègues,

ça veut dire quoi ça M2 ?
– ça correspond à la deuxième année de maîtrise, en gros… [ndlr oui, LMD c’est un système qui n’existe pas en dehors de l’Europe, le reste du monde raisonne davantage en undergraduate et graduate studies je pense]
donc ils écrivent leur mémoire ?
euh, non, ils ont encore plein de cours, tu vois ça sur le relevé de notes…
ils suivent tant de cours que ça ?
en fait, un cours, je ne sais pas trop combien ça fait d’heures, mais c’est souvent une vingtaine… il n’y a pas marqué le nombre d’heures dans le relevé de notes ? [ndlr à Montréal, un cours c’est 45 heures, et quand on suit des études graduées, c’est rare d’en suivre beaucoup]
non… d’ailleurs, pourquoi il a suivi autant de cours de physiques ? il veut être ingénieur ou faire de la finance ? s’il veut faire de la finance, pourquoi il n’a pas fait une formation en finance, avec quelques cours d’économie plutôt ?
euh… c’est compliqué  c’est le principe des école d’ingénieurs en France… souvent les élèves regardent le “classement” des écoles et pas ce qui y est enseigné… donc tu peux rentrer dans une école d’électronique avant de te rendre compte que tu aimes la finance computationnelle [ndlr suit souvent une longue discussion sur les écoles, ou la variétés d’écoles, ce qui embrouille tout le monde, car toutes les écoles ont des noms proches, et qui fait que personne n’y comprend rien]
ah ? [ndlr je vais simplifier le message d’incompréhension qui suit mon long monologue]  et 14.23 c’est bien comme moyenne ?
ça dépend,  ne veut pas dire grand chose… tiens, regarde le classement
il n’y a pas de classement…
pfffff qu’est-ce que j’en sais moi….
s’il est bon, pourquoi il ne reste pas faire son mémoire en France ? si j’ai un bon étudiant en maîtrise, je le garde au moins jusqu’à la fin de son mémoire [ndlr oui, quand tout se passe bien, à Montréal, quand un étudiant est inscrit en maîtrise, il suit son directeur pendant les deux ans, ce dernier en contrepartie le finance]
– non, c’est pas un mémoire qu’il cherche, il veut un “stage”, c’est obligatoire… normalement tu le fais en entreprise, mais tu peux aussi le faire dans un labo universitaire
en entreprise? mais il a fini ses cours?
– ben oui, je pense
– pourquoi il travaille pas alors? il pourrait chercher un emploi, ça serait mieux payé
– en fait je crois qu’un stage, c’est une période d’essai pas cher, avant une embauche…. c’est un peu une arnaque, mais ça marche comme ça en France.
– c’est louche ton histoire. S’il veut travailler en entreprise ensuite, autant qu’il cherche un stage en entreprise, et s’il veut le faire dans un labo, c’est qu’il veut faire un doctorat par la suite ?
euh… effectivement, je sais pas trop….
bon, tu nous embrouilles avec tes français, on comprend rien, on va relire les CV reçus d’étudiants de Téhéran, au moins ils sont plus clairs !

Je pense que tous mes collègues qui sont passé par le système français, et qui sont maintenant à l’étranger (disons en dehors de l’Europe) ont tous vécu des histoires similaires. Les étudiants français sont souvent bons, mais ils sont incroyablement mauvais pour se vendre ! Je ne peux que conseiller aux étudiants de tenter de postuler pour faire des césures, des stages, des semestres à l’étranger ! Mais il fait comprendre que personne ne comprend rien à vos CV ! On reçoit des applications de toutes les régions du monde, et les CV de Français sont les plus durs à comprendre, car aucun effort n’est fait pour qu’un étranger le comprenne. Je ne dis pas que c’est simple. Sur http://fr.wikipedia.org/, il y a un schéma censé comparer le système d’éducation supérieur au Québec et en France (ou disons une version simplifiée de la France), qui éclaire un peu, mais il faudrait aller un peu plus loin. Peut-être faudrait-il traîner un peu en ligne pour voir des CV d’étudiants de maîtrise, voir des formats que l’on a l’habitude de recevoir. Les commentaires sont ouverts si quelqu’un a des suggestions… mais personnellement, j’en ai marre de faire le boulot et de ré-expliquer le fonctionnement d’un système que j’ai de plus en plus de mal à comprendre…

[ndlr to be continued….]

 

[mardi 26 novembre] Grâce à Emmanuel Davidenkoff, il est possible d’entendre ce billet ! on n’arrête pas le progrès ! (merci à Mathieu et @FrenchRedFrog qui me l’ont appris ce matin)

French dataset: population and GPS coordinates

A short post today based on recent work by @3wen (Ewen Gallic, graduate Student in Rennes, spending a year in Montreal). Since we were working on a detailed French dataset (per commune), we needed a dataset containing a list allcommunes, with population and location. GPS coordinates were extracted from Google, using the following php file, inspired by http://www.andrew-kirkpatrick.com/ on Google geocoding api with php webpage. Population was interpolated from INSEE’s datasets, i.e. http://www.insee.fr/ (since data are over a 35 year period, from 1975 to 2010, changes have been taken into account as carefully are possible – e.g. merges and splits of cities – based on thatdescription). A spline model has been used for all cities (with three degrees of freedom, and null and negative interpolation became one, since we’ll be using loglinear models afterwards). Names are from that dataset, still on INSEE’s website, http://www.insee.fr/.

A zipped file can be downloaded here popfr19752010.zip, but it is also possible to use the code below (it is a 24Mo dataset). Since it was hard to find such a dataset online (different files can be found, but we found none with population and location), we have decided to upload that dataset. Please let us know if there are problems with those data…

> base=read.csv(
+ "http://freakonometrics.free.fr/popfr19752010.csv",
+ header=TRUE)

Using that code, it is possible to locate all the communes in France (metropolitan), for instance

> library(maps)
> map("france")
> points(base$long,base$lat,cex=.1,col="red",pch=19)
> points(base$long,base$lat,cex=2*base$pop_2010/
+ max(base$pop_2010),col="blue",pch=19)

Several additional lines of code on that dataset (and also others) will be uploaded, soon.

Cette oeuvre est mise à disposition sous licence Paternité – Partage à l’Identique 3.0 non transposé. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/. Date : 24 mai 2012, par Ewen GALLIC. Sources : INSEE, API Google Maps v3 et GeoHack (coordonnées GPS), propres calculs (estimation de population à partir des données INSEE).

  • reg : code region INSEE (character)
  • dep : code departement INSEE (character, corse 201 et 202 au lieu de 2A et 2B)
  • com : code commune INSEE (character)
  • article : article du nom de la commune (character)
  • com_nom : nom de la commune (character)
  • long : longitude (numeric)
  • lat : latitude (numeric)
  • pop_i : estimation de la population à la date i (ramenée à 1 si <=0), i=1975,…,2010 (numeric)

Copules et processus empiriques

Tarek Zari a soutenu sa thèse au début du mois, présentant une “contribution  à l’étude du processus empirique de copule“, et sa thèse est en ligne ici. Je mets aussi une copie des slides de la soutenance . Historiquement, il semble que Frits Ruymgaart a été le premier a parler de processus empirique de copules, en 1973 (sa thèse est en ligne ici).

Paul Deheuvels avait également introduit la notion en copule empirique dès 1979 sous le nom de “fonction de dépendance empirique“. A la même époque, Ludger Rüschendorf proposait également une étude asymptotique des processus empiriques de copules (ici en 1976), ou encore Gäenssler et Stute dans leur seminar on empirical processes et Winfried Stute dans les années 80 (). Une revue de la littérature sur les processus empiriques multivariés a été publié à cette époque, en ligne . Depuis Jean-David Fermanian a publié un papier ici sur la convergence faible, et Paul Deheuvels ou Ludger Rüschendorf ont publié énormément de choses, en particulier sur la vitesse de convergence…

Mais quand va-t-on enfin se décider à fermer les universités en France ?

J’ai été un peu titillé ce matin en voyant la une s’étaler sur la devanture du buraliste en bas de la fac,

Comme le dit Wikipedia, “l’expression grande école désigne en premier lieu les établissements d’enseignement supérieur français recrutant majoritairement sur concours parmi les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Par extension, le terme est également associé à un petit nombre d’établissements de formation des hauts fonctionnaires français recrutant sur concours parmi les titulaires de la maîtrise ou d’un diplôme considéré comme equivalent. Enfin, de manière plus récente, le terme peut être associé à certains établissements d’enseignement supérieurs recrutant sur dossier ou concours directement, ou indirectement via des classes dites “préparatoires intégrées”, au niveau du baccalauréat et délivrant un diplôme après généralement cinq années d’études postérieures au baccalauréat“. Bref, au vu de cette dernière définition, j’ai du mal à voir clairement le lien entre la notion de “grande école” et celle d’élite, évoqué dans le premier paragraphe de de l’article, ou dans l’édito de la première page,

ÉLITE, subst. fém.

I.− [Avec ou sans déterminant] Ce qu’il y a de meilleur dans un ensemble composé d’êtres ou de choses; produit d’une élection qui, d’un ensemble d’êtres ou de choses, ne retient que les meilleurs sujets. A.− Usuel. [À propos d’êtres hum.] 1. Au sing. Minorité d’individus auxquels s’attache, dans une société donnée, à un moment donné, un prestige dû à des qualités naturelles (race, sang) ou à des qualités acquises (culture, mérites).
2. Au plur. avec art. déf. (néol. début xxe s.). Classe minoritaire composée de gens qui, du fait de leur naissance et de leurs mérites, de leur culture et de leur capacité sont reconnus (ou se reconnaissent) comme les plus aptes soit à occuper les premières places de la société à laquelle ils appartiennent, soit à donner le ton à leur milieu
Moi qui ai enseigné dans de nombreuses grandes écoles, et dans plusieurs universités, je suis un peu agacé par cette ambiance actuelle de dévalorisation de l’université, car pour être honnête, j’ai eu à l’université plusieurs très bons élèves (meilleurs que des bons élèves d’école), et réciproquement, j’ai vu des élèves en école que je n’aurais jamais pensé avoir une licence à l’université… Bref, je trouve dangereux de mentir ainsi aux parents en dénigrant autant l’université (car ces journaux sont plus lus par les parents que par les lycéens qui s’interrogent – éventuellement – sur leur avenir). Ce qui me gêne également, c’est lorsque les décideurs politiques lisent ce genre d’article (voire certains responsable universitaires) et décident d’affecter des moyens colossaux dans des “écoles” (au détriment de l’université, car comme toujours depuis quelques années, le jeu est à somme nulle). Si vraiment l’université était si mauvaise que ça, je me demande ce qu’on attend pour toutes les fermer….
Fort heureusement, les recruteurs sont – pour l’instant – un peu moins bornés que certains…. Espérons que ça dure…

Quand on a les boules…..

Vendredi dernier, le bureau des élèves avait organisé un tournoi de speed-pétanque dans le cloître de la fac de Sciences Eco (comme l’an dernier, ici). Nous avions monté une équipe, qui n’a pas eu la chance de franchir les qualifications*…. Pourtant, pour reprendre l’expression de Nathalie, la pétanque c’est facile, il suffit de minimiser la distance entre la boule ou le cochonnet. Ou plus précisément, on recherche à résoudre un programme de la forme suivante,

Pour cela, il y a deux méthodes principalement,

  • essayer de minimiser , i.e. minimiser la distance entre ma boule et le cochonnet. On appelle ça pointer,
  • essayer de maximiser , i.e. maximiser la distance entre la boule de mon adversaire et le cochonnet. On appelle ça tirer,

Malheureusement, c’est formellement un peu plus compliqué que ça, car en vrai il s’agit d’un jeu successif, où l’équipe la plus loin du cochonnet joue. Et en pratique, ça se complique encore, car entre la pluie, le terrain en pente, le vent, les gens qui fond des bruits autour, c’est pas simple de gagner (qui a dit qu’on était des mauvais perdants ?).

En fait, et c’est là que je voulais en venir, si modéliser une partie de pétanque est complexe – de part l’aspect dynamique – quelqu’un avait suggéré vendredi un jeu un peu plus simple en apparence: pourquoi pas lancer le cochonnet à la fin, une fois toutes les boules placées ? Le dual du jeu de pétanque en quelque sorte… Par exemple, ci-dessous, on a les boules rouges, et on se demande où il faudrait lancer le cochonnet pour gagner,

La réponse est simple (et les organisatrices du tournoi connaissent la réponse puisque je l’ai enseigné l’an dernier en master 1): il s’agit d’un problème de plus proches voisins.

On sait alors numériquement tracer les différentes régions. On peut alors même complexifier le problème, en se demandant où lancer le cochonnet pour gagner de deux points, au moins,

ou de trois points, ou plus,

Bref, l’année prochaine, je demande à ce que l’on change les règles, ça nous laissera une chance de ne pas être ridicules ! Reste à voir si on est capable de lancer le cochonnet dans la région rouge, mais promis, on va s’entraîner….
* comme en témoignent certains documents (ici par exemple) nous n’avons pas forcément été ridicule, mais comme il nous fallait généralement un quart d’heure pour se chauffer à chaque partie, ce n’était pas simple de briller…

Dynamic flood modeling: combining Hurst and Gumbel’s approach

The paper (with David Sibai) on High Frequency models in hydrology just appeared, in Environmetrics.

When working on river floods—annual river levels maxima—, two approaches are usually considered: one inspired from Emil Gumbel where annual maxima are supposed to be i.i.d. and distributed according to Gumbel’s distribution, and one inspired from Edwin Hurst where annual maxima are strongly dependent, and exhibit long range memory. This paper tries to solve this apparent paradox by deriving a dynamic model inspired from financial models, which does not take into account annual maxima only but also threshold exceedances. It studies the implications of such a paradox in terms of return period—a notion valid as long as the data are i.i.d—and of extremal events.