Incréments négatifs dans les triangles de paiements

December 7, 2011
By

Considérons le triangle d’incréments de payements suivants,

> PAID
     [,1] [,2] [,3] [,4] [,5] [,6]
[1,] 3209 4372 4411 4428 4435 4456
[2,] 3367 4659 4696 4720 4730   NA
[3,] 3871 5345 5338 5420   NA   NA
[4,] 4239 5917 6020   NA   NA   NA
[5,] 4929 6794   NA   NA   NA   NA
[6,] 5217   NA   NA   NA   NA   NA
> INC=PAID
> INC[,2:6]=PAID[,2:6]-PAID[,1:5]
> INC
     [,1] [,2] [,3] [,4] [,5] [,6]
[1,] 3209 1163   39   17    7   21
[2,] 3367 1292   37   24   10   NA
[3,] 3871 1474   -7   82   NA   NA
[4,] 4239 1678  103   NA   NA   NA
[5,] 4929 1865   NA   NA   NA   NA
[6,] 5217   NA   NA   NA   NA   NA

Comme on peut le voir, sur la troisième ligne, on a un incrément de paiementnégatif. A priori, ce n’est pas forcément gênant. En particulier, on peut faire tourner la méthode Chain Ladder,

> lambda=rep(NA,5)
> for(k in 1:5){
+ lambda[k]=(sum(PAID[1:(6-k),k+1])/
+             sum(PAID[1:(6-k),k]))}
> lambda
[1] 1.380933 1.008476 1.008515 1.001858 1.004735
> PROJECTION=PAID
> for(k in 1:5){
+ PROJECTION[((7-k):6),k+1]=
+ PROJECTION[((7-k):6),k]*lambda[k]}
> sum(PROJECTION[,6]-
+ diag(PROJECTION[,6:1]))
[1] 2469.703

et la sortie coïncide avec la fonction R,

> MackChainLadder(PAID)
MackChainLadder(Triangle = PAID)

Latest Dev.To.Date Ultimate    IBNR Mack.S.E CV(IBNR)
1  4,456       1.000    4,456     0.0    0.000      NaN
2  4,730       0.995    4,752    22.4    0.146  0.00652
3  5,420       0.993    5,456    35.8    2.405  0.06721
4  6,020       0.985    6,111    91.3   41.679  0.45629
5  6,794       0.977    6,956   161.5   71.620  0.44334
6  5,217       0.707    7,376 2,158.6   95.750  0.04436

Totals
Latest:            32,637.00
Dev:                    0.93
Ultimate:          35,106.70
IBNR:               2,469.70
Mack S.E.:            146.62
CV(IBNR):  0.059366227164502
Message d'avis :
In Mack.S.E(CL[["Models"]], FullTriangle, est.sigma = est.sigma,
'loglinear' model to estimate sigma_n doesn't appear appropriate
p-value > 5.
est.sigma will be overwritten to 'Mack'.
Mack's estimation method will be used instead.

On notera le message d’avis, laissant entendre qu’il peut y avoir un petit soucis. En fait, le soucis apparaît clairement si on souhaite faire une régression de Poisson. Car autant les valeurs non-entières ne sont pas trop gênantes, autant les valeurs négatives le sont !

> Y=as.vector(INC)
> D=rep(1:6,each=6)
> A=rep(2001:2006,6)
> base=data.frame(Y,D,A)
> reg=glm(Y~as.factor(D)+as.factor(A),
+     data=base,family=poisson(link="log"))
Erreur dans eval(expr, envir, enclos) :
les valeurs négatives sont interdites pour la famille poisson

Il faut alors trouver une solution si on a des incréments négatifs. Et aucune solution ne sera intellectuellement satisfaisante, car avec une valeur négative, il n’y a aucune légitimité pour continuer à utiliser un modèle Poissonnien. Donc on va bricoler…

  • Prendre de l’argent à droite et à gauche

La première solution consiste à dire que cet incrément n’a pas de raison d’être. On va donc aller chercher de l’argent dans la colonne avant (sur la même ligne, on va supposer qu’il s’agit d’un problème sur les cadences de paiements) ou sur la colonne après. Au lieu d’avoir

[3,] 3871 1474   -7   82   NA   NA

On peut renflouer en prenant à gauche,

[3,] 3871 1467   0    82   NA   NA

ou à droite

[3,] 3871 1474   0    75   NA   NA

En faisant ces opérations, on change seulement localement la courbe de paiements pour la troisième année de survenance. On peut se demander si le fait de prendre à gauche a un impact sur l’estimation du montant de provisions, ou sur l’incertitude associée. Pour ça, on peut utiliser les fonctions suivantes,

library(ChainLadder)
CL=function(T){
sum(
MackChainLadder(T)$FullTriangle[,ncol(T)]
-diag(T[,ncol(T):1]))}
CL.SE=function(T){
MackChainLadder(T)$Total.Mack.S.E}
CumInc=function(T){
m=T
for(i in 2:nrow(T)){m[,i]=apply(T[,1:i],1,sum)}
return(m)}

On peut alors regarder, si on prend à droite ou à gauche ce qui se passe, ou ce qui se passe si on renfloue non pas à 0 mais à une valeur strictement positive (e.g. 1),

VCL=rep(NA,8)
for(j in 1:8){
INCd=INC
INCd[3,2:4]=INC[3,2:4]+c(1-j,+7,j-1-7)
VCL[j]=CL(CumInc(INCd))}
plot(1:8,VCL,type="b",col="blue",xlim=c(0,9),ylim=c(2462,2474))
VCL=rep(NA,10)
for(j in 1:10){
INCd=INC
INCd[3,2:4]=INC[3,2:4]+c(1-j,+9,j-1-9)
VCL[j]=CL(CumInc(INCd))}
lines(0:9,VCL,type="b",pch=0,col="red")

avec la courbe bleu si on renfloue à 0, et rouge si on renfloue à 1, pour l’estimation du montant total de provisions,

VCL=rep(NA,8)
for(j in 1:8){
INCd=INC
INCd[3,2:4]=INC[3,2:4]+c(1-j,+7,j-1-7)
VCL[j]=CL.SE(CumInc(INCd))}
plot(1:8,VCL,type="b",col="blue",xlim=c(0,9),ylim=c(130,145))
VCL=rep(NA,10)
for(j in 1:10){
INCd=INC
INCd[3,2:4]=INC[3,2:4]+c(1-j,+9,j-1-9)
VCL[j]=CL.SE(CumInc(INCd))}
lines(0:9,VCL,type="b",pch=0,col="red")

avec cette fois l’impact des transferts sur l’écart-type. En abscisse, on a (à peu de choses près) le montant enlevé sur la colonne de droite. Bref, les transferts venant de la gauche ou de la droite sont une solution, mais le choix d’où vient l’argent ne sera pas neutre, ni sur l’estimation, ni sur la variance de l’estimation (et l’intervalle de confiance).

  • Jouer à faire des translations…

Une autre piste pourrait être de noter que, dans le modèle linéaire, si on translate nos données (vers le haut), on ne change pas la pente, et la constante est juste augmenté (de la taille de la translation).

> lm(dist~speed,data=cars)

Call:
lm(formula = dist ~ speed, data = cars)

Coefficients:
(Intercept)        speed
-17.579        3.932

> lm((dist+10)~speed,data=cars)

Call:
lm(formula = (dist + 10) ~ speed, data = cars)

Coefficients:
(Intercept)        speed
-7.579        3.932

Autrement dit, la prédiction faite par notre modèle n’est pas modifiée par la translation, à condition d’opérer la translation ensuite sur la prédiction. Sur le dessin ci-dessous, on fait pareil, mais avec une régression de Poisson: la courbenoire est sur les données brutes, la courbe bleu est obtenue sur les points translatés vers le haut, et la rouge si on translate la prédiction sur les points translatés,
http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso4/glm-translation.gif
Si la translation est trop importante, la prédiction finale (en rouge) se retrouve davantage éloignée de la vraie valeur (en noir).
Pareillement, on peut translater nos paiements vers le haut dans les triangles, de manière à avoir des paiements positifs. On peut commencer par translater tout le triangle, par exemple en translatant juste assez pour que tous les incréments soient positifs ou nuls,

> k=7
> Y=as.vector(INC)+k
> D=rep(1:6,each=6)
> A=rep(2001:2006,6)
> base=data.frame(Y,D,A)
> reg=glm(Y~as.factor(D)+as.factor(A),
+ data=base,family=poisson(link="log"))
> Yp=predict(reg,type="response",
+ newdata=base)-k
> sum(Yp[is.na(Y)==TRUE])
[1] 2508.620

On peut aussi se demander ce qui se passerait si on décalait davantage vers le haut. On l’a vu sur l’animation, plus la translation est importante, plus la prédiction se décale. Un stratégie pourrait être de faire une estimation pour plusieurs valeurs de translations – de telle sorte que tous les incréments soient positifs ou nuls – et ensuite d’extrapoler pour savoir ce qui se passerait si on ne translatait pas,

> K=7:20
> R=rep(NA,length(K))
> for(i in 1:length(K)){
+ k=K[i]
+ Y=as.vector(INC)+k
+ D=rep(1:6,each=6)
+ A=rep(2001:2006,6)
+ base=data.frame(Y,D,A)
+ reg=glm(Y~as.factor(D)+as.factor(A),
+ data=base,family=poisson(link="log"))
+ Yp=predict(reg,type="response",
+ newdata=base)-k
+ R[i]=sum(Yp[is.na(Y)==TRUE])}
> plot(K,R,xlim=c(0,20),ylim=c(2465,max(R)))
> abline(lm(R~K),col="blue")
> (yp=predict(lm(R~K),newdata=(K=0)))
1
2470.199
> points(0,yp,col="red",pch=19)

 

On a cette fois une estimation plus proche de celle que nous avions en utilisant directement, sur le triangle brut, la méthode chain ladder. Mais on peut aller un peu plus loin. Car dans le triangle, on a translaté toutes les valeurs, alors que seule une était négative. On pourrait par exemple translater seulement les valeurs de la troisième colonne,

> K=7:20
> R=rep(NA,length(K))
> for(i in 1:length(K)){
+ k=K[i]
+ Y=as.vector(INC)
+ D=rep(1:6,each=6)
+ A=rep(2001:2006,6)
+ Y[D==3]=Y[D==3]+k
+ base=data.frame(Y,D,A)
+ reg=glm(Y~as.factor(D)+as.factor(A),
+ data=base,family=poisson(link="log"))
+ Yp=predict(reg,type="response",
+ newdata=base)
+ Yp[D==3]=Yp[D==3]-k
+ R[i]=sum(Yp[is.na(Y)==TRUE])}
> predict(lm(R~K),newdata=(K=0))
1
2469.703

Tiens, on retombe exactement sur l’estimateur de la méthode chain ladder… Étonnant, non ?

Une petite précision. Dans la vraie vie, on ne devrait pas avoir d’incréments négatifs dans les triangles de paiements. Maintenant, il faut reconnaître qu’on en voit apparaître lorsque l’on bootstrappe les résidus, et que l’on génère de pseudo-triangles…
Si des praticiens ont des commentaires sur les incréments négatifs, les commentaires sont ouverts (et peu modérés), donc racontez nous comment vous faites, je suis preneur…


Print This Post Print This Post

Tags: , , , , , , , ,

Posted in: Course, ACT2121, Computer, Actuarial science, IBNR

One Response to “ Incréments négatifs dans les triangles de paiements ”

  1. San T on 19/12/2011 at 12:56 AM

    Une manière de gérer les incréments négatifs serai de les repartir en fonction du poids des incréments positif de la ligne. de la sorte, on éviterai de repartir un montant négatif à une année qui ne pourrai amortir ce montant négatifs. la logique serait que les montants récupérer sont fonctions des montants déboursés.
    Bon la logique reste à discuter mais je met mon code en annexe.

Leave a Reply

Categories

Students

Keep calm…

Keep calm…

Research blogs