Tests statistiques et intervalles de confiance

Comme je l’avais énoncé rapidement à la fin du chapitre sur les intervalles de confiance, il existe une forme de dualité entre tests et intervalles de confiance. Par exemple, si on considère un test sur la moyenne, de la forme http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-01.gifcontre http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-02.gif dans un modèle Gaussien, http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/test-ic03.gif, la région d’acceptation (de niveau http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-04.gif) sera de la forme

http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-05.gif
c’est à dire si

http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-06.gif
Aussi, pour qu’une valeur http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-07.gif soit acceptée avec un niveau http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-04.gif (erreur de première espèce associée à un test bilatéral), une condition nécessaire et suffisante est que http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-07.gif appartienne à l’intervalle de confiance (symétrique) centré sur la moyenne empirique.
Il y a ainsi dualité entre deux concepts

  • prendre une valeur acceptée pour un test bilatéral de niveau http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-04.gif
  • prendre une valeur appartenant à l’intervalle de confiance symétrique de niveau 1-http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testic-04.gif

Considérons par exemple le test asymptotique du rapport de vraisemblance (évoqué ici), dont la région d’acceptation sera de la forme

http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/tesp100.gif
Étant donné un échantillon http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testh03.gif, l’intervalle de confiance pour  est

http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/tesp101.gif
Numériquement, reprenons l’exemple du jeu de pile ou face abordé ici.

> n=20; alpha=.05
> X=sample(0:1,size=n,replace=TRUE)
> neglogL=function(p){-sum(log(dbinom(X,size=1,prob=p)))}
> pml=optim(fn=neglogL,par=0.5,method="BFGS")$par
Warning messages:
1: In dbinom(x, size, prob, log) : NaNs produced
2: In dbinom(x, size, prob, log) : NaNs produced
> p=seq(0,1,by=.01)
> logL=function(p){sum(log(dbinom(X,size=1,prob=p)))}
>
> TLR=function(p0){2*(logL(pml)-logL(p0))<qchisq(1-alpha,df=1)}
> (IC=sapply(p,TLR))
[1] FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE
[13] FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE
[25] FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE  TRUE  TRUE
[37]  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE
[49]  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE
[61]  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE
[73]  TRUE  TRUE  TRUE  TRUE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE
[85] FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE
[97] FALSE FALSE FALSE FALSE FALSE
> c(p[min(which(IC==TRUE))],p[max(which(IC==TRUE))])
[1] 0.34 0.75


Graphiquement, on visualise l’intervalle de confiance (à 95%) entre les deux traits verticaux.
De manière duale, à partir d’un intervalle de confiance http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testp-103.gif pour , on peut construire un test. Si http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/qqqh20.gif appartient à http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testp-103.gif, on accepte H_0,  sinon on rejette cette hypothèse. Par construction,

http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testp-102.gif
Par exemple l’intervalle de confiance usuel – à 95% – pour une proportion est de la forme suivante

http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testp107.gif
Si http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/qqqh20.gif appartient à cet intervalle, on accepte http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testp109.gif (contre l’hypothèse bilatérale http://freakonometrics.blog.free.fr/public/perso2/testp101.gif).

> a=mean(X)-1.96/sqrt(n)*sqrt(mean(X)*(1-mean(X)))
> b=mean(X)+1.96/sqrt(n)*sqrt(mean(X)*(1-mean(X)))
> c(a,b)
[1] 0.3319638 0.7680362


La région entre les deux traits verticaux est la région d’acceptation.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *