De la symbolique des grandeurs statistiques

Ce matin, je suis suis un peu emporté sur Twitter, alors que d’ordinaire je préfère éviter…

Il faut dire que j’étais tombé sur un article dans les Echos qui m’a énervé…

J’ai ensuite passé beaucoup de temps à essayer de comprendre pourquoi j’avais été autant énervé par ce titre, cet article… car il n’apprenait rien de bien nouveau… Je pense que c’est vraiment la forme qui m’a agacé, et la symbolique du” temps” y joue (je pense) pour beaucoup. Pourtant, utiliser l’année calendaire comme métaphore pour expliquer des statistiques n’est pas nouveau.

Je pense que la première fois que je ai vu cette idée, je devais avoir dix ans, quand on nous parlait de l’histoire de l’univers, de la terre et l’humanité. Parce que mine de rien, manipuler des grands chiffres n’aide pas à avoir une représentation (ce qui est le cas quand on parle du budget de l’Etat). Oui, le big-bang a eu lieu il y a un peu moins de 15 milliards d’années, Lucy date d’environ 3,2 millions d’années, et le Christ est né il y a 2000 ans. Mais jongler entre les milliers, les millions et les milions est compliqué. Alors dans les cours d’histoire, on utilise une image basée sur le calendrier. Le Big Bang a eu lieu le 1er janvier à zéro heure et nous sommes aujourd’hui le 31 décembre à minuit, autrement dit chaque seconde équivaut à un peu plus de 400 années. Début septembre la terre se forme, les poissons et les premières plantes terrestres arrivent juste avant l’hiver, vers le 20 décembre. Lucy se met debout à 22h30, les Pyramides d’Égypte datent de minuit moins dix secondes, et le Christ naît à minuit moins cinq secondes. Voilà en gros pour l’image. En 90 minutes (sur une année) on a l’histoire de l’humanité, et en 10 secondes, l’histoire telle qu’on l’apprend à l’école. Mais dans cette image, on transforme du temps en un autre temps. Un peu comme dans la métaphone du système solaire, où notre soleil aurait le diamètre d’un ballon de Basket-Ball, la Terre serait à 27 mètres et aurait la taille d’une toute petite bille, de 2.3 millimètres de diamètre), on utilise des distances (et des volumes, qui proposer de représenter des distances par d’autres distances, bien plus petites.

Ici, l’exercice est, je pense, différent: on utilise le temps pour avoir une représentation d’une grandeur monétaire. Certes, un vieil adage prétend que le temps c’est de l’argent, mais je pense que la symbolique est vraiment forte ici. Si les décodeurs du Monde revenaient sur le calcul de cette grandeur (la “date de libération fiscale”) en le questionnant, personnellement c’est la symbolique attachée qui me fait m’interroger.

Les statistiques cachées derrière cette date du 29 juillet comme “date de libération fiscale”, ce sont

  • la dépense publique (ratio entre dépense publique et richesse créée) qui est de l’ordre de 57% en France (mais on ne voit pas vraiement le lien avec la fiscalité ici)
  • le “taux de taxation réel du salarié moyen” utilisé par certains, qui est aussi de l’ordre de 57% en France

Et 57% d’une année, c’est (en gros) entre le 1er janvier et fin juillet, d’où la date mentionnée dans l’article. Symboliquement, que lit-on, avec cette seconde statistique ? Qu’entre le 1er janvier et le 29 juillet on travaille “pour l’état”, pour payer ses impôts, et qu’ensuite, on peut (enfin) travailler “pour soi”. Au début, on travaille pour “les autres” par opposition à la fin où on travaille pour “soi”. Avec cette représentation calendaire, on se dit qu’on perd son temps, probablement. Mais à y regarder de plus près, est-ce que je travaille vraiment pour moi ensuite ? Personnellement, je pense que je passe aussi quelques jours à travailler pour ma banque, pour payer les intérêts du crédit que je rembourse tous les mois pour avoir acheté mon logement il y a quelques temps. Parce que mine de rien, des charges, il y en a beaucoup, il n’y a pas que l’Etat. Pour avoir cotisé pour ma retraite lorsque je travaillais au Canada, puis pour une assurance maladie, j’ai bien vu qu’à l’époque, je travaillais peut-être moins pour payer ces “charges fiscales”, mais je devais travailler plusieurs jours par an (voire semaines) pour payer l’assurance maladie qui couvrait la famille. Bref, le “pour moi” me dérange. Et que dire du “pour les autres” ? La base de la fiscalité, c’est la redistribution, non ? C’est la solidarité… Je ne paye pas des impôts pour les autres, mais “pour nous”, non ?

Bref, cette séparation binaire du temps me paraît fallacieuse et dangereuse car au lieu d’éclairer, elle n’a qu’une visée idéologique…. et c’est dommage.


One thought on “De la symbolique des grandeurs statistiques”

  1. Je qui m’irrite avec cet argument, c’est qu’il est, comme tu le soulignes, de mauvaise foi et à visée purement idéologique.

    On pourrait conduire cette métaphore de manière intelligente, en réalisant une valorisation en journées de travail des contributions payées (sur le cycle de vie), et des prestation et services reçus (idem). L’écart entre les pays mesurerait alors des différences d’efficacité des systèmes en jeu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *