Élections, pièges à com (mentaires à la con)

Je suis tombé hier, sur le site de The Economist sur deux cartes, juxtaposées, une présentant le taux de chômage (en rouge, à gauche) et l’autre le vote FN (en bleu, à droite),

L’idée serait ici de comparer les cartes, et de se dire que les deux variables “taux de chômage” (produit par l’insee) et “vote FN” (aux élections régionales de 2015) seraient corrélées, et que l’une expliquerait peut être l’autre… Comme il est difficile (?) d’affirmer que le vote FN pourrait induire du chômage, on serait tenté de dire que les chômeurs votent FN, un raccourci de ce genre. Je ne dis pas que c’est faux, je dis juste que c’est s’aventurer sur un terrain dangereux, quand on commence à comparer des cartes, rapidement (et donner lieu à toutes sortes de commentaires à la con, pour expliquer le titre du billet). Sur ces deux variables, on peut d’ailleurs regarder les données brutes,

Oui, les variables semble très corrélées, par département. Après, si on calcule la corrélation, on “seulement” 0.516. Soit dit en passant, la corrélation ne dépend pas de l’orientation du graphique, j’aurais parfaitement pu mettre le taux de chômage en ordonnées. Mais classiquement, l’ordonnée est la variable que l’on souhaite expliquer, et l’abscisse est la variable (dite) explicative. Même si, comme toujours en régression, on n’établit aucun lien causal.

Bien sûr, il y a des départements pour lesquels il y a un écart, avec un chômage fort, et qui pourtant ne semblent voter massivement pour le FN (aux élections régionales).

En fait, on peut trouver des dizaines de cartes, qui présente des répartitions relativement proches, comme le rapport inter-décile des niveaux de vie par département

le taux de pauvreté par département

(on pouvait retrouver cette carte en ligne)

ou encore la part des minima sociaux dans le revenu disponible des ménages par département

Bref, on aurait très envie de dire que le vote FN s’explique par le chômage, la pauvreté, etc. Mais on ne peut pas…. C’est une faute de raisonnement, connu sous le nom d’ecological fallacy. En effet, le vote est un comportement individuel, par sa nature même (on va, individuellement, mettre un bulletin dans l’urne). Et on n’a pas le droit d’induire des comportements individuels d’observations agrégées… Ca ne veut pas dire que la relation causale n’est pas présente, ou le contraire… ça veut juste dire qu’on ne peut rien affirmer, juste en juxtaposant des cartes, on n’a aucunement une preuve (tout juste une vague corrélation au niveau agrégé). Aussi tentant que ça puisse être.

Pour dire quelque chose de censé sur les choix de vote, il est nécessaire d’avoir des enquêtes (ou peut être avoir accès à des votes électroniques, comme le vote des français de l’étranger aux législatives, par exemple, mais ça n’est pas vraiment possible, donc on va se limiter aux études, aux sondages). Par exemple le graphique dans Les Echos, à l’époque des régionales, justement,

Le chômage et le niveau de diplôme étant des variables très corrélées, on pourrait avoir l’impression d’avoir une piste.

Un problème important dans les cartes, c’est leur granularité : quand on regarde les départements, on est sur des espaces géographiques beaucoup trop grands ! un département, c’est très hétérogène. En particulier, il peut y avoir, ou pas, de grosse métropole. Certains chercheurs ont souligné que le vote FN est important dans la grande périphérie des métropoles, estimant qu’il augmente avec la distance du centre-ville. On le voit assez nettement sur la carte suivante

Le soucis, quand on utilise une granularité plus fine, c’est qu’on ne voit plus grand chose, comme sur les cartes ci-dessous, qui reprennent le résultat du FN aux élections régionales

et le taux de chômage (des 25-55 ans)

Bref, faire une étude montrant une relation causale, c’est pas simple… mais promis, si je trouve des données, je veux bien me lancer !


5 thoughts on “Élections, pièges à com (mentaires à la con)”

    1. peut-être, disons que dans des situations de ce genre, il vaut mieux résister à la tentation ! je n’ai pas encore parlé des couleurs/échelles, mais je pense qu’on peut raconter un peu ce qu’on veut en juxtaposant des cartes…. J’essayerais de faire un billet dans les jours qui viennent.

      Après, c’était une réflexion générale, inspirée par un cas particulier, et sur ce cas précis, je laisse géographe et chercheurs en science politique commenter le bien fondé de la causalité. Mais en tant que statisticien, mais je toujours sceptique, et juxtaposer des cartes n’est pas la preuve d’un mécanisme causal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *