Année bissextile et autres bizarreries calendaires

On est le 28 février. Et demain? On sera le 1er mars, pas de 29 février, puisque 2017 n’est pas une année dite “bissextile”. L’origine du mot “bissextile” est d’ailleurs amusante, je l’ai découvert l’autre jour dans un livre fascinant, 30 février et autres curiosités de la mesure du temps (j’étais d’autant plus heureux de lire ce livre que j’ai retrouvé plein de choses que je pouvais raconter à mes étudiants à l’époque où j’enseignais les “séries temporelles” qui sont – par définition – des séries dont les observations sont faites “à des dates régulièrement espacées dans le temps“, et toutes ces irrégularités ne sont pas sans poser de soucis, en pratique).

Ca remonte à l’époque où l’année commençait le 1er mars (oui, à une autre époque, on devrait célébrer la nouvelle année ce soir). On sait depuis les égyptiens que la terre tourne autour du soleil en 365 jours 1/4 (ou disons qu’une année dure un peu plus de 365 jours). Bref, qu’à l’occasion, il convient de rajouter un jour, pour éviter plein de désagrément. Comme semer des graines au milieu de l’hiver pour les plus pragmatique, ou fêter Noël après Pâques pour d’autres. Et vers -40, la tradition n’était pas de glisser un 29 février, mais un jour bis, souvent le 23bis. C’est à dire un jour bis 6 jours avant la nouvelle année, un “sextil”. D’où le terme bis-sextile. Amusant non ?

Cette année qui commençait le 1er mars, on la retrouve ailleurs dans le calendrier. Oui, les mois “septembre”, “octobre”, “novembre” ou “décembre”, les 7ème, 8ème, 9ème et 10ème mois… si on n’y réfléchit, ça n’a pas de sens d’avoir le 10ème mois le 12ème mois du calendrier. Sauf si l’année commence le 1er mars… On utilise d’ailleurs aujourd’hui les mois lunaires de l’époque romaine, “september”, “october”, “november”, “december”. Les mois précédants étaient “quintilis” et “sextilis” ont été changé par Jules César, probablement vers 40 avant notre ère, entre “iulus” (qui deviendra “juillet”, en l’honneur de “Jules César”) et “ausgustus” (qui donnera “août” en Français, “august” en anglais, en hommage à “Auguste”, le premier empereur romain). C’est d’ailleurs Jules qui souhaitera, le premier, faire commencer l’année le 1er janvier, qui correspondait à l’époque à la date traditionnelle de prise de fonction des consuls, à Rome. Mais l’histoire au le temps de faire de nombreux aller-retours. Quand à l’idée des années bissextiles, il faudra attender 1582, où Grégoire XIII fixe la règle que l’on connaît aujourd’hui, instaurant le “29 février” tous les 4 ans, et les années séculaires (sauf celles divisibles par 400). D’ailleurs, histoire d’illuster les implications de ce changement d’année le 1er mars, je laisse méditer sur la phrase suivante, inscrite sur une pierre tombale, en Angleterre,

que l’on peut résumer par

https://freakonometrics.hypotheses.org/files/2017/02/thomas-lambert.png

Fascinant non ? Et on apprend des centaines d’annecdotes de ce genre, dans cet ouvrage passionnant ! A libre absolument ! En attendant, je pourrais être tenté de souhaiter une bonne année (puisque c’est presque un peu d’actualité).


2 thoughts on “Année bissextile et autres bizarreries calendaires”

  1. Sur un sujet voisin, mais à un autre ordre de grandeur, j’ai beaucoup aimé “Histoire de l’heure en France” par Jacques Gapaillard

    1. en fait, le livre va du plus grand au plus petit… on commence par l’année, puis les mois, les jours, les fuseaux horaires, le changement d’heure. Mais je note ta suggestion, merci !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *