L’esprit critique, c’est tellement old-school

I’m sorry. I did not start it, but I may have contributed to it” disait S.M. Ong au début du mois en évoquant les “fake-news”.

Ces dernières heures, j’ai pas mal échangé sur twitter – ce qui n’est pourtant pas dans mes habitudes – suite à un tweet que j’avais posté, en début de semaine,

J’avais trouvé l’article amusant, vraiment bien écrit, donc je l’ai mentionné sur Twitter. Tout comme je peux mentionner une carte intéressante sur le site du New York Times ou une statistique intéressante sur le site du Guardian. Après à peine une heure, j’ai été surpris du nombre de personnes qui semblaient avoir pris ça au premier degré. Et ça ne s’est pas démenti avec le temps, même si j’ai posté rapidement un tweet rappelant que scienceinfo.fr était un site parodique…

J’ai reçu un tweet cet après-midi où on tentait de m’apprendre que c’était un “hoax”

ce qui m’a interpelé car pour moi, un “hoax” et un article sur un site parodique, ce sont des choses différentes. Puis on m’a dit que je n’avais pas à twitter des choses pareils, des “fakes”, ayant un compte twitter certifié (tout comme Jean-Marc Morandini, ou…. Le Gorafi)

J’avoue que tous ces échanges m’ont interpelé. Surtout dans le contexte des débats sur les “fake news” qui fleurissent ces jours-ci. Mais comme s’interrogeait S.M. Ong, “what’s fake news and what’s satirical fake news these days“, la distinction est-elle simple à faire ?

Hoax et “fake news”

Les “hoax”, parfois traduit “infaux“, est un mot anglais qui désigne un canular créé notamment à des fins malveillantes, comme le rappelle wikipedia. Ces “hoax”, ou “fake news” nous ont fait entrer dans une ère de post-vérité, “post-truth”, désigné mot de l’année 2016 par l’Oxford Dictionary, comme le notait Alison Flood.

Benoît avait une réflexion intéressante à ce sujet

Quand on lit un article sur son téléphone cellulaire, on en voit pas le site, le contexte général, on ne voit plus que l’article. On ne voit pas que le site a tendance à publier des articles satiriques. On ne voit même pas le site sur lequel on est arrivé….

Les sites parodiques (ou satiriques)

Ce qui m’a surpris, suite à mon tweet, c’est que si je mentionne un article publié dans Le Gorafi, personne ne crie au scandale, personne ne me rappelle que “c’est un hoax, attention”. Ici, nous ne sommes pas dans le “hoax”, nous sommes dans l’humour, comme beaucoup de journaux le pratiquent, ainsi que le rappelle Isabel Ermida dans “Language and Humour in the Media” (qui revient d’ailleurs sur l’origine du mot “hoax”). L’exemple historique le plus connu est The Onion, en ligne depuis 20 ans (mais qui existait avant sous format papier, depuis 1988). Elle Hunt mentionne d’ailleurs que The Onion n’est pas un site de “fake news”. En France, la référence depuis 2012 est Le Gorafi. Comme le rappelle le site “Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique”. Quand on lit “Toulouse: il se fait abattre de 46 balles dans le corps pour avoir demandé un ‘pain au chocolat’”  on se doute que ce n’est pas sérieux (ou sinon, ça mérite réflexion…) ou encore “il parvient enfin à utiliser le théorème de Pythagore dans sa vie professionnelle“. Peut-on parler de “hoax” ?

En 1998, Lyle Zapato avait fait un test auprès de collégiens qui avaient cru, à l’unanimité (certes, il n’y avait que 25 enfants), un article sur internet qui mentionnait une espèce animale malheurement menacée, les “octopus paxarbolis”, c’est à dire des pieuvres qui vivent dans les arbres, raconté dans “Help Save The Endangered Pacific Northwest Tree Octopus From Extinction!“.

Il est étonnant qu’il soit aussi simple de croire vraie une histoire manifestement fausse. Mais comme le disait Jean-Noël, oui, ça fait sérieux, il y a même une photo de train, et de raclette !

Les sites “sérieux”… et l’esprit critique

C’est marrant parce que l’an passé, mon fils avait justement une introduction critique aux médias, au collège. On lui expliquait qu’il y avait des sites “sérieux”. Mais force est de constater que publier dans un journal renommé ne veut rien dire… Par exemple, le même jour que mon tweet sur la raclette, lefigaro.fr publiait “le français se hisserait au 3e rang des langues les plus parlées au monde

L’article en question parlait d’une “étude” (non citée) mais qui renvoyait vers un article paru dans quebec.huffingtonpost.ca, ce dernier étant un peu plus prudent en annonçant “le français serait la troisième langue du monde selon une nouvelle étude“. Tout en restant assez flou. Mais le titre de l’article de lefigaro.fr est complètement faux ! Le Français reste (relativement) peu parlé, mais reste une langue “puissante”, selon un terme qui n’est pas expliqué (il faut chercher un peu pour trouver plus de détails, sur kailchan.ca). Au même moment, liberation.fr publiait “on s’est aperçu que Google Maps mentait“, repris sur lci.fr. Comme le notait Philippe Reka, dire “on a demandé à des chercheurs chinois, japonais, indiens de faire des tests, et on a pu voir que si vous êtes à Pékin, vous avez une certaine frontière dans l’Himalaya et qu’à Delhi, vous en avez une autre“, c’est un peu fort de café… Il suffit en effet d’aller (depuis son canapé) sur http://google.cn/maps/ ou http://www.google.co.in/maps/. Pour reprendre l’animation de Philippe Rivière, on voit assez simplement que les tracés des frontières diffèrent (comme tout ceux qui jouent avec google maps le savent depuis longtemps)

Mais je m’arrête là, acrimed.org revient très régulièrement sur les “vraies news”, qui n’en sont souvent pas…

Comme le rappellait Benjamin Herold le meilleur antidote à la gratuité de l’information en ligne (mais je rajouterais à la course au buzz que l’on retrouve partout, y compris dans les sites – et les journaux – “sérieux”) est une culture de la pensée critique. C’est également ce que rappelle “Evaluating Information: The Cornerstone of Civic Online Reasoning” paru voilà déjà 5 ans.

Je vais continuer à publier sur mon compte twitter des liens vers des informations sérieuses, mais aussi des articles qui m’ont amusés. Tout comme sur mon blog, lorsque je publie “coffee and productivity” montrant que le café augmente la productivité,

ou “cigarette and life expectancy” montrant qu’avec le même raisonnement, fumer fait vivre plus longtemps…

J’ai envie de croire que les personnes qui suivent mon fil twitter ou qui viennent sur mon blog savent faire preuve d’esprit critique. Et apprécient que l’on soit sérieux, mais aussi satirique, à l’occasion, voie que l’on fasse preuve d’humour…  Cela dit, la frontière entre “humour” et “sérieux” est complexe à définir… spurious-correlations c’est sérieux ?


5 thoughts on “L’esprit critique, c’est tellement old-school”

  1. À mon avis, tu devrais coller une image de raclette en haut de ce billet, le renommer en “Un touriste suisse a eu la mauvaise idée de brancher son appareil à raclette sur la prise électrique d’un TGV”, et poster ça sur Twitter.

    Les réactions te permettraient de vérifier une chose assez simple : une fraction significative de tout lectorat se contente du titre.

  2. Si c’est sur internet…

    Einstein, l’inventeur des bulbes light?
    Un peu de sérieux! Quels bulbes? (peut-être d’ “onions”?)
    L’étude sur les rhinogrades est un modèle du genre (et c’est sur wikipedia, la preuve qu’ils ont existé!)

    Un mou du bulbe (merci à vps pour le RT)
    Lien transmis à des hyper-crédules

    PS : merci et vive la zététique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *