Bloguer, et autres activités d’un enseignant-chercheur

J’avais promis un billet bloguer c’est nul dans mon dernier billet sur la recherche et l’activité de blogger. Il va devoir attendre un peu… Dans ce billet, j’avais fait un diagramme pour expliquer la vie et le partage du temps pour un enseignant-chercheur et blogger. Bien entendu, c’est plus compliqué ! Déjà pour un enseignant-chercheur normal, la vie se partage en

  • 50% recherche
  • 50% enseignement
  • 30% tâches administratives diverses

(et oui, c’est dur à représenter dans un diagramme, Tom Roud ou Mix la Malice avaient tenté un décompte du temps passé dans chacune des activités, je renvoie à leurs billets respectifs). Dans ces tâches divers, on retrouve dedans se trouvent les taches officielles, qui figurent sur le CV, comme faire partie du comité bibliothèque ou du comité de programme,voire être responsable d’une programme de maîtrise, mais surtout les tâches non-officielles (en tout cas que parfois on évitera de mettre sur son CV), comme mettre du scotch-tape sur ses factures et discuter avec les services financiers pour comprendre pourquoi le remboursement d’un repas lors d’une conférence est refusé alors que le sandwich à l’aéroport est remboursé ou remplir un sondage en ligne pendant 40 minutes, commandité par un organisme subventionnaire qui veut savoir si le financement de la recherche fonctionne bien (que vous faites car vous voulez expliquer qu’il faut continuer à financer la recherche, mais vous ne trouvez pas la section où vous voulez insister sur le fait que perdre 40 minutes à remplir un sondage ou 2 heures pour vous faire rembourser 6.37 dollars pour un sandwich, c’est un peu du temps pris sur le temps qu’on veut passer à faire de la recherche). Je ne vais pas passer des heures à constituer un bestiaires de ces activités diverses, je renvoie à http://laviedemix.over-blog.com/, le merveilleux blog de mixlamalice, qui fait cela très bien !

Une autre activité (que je compte dans ces tâches diverses) que j’ai pratiqué plusieurs années lorsque j’étais (co)responsable de Master 1 en France, c’est faire jouer les réseaux. Pour faire des recommandations pour des étudiant(e)s qui souhaitent partir dans des programmes plus sélectifs (j’utilise le terme recommandation car il n’y a pas que la lettre que l’on envoie, il y a aussi souvent le coup de fil – ou le courriel – que l’on passe si  on pense vraiment que l’étudiant(e) le mérite), ou pour aider un étudiant à avoir un stage. Et dans ce cas, avoir un réseau, et l’entretenir, ça sert. Pour les stages en entreprises, il y a les copains de promos (j’ai fait une école il y a quelques années), les anciens collègues (j’ai travaillé dans le privé), mais il y a aussi les formations professionnelles que l’on peut faire, les invitations à déjeuner (pour parler boulot, ou à prendre une bière ou deux si on veut en plus le faire sur un mode plus détendu). Dans le monde de la recherche, ce réseau se crée lors de conférences, lors de visites de collègues. Et c’est un peu là que l’on commence à dépasser les 100% de la vie professionnelle dans mon décompte introduisant ce billet: les bons réseaux sont constitués de collègues mais surtout d’ami(e)s. De collègues avec qui ont pourra passer des vacances, qui restent squatter à la maison quand on les invite parler au séminaire (voire faire une semaine de recherche). Ceux qui connaissent l’adresse du blog de mon fils verront dans les photos de vacances des responsables de master, des co-éditeurs de revues, des organisateurs de conférences (voire des moitiés de théorèmes), en maillot de bain ou en train de faire la cuisine… Mais je m’égare. Mon point était que les activité en ligne sont un bon outil pour avoir, ou entretenir, un réseau. Et n’ayant pas de page facebook, le blog est un outil merveilleux pour ça !

Petit exemple pas plus vieux que la semaine dernière. Ma femme (qui est une mathématicienne) recoit un courriel d’un ancien collègue: “j’ai un bon étudiant qui cherche un stage, de recherche, si possible au Canada“. Alors je vais dire un truc avec des pincettes pour éviter de froisser des collègues, mais au Canada, quand on demande un stage à un prof, c’est un peu comme faire la manche de le métro aux heures de pointe à Paris: “salut, j’ai été contactée par un étudiant qui cherche un stage et…“, “oh là là, ça va être dur, j’ai pas l’sous“. En France, ça serait “j’ai pas le temps” mais au  Canada, c’est les sous que l’on mentionne avant tout (cela dit, en France non plus les sous ne sont pas là , mais les règles sont claires et un(e) étudiant(e) qui fait un stage à l’université se doute bien qu’il n’aura rien). Bref, les prises de contact de ma femme n’ont pas été très concluantes… Comme j’évite de parler boulot avec ma femme, il a fallu un peu de temps pour qu’elle évoque cette histoire, en m’expliquant un peu les thèmes que voudraient aborder l’étudiant. Je n’insisterais pas sur le fait que ma première question a été “il a une page internet ?” (ma femme a du me rappeler que les gens normaux n’ont pas de page internet quand ils sont en maîtrise). Mais j’ai glissé “tu sais, il  y a un super prof à Vancouver qui bosse sur ces thèmes là… on se retweete l’un l’autre sur twitter, et il a un super blog… je peux lui envoyer un mot sur twitter, voir si ça l’intéresse…“. Bref, j’envoie un message (privé). Et vendredi, ma femme apprenait que l’étudiant avais pris contact, que le contact semblait bien passé, et donc il devrait être cet été face au Pacifique…

La morale de mon histoire ? L’étudiant avait un CV qui parlait pour lui, et je n’ai pas fait grand chose. Et sans moi, l’étudiant aurait probablement trouvé, malgré tout, un stage passionnant. Mais le blog permet d’entrer dans un réseau de blogueurs (ou de blogueurs-lecteurs de blogs), avec qui on peut discuter, qui permet d’entrer en contact avec des personnes peut-être plus ouvertes que d’autres enseignants-chercheurs. Peut-être est-ce une illusion, peut-être qu’à force de les lire, d’apprendre sur leur vie privée, on a l’illusion de les connaitre… Mais mes expériences ont toujours été bonnes… Les blogs permettent d’entrer en contact avec une communauté de gens passionnants. Les contacts restent souvent virtuels comme lorsque je discute avec David MonniauxBaptiste CoulmontGizmoAlexandre Delaigue, Joel Gombin ou Olivier Bouba-Olga (damned, je me rends compte que je vais en oublier un paquet) mais j’ai toujours du plaisir à aller manger avec Tom Roud, je dois toujours une bière à Reka, et un resto à Camille (entre autres afin de découvrir qui se cache derrière cette identité secrète, c’est mesquin, je sais, mais c’est pas moi qui ait commencé). Derrière les blogueurs se cachent souvent des gens curieux et passionnés (dans le meilleur des cas passionnants), et c’est pour  se rapprocher de cette communauté qu’il est intéressant de bloguer. Bon, j’en conviens, il y a aussi des blogueurs imbus d’eux-même et pénibles… Mais je ne vais pas commencer mon billet bloguer c’est nul aujourd’hui.


One thought on “Bloguer, et autres activités d’un enseignant-chercheur”

  1. Je n’oserais pas moi-même qualifier mon blog de “merveilleux”, ni sur le fond ni sur la forme, mais j’apprécie le compliment. (et pour ceux qui hésiteraient à cliquer, il m’arrive même parfois de parler d’autre chose que des activités “pénibles” d’un enseignant-chercheur).

    Intéressant point de vue sur le “réseautage 2.0” en tout cas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *