Big Data (2) – phénomène éphémère ou de fond ?

Suite de la réflexion de Philippe Tassi sur variance.eu, avec aujourd’hui une réflexion sur phénomène ephémère ou de fond ?

Il est légitime de se poser cette question, tant certains sujets ont parfois été montés en épingle, avant de reperdre leur intérêt. Cependant, il ne semble pas que les données massives soient une mode passagère. Les vraies questions pourraient porter sur sa durée et sur ses conséquences sociétales. Combien d’années va vivre ce nouveau paradigme de juxtaposition de sources ? Comment se définir dans une société d’algorithmes traitant en temps réel des images numériques avec le minimum d’interventions humaines ?

Il est probable que nous soyons entrés pour au moins une décennie dans un monde à dominante scientifique. Non seulement les investissements sont réalisés dans la durée par les entreprises, et ne sont pas éphémères, mais s’y rajoute une réelle orientation politique.

En introduction, nous considérions que le numérique a donné encore plus de poids aux méthodologies, aux modélisations et aux technologies. Cela ne semble pas prêt de cesser. Non seulement parce que de nombreux secteurs d’activité développent ce type de sources – en 2014, par minute, le monde a créé 1,7 million de milliards d’octets de données, c’est-à-dire l’équivalent du contenu de 360 000 DVD –, mais aussi parce que c’est un espoir de croissance économique et d’emplois.

[à suivre…]


One thought on “Big Data (2) – phénomène éphémère ou de fond ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *