Big Data (1) – la fin des échantillons ou nouveau paradigme ?

Toujours dans la série de billets autour du big data sur le site variances.eu, le premier article d’une série de trois, par Philippe Tassi, sur le thème la fin des échantillons ou nouveau paradigme.

Depuis les premières tablettes cunéiformes du pays de Sumer jusqu’à la fin du XIXème siècle, on peut considérer que le monde a vécu sous le règne quasi-exclusif de « l’exhaustivité ».

Il y eut bien, au milieu du XVIIème siècle, de premières approches d’échantillonnage avec l’école dite de l’arithmétique politique de John Graunt et William Petty en Angleterre, et les avancées de Sébastien Le Prestre de Vauban et Jean-Baptiste Colbert en France : Vauban publie en 1686 un livre intitulé « Méthode généralle et facille pour faire le dénombrement des peuples ».

Cependant, ces tentatives innovantes ne se sont pas généralisées. La norme reste la vision exhaustive ; les pays les plus développés sur le plan statistique – n’oublions pas que statistique vient du latin status, mot dont l’un des sens est « attitude, posture, position, état » mais aussi qui possède un acception plus large en tant que « gouvernement, Etat » – qui gèrent des recensements, qu’ils soient de population, d’entreprises ou d’établissements industriels, ou de terres agricoles.

Le XXème siècle est marqué par le lent recul de l’exhaustif et la montée de plus en plus affirmée du paradigme de l’échantillonnage. On peut considérer que l’acte fondateur en est la communication d’Anders N. Kiaer, directeur du Bureau Central de Statistique du Royaume de Norvège, lors du Congrès de Berne de l’Institut International de Statistique d’août 1895 (IIS, maintenant dénommée ISI dans sa version anglaise International Statistical Institute). Intitulée Observations et expériences concernant des dénombrements représentatifs, elle ouvre un premier et long débat sur l’échantillonnage, la « pars pro toto ».

Au niveau le plus général, il faut apprécier tout particulièrement les quatre premières lignes qui composent le préambule de l’exposé de A. N. Kiaer, pertinentes et visionnaires.

[à suivre…]


2 thoughts on “Big Data (1) – la fin des échantillons ou nouveau paradigme ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *