Popularité, ou reconnaissance ?

Assez souvent, quand on est enseignant/chercheur, on remplit des demandes de financements, ou de promotions, on nous demande de parler de l’impact de nos travaux et de notre reconnaissance. La première fois que j’ai fait face à cette question, c’était il y a 5 ans, à Montréal, pour une demande de financement auprès du NSERC, au niveau fédéral. Sur le moment, la question m’a déstabilisé. Non pas qu’elle n’ait pas de sens, mais qu’on me la pose à moi. Qui suis-je pour savoir si ce que je fais a le moindre impact ?

Classiquement, l’impact, on le mesure avec les citations par exemple. On peut alors utiliser l’indice synthétique de Hirsch. Ces citations, elles commencent à figurer sur nos CV, ou tout du moins sur les CV en ligne que sont google scholarorcidresearch gateacademia,  etc. Un autre endroit où on retrouve la reconnaissance, et c’est probablement lié aux citations, ce sont les invitations en séminaire ou en conférence, les demandes pour faire partie de jurys, etc. Je devrais préciser que vu de l’extérieur, ce qu’on voit, ce sont les invitations “acceptées”. Les invitations en conférence sont probablement une information importante, mais là par exemple – pour des raisons personnelles – je me retrouve à décliner des invitations. Mon activité va baisser, mais comment l’interpréter ? Dans la liste, on devrait peut être rajouter les invitations pour arbitrer des publications d’articles dans des journaux et revues. On est alors très clairement identifié comme un pair sur un thème précis.

Mais pour comprendre en quoi nous avons un quelconque impact, il est toujours agréable quand on nous informe sur la raison qui a motivé une invitation. Malgré tout, c’est assez rare. Je pourrais toutefois noter quelques cas, où on nous invite pour présenter un papier particulier dans une conférence, ou quand l’éditeur explique brièvement la raison de la sollicitation, lors d’une demande d’arbitrage. Un exemple récent que je pourrais mentionner (histoire d’illustrer un peu mon billet) est l’invitation que j’avais reçu, en début d’année, pour aller parler à la Bank of England,

Plus précisément, comme le dit l’invitation (je reprends)

The Chief Economists Workshop is an annual forum that we host to facilitate high-level discussion between the Chief Economists from around thirty-five of the major central banks in the world, and academic and professional experts. The format is a mixture of presentations, discussion and debate. As such it offers a great opportunity for you to interact with and influence leading policymakers. There is no media presence. I attach a copy of the programmes from the previous two years to give you an idea of the format.

Many of us in the Bank of England are avid followers of your Twitter feed, and your ability to offer multi-disciplinary insights to current policy problems. I would like to invite you to give a talk along these lines – for example on actuarial and statistical insights into Big Data. It is not necessary to have a formal paper. The idea is more to discuss the issues and generate debate. We would be looking for a presentation of about 45 minutes followed by 45 minutes of Q and A and can schedule your talk to fit in with your commitments.

J’ai eu le plaisir d’être invité avec Andrew Gelman (NYU) et Andrew Lo (MIT). J’ai l’impression qu’un universitaire devrait être humilié de recevoir une telle lettre d’invitation (même si mon compte twitter est l’occasion de partager des informations en lien avec les thèmes de recherche qui m’intéressent – la statistique, l’économie, l’assurance, les risques, le climat, etc). Mais si on y pense deux minutes, la raison invoquée a l’avantage d’être honnête, et finalement flatteuse (on m’invite pour mon côté polymathe, ce qui me fait infiniment plaisir). Je doute que beaucoup de monde lise mes papiers (vu le prix qu’il faut payer pour y accéder, ça se comprendrait presque), et j’ai l’impression que quand on me demande de venir parler dans une conférence, c’est pour partager des connaissances, donner mon point de vue sur tel ou tel point, sur lequel j’ai pu réfléchir au cours de mes travaux de recherche.

Plus récemment, l’autre jour, j’étais particulièrement fier d’être dans les 10 scientifiques (médecins et scientifiques au sens large) les plus populaires sur Twitter, selon Science & Avenir,

D’autant plus que je n’avais rien demandé. Il y a plusieurs mois, j’avais dit – peut être un peu maladroitement – que je ne participerais plus à ces concours, à ces classements (en l’occurrence on nous invitait à participer à un répertoire des meilleurs blogs de sciences). Mais c’est toujours valorisant d’apprendre qu’on est “populaire”. Comme tous les chercheurs, on marche à la carotte, et avoir une médaille est une forme de reconnaissance qui fait forcément plaisir.

Ce n’est certes pas une reconnaissance par mes pairs, mais c’est malgré tout une forme de reconnaissance. Qui permet d’être interrogé (et cité) dans une enquête qui revient sur le financement de la couverture des catastrophes naturelles en France, une chronique sur les cat bonds, ou sur les investissements en un super-calculateur sur le climat. Cette reconnaissance en dehors du cercle classique (et très restreint) d’experts de sa propre discipline a du bon. Pour élargir son champ de vision tout d’abord et avoir un point de vue très différent. Mais aussi parfois rencontrer des gens en dehors du monde académique. Qui ne s’embarrassent pas à payer des éditeurs scientifiques pour avoir accès aux articles, mais qui sont d’avides lecteurs des blogs, qui ont souvent des données, ou des problèmes intéressants à nous soumettre. En revenant sur le financement du régime cat’nat en France pour les besoins de l’entrevue, on a commencé avec des collègues à retravailler sur la prévention. Personnellement, ce sont toujours ces discussions qui me permettent de trouver des thèmes de recherche (en plus de la lecture d’articles académiques finissant par un “tiens, il devrait être possible de regarder…” ou un “personnellement, j’aurais plus fait…”). Et j’adore ça ! peut être parce que c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *