Changement Climatique et Assurance

Je profite des vacances pour mettre en ligne un petit billet, version préliminaire un (court) article écrit avec Anne Eyrault-LoiselAlexis Hannart, et Julien Tomas, sur le changement climatique et l’assurance. Toutes les remarques et critiques sont bienvenues….

Impact du changement climatique

Munich Re (2014) a montré, au regard des données des 50 dernières années que la fréquence des catastrophes météorologiques et climatique ne cesse d’augmenter. Et les pertes assurées également, en grande partie à cause du développement de l’assurance. Selon Mills (2009), 16% des pertes liées aux conditions météorologiques étaient assurées dans les années 1980, pour atteindre 37,6% en moyenne au cours des 10 dernières années. La croissance économique, l’augmentation des richesses, l’industrialisation de zones vulnérables et la concentration des populations expliquent une grande partie de l’augmentation, comme le note Botzen et al. (2010).

Figure 1 : catastrophes météorologiques et climatiques dans le monde, modifié de Munich Re (2014).

Figure 2 : Montants des sinistres causés par les catastrophes météorologiques et climatiques dans le monde, modifié de Munich Re (2014).

Les liens entre cette augmentation de la fréquence et de la gravité de ces catastrophes (allant des vagues de chaleur aux épisodes froids, des sécheresses aux pluies diluviennes) et le changement climatique sont encore mal connus. Comme le note IPCC (2013), de faibles changements sur la distribution moyenne des températures peu avoir de gros impacts sur les quantiles élevés. Vecchi & Knutson (2011) propose par exemple une étude passionnante sur la prévision des phénomènes cycloniques tropicaux en Amérique du Nord. Mais comme le souligne Changnon et al. (2000), la hausse exponentielle est coûts est très largement expliqué par des facteurs-sociaux. Et ces catastrophes posent de réels défis aux assureurs de part leur caractère largement imprévisible.

Au cours des 20 dernières années, le coût global des aléas naturel en France se chiffre à 34 milliards d’euros, et ce pour les seuls assureurs. Selon un chiffrage décrit dans FFSA (2009), la charge totale pour les 20 prochaines années pourrait être le double (en euros constants), la moitié étant expliquée par des facteurs liés aux évolutions soco-économiques (augmentation de la masse assurance, en grande partie, mais aussi migration vers des zones à risque), et la moitié étant expliquée par des facteurs liés au changement climatique.

Mais au-delà de ces catastrophes, le changement climatique impacte tous les secteurs de l’assurance. L’augmentation des précipitations en Europe (non seulement en moyenne, mais aussi avec une hausse des crues éclair) vont affecter les infrastructures souterraines, ou situées à proximité des cours d’eau. Les propriétés situées sur les côtes sont menacées par l’élévation du niveau des mers. Un autre risque est celui lié aux sécheresses, qui endommage aussi les bâtiments par affaissement des sols. La canicule de l’été 2003 en France au causé une hausse des réclamations en assurance construction de l’ordre de 20%.

En assurance vie, la canicule de 2003, exceptionnelle par sa durée, a là aussi montré l’impact potentiel du changement climatique, sur les personnes les plus vulnérables (enfants très jeunes, personnes âgées, et malades chroniques). L’assurance agricole est aussi impactée par les sécheresses et les inondations. Les sécheresses augmentent aussi le risque d’incendie, pouvant détruire forêts et récoltes. En assurance automobile, les conditions climatiques restent une explication à bon nombre de sinistres. Le nombre d’accident augmente fortement lors des journées (très) chaudes. La grêle est l’événement climatique qui cause le plus de dommage directs en assurance automobile.

L’assurabilité des risques climatiques

Godard (1997), reprenant des idées développées par Ewald (1986) a montré que le développement de la société industrielle s’était traduit par une augmentation de la demande de protection. Cette protection peut être offerte par des états, mais aussi par des compagnies d’assurance, si le risque le permet. Plusieurs critères sont nécessaires pour que le risque soit « assurable ».

Légalement, un contrat d’assurance ne peut être valide que si l’occurrence des sinistres satisfait un caractère aléatoire. En France, l’article 1 de la loi du 13 Juillet 1982 relative à l’indemnisation des biens assurés suite à une catastrophe naturelle mentionne que « sont considérés comme les effets des catastrophes naturelles, au sens de la présente loi, les dommages matériels directs ayant eu pour cause déterminante l’intensité anormale d’un agent naturel […] ». Est-il anormal d’avoir des inondations récurrentes dans des zones potentiellement inondables comme par exemple l’ancien lit d’une rivière ? D’un point de vue actuarielle, la perte maximale ne doit pas être trop importante. Les tempêtes de 1999 (non couvertes par le mécanisme dit Cat Nat) ont ainsi causé des dommages supérieures à la « perte maximale possible » calculée par le secteur de l’assurance. Ces risques doivent aussi être mutualisable. Pour que le mécanisme d’assurance fonctionne, comme le rappelle Ewald (1986), « le risque est collectif […] ce n’est en effet que sur l’étendue d’une population qu’un risque devient calculable. Le travail d’un assureur est précisément de constituer cette population par sélection et diversification des risques. L’assurance […] passe par la socialisation des risques ». Quand un même événement engendre 3 millions de demande d’indemnisation (comme les tempêtes survenues en décembre 1999 en France), on peut difficilement parler de mutualisation des risques, « the contribution of the many to the misfortune of the few » (pour reprendre la devise du Lloyd’s). Mais plus important, il faut qu’un marché de l’assurance existe, avec des assureurs prêts à offrir une couverture, et des assurés prêts à souscrire de tels contrats.

Les solutions d’assurance, en Europe

Les assureurs se sont efforcés d’offrir une couverture dans la mesure du possible. Ces solutions font souvent intervenir les compagnies d’assurance, et l’Etat. Bien souvent, il n’y a pas d’intervention de l’état, et les couvertures pour ces risques sont facultatives. Dans ce cas, le taux de pénétration dépend de la perception du risque par les citoyens. Dans d’autres pays, au contraire, les assureurs n’interviennent pas, et c’est l’Etat qui prend à sa charge (à partir du budget ou d’un fond spécifique alimenté par une taxe sur les contrats d’assurance) les sinistres. Dans le cas de la France, on peut penser au mécanisme dit Cat Nat, basé sur un mélange d’assurance obligatoire et d’intervention publique. Enfin, la couverture doit être proposée par les assureurs, mais la souscription de tels contrats est facultative. La Figure 3 tente de résumer le patchwork européen.

Figure 3 : couverture d’assurance des catastrophes naturelles en Europe, modifié de Mills (2009).

Ce subtil équilibre entre assureurs privés et Etat évolue dans le temps. Car tous deux ont peur des conséquences financières des catastrophes. L’Etat qui avait offert sa caution – par exemple en tant qu’ « assureur en dernier ressort » – se voit contraint de faire figurer cet engagement dans son budget. Et les assureurs savent que le changement climatique va se traduire par des exigences en terme de capital, comme le montre la Figure 4.

Figure 4 : impact du changement climatique sur le capital réglementaire, modifié de ABI (2005).

L’articulation entre le marché d’assurance et l’Etat peut se voir comme un effet de subvention du marché de l’assurance, pour couvrir les risques climatiques, comme le note Stern (2006).

Le rôle des assureurs

Le changement climatique engendre davantage d’incertitude pour les assureurs, et il n’est alors pas surprenant de les voir s’impliquer pour tenter de proposer des solutions. On peut ainsi souligner les actions collaboratives sur Climate Wise Group, qui tente d’encourager la prévention. L’exemple des inondations survenues en 2007 au Royaume Uni est intéressant à ce titre. Comme le note ABI (2007), l’évaluation et la gestion du risque d’inondation ont montré de nombreuses faiblesses. Mills (2009) rapporte que l’industrie de l’assurance britannique s’est alors engagée sur le financement de travaux de recherche sur les inondations en milieu urbain. Les assureurs britanniques (mais le même phénomène a été observé en France) ont alors cherché à être impliqué dans les processus d’aménagement du territoire, de planification d’utilisation des terres, et la conception et la mise en œuvre des codes de construction.

Plusieurs travaux soulignent que les gains engendrés par les mesures de précaution sont souvent colossaux par rapport à leur coût. En 2004, la Banque Mondiale avait ainsi calculé que pour toutes les catastrophes naturelles survenues dans les années 1990, 40 milliards investis dans des mesures de prévention auraient permis de réduire le coût total de 280 milliards. On retrouve le même ordre de grandeur lorsque ABI (2007) déclare que chaque livre sterling dépensée dans des mesures de prévention permettrait de sauver 6 livres sterling en coûts de réparation, lors d’inondation.

Mais si les assureurs ne financent pas la prévention (ils financent la réparation), ils peuvent encourager la prévention, auprès des particuliers, des collectivités, des élus, des entreprises, etc. Mills (2009) soulignent que si les assureurs produisent peu de gaz à forçage radiatif, ils pourraient réduire leurs besoins en voyages d’affaire ou en gaspillage, à titre individuels. De plus, l’assurance reposant sur un versement initial d’argent de l’assuré vers l’assureur, les compagnies d’assureur gèrent des montants colossaux d’argent. Les assureurs ayant vendu la promesse d’une indemnisation en cas de sinistre, la politique d’investissement est alors fortement contrainte par la règlementation (et par des contraintes internes de gestion actif-passif). Mais on pourrait imaginer que les assureurs s’interdisent d’investir dans des entreprises polluantes, par exemple, dans l’esprit de la charte de développement durable développée par l’Association Française de l’Assurance.

 

ABI (2005). Financial risks of climate change. Technical report, Association of British Insurers.

ABI (2007). Summer floods 2007 : Learning the lessons. Technical report, Association of British Insurers.

Botzen, W. J. W., van den Bergh, J. C. J. M., and Bouwer, L. M. (2010). Climate change and increased risk for the insurance sector: a global perspective and an assessment for the netherlands. Natural Hazards, 52(3), 577–598.

Changnon, S. A., Pielke, R. A., Changnon, D., Sylves, R. T., & Pulwarty, R. (2000). Human factors explain the increased losses from weather and climate extremes. Bulletin of the American Meteorological Society, 81, 437–482.

Ewald, F. (1986). L’Etat providence. Grasset

FFSA (2009). Synthèse de l’étude relative à l’impact du changement climatique et de l’aménagement du territoire sur la survenance d’événements naturels en France. FFSATechnical report.

IPCC (2013). Climate Change 2013 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press.

Mills (2009). From Risk to Opportunity: Insurer Responses to Climate Change 

Munich Re (2014). Loss events worldwide 1980 – 2013. geo risks research. Munich Reinsurance Group.

Stern, N. (2006). Stern review : the economics of climate change. Cambridge University Press.

Vecchi, G. A. & Knutson, T. R. (2011). Estimating annual numbers of atlantic hurricanes missing from the hurdat database (1878–1965) using ship track density. Journal of Climate, 24(6), 1736–1746.


One thought on “Changement Climatique et Assurance”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *