L’énigme du modèle

(pour reprendre le titre de l’exposition). J’interviendrais mercredi soir, toujours dans le cadre de la Biennale, dans un débat avec Julien Prévieux (ici) et Olivier Raingeard responsable Stratégies Economiques et Etudes, chez Neuflize OBC investissements. Le but sera d’apporter un éclairage au travail de Julien. A priori mon intervention sera axée autour de deux thèmes. Tout d’abord la difficulté de faire des prévisions, et d’anticiper l’avenir. Ou pour reprendre une expression de Niels Bohr, “prediction is very difficult, especially about the future” (repris par Jacques Chirac au début des années 90). J’illustrerais ce point par une relecture des prévisions faites par les plus grands économistes lors de la crise de 1929. Ensuite, le second thème m’avait été inspiré l’autre jour par la lecture d’un article dans le Canard Enchaîné,

J’ai eu envie de reparler de ce point suite à la discussion que nous avions eu la semaine dernière dans les débats sur les risques émergents, où nous cherchions la limite entre science et science fiction

Par certains côtés, le high frequency trading ressemble à une histoire de science fiction, du genre “les algorithmes prennent le pouvoir“, ou comment se passer d’économistes sur les marchés financiers. Pour simplifier (avec un peu de mauvaise foi, j’en conviens), en faisant tourner des algorithmes sur des ordinateurs super-puissants, on délègue à la machine la décision d’acheter et de vendre des produits financiers, voire en l’occurrence des paquets de produits, sur des intervalles de temps très courts… L’intérêt est que pendant ce temps, les traders (les vrais) ont le temps pour venir lire un peu mon blog ! Il s’agit d’acheter des titres et de les revendre presque instantanément, afin de créer une courte période pendant laquelle les marchés ne sont plus efficients: on peut alors créer un arbitrage.

Certains font une différence entre le high frequency trading et le flash trading, ou encore high speed trading, mais personnellement j’ai du mal à saisir la nuance… Mais si les arbitragistes ont toujours existé (ce qui légitimait alors l’absence d’opportunité d’arbitrage), cette fois, ce sont les machines qui effectuent artificiellement des arbitrages au lieu de les traquer…
Paul Krugman avait été très critique à ce sujet: “the stock market is supposed to allocate capital to its most productive uses, such as by helping companies with good ideas raise money. It’s hard to see, however, how traders who place their orders one-thirtieth of a second faster than anyone else do anything productive” et un peu plus loin “HFT probably degrades the stock market’s function, because it’s a kind of tax on investors who lack access to super computers and at-exchange connectivity – which means that the money Goldman spends on those computers actually has a negative effect on national wealth” (ici).

Les images utilisées sont en ligne (empruntés à une présentation de Mathieu Rosenbaum) et le flyer est en ligne ci-dessous,


One thought on “L’énigme du modèle”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *