Douce France

Hier, sur Twitter, je mentionnais une carte parue sur Times Higher Education à propos des “100 meilleurs universités” (dans le monde entier). Je ne sais plus par quel biais j’ai vu des cartes, par pays, permettant de voir où étaient les 100 meilleures universités (d’ordinaire, on a un classement, mais là, pour la première fois, on avait des cartes),

Le premier tweet, en anglais, qui montrait la carte est passé assez inaperçu. Ce n’est pas le cas du second, en français, qui a été beaucoup repris, dans lequel je posais la question de manière plus directe, “sauras-tu remarquer une particularité géographique de l’enseignement supérieur français?“. Car je trouve la carte française assez choquante. disait de manière assez élégante que la “ville lumière” faisait de l’ombre aux autres villes françaises. Ce n’est pas peu dire ! Dans tous les autres pays comparables, avec 4, 5 ou 6 universités dans ce classement, on a une relative dispersion sur le territoire. Mais en France, on a Paris. Et c’est tout.

C’est amusant car cette semaine, j’ai commencé le livre Unknown Quantity de John Derbyshire qui raconte, de manière très vulgarisée (et donc parfaite pour moi) l’histoire de l’algèbre. Et dans un des premiers chapitres (on est encore en Mésopotamie) il y a ce paragraphe qui m’a beaucoup rappelé cette carte

Effectivement, il faudrait que je creuse un peu, mais j’ai du mal à voir ce qui va ressortir de cette méga-concentration géographique typiquement française de l’enseignement supérieur. Rien de bon, je crains…


2 thoughts on “Douce France”

  1. Bonjour,

    Après, si on se concentre sur Paris même, il y a beaucoup d’hétérogénéité entre les différents arrondissements de Paris. La plupart des universités parisiennes sont dans le V-ème ou le VI-ème arrondissement (les 2 citées dans la carte le sont également).

    Cette concentration à Paris est due en partie à la loi de nationalisation du 13 février 1982 (la plupart des entreprises concernées ont leur siège à Paris). Paris concentre alors aujourd’hui près de 40 des 500 plus puissantes multinationales.

    Selon moi, cet effet d’ “engraissage” de Paris augmentera les inégalités des chances, car Paris n’est pas une ville étudiante comme Toulouse ou Montpellier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *