Démographie québécoise

Cet automne, j’étais allé voir Mummy, de Xavier Dolan. Et j’avoue avoir adoré le film ! J’ai tout aimé ! La musique, le cadrage, le rythme, les acteurs (même si j’avais du mal à croire Anne Dorval qui restera toujours pour moi la maman des Parent, surtout que j’ai passé mon temps à Montréal à croiser Daniel Brière – l’acteur, pas le joueur des Avalanches – qui habitait à côté de la maison, et qui faisait souvent le marché en même temps que moi… pour moi les deux étaient attachés à tout jamais…. et la mère de la série et celle du film de Xavier Dolan sont assez différentes).

Le seul reproche que j’aurais pu faire, ce sont les sous-titres (qui nous étaient imposés, en France). Au Québec, on avait pris l’habitude de vivre sans sous-titres, et on a appris une langue en la parlant, au quotidien. Par exemple, j’ai appris ce que voulait dire câlisser sans avoir à ouvrir un dictionnaire, ou sans demander de traduction. De même que j’ai découvert qu’il existait des variantes, comme décâlisser (et j’ai même fini par comprendre le sens). Mais je n’avais jamais eu besoin de visualiser la traduction du mot. Voir des traductions de mots que j’avais fini par découvrir et comprendre m’a déstabilisé. Je reverrais d’autant mieux le film en DVD, sans les sous-titres qui m’étaient imposés au cinéma.

C’est amusant car pendant les vacances, j’en ai profité pour finir Magasin Général de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. Et j’ai eu plaisir à retrouver des expressions québécoises tout au long de la lecture. Même si l’histoire se déroule à Notre Dame du Lac, situé sur le bas Saint Laurent (même si le nom ne semble plus exister depuis quelques années), on est loin des dialogues que l’on peut entendre en région, et on a une version agréable de ce qu’on pourrait entendre à Montréal…

En fait, comme cela est indiqué (trop) discrètement, c’est Jimmy Beaulieu (dont j’avais déjà souligné le travail admirable dans un précédant billet) qui a fait la “traduction” des dialogues, pour avoir (comme le disent les premières pages du livres) des dialogues en québécois “qui soient compréhensibles des deux côtés de l’Atlantique”. Ce qui montre bien qu’un français de France peut comprendre le québécois (moyennant un peu de bonne volonté). Je crois que j’aurais bien aimé avoir des sous-titres pour Mummy dans la même langue que celle parlée dans Magasin Général.

En lisant en particulier les deux derniers tomes de Magasin Général (oui, j’avais un peu de retard), et les histoires de natalité, je me suis souvenu du travail que l’on avait fait il y a un peu plus d’un an avec Julie, qui était venu faire un stage à l’UQAM, et avec qui on avait découvert la démographie du Lac Saint Jean (certes, par rapport à Magasin Général, on est de l’autre côté du Saint Laurent).

les slides (de la soutenance de stage) sont en ligne,


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *