Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Il y a plusieurs semaines (mois?), avec @3wen et @pareto35, on nous avait demandé d’écrire un petit article sur Twitter, et sur l’usage de Twitter dans le monde de la recherche, pour la Newsletter du CREM (Centre de Recherche en Économie et Management, de l’Université de Rennes 1, et de l’Université de Caen). On avait envoyé l’article, et je n’y avais plus pensé. Or cet après-midi, @alisag1728 publiait “25 Interesting Observations About How Academics Use Twitter” qui éclairait le débat, et qui m’a refait pensé à cet article. Comme les discussions semblent à nouveau d’actualité, j’en profite donc pour mettre en ligne la note qu’on avait écrite… Tous les commentaires sont les bienvenus (en gardant en mémoire que l’article était écrit à destination de chercheurs qui entendent peut être parler de Twitter, à l’occasion, mais qui ne voient pas – a priori – pourquoi y être présent).

  • De l’importance des réseaux dans le monde de la recherche

Le travail d’un chercheur est de produire du savoir, mais aussi de le diffuser. Historiquement, la dissémination se faisait (presque) exclusivement dans des conférences scientifiques et par publication d’articles de recherche dans des revues qui sont devenues de plus en plus spécialisées. Ce qui fait la valeur d’un chercheur, ce sont ces idées, qu’il a seul ou avec d’autres, ce sont ses publications, ses citations (mentions de ses travaux dans d’autres articles de recherche), sa faculté d’inviter d’autres chercheurs prestigieux (ou d’être invité). Le réseau est au cœur du travail des chercheurs car il facilite la co-coproduction de connaissances. Ça a toujours été vrai, ça l’est d’autant plus que les savoirs ont aujourd’hui une très forte granularité.

Fut un temps où le chercheur faisait de la veille dans les bibliothèques, à éplucher le sommaire de principales revues afin de savoir ce qui avait pu être établi récemment. Les séminaires et les conférences étaient aussi indispensables pour se tenir informé. Mais en 2014, tous les articles sont accessibles instantanément, sans avoir à se déplacer. On peut même suivre des webinars si on veut voir un exposé d’un travail (souvent plus éclairant que la lecture d’un article de recherche). Internet a considérablement changé les canaux de transmission de savoir, y compris dans le monde académique. En fait, historiquement, le premier serveur web a été a été conçu justement dans le but de transférer des données au sein du monde académique, au CERN. Les chercheurs peuvent ainsi accéder ou donner accès à des bases de données, des documents de travail, du code informatique…Ils le font par l’intermédiaire de leur blog mais aussi à travers les réseaux sociaux : Twitter est sans aucun doute celui qui offre le plus d’opportunités.

  • Twitter et les micro-blogs

Le fonctionnement de Twitter est simple : on s’inscrit sur le site, et on est alors identifié par un pseudo, un avatar et une courte biographie. On peut alors tweeter, c’est-à-dire poster des courts messages d’au plus 140 caractères. On devient actif, mais il est possible de rester passif, et de suivre des conversations, glanées par hasard : on peut suivre un hashtag comme #ASSA2014 (échangé lors de la conférence de l’American Economic Association en janvier dernier, à Philadelphie), #occupyHongKong qui permet d’être informé en temps réel de la situation du mouvement Occupy à Hong Kong, ou  #overlyhonestmethods qui propose des messages humoristiques de chercheurs sur un thème précis. On peut aussi suivre et interagir avec quelqu’un, comme @HillaryClinton (ou un compte plus institutionnel, comme @UnivRennes1 ou @TSEinfo qui partage des informations relatives aux enseignants chercheur de l’Ecole d’Economie de Toulouse). Si on est intéressé par les messages mis en ligne par un compte, on peut alors le suivre (on devient alors son follower). On peut également être suivi et dans ce cas l’on bénéficie de “following”. La particularité des messages est qu’ils sont forcément courts, mais il est possible d’inclure des liens hypertextes ou des images. Un chercheur peut ainsi envoyer le lien vers un article de recherche, un graphique ou un transparent d’exposé ou une courte phrase (qui peut être le titre de l’article). On peut aussi mentionner un autre compte twitter si le lien a été découvert par ce canal.

  • Suivre et être suivi

Les chercheurs présents sur Twitter sont suivis par toutes sortes de gens. D’autres chercheurs, des anciens élèves, des élus, des journalistes, des recruteurs, etc. Comme le notent de plus en plus de sociologues, les discussions informelles ne sont font plus seulement au faculty lounge (que l’on pourrait traduire par salle à café) mais également sur les réseaux sociaux. Quand on cherche un fond de carte avec les découpages électoraux, on peut poser la question sur Twitter (des followers – ou abonnés – pourront répondre, ou relayer la question). On peut aussi chercher des données, voire des références d’articles que l’on ne retrouve plus. On peut ainsi discuter avec des collègues, et à l’occasion amorcer des travaux de recherche (qui peuvent aboutir à des publications d’articles académiques par la suite). L’on peut être sollicité par des journalistes pour des précisions sur des résultats, une interview, une réaction. L’on peut interpeller @datagouvfr pour avoir des informations sur des données ouvertes. Souvent, cela permet de discuter de manière beaucoup plus rapide qu’à travers un échange de courriels. Mais surtout, la discussion est ouverte et des utilisateurs peuvent aussi interagir, et apporter des compléments d’information. Dans les séminaires, on ne croise que des collègues travaillant sur des thèmes proches de nos propres thèmes. Sur Twitter, on peut discuter avec des cartographes, des sociologues, des biologistes que l’on croise peu fréquemment dans le cadre de son travail, par manque de temps le plus souvent, sans le cadre formel imposé par la prise de rendez-vous dans un bureau, sur un autre campus. Lorsque l’on partage un lien, vers un article, une carte, un tableau ou un graphique, on en garde une trace, mais cette veille est aussi très souvent appréciée par les journalistes, qui eux aussi ont besoin d’un réseau, leur permettant de se tenir informés. Twitter donne l’opportunité aux doctorants de se faire connaître et d’amorcer un réseau. Ces derniers mois, l’exercice « ma thèse en 180 sec. » a obtenu un écho considérable, en grande partie grâce à Twitter.

  • Twitter dans le panorama de la recherche en France

Les chercheurs peuvent être présent sur la toile de manière individuelle, mais aussi au travers d’un laboratoire de recherche (on évoquait @TSEinfo en introduction), de revue académique (le compte de la Harvard Business Review  @HarvardBiz permet d’être tenu informé des articles mis en ligne, mais aussi de toutes sortes d’informations en économie et en finance), ou de sociétés savantes (l’Association Française de Sciences Économique n’est pas présente sur les réseaux, contrairement à la Société Royal économie, @RES_Office). Mais le plus souvent, les chercheurs aiment avoir leur propre profil.

On peut s’interroger quand on voit la faible présence du CREM sur la toile, de l’Université de Rennes 1, mais plus généralement du monde académique français. C’est d’ailleurs la réflexion que Sylvain Deville nous poussait à avoir, collectivement, dans sa tribune dans Le Monde Twitter et les chercheurs, l’exception française ? Cet outil n’est probablement pas pour tous mais le monde académique français reste très éloigné de ces outils et donc de nouvelles méthodes de diffusion, d’apprentissage et d’interaction. Jean Tirole, qui vient d’avoir le prix Nobel d’économie n’a pas de compte Twitter (contrairement à Paul Krugman qui a un des compte les plus suivis). Mais il n’est pas absent pour autant de Twitter, en témoigne l’intense activité récente autour du compte de TSE1. Il est vrai que ce n’est pas toujours le chercheur qui gère le compte mais un secrétariat et un service de communication dédié qui organisent la présence du ou des chercheurs sur les réseaux. La publicité des activités des laboratoires passe de plus en plus à travers ces canaux. Plus en tout cas qu’à travers les supports papiers. La portée, la résonance mais aussi l’influence des résultats et des réflexions sont alors considérablement amplifiées. Et les universités et les centres de recherche dans la compétition mondiale jouent pleinement le jeu des réseaux sociaux.

Afin de compléter un peu, on avait ajouté un petit tableau, afin d’avoir quelques ordres de grandeurs, en particulier sur les nombres d’abonnés (vu à fin octobre), à des personnalités publiques, des comptes institutionnels (souvent Rennais) mais aussi de laboratoires de recherches, ainsi de quelques chercheurs. La date de création du compte a été indiquée, si elle était mentionnée

  • Najat Belkacem (ministre de l’éducation nationale) @najatvb (Octobre 2009) 246836
  • Nathalie Appere (maire de Rennes) @nathalieappere (Janvier 2012) 3047
  • Rennes Métropole @metropolerennes (Juin 2008) 17958
  • Les Champs Libres @LesChampsLibres (Mars 2009) 8167
  • Universté de Californie, Berkeley (35000 étudiants) @UCBerkeley (Août 2010) 38548
  • Université McGill, Montréal (33000 étudiants) @McGillU (Décembre 2008) 40157
  • Université de Rennes 1 (26000 étudiants) @UnivRennes1 (Sept 2009) 6684
  • Université de Rennes 2 (21000 étudiants) @UnivRennes_2 (-) 913
  • Nicolas Dirks (Président UC Berkeley) @nickdirks (-) 496
  • Suzanne Fortier (Président McGill) non inscrite
  • Guy Cathelineau (Président Univ. Rennes 1) @Guy_Cathelineau 69
  • Mosaic HEC @mosaichec (Février 2011) 1756
  • Marsouin2@gis_marsouin (Oct 2008) 1150
  • Fondation Rennes 1 @FondationR1 (-) 438
  • Toulouse School of Economics @TSEinfo (Avril 2012) 1153
  • AEA (American Economic Association) @ASSAMeeting (conférence annuelle) 2313
  • AFSE (Association Française de Science Economique) non inscrite
  • Brian Cox (Enseignant Chercheur Manchester) @ProfBrianCox (-) 1461091
  • Paul Krugman (prix Nobel d’économie) @NYTimeskrugman (-) 1256863
  • Dan Ariely (Enseignant Chercheur, Duke) @danariely (Décembre 2008) 80274
  • Gary King (Enseignant Chercheur, Harvard) @kinggary (Avril 2009) 19913
  • Augustin Landier (Enseignant Chercheur, TSE) @augustinLandier (-) 1745
  • David Thesmar (Enseignant Chercheur, HEC Paris) @dthesmar (-) 1494
  • Arthur Charpentier (Enseignant Chercheur) @freakonometrics (Jan 2010) 7416
  • Raphael Suire (Enseignant Chercheur) @pareto35 (Mars 2009) 1345
  • Ewen Gallic (Doctorant) @3wen (Dec 2009) 166

 

1 Histoire de nous faire mentir, un compte (certifié) @JeanTirole a été créé au moment de déposer le manuscrit. Ce compte avait près de 2000 followers à peine 6 heures après sa création.

2 Môle Armoricain de recherche sur la société de l’information et les usages d’Internet


9 thoughts on “Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter”

    1. merci Raphael !
      je connaissais celui des journées de l’éco (très actif pendant les journées), mais pas celui de l’afse (qui n’existait pas quand on a écrit l’article, de mémoire au moment du nobel de Tirole)

  1. Pas convaincue par l’aspect diffusion.
    Plus par l’aspect conversation/interaction, mais j’ai un problème d’analyse coûts-bénéfices.
    J’adorerai discuter avec des cartographes, mais le temps qu’il faudrait pour tisser un réseau et toucher ce genre de spécialiste me semble insurmontable.
    Je me demande dans quelle mesure la spécialité des chercheurs n’influe pas sur la le retour sur investissement du compte twitter. Avec l’hypothèse que ce dernier serait très important pour un spécialiste du big data ou des stats qu’un macroéconomiste ou un géographe social qui ferait des interviews de terrain en Colombie. Des études là-dessus?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *