Somewhere else, part 136

Some writings worth reading

et un peu de lecture en français

Il y a ceux qui pensent que la rentrée prochaine sera « chaude » et qui ne s’étonneraient pas de voir les blouses blanches descendre dans la rue, comme aux beaux jours du mouvement « Sauvons la recherche », il y a tout juste dix ans. Et ceux qui estiment au contraire que la communauté scientifique est passée du « ras-le-bol » à la « désillusion », que l’heure n’est plus aux tribunes dans les journaux ni même aux manifestations mais à la « désertion », au « courage, fuyons ! »… L’avenir dira ce qu’il en est. Mais une chose est sûre : malgré les paroles réconfortantes­ du tout nouveau ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Benoît Hamon, lors du colloque dédié à la Stratégie nationale de la recherche – un exercice de prospective scientifique destiné à définir les 4 ou 5 grands axes autour desquels se concentrera le gros des forces de la recherche française en 2020 –, les chercheurs des laboratoires publics sont quasi unanimes pour dire que leurs conditions de travail se sont encore dégradées au cours des deux dernières années. La situation était pourtant déjà très tendue­ il y a deux ans. En juillet 2012, Geneviève Fioraso – toujours chargée du portefeuille de l’Enseignement supérieur et de la Recherche mais rétrogradée du rang de ministre à celui de secrétaire d’Etat – lançait des Assises nationales censées faire le point sur les problèmes structurels venant gripper (le mot est faible) le système français de recherche publique. Une centaine d’auditions plus tard, un rapport listait 135 pro­positions, dont un certain nombre visant à remédier à la dramatique raréfaction des financements. « On peut sans exagérer parler de pauvreté des organismes et universités », écrivait alors le rapporteur général, Vincent Berger. Ce dernier est entre-temps devenu le conseiller de François Hollande pour l’enseignement supérieur et la recherche mais la situation financière des laboratoires, elle, ne s’est pas améliorée – bien au contraire. Et aucun des déséquilibres et dysfonctionnements régulièrement pointés du doigt par la communauté scientifique n’a été réglé. Tour d’horizon des sujets qui fâchent.” [à suivre…]

Did I miss something?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *