Blogues de Sciences Francophones ?

Allez, je me lance… je vais rompre avec la règle d’or que connaît tout chercheur vivant dans le monde académique : ne jamais parler de ses échecs. Il est en effet de bon ton de dire “j’ai un financement du NSERC” mais pas de dire “sur mes cinq demandes de financement, toutes ont été rejetées. Sauf Une.” On peut raconter une anecdote sur les papiers rejetés, autour d’un café, mais mieux vaut éviter de dire qu’on a eu plus de lettres de rejet que de lettres d’acceptation dans sa boîte de messagerie. Et surtout, ne jamais l’écrire à l’encre indélébile. Oups.

A deux reprises la semaine passée, je discutais avec des blogueurs, chercheurs comme moi pendant leur temps libre (ou le contraire, je finis par me perdre), et les deux m’ont dit “tiens, on ne t’a pas vu dans la compilation des blogues de sciences francophones“. Eh oui, je crois que je ne suis pas dedans, effectivement. Cela dit, comme tout bon chercheur, j’ai bien entendu une explication ! Voire plusieurs !

☐ “mon travail est trop avant-gardiste pour être comparé aux autres
☐ “c’est un complot, les gens derrières ce classement ne m’aiment pas
☐ “ce que je fais, c’est plus que de la science, c’est de l’art, tu sais
☑ “c’est nul de mettre les gens dans des cases, et je ne suis pas exclusivement francophone

On l’occurrence, j’aime effectivement prendre comme (piètre) excuse la langue. Car je suis militant – voire activiste – en faveur des blogs de sciences. Ce qui rend vexant de ne pas être retenu comme blogueur de sciences. En revanche, la langue m’indiffère! Comme mon blog est professionnel, j’ai tendance à bloguer en anglais, mais quand il faut écrire de manière un peu plus subtile, pour éviter les malentendus, je recours à ma langue maternelle. Si je blogue à l’occasion en anglais, c’est que c’est plus simple: tout ce que je lis ou presque est en anglais.

Maintenant, comme tous les chercheurs, j’ai aussi un amour propre (et un égo) démesuré, et comme toujours les échecs, ça touche un peu. Car, ami lecteur, derrière ce blog que tu consultes régulièrement (si ce n’est pas encore le cas, il va falloir changer tes habitudes !) il y a du travail (mine de rien). Et sentir son travail un peu valorisé, ça fait toujours plaisir. Il y a quelques semaines, j’avais invité Pascal Lapointe (a.k.a. @paslap, qui a justement dirigé la publication du livre compilant les blogs) pour un café, car je voulais discuter de vulgarisation et de blogs de sciences justement. Et il m’expliquait qu’il ne comprenait pas le sens academic blogging, que j’avais pris l’habitude d’utiliser (par exemple en mettant en avant le blog de Paul Krugman : sous prétexte qu’il est académique, peut-on dire que son blog est un blog académique ? et je pense qu’il a raison, ce qui m’a fait reprendre le terme utilisé par hypotheses.org, carnet de sciences ouvert). Mais je persiste sur l’importance de donner un nom à cet activité que nous exerçons, pour savoir comment la positionner. Puis-je parler de mon blog dans mes demandes de subventions (mon blog peut donner une forte exposition à mes travaux) ? Puis-je financer avec mes fonds de recherche des livres que j’achète pour faire un billet sur mon blog, et pas un article de recherche (pour l’instant je finance avec mes sous personnels, ce sont des cadeaux en moins pour mes enfants à Noël) ? Puis-je héberger des travaux de mes élèves sur mon blog, comme billets invités ? On avait lancé le débat dans les commentaires d’un vieux billet, et je pense que j’essayerais de le poursuivre car je pense qu’il est important.

Maintenant, pour revenir à cette compilation, la petite histoire est que l’an passé, plusieurs personnes m’avaient sollicité. Des gens qui lançaient la compilation, mais aussi les éditeurs de mon blog. Pour le premier, la logique est simple : un recensement n’a de sens que si l’éventail est large; pour les second, être présent dans ces compilations donne une grande visibilité. Les démarches étaient simples (de mémoire) : il fallait envoyer deux posts qui pourraient être les ambassadeurs du blog. J’avoue ne plus trop savoir ce que j’ai retenu, et ne pas avoir compris non plus ce à quoi je participais… Si je l’ai fait, c’est parce que j’avais cru comprendre qu’il s’agirait d’une espèce de recensement, avec une liste aussi complète que possible (plusieurs personnes le font, et c’est probablement très intéressant, je pense au particulier à l’initiative visant à recenser des blogs de sciences féminins). Mais ex-post, j’ai l’impression qu’il s’agissait d’une espèce de concours (car il semble qu’il y ait un jury qui a fait une sélection). Dans ce cas, autant mettre les choses au clair : je veux bien que mon blog se retrouve cité dans des listes diverses et variées, mais je ne vais pas l’inscrire à des concours de beauté ! La raison est simple : je passe mon temps à me faire évaluer, et à évaluer les autres1 . J’ai toujours revendiqué mon blog comme un espace de liberté au sein du monde académique. L’humiliation, je garde ça pour mon travail d’enseignant et de chercheur (ça fait partie de la vie de touts les jours) par contre, je ne garde que les bons côtés du monde académique pour mon blog. J’écris sur les sujets que je veux, je me fais plaisir en essayant de répondre à des questions que je me pose, ou dans le meilleur des cas, qu’on me pose… Mais ne me demandez plus, s’il vous plait, de l’inscrire de nouveau à un concours de beauté !

Voilà, c’est dit.

1 rédaction de dossier pour des demandes de financement (où je dois faire croire que je suis le meilleur et que ma recherche va sauver l’humanité), lecture des évaluations des cours par mes élèves (qui adorent les profs sympas qui font des blagues et qui mettent des bonnes notes), réception de rapports de relecture par des pairs (qui n’ont pas aimé mon papier et qui me demande au moins de citer 3 papiers écrits par la même personne sans grand rapport avec mes travaux), évaluation de rapports de collègues (qui veulent des financements que je me suis fait refuser l’an passé), élaboration d’un projet de demande de financement pour un étudiant de maîtrise, etc.

2 les images sont tirées de l’excellent Little Miss Sunshine.


8 thoughts on “Blogues de Sciences Francophones ?”

  1. Ce n’est pas un concours. Mais comme 280 textes ont été soumis, qu’il fallait en retenir 50, il a semblé qu’un comité de lecture serait plus équitable. Ou bien voulez-vous dire que vous participeriez l’an prochain, si on publiait tous les textes reçus?

    C’est une hypothèse qui mérite d’être débattue. Ferions-nous davantage avancer la cause d’une “communauté” de blogueurs de science en donnant un espace égal à tous? A ce sujet, n’hésitez pas à faire des suggestions sur le projet: aux États-Unis, l’équivalent de cette anthologie a joué un rôle rassembleur (et motivant), mais dans la mesure où les sélectionnés, et non-sélectionnés, s’en sont servi comme d’un pan de mur dans le cadre de la construction de leur communsuté.

    1. J’ai du mal à comprendre la version papier… beaucoup trop statique pour un objet comme les blogs. J’aimais bien l’idée de http://www.anthropoblog.fr/2014/04/blogging-its-also-a-girl-thing/ par contre. Il pourrait être intéressant d’avoir juste le lien vers les posts, et pas le contenu des billets ! c’est l’intérêt d’une liste en ligne ! avec peut-être des tags par thématique, par exemple, si on veut juste une liste de blogs de sciences en chimie, ou en anthropologie. Après le filtrage serait là pour mettre de côté certains blogs hébergés chez http://hypotheses.org (ou autres) qui sont juste des pages d’annonces de séminaires de labos, afin de repérer des blogs, tenus par des blogueurs. Mais c’est une idée parmi beaucoup d’autres. Encore une fois, mon point était juste de dire que si le but est de faire un concours de plus (comme il y a des concours – avec des financements ou des dégrèvements – dans mon université, des concours de vulgarisation, etc), personnellement je ne le ferais pas. Mais ça n’engage que moi… je trouve juste qu’on passe (perd ?) notre temps à faire des dossiers pour des concours, à essayer de faire croire qu’on est les meilleurs ! L’an passé, j’ai invité un post-doc à travailler avec moi. J’ai passé plus de temps à faire des démarches pour les demandes de financement et les remboursements qu’à effectivement travailler avec lui ! C’est gênant je trouve…

      1. Le contre-argument à ta suggestion de listes pourrait être que de telles listes de blogues, de twitteux, etc., il s’en crée régulièrement, et elles sont en général statiques, parce que l’auteur n’a plus de temps, ensuite, pour les mettre à jour. Et du coup, la liste se perd dans les limbes de son blogue. Le livre a pour avantage d’apporter une perennité, là où nous travaillons tous dans l’éphémère.

        Mais bien sûr, ce n’est pas la seule façon de donner un peu de perennité et de commencer à construire une communauté. Je sais que j’ai l’air d’insister beaucoup sur le concept de communauté, mais c’est un élément fondamental de l’équation, si nous voulons que l’appropriation de ces nouveaux outils se fasse à plus grande échelle.

        1. Bonjour,

          N’est-il pas antinomique de réaliser un livre pour mettre en avant le blogging ? De plus le titre indique bien un classement étant donné qu’il parle de “meilleurs blogues”.
          La vision d’Arthur Charpentier me semble plus juste. Un site qui recense les blogues avec des thématiques de recherche, des mises à jour, etc. Même sans mise à jour, il est très facile de laisser une liste en première page d’un site.

          Je pense également que la notion de communauté est fondamentale. Cependant, l’une des caractéristiques d’une communauté est l’auto-organisation, pour peu qu’elle ait un environnement propice. Un site pourrait être fédérateur et inciter les blogueurs à le maintenir à jour si il devient populaire.

          Quoiqu’il en soit, votre initiative est tout de même à féliciter.

          Sinon, M. Charpentier, la raison de votre non présence est bien entendu l’avant dernière explication. Je dirai même plus, votre blog montre que la science c’est de l’art (j’en fais peut-être un peu trop là :)).

          1. Ah, c’est sûr que son blogue, c’est de l’art, n’est-ce pas, Arthur? 🙂

            Ceci dit, je dois préciser que je ne prétend pas que le livre est “la” solution. Mais si l’évolution de la blogosphère scientifique anglo doit nous servir de leçon, les listes, ça fonctionne pour les débutants. Après un certain temps, tout internaute aguerri se forge ses propres listes et veut aller plus loin. C’est dans ce contexte que les blogueurs de science anglo ont eu leur propre anthologie à partir de 2008, puis leur congrès. Twitter a également contribué à renforcer une communauté.

            Je vous encourage en terminant à lire le livre en vous mettant dans la tête de quelqu’un qui ne connaît rien aux blogues. Mieux, offrez-le à quelqu’un de votre entourage qui entretient un fort préjugé à l’égard des blogues et voyez si ça change sa perception. Et parcourez le répertoire des 160 blogues qui a été inclus dans le livre, afin de voir s’il correspond à ce que vous souhaitez.

  2. Ah, ton billet fait du bien au moral!! En effet, personne ne vante ses échecs dans ce beau milieu (vraiment?) qu’est la science! A la fois, je les comprendrais presque: il suffit d’être le “vilain petit canard” à un moment donné pour que beaucoup s’en gargarisent, voire se permettent une condescendance certaine … sans doute pour oublier qu’ils ont, eux aussi, été le vilain petit canard à un moment donné. Ce que j’aime dans ton billet, c’est ce qu’il dégage: l’acceptation de ce que certains pourraient qualifier “d’échec”… et de mon point de vue, c’est clairement ce qui forge les réussites.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *