24 heures (de science)

Cette fin de semaine, ce sont les 24 heures de sciences, au Québec

Il paraît que c’est une fête. Coïncidence ou pas, j’ai fait mes 24 heures de science hier ! Après trois jours assez intense en début de semaine, en Belgique puis à Paris, avec un jury de thèse, un mini cours, un exposé, et plusieurs rendez-vous (pour des partenariats universitaires, avoir accès à des données, monter des formations, etc) je suis finalement rentré hier, jeudi. Compte tenu du prix des hôtels sur Paris, j’essaye autant que possible de squatter chez des collègues lorsque je dois y passer une nuit. Donc mercredi soir, j’étais chez un ami (et collègue), et on a parlé travail jusqu’à tard dans la nuit… A six heures, réveil matinal (enfants obligent) pour rejoindre l’aéroport. Comme le 8 mai est férié, j’avais essayé de prévoir un peu de temps car il y avait moins de transports en commun. Arriver trois heures en avance, c’est pénible, mais d’un autre côté, ça m’a laissé du temps pour avancer la rédaction d’un rapport d’arbitre que j’ai du mal à finir (faute de temps). Dans l’avion, j’ai pu me remettre à des papiers qu’il va falloir finir dans les semaines à venir (maintenant que la session d’hiver est finie, la recherche pourra reprendre !). J’ai pu arriver à l’heure, après presque 7 heures de travail non-stop (juste le temps de manger un plateau repas). A 16 heures (heure locale, soit 22 heures en France), j’arrivais enfin au bureau. Oui, les jeudis soirs, je donne un cours pour la session d’été. Bref, il fallait réviser un peu (relever aussi son courrier, récupérer les reçus pour les remboursements, etc), et j’ai pu donner mon cours, entre 17:30 et 21 heures. Le cours finissait à 21 heures (3 heures du matin, en France), et quand je suis rentré à la maison, les enfants dormaient depuis longtemps. J’ai alors du répondre aux courriels qui s’étaient accumulés depuis le matin, en suivant distraitement le match… et j’ai fini par m’endormir un peu avant 23 heures (5 heures du matin en France). Je n’ai pas pu tenir 24 heures d’affilée… je commence décidément à vieillir. Et je ne sais pas s’il y a des gens que ça amuse de faire de la science pendant 24 heures, mais personnellement, je n’ai qu’une envie, c’est d’aller dormir !


4 thoughts on “24 heures (de science)”

  1. Bonjour Arthur,
    Nous avons trouvé votre article fort amusant, pourrions-nous le diffuser sur notre page facebook du 24 heures de science?
    Merci pour ce billet et reposez-vous bien!
    L’équipe de Science pour tous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *