Πάντες ἄνθρωποι τοῦ εἰδέναι ὀρέγονται φύσει

J’essaye continuellement de me convaincre qu’Aristote avait raison lorsqu’il affirmait que tous les hommes désiraient naturellement savoir. C’est cette motivation qui fait que j’aime toujours enseigner, et partager des choses que j’ai pu apprendre, sur mon blog. Ces dernières semaines, j’ai été amené à plusieurs reprises à repenser mon activité de blogger, après qu’un ami qui suivait la blogosphère depuis plusieurs années me disait qu’il allait se lancer (sur son propre blog) et m’interrogeait sur ma pratique, qu’un autre qui bloguait sous un pseudo allait tenter de bloguer aussi sous son vrai nom, ou après quelques discussions sur Twitter sur une tentative de définition du terme “blogs scientifiques“. Ayant promis de revenir un peu sur ma conception des blogs académiques et scientifiques, j’ai lu tout ce qui me passait sous la main, afin de réfléchir encore un peu sur ma pratique, et sur ma position vis à vis de la vulgarisation. Comme toujours, c’est un peu brouillon, mais c’est le principe de mon blog.

Lorsque j’ai migré mon blog sur la plateforme d’hypotheses.org, j’aimais l’idée d’avoir un carnet de recherche ouvert. Car mon blog n’est rien d’autre que cela. Et mon blog est à l’image de mes cahiers, dans lequel je note des idées que je peux avoir dans le métro en allant chercher ma fille chez sa gardienne, des preuves que je dois faire en cours, des idées de visualisation glanées dans des exposés, ou dans des articles, etc. Il n’a aucune autre prétention. Ou au contraire, ce blog a une prétention incroyable: celui de redonner la possibilité, à tous ceux qui le souhaitent, de s’approprier des outils et des techniques d’ordinaire laissés aux mains des “experts”. Comme disait Gustave Flaubert, dans Bouvard et Pécuchet, “la science est un monopole aux mains des riches. Elle exclut le peuple…“. J’espère que ce blog aidera a réparer cela.

  • Définir le terme “vulgarisation

Comme le notait Marcel Thouin, “selon la définition usuelle, qui est peut-être illusoire, la vulgarisation scientifique consiste à rendre la connaissance scientifique accessible“. Il ne s’agit pourtant pas d’open-access, mais plus précisément, selon  Marcel Thouin (rappelant la définition du dictionnaire) la vulgarisation consiste à “adapter un ensemble de connaissances scientifiques et techniques de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste” (on retrouvera des propos similaire chez Henri Canonge). Mais le terme “lecteur non spécialiste” est vague. Pablo Jensen parle lui du “citoyen” mais sans forcément poser de définition claire des termes (pour sa défense, l’article mentionné est un article de vulgarisation). Patrice Cohen-Seat (cité par Roger Clausse et repris dans la thèse de Baudouin Jurdant) disait que vulgariser, c’est “transposer à l’usage de tous ce qui a été conçu et élaboré dans le langage de quelques uns“. Cela dit, Maurice Mashaal par exemple donne un sens plus large au terme “vulgariser“, en autorisant “tous” à être assez restreint. Selon lui, “les chercheurs ne vulgarisent pas uniquement en direction du grand public. Tout d’abord, ils sont généralement curieux et aiment savoir ce qui se passe dans d’autres spécialités que la leur“. On voit alors une catégorie un peu distincte, entre le “grand public” et les lecteurs spécialistes, éventuellement dans d’autres spécialités que la personne qui transmet le message. Cette classification est retenue très clairement dans le rapport Kunth, qui retient trois formes de communication scientifique:

  • la diffusion de l’information scientifique spécialisée (qui se fait dans les conférences spécialisées, les séminaires, et le publication académique pointues, traditionnelle)
  • la diffusion scientifique interdisciplinaire
  • la vulgarisation scientifique (diffusion de la culture scientifique et technique, s’adressant au grand public ou aux jeunes).

Avec cette classification, je ne classerais pas mon blog dans la catégorie des blogs de vulgarisation. J’aime l’idée de cette catégorie un peu intermédiaire. Cela dit, dans Communicating Science, Professional, Popular, Literary, Nicholas Russell rappelle que Nature et Science sont depuis toujours des revues de vulgarisation. On peut donc vulgariser tout en visant un public qui n’est pas forcément “tout le monde“, et qui autorise l’utilisation d’un jargon technique. Autrement dit, la seconde catégorie serait de la vulgarisation. Il va donc falloir creuser un peu plus pour comprendre si j’ai un blog de vulgarisation, ou pas.

  • Un espace entre la recherche et l’enseignement

J’ai toujours revendiqué le fait d’être à la fois un chercheur et un enseignant, un “savant” et un “pédagogue” pour reprendre les termes de Dider Moreau (justement pour caractériser la vulgarisation). Et mon blog est précisément un espace entre la recherche et l’enseignement. Mais ce n’est ni l’un, ni l’autre. Et quelque part, l’activité de vulgarisation se situe aussi dans cet espace. Pour reprendre un point noté par Baudouin Jurdant, “la relation pédagogique instaurée par la vulgarisation se distingue en outre de celle en jeu dans l’enseignement par le fait qu’elle se développe dans un espace social ouvert, non marqué, abstrait. En bénéficiant de lieux institutionnellement marqués, clos par rapport à l’espace de la chose publique, et concrets, l’enseignement assure une certaine signifiance à l’économie de sa relation pédagogique. La vulgarisation au contraire, est un propos public. Son espace est celui de la société toute entière, abstrait puisqu’il est ouvert à tous et par là, impénétrable“. Daniel Jacobi, Bernard Schiele et Marie-France Cyr parlent d’ailleurs d'”éducation non-formelle” pour définir l’activité de vulgarisation. Mais le blog s’inscrit aussi dans cet dimension, avec un espace ouvert, et un discours plus informel.

Mais il ne s’agit pas non plus de recherche. Comme l’écrivaient Renaud Dulong et Werner Ackermann, “le scientifique et le vulgarisateur ne répondent pas en fait aux mêmes interrogations et le discours de vulgarisation ne peut donc être uniquement (que) le reflet appauvri des concepts élaborés par le scientifique.” Mais mon blog ne cherche pas à simplifier. Il n’y a aucun enrobage, au contraire. Il s’agit d’enlever l’enrobage des articles académiques, en expliquant peut être davantage des pistes qui n’aboutissent pas, des conjectures, en n’essayant pas d’impressionner la galerie. Une autre différence est que le langage utilisé dans un blog est beaucoup plus vulgaire que celui utilisé dans un article scientifique. Cela dit, comme le rappelle Florine Vital-Durant, en 1632, lorsque Galilée publie ses dialogues (dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo), il les publie en italien, et pas en latin. L’idée d’écrire de la science dans un langage plus ordinaire, plus quotidien, sans pour autant faire de la vulgarisation ne date pas d’hier !

  • Quelle différence entre un blog académique et la vulgarisation ?

Même si certains me reprochent l’utilisation du terme blog académique, je continue à revendiquer ce terme. Car mon statut d’académique, ou d’enseignant et de chercheur me donne une légitimité que n’a pas un vulgarisateur. D’ailleurs, dans carrière scientifique, morale scientifique et vulgarisation, Luc Boltanski et Pascale Maldidier remettraient presque en cause l’idée de journalistes faisant de la vulgarisation, lorsqu’ils notent que “la vulgarisation, devrait perdre toute légitimité lorsqu’elle est l’activité spécifique d’un groupe totalement extérieur à la cité savante“. Et on retrouve cette idée chez Daniel Jacobi, Bernard Schiele et Marie-France Cyr lorsqu’ils parlent des “usurpateurs“. En fait, Luc Boltanski et Pascale Maldidier vont même plus loin, lorsqu’ils affirment que “le monde des vulgarisateurs ne peut pas être considéré comme un univers autonome possédant un principe de légitimité propre et qu’il ne peut être saisi indépendamment du monde savant défini et dominé par l’institution universitaire. Il s’ensuit que les attitudes des vulgarisateurs et que les représentations qu’ils ont de leur propre pratique sont déterminées par la position marginale qu’ils occupent dans ce champ hiérarchisé et qu’elles se définissent essentiellement par rapport à la définition sociale de la vulgarisation comme activité illégitime qu’engendré, selon les mécanismes précédemment décrits, la communauté scientifique“. Mon blog est un blog de science tenu par un scientifique reconnu par ses pairs, et on retrouve ici la distinction que faisait Tom Roud sur son blog, commentant l’annonce de l’arrivée de blogs scientifiques hébergés par Le Monde.

Bref, je continue de croire que mon blog n’est pas un blog de vulgarisation, et que les blogs académiques, n’en déplaisent à certains, ont une réelle légitimité. Je revendique l’idée d’avoir un carnet de recherche ouvert à tous, comme le souhaitait hypotheses.org. Si un jour je fais un billet sur les modèles causaux, ce ne sera  pas par soucis de vulgariser un sujet pour un lectorat (qui me semble infiniment lointain), mais juste pour moi. Au lieu de noter dans un cahier, je posterais sur mon blog. Avec des illustrations, des codes, des données (bref, des choses qui tiennent mal dans un cahier peut être).

  • Rendre public, ou viser un public ?

Bloguer permet d’être public (et éventuellement, d’avoir un lectorat régulier, ou pas) sans jamais rencontrer son public. Et pour moi qui suis un vieil ours, c’est idéal. Contrairement aux vulgarisateurs qui ont besoin d’un public, mon blog n’en a pas besoin. Lorsque je l’ai lancé, il existait avec 4 lecteurs, et il continuera d’exister même si la moitié ne me lit plus ! Peu importe, ce n’est pas sa finalité. Cela dit, la semaine passée, j’étais en Europe, j’ai fait plusieurs exposés, et plusieurs fois, j’ai entendu le “je suis un fidèle lecteur de votre blog”. Et c’est toujours une réflexion qui me surprend. J’ai toujours l’impression d’être un obscur professeur de statistique, ou d’économétrie, qui emploie tellement de jargon que personne ne devrait suivre (c’est en tous cas assez contradictoire avec certains propos tenus par des journalistes scientifiques, sur la vulgarisation). D’ailleurs, mardi dernier, j’ai vécu une aventure amusante. J’ai été contacté par un étudiant qui cherchait des données pour construire un modèle (en l’occurrence des informations climatiques, par département – en France – et sur plusieurs années). J’ai posé la question sur Twitter. En quelques secondes, le message a été relayé intensivement, et au bout de quelques minutes, j’avais des suggestions de trois sites. Comme me le disait ma femme, ce n’est pas la magie de Twitter, c’est que j’ai un réseau incroyable de followers actifs. Au delà des discours nauséabonds des CM qui expliquent que 6000 followers c’est fabuleux pour se faire connaître et assurer une notoriété en ligne, avoir 6000 followers, c’est surtout génial pour trouver de l’aide sur à peu près n’importe quel sujet. Au risque de paraître schizophrène, ami lecteur, je dois confesser que je ne blogue pas pour toi. Mais je te suis reconnaissant d’avoir accepté de m’intégrer dans une communauté aussi active, disponible et curieuse. Merci.


10 thoughts on “Πάντες ἄνθρωποι τοῦ εἰδέναι ὀρέγονται φύσει”

  1. Comme le crépitement des commentaires fait un peu de lumière, je vais rentrer dans la discussion (en plus j’ai l’impression de me voir entre les lignes 🙂 )

    Tout d’abord je trouve la démarche d’expliquer l’activité de blog très généreuse et intéressante. C’est vraiment une source de réflexion sur l’utilité/intérêt de la pratique. Donc un grand merci

    Au delà de l’innovation technologique qui permet de plus facilement se concentrer sur le contenu du blog, j’ai l’impression que le métier d’enseignant-chercheur change fortement. Les aspects négatifs sont souvent mis en lumière (course à la publis, contrats, enseignements fast-food pour étudiants consommateurs, etc..) mais je n’ai aucun côté passéiste quand je me souviens des difficultés pour faire de la biblio, du pouvoir des mandarins ou même la place des applications à l’université.

    Et donc la tour d’Ivoire est peut-être aujourd’hui en béton, en plastique ou dans un autre matériau. Evidemment ce n’est pas la première fois (voir les textes de Groethendieck par exemple) mais ca amène à se poser des questions sur notre volonté de transmettre/communiquer et en particulier à sortir de ce côté autiste (revue obscure) pour satisfaire des technocrates comptables (à moins que ce soit des comptables technocrates)

    J’aime bien l’idée de ne pas être motivé dans l’écriture par le lecteur et il y a beaucoup à dire sur la construction de la pensée par l’écriture et les limites du clavier par rapport au stylo. Je suis assez d’accord avec tout ce qui a été dit mais suis gêné par ce côté classifieur qui me rappelle le premier numéro de Bécassine rangeant la maison selon les couleurs des objets (1905).

    A une époque où tout le monde est expert (merci Internet), je ne sais pas trop ce qu’est un semi-expert et quand on voit l’intrication de la vie personnelle et la vie du chercheur (mail, lecture, etc.), j’ai du mal aussi à voir la différence entre nos côtés scientifique et citoyen.

    Intuitivement : je lis des blogs (dont celui-ci depuis les débuts) parce que j’ai l’impression que le blogueur a quelque chose à dire et que j’ai envie de lire ce quelque chose. Ce qui explique que je ne lis que très occasionnellement des blogs d’éco (même si il y en a des supers), je ne lis pas des blogs faisant des recensions d’articles de stat (ArXiV est mon ami) mais que j’apprécie un paquet de choses périphériques à mon activité professionnelle (c’est le cas ici) où bien sur des sujets qui m’intéressent (typiquement des blogs politiques).

    Pour le journaliste c’est un peu différent car son travail est de mettre en forme/perspective un sujet qui ne lui est pas nécessairement propre. Par exemple en interviewant des acteurs du sujets proposés (je passe le pisse-copie qui recopie des dépêches d’agence). Ce qui n’est pas vraiment le propos d’un blog comme le tien où tu parles de ce que tu connais

    J’ai un peu l’impression que classer le lecteur ou le type d’écriture c’est poser la question d’une manière étrange car j’ai du mal à y faire rentrer le propos (qui me convient très bien comme lecteur) de liberté rédactionnelle.

    Bon, après cette agréable pause, je retourne à mes programmes et lectures

    1. Merci Avner pour ce partage de point de vue ! encore une fois, l’objet du billet était de mettre en forme des éléments de réflexion, suite à quelques lectures (et discussions amorcées ici et là). Pour remettre encore dans le contexte, j’essayais de comprendre pourquoi je ne me sentais pas à l’aise quand des communicateurs scientifiques me disaient qu’on faisait le même métier: lire des travaux et des études, et les retransmettre. J’essayais juste de comprendre la malaise que je pouvais vivre à l’occasion. Pour continuer (certains diront que je m’acharne, mais tant pis…), j’étais surpris en survolant l’autre jour des clowns pour faire passer la science: “depuis le début de la semaine, je suis à Montréal au plus grand congrès scientifique francophone du monde, le 82e congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas).” J’ai appris via twitter et les réseaux sociaux l’existence de ce colloque (qui se tient à 2km de mon bureau), je n’ai vu aucune affiche dans les couloirs de la faculté des sciences (alors que je suis au courant de conférences organisées en Bolivie en topologie algébrique, ou en Thaïlande sur la nanotechnologie). Je ne connais aucun chercheur qui ait assisté (ou participé) à cette conférence (encore une fois, je suis un ours donc je côtoie peu de gens IRL), par contre, j’ai l’impression que beaucoup de spécialistes en communication scientifique y étaient. Mon point est qu’une nouvelle fois, j’ai l’impression que non, on ne fait pas le même travail (on n’assiste pas aux mêmes conférences, on ne lit pas les mêmes sources, etc). Je pense que les travaux sont complémentaires, et aucunement substituables. Mais j’ai du mal à comprendre quelle peut être cette différence (alors que je la ressent manifestement de manière très forte): j’essaye de mettre des mots sur cette impression, mais j’avoue avoir du mal.

      Comme je le disais, je ne suis pas sur d’être le mieux placé pour parler de ma pratique, en tant que sujet, et non observateur, mais j’aime questionner ma pratique. Ça me permet d’être plus crédible ensuite quand on me demande pourquoi je blogue, ou ce sur quoi je blogue !

      1. Je pense qu’une partie du problème vient du fait que vous évaluez, et donc jugez négativement, la communication / vulgarisation à travers des prismes déformants. Ainsi, vous venez d’écrire que la tâche des communicateurs est de “lire des travaux et des études, et les retransmettre”. Eh bien non. A part ceux qui écrivent les communiqués de presse, ce n’est pas là la tâche des communicateurs. Ni des vulgarisateurs.

        1. je pense qu’on est parti sur de mauvaises bases tous les deux ! je ne juge personne ici ! je veux juste essayer de comprendre ce que je fais sur mon blogue, si c’est de la recherche, de l’enseignement, de la “vulgarisation”. La frontière entre ces trois activités me semble d’ailleurs floue. Toi et moi on ne fait pas la même job, et c’est pas grave ! Si tu veux, maintenant que le soleil est revenu, je t’invite à prendre une bière au Bénélux et tu m’expliqueras ce que je fais sur mon blog (car c’est une question qui m’angoisse presque: je n’ose plus le mettre comme activité sérieuse dans mon CV, par exemple).

        2. Je serai bien venu pour la bière mais il pleut à Paris.

          Je trouve que ta(Arthur) réflexion est importante car si on veut intégrer (ou non) un blog dans nos pratiques de travail il faut être à peu près clair sur le biniou.

          Ma réflexion est loin d’être aussi aboutie que celle d’Arthur mais j’ai l’impression que une différence provient de l’origine du matériau du billet de blog : quand un journaliste écrit il effectue un travail de passeur entre A (disons le chercheur) et B (disons le lecteur). Quand un scientifique écrit (disons Arthur) il transmet ce qu’il connaît (ou au moins considère qu’il connaît à peu près) vers B.

          Après il peut y avoir mélange des genres (c’est moins grave qu’entre politique et journaliste politique)

          Bon ce coup ci je retourne vraiment au travail !!

  2. “Car mon statut d’académique, ou d’enseignant et de chercheur me donne une légitimité que n’a pas un vulgarisateur.”
    Voilà une remarque qui pourrait être perçue comme très hautaine et qui explique tout le danger de l’expression “blogue académique”. Il y aurait donc des gens qui seraient “légitimés” du simple fait qu’ils occupent un poste. On pourrait interpréter cela comme un retour à la tour d’ivoire.

    Je sais bien que ce n’est pas ce que vous pensez –vous ne tiendriez pas un blogue si c’était le cas. Mais je pourrais vous citer un scientifique québcois, qui travaille dans une université, et qui est climatosceptique. Il serait donc, lui, un “blogue académique”, qui aurait une légitimité que n’ont pas les journalistes qui parlent de climatologie avec rigueur?

    Vous pouvez tout à fait bloguer pour vos pairs, pour d’autres experts, pour des spécialistes. On peut tout à fait définir une catégorie intermédiaire de communication, entre l’expert-expert et la vulgarisation. Mais l’expression “blogue académique” pose problème, dans un univers où tous ces vases sont communicants.

    1. merci de penser que je ne suis pas hautain, mais je partage assez l’analyse de Luc Boltanski et Pascale Maldidier (même si elle date un peu).

      Pour reprendre un exemple que je connais mieux, je pourrais prendre un peu de temps pour parler des logiciels libres, gratuits, et reposant sur une vaste communauté, en statistique par exemple. On a – pour résumer outrageusement – le choix, entre (1) des codes libres développés par les statisticiens qui ont proposé l’algorithme, désormais mis en ligne en même temps que le papier et (2) des logiciels payants, qui proposent de mettre en oeuvre des codes (des procédures de tests, ou des méthodes de prévisions) proposés par les autres. J’y vois un parallèle entre le débat qui nous occupe. Dans un cas, on a un code de première main, pas parfait, mais fait par un insider, qui comprend des subtilités qui pourraient nous échapper, ou qu’il n’arrive pas à faire passer dans un papier théorique (problème de langue, problème de conjecture non prouvée, etc). Dans l’autre cas, on a quelque chose de plus beaux, qui plante moins… mais qui reste un code fait par un outsider. De la même manière que je ne fais pas de vulgarisation, je ne suis pas un informaticien. J’utilise l’informatique tous les jours, mais mes codes sont loin d’être optimaux, et ce n’est pas leur finalité. Pareil pour mon blog: les billets sont remplis de coquilles, le propos est souvent obscure, mais ils sont utiles pour moi.

      Certes tous les vases communiquent, mais je continue à croire qu’il existe une différence fondamentale entre les scientifiques, que j’appellerais insiders (dans leur tour d’ivoire, probablement, mais on essaye d’ouvrir les portes autant que possible… je ne sors pas de ma tour, ou de ma cabane, mais je laisse qui veut m’y rejoindre) dont la “vulgarisation” n’est pas une fin en soi, et les vulgarisateurs (souvent journalistes), qui sont pour moi des outsiders, et pour qui les lecteurs sont la raison d’être. J’y vois deux maillons d’une chaîne, entre les articles (souvent abscons) produits par la communauté scientifique, et le citoyen. Et ce n’est pas un problème de rigueur ! Je sais que beaucoup de journalistes sont rigoureux (même si j’ai pu m’emporter à l’occasion sur mon blog contre des journalistes qui manifestement sortaient de leur champ de compétence, et avaient raté des résultats importants). Cela dit, je me demande si j’ai une réelle légitimité lorsque je parle des sujets comme celui de la vulgarisation.

      Un autre problème que j’ai est que mon domaine de prédilection est l’économie mathématique (pour faire simple), discipline qui se trouve dans la presse entre la rubrique “économie et entreprises” et “sciences et techniques”. Bref, rares sont les outsiders qui peuvent parler sur ce sujet. Les journalistes économiques connaissant le business, les entreprises, voire la macroéconomie. Et les journalistes scientifiques connaissent l’espace ou la médecine.

      Pour reprendre la phrase mentionnée, je pense effectivement avoir une légitimité pour publier sur mon blog, sur les sujets que j’aborde par ailleurs dans mes cours ou dans mes travaux de recherche. Par contre, je pense que les journalistes ont une légitimité (que je n’ai pas) pour savoir ce qui est une réelle avancée, car ils ont une vue d’ensemble que j’ai perdu. J’y vois une réelle complémentarité.

      1. Dans le regard que vous jetez sur la communication, comme dans votre comparaison avec l’informatique, vous semblez confondre deux problèmes. Le premier, celui rattaché à l’étiquette “blogue académique”, nous conduirait à donner une légitimité supérieure au chercheur, juste parce qu’il est chercheur (ou ‘insider”). C’est une démarche qui irait à l’encontre de tous les efforts construits depuis des décennies pour développer un esprit critique face aux sciences: pour faire comprendre que celles-ci ne sont pas des produits séparés de la société, inaccessibles au commun des mortels. Pour faire comprendre au public extérieur que le chercheur peut lui aussi être contesté ou critiqué, et pas uniquement par ses pairs.

        Mais le second problème est complètement distinct du premier: vous voulez communiquer uniquement à l’intention d’autres chercheurs, dans une démarche transdisciplinaire. C’est très bien. Rien à redire là-dessus. Du coup, vous devez proposer une définition du blogue, non pas en fonction de l’auteur (insider vs outsider, académique versus vulgarisateur), mais en fonction du public visé. En gros, expert, semi-expert, général. C’est ce que je proposais ici (http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2014/05/04/construire-blogosphere).

        Mais attribuer à certains des blogueurs de science une étiquette distincte des autres blogueurs, juste parce qu’ils travaillent dans une université, ce serait contraire aux efforts pour rapprocher le chercheur du «public».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *