« l’homme qui avait prédit la crise »

Je vais ressortir un peu ma casquette de schtroumpf grognon aujourd’hui, au risque de me faire encore taxer d’anti-journaliste primaire. Mais j’ai été agacé en lisant dans un article (journalistique, pas académique) qu’un personnage était présenté comme « l’homme qui avait prédit la crise ». En sept mots, le journaliste a réussi a utiliser trois clichés qui m’agacent.

Commençons par la fin, à savoir « la crise ». Sans vouloir jouer le schtroumpf grognon, je n’aime pas ce mot, abondamment utilisé par les journalistes… C’est quoi « la crise » ? Surtout que quand on pose la question, la réponse est toujours « allons, tu sais bien… la crise, quoi ». A la rigueur, «la crise financière »… mais laquelle ? « allons, arrête de faire du mauvais esprit… la crise de la dette, tu sais… ».  Mais de quoi on parle là ? Des états européens sur-endettés qui risquent de se faire downgrader par les agences de notation ? Des dettes des particuliers qui explosent ? Des endettements des étudiants qui doivent faire face à la hausse des frais d’inscription ? Bref, je n’aime pas ce mot fourre tout qui ne peut être défini de manière univoque. Mais ce n’est pas ce qui m’agace le plus…

Il y a ensuite le mot « prédit ». Car c’est le mot qui est le plus utilisé par les journalistes, en France. Étrangement, le mot « prévu » n’est pas utilisé. Car «prédire » n’est pas « prévoir ». Certes, les deux se rapportent à l’avenir, de part le préfixe pré- qui exprime l’antériorité dans le temps. Le verbe « prédire » est souvent employé pour des pronostics, qui relèvent de l’intuition, d’un sentiment prémonitoire, voire d’une expérience surnaturelle: les voyantes « prédisent » l’avenir. Par contre, il existe des instituts de « prévision », ainsi que des cours de méthodes de « prévision » (ou encore des ouvrages, sur le sujet). On fait des « prévisions » météo, ou budgétaires. Bref, « prédire » relève de la foi, alors que « prévoir » relève davantage de la science. Il y a deux ans, j’avais déjà parlé des prédicateurs dans un billet suite au tremblement de terre qui avait eu lieu en mars 2009 en Italie (et je me permets de reprendre – plus ou moins – l’image extraite du plus formidable des albums de Tintin – d’où est aussi tiré l’image qui figure sur mon blog, et à laquelle je me suis pleinement identifiée). Et ce qui m’agace c’est que les journalistes préfèrent écouter les prédicateurs aux prévisionnistes… Et je ne parle pas des nombreux articles sur Paul le poulpe

Enfin, il y a l’utilisation du terme « l’homme », ou plus précisément l’emploi du «l’», qui laisse entendre qu’il y a unicité: une seule personne aurait annoncé la crise. Vu de loin, c’est d’ailleurs amusant de noter que chaque journaliste a « son homme » qui aurait annoncé la crise. C’est Paul Jorion pour Rue89 (et France Culture), Nouriel Roubini pour le New York Times (et d’autres médias en France) mais certains pensent à Robert ShillerGeorges MagnusMelchior PalyiVictor MaslovRaghuram Rajan, etc. Manifestement, il n’y a pas unicité, et pourtant tous les journalistes aiment utiliser ce pronom « l’ ». En fait, souvent les journalistes omettent de dire que cet homme est « l’homme » au sein des personnes faisant parti du réseau de personnes qu’ils lisent, et qui font partie de leur cercle médiatique. Ce qui est agaçant, c’est que les journalistes ne prennent pas la peine de lire les articles écrits par les économistes dans les revues d’économie. Malheureusement, dans un article académique, on ne prédit pas des crises, mais il y a de nombreuses analyses critiques qui permettent d’éclairer, et pas seulement ex-post. Mais lire des articles théoriques demande du temps, et des compétences…


7 thoughts on “« l’homme qui avait prédit la crise »”

  1. Hello Arthur,
    bien joli post à propos d’une (petite) colère de salubrité publique. Je voudrais juste apporter une goutte d’eau à ce magnifique moulin en soulignant la polysémie du mot prédicateur: ‘dire devant’ cela peut signifier ‘prédire’ c’est à dire dire parler de ce qui va advenir, mais aussi dire devant les autres, prêcher. Comme par hasard, on prêche plus souvent l’apocalypse que la continuité de notre gentil quotidien. Certains prétendent que la prédication est socialement incontournable pour affronter collectivement les possibles catastrophes (genre réchauffement climatiques). La raison et la science auraient un effet trop limité sur nos sociétés et nos petits cerveaux archaïques pour pousser à l’action….
    Au plaisir de te lire

  2. Le mot crise vient du grec « krisis » qui veut dire jugement ou décision. Mais il semble que la signification de « krisis » inclut les réflexions qui entourent –donc précèdent, accompagnent et suivent- la décision. Ainsi résoudre, interpréter, analyser et (pourquoi pas) évaluer font aussi partie de « krisis ».
    Pour illustrer ce propos considérez un enfant qui décide de marcher.
    Au départ, il est en appui sur ses deux pieds : la situation est relativement stable.
    Puis sa décision l’engage à utiliser sa force musculaire pour dégager un pied du sol et aller chercher un nouvel appui plus loin. Il passe alors obligatoirement par une situation de déséquilibre – pendant laquelle il n’aura de cesse de se remémorer et peut-être même regretter la situation stable qui précédait – avant, soit de rencontrer un nouveau point d’appui – bravo c’est son premier pas !- soit de chuter. Nous savons qu’en cas de chute l’enfant se relèvera, corrigera son erreur jusqu’à obtenir un succès.

    Aussi point besoin d’être devin pour « prédire » qu’après une crise une autre crise viendra, de même qu’un deuxième pas suivra le premier pas… Par contre il sera sûrement nécessaire, pendant la crise, de faire des « prévisions » sur ses conséquences possibles ou probables. Or c’est précisément pendant le trajet « crise » que se forment toutes les angoisses liées à l’aversion au risque et aux désirs de revenir à une position précédente qui idéalise la stabilité – par exemple le désir du retour du Franc. Là c’est l’irrationnel qui domine et je suis d’accord pour dire que le titre de l’article qui vous a fait bondir contribue à amplifier ce mouvement. Il y a certes une ligne de front entre Science et irrationnel. C’est en effet dommage que nous manquions de chroniqueurs « guerriers ».

    JM

    PS Autre exemple pour illustrer « krisis » : explorer le vécu d’un actuaire en charge à la fois du pricing et du reserving d’une compagnie d’assurances (sous la contrainte d’augmenter le volume de prime)!

  3. C’est du theatre, as tu remarque que la majorite des histoires contees dans les journaux sont toujours brodes autour d’ “human interest stories”. Les journalistes utilisent toujours la meme grosse ficelle, prends par exemple les affaires DSK ou autres negationistes du 11 septembre, ces histoires de complots sont tres tres tres peu probables voir sont totalement fantaisistes, mais ils continuent a faire marche les industries de presse. Les gens se foutent de la verite, ils veulent une bonne histoire. On se fout de la relativite, on veut ecouter l’histoire d’einstein, l’ underdog favoris de toute les histoires sur la science.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *