Jimmy, Mile End, et le Québec

Suite à mon billet sur Paul et le Québec, j’avais commencé une discussion (par courriel) avec Antoine, en France, qui voulait plus de références de bande dessinées québécoises. Or justement, pendant les fêtes je me suis offert Non-Aventures de Jimmy Beaulieu. Jimmy Beaulieu a fait plusieurs livres disons… sensuels, ces derniers temps, en plus de travailler sur Magasin Général, de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp (je ne parlerais pas, pour l’instant, de cette série car si j’ai grand plaisir à la lire, je me méfie de Régis Loisel qui ne sait décidément pas clore ses histoires… j’ai adoré le premier cycle de la Quête de l’oiseau du temps, et sa superbe adaptation de Peter Pan, mais je n’ai pas aimé les ‘suites’. Mais on en reparlera peut-être un jour).

Dans Non-Aventures, on retrouve plusieurs (petites) histoires, détachées les unes des autres, avec comme seul point commun le fait d’être (comme le dit le sous titre du livre, des planches à la première personne). On retrouve ici quelques rééditions de vieux publications épuisées (ou presques) comme Le moral des troupes, ou Quelques pelures, mais aussi (me semble-t-il) beaucoup de dessins nouveaux.

Pourquoi j’en parle ici ? peut-être pour finir ma série sur la BD québécoise commence avec Guy Delisle et Michel Rabagliati. Avec Jimmy Beaulieu, on continue dans la BD québécoise autobiographique. Mais au lieu d’être de l’auto-dérision comme Guy Delisle ou nostalgique comme Michel Rabagliati, on est ici dans une mise en scène du quotidien. A Montréal (le plus souvent). Et on le vit avec lui… On se retrouve souvent dans plusieurs scène. J’avoue avoir beaucoup aimé sa description des balcons de Montréal (qui me semble très juste). Le livre de Jimmy Beaulieu est très beau, et souvent très sensuel…. Sinon, pour découvrir la vie de Montréal, je ne peux que recommander un livre paru voilà deux ans, Mile End, de Michel Hellman truffé de petites anecdotes. Si on aime déambuler dans Mile End, on sera davantage touché par certaines histoires, mais il suffit de vivre dans un quartier qui a une vie de quartier, précisément, pour apprécier le livre. Il y a par exemple cette délicieuse réflexion sur l’histoire des poteaux électriques, dans les rues (que l’on peut lire sur http://editionspowpow.com/bandes-dessinees/mile-end/…).

Sur la forme… on a l’impression de lire du Trondheim, et c’est toujours agréable ! Deux jolies bandes dessinées pour découvrir le Québec. Et promis, la prochaine fois, je parle d’économie ou de sciences… de choses plus sérieuses quoi !


One thought on “Jimmy, Mile End, et le Québec”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *