6e71b4f5

Somewhere else, part 104

Some christmas related posts,

ia still, several writings worth reading,

vs. “Percentage of Mac OS X desktop computers by country, December 2013″ via http://reddit.com/user/libmult  see

Why is free dissemination of scientific results so important? For several reasons. One. It is a moral obligation to grant members of the public free access to scientific results that were obtained through public funding, through taxpayers’ money. I get particularly irritated when I read in my newspaper that new scientific results have been published on, say, sea level rise, to find out that I have to buy the latest issue of Nature Magazine to be properly informed. Two. Scientific knowledge provides a competitive edge to modern ‘knowledge based’ societies and economies. Educational research, research on public health, on informatics, genetics, energy, on anything: results should flow freely into society and into the private sector to find their way into our daily life and into economic growth. Three. Science itself will benefit from a borderless information flow between scientific fields. In order to face the ‘grand challenges’ of today scientific disciplines have to cooperate and new disciplines will emerge. In the next decades the world population will grow to 9 billion. Energy, food, ageing – three issues that are an enormous challenge. Urbanization, logistics are two additional ones. Addressing them requires effective collaboration of researchers in all fields: social sciences, humanities, life sciences, natural sciences. An optimal communication between these researchers, through Open Access publishing, is essential for this effective collaboration to happen. Moreover, the availability of a comprehensive body of quality controlled (peer reviewed!) publications in big ‘findable and searchable’ databases will allow scientists, helped by intelligent, new ‘search engines’ to make new and unexpected interdisciplinary discoveries.” [to be continued...]

et un peu de lecture en français,

La liberté d’expression semble un acquis en France. Personne n’est plus embastillé pour ses opinions, et le temps au Voltaire écrivait que «sans l’agrément du roi, vous ne pouvez penser», semble bien révolu. L’avalanche de sottises postées chaque jour sur le Web conduit parfois à penser que, s’il y a un problème avec la liberté d’expression, il réside plutôt dans son abus. Mais prenez l’actualité des semaines passées : Bob Dylan mis en examen pour ses propos sur les Serbes ; Karl Lagerfeld objet d’une plainte pour «discrimination envers la communauté des femmes rondes» (sic) ; Manuel Valls poursuivi par le Mrap ; Christian Estrosi attaquant pour diffamation, au nom de la ville de Nice, tous ceux qui critiquent sa gestion budgétaire ; Jean-Marie Le Pen condamné pour avoir dit que «les Roms volent comme des petits oiseaux» ; sa fille promettant à son tour de traîner en justice tous ceux qui la qualifient d’extrême droite… En fait, jamais, depuis l’Ancien Régime, le débat public en France n’a été autant corseté par le droit. Depuis quarante ans, nos gouvernants se sont mis en tête d’éradiquer la bêtise. La loi Pleven de 1972 condamnant les propos discriminatoires peut être considérée comme le point de départ de cette évolution. Bien d’autres ont suivi, toutes rédigées avec les meilleures intentions du monde, mais aboutissant au cadre le plus liberticide de tous les pays développés. Si l’on peut sourire du délit d’«outrage à ambassadeur», d’«opinions contraires à la décence» ou de «diffamation à l’encontre des administrations publiques», comment tolérer qu’un véritable délit de blasphème ait été réintroduit par la Cour de cassation ? Que les lois mémorielles empêchent les historiens de faire leur travail (si elles avaient existé dans les années 60, jamais on aurait pu montrer que le massacre de Katyn avait été perpétré par les Russes et non par les nazis) ? Que chaque communauté se dote de son association spécialisée traquant toute critique ? Que l’on ne puisse pas montrer, dans un reportage, un vigneron qui prend plaisir à boire son vin ? Que l’usage trop aisé de la diffamation, où la charge de la preuve est inversée, soit devenu une arme politique ? Que toute injure à un fonctionnaire soit automatiquement punie ? Qu’un simple «retweet» puisse valoir une mise en examen ?” [à suivre....]

Les 9 et 10 décembre, Les Échos présentait (à sa façon) les résultats de deux études menées par un assureur privé (Sofaxis) sur les arrêts maladie, accidents de travail et maladies professionnelles dans la fonction publique territoriale et hospitalière [1]. L’occasion pour certains médias coutumiers du fait de s’acharner sur les fonctionnaires. Bref aperçu de la façon dont ils ont utilisé et instrumentalisé ces études pour les faire coïncider avec leur obsessions éditoriales et politiques.” [à suivre...]

En quinze ans, les classes dirigeantes ont compris qu’Internet a révolutionné la communication : la multiplication des tuyaux permet une diffusion rapide et mondiale de contenus plus ou moins fiables, d’idées mesurées ou radicales. Moyen d’expression et de manipulation, le Web entraîne de nouveaux risques d’atteinte à l’image. D’où, quel que soit l’endroit de la planète, l’apparition de « tweetomanies » (usage compulsif de Twitter) et autres « facebookeries » (création à la chaîne de pages Facebook à visées publicitaires) de certains leaders, partis politiques, entreprises voulant paraître de leur temps. Pourtant, cette communication en ligne, frénétique du haut au bas de l’échelle sociale, n’aide pas les élites à percevoir la partie immergée de l’iceberg numérique. « Une véritable culture nouvelle, initiée par les “digital natives”, c’est-à-dire la “génération Y”, se répand mondialement, explique Marie Ekeland, vice-présidente de France Digitale, association qui soutient le développement des start-up. Ceux qui cantonnent le numérique à une économie à part n’ont pas compris le phénomène. » Chez Wikipédia, 5e site le plus visité du monde et symbole de la culture collaborative en ligne, Adrienne Alix, directrice des programmes de Wikimédia, sa structure faîtière, remarque : « Un signe majeur de la déconnexion des élites est l’usage de l’expression “nouvelles technologies”. Ils parlent de “plan numérique” comme si on planifiait la récolte de blé en URSS, cherchant à contrôler des choses qui ne sont pas contrôlables. » (…) Massivement, et mondialement, l’outil Internet engendre de nouvelles pratiques économiques et sociétales. Les internautes tissent des liens horizontaux, achètent et vendent sur Leboncoin.fr, pratiquent le covoiturage grâce à BlaBlaCar, conduisent la voiture de leur voisin au moyen de Ouicar.fr, s’entraident sur Craigslist.org, se logent sur Airbnb.com… « On pourrait dire que ces usagers court-circuitent les intermédiaires, mais ce terme signifierait qu’ils y mettent une volonté politique. Or ces pratiques ne sont pas clivantes au sens droite-gauche. Issus de tous bords, les citoyens s’emparent d’Internet pour agir différemment et réinventent la société à leur échelle. Sans même le chercher, ils questionnent l’organisation pyramidale gouvernée par les “sachants” », explique Antonin Léonard,…” [à suivre...]


Print This Post Print This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">