Somewhere else, part 94

Some writings worth reading

What you have is an increasing number of brilliant PhD graduates arriving every year into the market hoping to secure a permanent position as a professor and enjoying freedom and high salaries, a bit like the rank-and-file drug dealer hoping to become a drug lord. To achieve that, they are ready to forgo the income and security that they could have in other areas of employment by accepting insecure working conditions in the hope of securing jobs that are not expanding at the same rate. Because of the increasing inflow of potential outsiders ready to accept this kind of working conditions, this allows insiders to outsource a number of their tasks onto them, especially teaching, in a context where there are increasing pressures for research and publishing. The result is that the core is shrinking, the periphery is expanding, and the core is increasingly dependent on the periphery. [to be continued…]

Let’s be honest, life is easier as a native English speaker. This is certainly true in science and academia, and it only really dawns on you when you work with non-native English users. Then, you get a glimpse into the extra obstacles they have to overcome, and you are suddenly very, very grateful that you are not expected to do the same in a foreign language. Learning to read and write in an academic discipline is hard enough in your own language, how about doing it in another language as well? [to be continued…]

and another R code, “Mapping Super Typhoon Yolanda (Haiyan) Track” http://alstatr.blogspot.ca/2013/11/… see

et comme régulièrement, un peu de lecture en français (nettement plus que ces dernières semaines)

Did I miss something?


6 thoughts on “Somewhere else, part 94”

  1. Merci pour le livre de Jules Regnault, précurseur de Bachelier et Bronzin méconnu! C’est d’ailleurs la copie de l’unique exemplaire, qu’on trouve à Toronto, et je n’ai hélas pas saisi l’opportunité de le consulter quand j’y habitais. Pour plus d’information sur le bonhomme, qui mélange hasard finance et philosophie, un fan inconditionnel existe en France : Pierre Driout.

    1. merci ! en fait, je prépare un cours papier sur la marche aléatoire en finance, et je redécouvre son travaille, trop peu cité. Alors que Bachelier est devenu un mythe, je pense parce qu’il n’a cité personne, et fait croire qu’il avait tout inventé tout seul (mais c’est un autre débat)

  2. Bonjour,

    Lecteur assidu de votre excellent blog, je me demandais si la ligne éditoriale des “somewhere else ” était fortuite ou volontaire?

    Cordialement

    1. très bonne question. Je profiterais peut-être du no100 qui arrive pour expliquer l’idée. Pour faire simple et rapide, je n’ai pas la télé, je n’écoute plus la radio, et je lis peu la presse écrite. Aussi, je m’informe beaucoup via mes lectures en ligne. Un peu comme le raconte André Gunthert dans pourquoi la conversation l’emportera. Je navigue au fil des liens. Et j’utilise beaucoup twitter comme bookmark. J’ai eu l’impression que mes lectures intéressaient du monde (plusieurs milliers de personnes me suivent sur twitter), et j’ai souhaité mettre ces bookmark sur mon blog. Un peu comme le fait Tyler Cowen avec ses assorted links, Mark Thoma avec ses links quotidiens, ou Barry Ritholtz avec ses read deux fois par jour. Moralité, deux fois par semaine (sans rythme bien précis), je reprends les lectures que j’ai bien aimé, en dehors de mon blog. Je ne dis pas être d’accord avec ce que j’y ai lu, je souhaite juste partager le lien, car j’y ai souvent appris des choses. Ou ça m’a fait sourire… Voilà en gros l’idée.

  3. L’image “Spread Anarchy” a été utilisée pour illustrer un petit bouquin de James C. Scott, _Two Cheers for Anarchism_, que je recommande chaudement 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *